lundi 30 avril 2018

ETUDE RECHERCHE Stresseurs psychosociaux et suicidalité : méta-analyse et revue systématique

Titre original : Psychosocial job stressors and suicidality: a meta-analysis and systematic review

Allison Milner1,2, Katrina Witt 3, Anthony D La Montagne 1,2, Isabelle Niedhammer 4,5

1 Centre for Health Equity, Melbourne School of Population and Global Health, University of Melbourne, Melbourne, Victoria, Australia
2 Work, Health and Wellbeing Unit, Centre for Population Health Research, School of Health and Social Development, Deakin University, Geelong, Victoria, Australia
3 Turning Point, Eastern Health Clinical School, Monash University, Melbourne, Victoria, Australia
4 INSERM, U1085, Research Institute for Environmental and Occupational Health (IRSET), Epidemiology in Occupational Health and Ergonomics (ESTER) Team, Angers, France
5 Epidemiology in Occupational Health and Ergonomics (ESTER) Team, University of Angers, Angers, France
Correspondence to Dr Allison Milner, Centre for Health Equity, School of Population and Global Health, University of Melbourne, Melbourne, 3010, USA; allison.milner@unimelb.edu.au

Objectifs Les facteurs de stress au travail sont des déterminants connus des troubles mentaux courants. Au cours des dix dernières années, il a été démontré que les facteurs de stress au travail peuvent aussi être des facteurs de risque de suicidalité. Le présent document vise à examiner ce sujet dans le cadre de la première revue systématique et méta-analyse exhaustive de la littérature à ce jour.

Méthodes Nous avons utilisé une stratégie de recherche à trois niveaux de sept bases de données électroniques. Les études ont été incluses s'ils ont signalé un facteur de stress au travail ou un stress lié au travail comme étant une exposition et une idée suicidaire, une automutilation, une tentative de suicide ou un suicide comme résultat. Deux chercheurs ont examiné les articles de façon indépendante. Toutes les estimations des effets extraits ont été converties en odds ratios transformés en logarithmes.

Résultats 22 études ont été incluses dans la méta-analyse. Dans l'ensemble, l'exposition aux facteurs de stress au travail était associée à un risque élevé d'idées suicidaires et de comportements suicidaires. L'odd ratio (OR) pour les idées suicidaires (14 études) variait de 1,45 (IC à 95 % : 1,01 à 2,08) pour les mauvais superviseurs et le soutien des collègues à 1,91 (IC à 95 % : 1,22 à 2,99) pour l'insécurité de l'emploi. Dans le cas du suicide (six études), l'exposition à un mauvais superviseur  et un soutien collégial a produit un OR de 1,16 (IC à 95 % : 0,98 à 1,38), tandis qu'un faible contrôle de travail a donné un OR de 1,23 (IC à 95 % : 1,00 à 1,50). Il n'y a eu que deux études portant sur les tentatives de suicide, les deux suggérant un effet négatif de l'exposition aux facteurs de stress au travail.

Conclusions Cette étude fournit des preuves que les facteurs de stress au travail peuvent être liés aux conséquences suicidaires. Toutefois, comme la plupart des études dans ce domaine étaient transversales et de conception observationnelle, il est nécessaire de mener des recherches longitudinales pour évaluer la robustesse des associations observées.

http://oem.bmj.com/content/75/4/245

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire