mardi 3 avril 2018

ETUDE RECHERCHE Les pactes suicidaires : une revue de la littérature

Les pactes suicidaires : une revue de la littérature
David Bismuth 1
1 UB - Université de Bordeaux
Résumé : Les pactes suicidaires peuvent être définis comme un arrangement mutuel entre au moins deux personnes qui décident de mourir ensemble en même temps, le plus souvent au même endroit. La littérature scientifique est peu abondante, contrastant avec l’intérêt médiatique qu’ils suscitent. Plusieurs exemples connus sont décrits, de Stefan Zweig au suicide de masse de Jonestown. C’est un phénomène rare, représentant entre 0,4 % et 3,1 % des suicides. En Occident, ils concernent des couples d’un âge relativement avancé dans un contexte de pathologie chronique invalidante. Au Japon, il s’agit plutôt de jeunes couples contrariés dans leur projet d’union. Depuis l’avènement d’Internet, ont été décrits des cas de « cyber-pactes ». Plusieurs éléments sont retrouvés chez les victimes : une relation d’attachement exclusif avec isolement social, des antécédents de tentative de suicide, des troubles psychiatriques sous-jacents, la présence d’un instigateur, et une notion de menace de séparation venant précipiter le passage à l’acte. Les méthodes utilisées sont non violentes, et la préparation est minutieuse, expliquant la forte létalité du pacte suicidaire, ainsi que le haut niveau d’intentionnalité des protagonistes. Ainsi, son étude psychopathologique repose essentiellement sur l’autopsie psychologique. La dépression est la pathologie psychiatrique la plus fréquemment retrouvée. Quelques hypothèses explicatives sont décrites, sur le plan psychodynamique, neurobiologique, en tenant compte de la vision sociologique de Durkheim. Le principal diagnostic différentiel à éliminer est l’homicide-suicide. Il semble important d’attirer la vigilance du clinicien vis-à-vis des patients qui expriment un projet de pacte suicidaire, par sa forte létalité. Une relation d’attachement exclusif avec isolement social, une menace de séparation, notamment lorsqu’un partenaire souffre d’une pathologie chronique et invalidante, la sensation de perte d’espoir et les antécédents d’idéations suicidaires sont des situations à risque qu’il convient de rechercher et d’y répondre par une prévention adaptée.
Médecine humaine et pathologie. 2017
Domaine : Sciences du Vivant [q-bio] / Médecine humaine et pathologie
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01740767
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <stephanie.jougleux@u-bordeaux.fr>
Soumis le : jeudi 22 mars 2018 - 12:59:31

Med_spe_2017_Bismuth.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire