jeudi 24 janvier 2019

ETUDE RECHERCHE Contraintes psychosociales et organisationnelles : analyse qualitative auprès de 51 médecins hospitaliers

Contraintes psychosociales et organisationnelles : analyse qualitative auprès de 51 médecins hospitaliers
Aurélia Urcun 1


1 AMU MED - Aix-Marseille Université - Faculté de médecine
thèse p
our obtenir le grade de Docteur en Médecine D.E.S. de MÉDECINE DU TRAVAIL

Résumé : Introduction : les taux de burnout et de mortalité par suicide sont significativement plus élevés chez les médecins comparés à ceux observés dans la population générale. Peu d’études ont cherché à déterminer les facteurs professionnels pouvant être en cause dans l’altération de la santé psychique des médecins. L’objectif de cette étude est d’identifier, par une approche qualitative, les contraintes psychosociales et organisationnelles (CPO) perçues par les médecins hospitaliers. Matériel et méthodes : des entretiens semi-dirigés individuels et collectifs ont été conduits au sein d’un centre hospitalier du Sud de la France. Une analyse manuelle du contenu des entretiens a été réalisée puis complétée par une analyse syntaxique informatisée. Une comparaison du discours a été réalisée entre les sous-groupes de médecins répartis selon le genre, la spécialité et l’expérience professionnelle. Résultats : au total, 51 médecins ont participé à l’étude comportant 37 entretiens individuels et 3 discussions en groupe. Leur discours est globalement homogène et diverge peu entre les sous-groupes. La plupart des médecins rapportent être satisfaits de leur travail tout en estimant que ce dernier a un impact délétère sur leur santé. L’analyse manuelle et informatisée a permis d’identifier 5 thématiques de CPO perçues : 1. Des relations et une communication au travail satisfaisantes avec l’ensemble du personnel médical et paramédical mais détériorées avec l’administration 2. Un statut professionnel insatisfaisant 3. Une structure organisationnelle priorisant des objectifs financiers et limitant leur pouvoir décisionnel dans l’organisation des soins 4. Des horaires trop étendus, un rythme et une charge de travail excessifs 5. Des conditions matérielles insatisfaisantes, en particulier une dysfonction du matériel informatique, une déficience des interfaces logicielles et un emploi excessif des outils connectés. Conclusion : le travail en équipe apparait être une source de satisfaction des médecins hospitaliers. La communication avec l’administration et l’implication de ces derniers dans l’organisation des soins semblent à promouvoir. Un effort pourrait être porté sur l’adaptation des outils informatiques à leur activité et sur la limitation de l’utilisation 
des outils connectés.
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01961047
Soumis le : mercredi 19 décembre 2018 - 16:41:14
Dernière modification le : mercredi 23 janvier 2019 - 01:21:23
Fichier Thèse CPO chez 51 PH-1 URCUN ... 

Source https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01961047

mardi 22 janvier 2019

MANIFESTATION Paris (75) pour les etudiants de l'université, Café santé

Université Paris Diderot - Bibliothèque des Grands Moulins
Café santé : Mal-être, dépression, idées suicidaires
Le service de médecine préventive vous invite à son prochain Café Santé, le jeudi 24 janvier 2019, de 12h à 14h, dans le hall de la Bibliothèque des Grands Moulins.
Mal-être, dépression, idées suicidaires, Comment aider et se faire aider ?
Venez en parler avec des professionnels :
Source https://campus.univ-paris-diderot.fr/agenda/cafe-sante-mal-etre-depression-idees-suicidaires-2

MANIFESTATION 16/04/20179 Montauban (82) Conférence

Montauban - Conférence

Événement mardi 16 avril 2019

L'Université populaire vous propose une Conférence sur le thème "Les risques suicidaires dans la dépression" le Mardi 16 avril 2019 de 18h à 19h30 à l'Université populaire, 1 place du 22 septembre 1792 - 82000 Montauban.
Conférencier : M. Patrick Grosperrin, psychologue clinicien, psychothérapeute analytique
Plus de renseignements :
05.63.03.34.98 ou universite-populaire82@orange.fr ou www.montauban.universitepopulaire.fr

source : https://agenda.montauban.com/evenement/2019/1083/conference-a-luniversite-populaire-les-risques-suicidaires-dans-la-depression

Conference Lyon 11/02/2019 Teaser en LSF

Source Twitter


lundi 21 janvier 2019

ETUDE RECHERCHE la question de la douleur et risques suicidaires chez les patients traités à la méthadone

Pain in methadone patients: Time to address undertreatment and suicide risk (ANRS-Methaville trial)
Sandra Nordmann 1, 2 Antoine Vilotitch 1, 2 Caroline Lions 1, 2 Laurent Michel 3, 4 Marion Mora 1, 4 Bruno Spire 1, 2 Gwenaelle Maradan 2, 1 Marc-Karim Bendiane 2, 1 Alain Morel 5 Perrine Roux 1, 2 Patrizia Carrieri 1, 2, *

* Auteur correspondant
1 SESSTIM - U912 INSERM - Aix Marseille Univ - IRD - Sciences Economiques et Sociales de la Santé & Traitement de l'Information Médicale
2 ORS PACA - Observatoire régional de la santé Provence-Alpes-Côte d'Azur [Marseille]
3 UMR_S 669 - Troubles du comportement alimentaire de l'adolescent
4 Centre Pierre Nicole [Paris]
5 Oppelia [Paris]

La douleur chez les patients dépendants aux opiacés est courante, mais les données mesurant l'évolution de la douleur (et ses corrélats) à l'aide d'échelles validées chez les patients commençant un traitement à la méthadone sont rares. Nous avons cherché à évaluer la douleur et ses interférences dans la vie quotidienne, les corrélats associés et le sous-traitement avant et pendant le traitement à la méthadone. Méthodes: Il s'agit d'une analyse secondaire utilisant les données longitudinales d'un essai randomisé comparant deux modèles de commencement au traitement à la méthadone. Nous avons évalué l'effet du commencement du traitement à la méthadone et d'autres corrélats sur l'intensité de la douleur et les interférences dans la vie quotidienne (à l'aide du Brief Pain Inventory) aux mois 0, 6 et 12 en utilisant un modèle de régression logistique multinomiale mixte. RÉSULTATS: Le groupe d'étude comprenait 168 patients pour lesquels on disposait de données sur l'intensité de la douleur ou les interférences pour au moins une visite. Une douleur modérée à sévère a été rapportée chez 12,9% des patients à M0, 5,4% à M6 et 7,3% à M12. Des interférences importantes avec le fonctionnement quotidien ont été signalées dans 36,0 % des cas à M0, 14,5 % à M6 et 17,1 % à M12. Sur les 98 visites où les patients ont signalé une douleur modérée à forte ou une interférence importante, 55,1 % n'ont signalé aucun traitement pour le soulagement de la douleur, 34,7 % ont signalé des analgésiques non opioïdes, 3,1 % des analgésiques opioïdes et 7,1 % à la fois des analgésiques opioïdes et non-opioïdes.  La méthadone était associée à une diminution de l'intensité de la douleur à 6 mois (OR = 0,29, p = 0,04) et à 12 mois (OR = 0,30, p = 0,05) de suivi et avait tendance à être associée à une interférence substantielle de la douleur. Le risque de suicide était associé à la fois à l'intensité et à l'interaction de la douleur. CONCLUSIONS: La méthadone chez les patients dépendants aux opiacés peut réduire la douleur. Cependant, le sous-traitement de la douleur chez les patients traités à la méthadone demeure une préoccupation clinique majeure. Les patients souffrant de douleurs sont plus à risque de se suicider. Un dépistage et une prise en charge adéquats de la douleur dans cette population constituent une priorité et doivent être intégrés aux soins complets de routine. Type de document :
Article dans une revue
PLoS ONE, Public Library of Science, 2017, 12 (5), pp.e0176288. 〈10.1371/journal.pone.0176288〉
source  https://www.hal.inserm.fr/inserm-01985280
Soumis le : jeudi 17 janvier 2019


Article intégral : pone.0176288.pdf

MàJ JNPS 2019 Journée Nationale de Prévention du Suicide Février 2019

Thème JNPS (Journée Nationale de Prévention du Suicide) 2019 de l'UNPS (Union Nationale pour la prévention du suicide): "suicide et violences - violence du suicide" Argumentaire UNPS




fleur

Toutes les informations, manifestations en France à venir...


Manifestations par régions & pays (en cours) 
En rouge les dernières mises à Jour  


AUVERGNE RHÔNE ALPES (Grenoble) (Voreppe) (Saint Étienne) ( Lyon, Villeurbanne) - BOURGOGNE FRANCE COMTE (Besançon) BRETAGNE (Rennes) - CENTRE VAL DE LOIRE (Orléans) - GRAND EST (Strasbourg) -  ILE DE FRANCE (Paris*2) - ILE DE LA RÉUNION (Le Tampon) - NOUVELLE AQUITAINE (Poitiers (Saint Benoît) - OCCITANIE (Montpellier -Toulouse) - PAYS DE LOIRE (Angers)

*** 

  • AUVERGNE RHÔNE ALPES


SAMEDI 2 FÉVRIER 2019 & MARDI 5 FÉVRIER 2019, GRENOBLE (38)

Le Collectif isérois pour la prévention du suicide organise les Journées Nationales pour la Prévention du Suicide dans l’Agglomération Grenobloise

Le suicide, en parler pour le prévenir ! 

Deux actions de sensibilisation (avec le soutien de AG2R LA MONDIALE) :
- A la rencontre du Public : le samedi 2 février 2019 de 14h à 17h
Rue Félix Poulat – Tram Victor Hugo

- Film et débat : le mardi 5 février 2019 de 20h15 à 22h30
au cinéma Le CLUB, 9 Bis du Phalanstère - Grenoble
Documentaire « La vie après le suicide d’un proche » de Katia CHAPOUTIER suivi d’un débat « Le suicide, en parler pour le prévenir ! » avec la réalisatrice.


Communiqué de presse

Flyer JNPS 2019

Flyer JNPS verso
Flyer JNPS recto

Argumentaire  Le suicide n’est pas une réponse, c’est un geste de désespoir. D.W. WINNICOTT
La plupart des personnes qui réalisent une tentative de suicide sont attachées à la vie.
Arrêter de souffrir, c’est ce qu’elles veulent avant tout !  Chacun de nous peut proposer à une personne en souffrance son écoute et/ou de rencontrer quelqu’un : ce sont les premiers gestes à faire pour la protéger.  Les associations du Collectif isérois* se mobilisent sur la question de la prévention du suicide depuis de nombreuses années. Au-delà de ces journées nationales, les bénévoles et professionnel.le.s de ce réseau d'acteurs du sanitaire, médico-social et social, se réunissent pour partager leurs réflexions et connaissances sur ce sujet et réfléchir aux moyens de sensibiliser le plus grand nombre à la prévention du suicide. Ils participent également à des formations sur ce thème qui ont lieu chaque année.

*ADPA Grenoble, AG2R LA MONDIALE, Apprivoiser l’Absence, Associations Familiales Protestantes, APSYGé, Centre Communal d’Action Sociale de Grenoble, Centre de lutte contre l’isolement, Centre de Prévention Bien Vieillir Agirc-Arrco, Centre Hospitalier Alpes-Isère, CHU de Grenoble, ETAVIDADO (Et ta vie d’ado ?!), JALMALV Grenoble-Espace Ecoute Deuil, Jonathan Pierres Vivantes Isère, l’Oreille du Cœur, Les petits frères des Pauvres, Psys du Cœur, RHRA, SOS Amitié Isère, UNAFAM 38.




 ***

VENDREDI 8 FÉVRIER 2019, VOREPPE (38)

Le Conseil Local de Santé Mentale du Pays Voironnais vous propose une soirée CINÉ DÉBAT
au CINÉMA LE CAP - VOREPPE 
"Partir, revenir ou l’ambiguïté de la vie Un film de Juliette Warlop"

En présence de la réalisatrice et du Dr B. Godechot, médecin psychiatre hospitalier

Affiche


VENDREDI 8 FÉVRIER 2019
Accueil > 20H
Projection du film > 20H30
ENTRÉE GRATUITE
Inscriptions > 04 76 93 16 54 Dans la limite des places disponibles
Ensemble, osons parler du suicide !
marie.petit@paysvoironnais.com


    ***
JEUDI 7 FÉVRIER 2019, SAINT ÉTIENNE (42)

Jeudi 7 février 2019 de 8h30 à 17h30 à Saint-Étienne
Colloque organisé par Loire Prévention Suicide
"Violences sexuelles et suicide".
À destination des professionnels, les inscriptions sont obligatoires.
Programme et modalités d’inscription / Affiche.

Informations, contacts :
Loire Prévention suicide
contact@loire-prevention-suicide.fr
- 04 77 21 05 05
https://loire-prevention-suicide.fr/


***

LUNDI 11 FÉVRIER & MARDI 12 FÉVRIER 2019, LYON, VILLEURBANNE (69)


Dans le cadre des JNPS 2019, la fondation ARHM et le Centre Hospitalier du Vinatier organisent deux évènements sur la prévention et la postvention du suicide :


· 11 février 2019 de 18h30 à 20h30 : Conférence grand public : « Suicide tous concernés »

Affiche
Teaser en LSF

Une personne sur 20 fait une tentative de suicide au cours de sa vie et 9 000 personnes se suicident chaque année en France. Parce que ces drames sont le plus souvent tus alors que des solutions existent, rompre le silence c'est déjà lutter pour sauver des vies.

Cette conférence grand public propose de faire un premier pas pour informer le grand public sur les moyens d'agir. Les Drs Christophe DEBIEN, Charles-Edouard NOTREDAME, Anne-Fleur PEREZ et Edouard LEAUNE animeront au cours de la conférence des temps de réflexion sur les mythes entourant le suicide, sur les moyens de soutenir les personnes en crise suicidaire et les dispositifs existant pour apporter une aide effective par des professionnels et des bénévoles.

Conférence gratuite, ouverte à tous, inscription obligatoire ici : https://www.inscription-facile.com/form/yZnLGHyvnwkxkdgTAlw2



· 12 février 2019 de 9h15 à 17h40 à Villeurbanne : Colloque « Postvention : Accompagner, Soutenir et Intervenir après un Suicide Pré-programme
Affiche

Ce colloque portera sur la prise en charge des endeuillés par suicide et les réponses institutionnelles au suicide d’un patient dans un service de santé ou médico-social. L'impact sur les professionnels impliqués dans la prise en charge d'un patient décédé par suicide et sur la communauté sera notamment évoqué.

Les inscriptions sont gratuites mais obligatoires (nombres de places limitées) auprès de yamina.lagha@ch-le-vinatier.fr




*** 

  • BOURGOGNE FRANCHE COMTE
JEUDI 31 JANVIER 2019, BESANÇON

Besançon - Jeudi 31 janvier à l'IRTS de Franche-Comté 1 rue Alfred de Vigny
Cette journée est organisée en partenariat avec la Coordination Besançon Prévention Suicide, la MSA de Franche-Comté et l’Association Santé Education et Prévenvion sur les Territoires Franche-Comté / Bourgogne (ASEPT FC/B).
Inscription et contact - Programme
***
  • BRETAGNE


MERCREDI 6 FÉVRIER 2019, RENNES (35)


Le Collectif Ensemble prévenons le suicide - Ille et Vilaine (CoEPS 35) et l'association PeGAPSe relaient en Bretagne, comme chaque année depuis 2008, la Journée nationale de prévention du suicide.
En 2019, la thématique retenue est "Suicide & Violence : des impacts croisés, une prévention liée ?"
Le colloque se déroulera le mercredi 6 février 2019 à la chambre des métiers et de l'artisanat de Rennes.
Programme détaillé et les modalités d'inscription.


 Informations, contacts :
PeGAPSe – CoEPS 35
Mutualité Française Bretagne
Service Prévention
20 Square de Broglie
CS 74 348
35043 RENNES Cedex
Tel : 02.99.67.88.06
06.26.78.68.24
pegapse@laposte.net
col.preventionsuicide35@laposte.net  



***
  • CENTRE VAL DE LOIRE

MARDI 26 FÉVRIER 2019, ORLÉANS (45)

JPV  45,18,36,37,41,72
Conférence “l’adolescence, période à risque?”  animée par le Docteur Linette Erminy, psychiatre.
Date(s) - 26/02/2019  : 18:30 - 20:30   Grand public
Lieu  Auditorium de la médiathèque d'Orléans
Informations flyer https://www.anjpv.org/events/jpv-451836374172-2018-fevrier-26-conference-ladolescence-periode-a-risque/

La soirée se déroulera en 2 temps: 3/4 d’heure de conférence suivis d’un temps de questions et d’échanges durant 1h 1/4.


***

  • GRAND EST


LES 1, 2, 4 5 FÉVRIER 2019, STRASBOURG (67)


Journée Nationale de la Prévention du suicide/SOS Amitié
«Silence, on en parle» : SOS Amitié Strasbourg et le club CinéPsy présentent et animent un débat sur le suicide après la projection du film de Stephen Daldry. Cette projection-débat a été organisée dans le cadre de la Journée nationale de prévention du suicide (JNPS).
Cinéma - Projection  «Silence, on en parle» : «Virgin Suicides»  
le 01/02/2019 de 20h15 à 22h00  cinéma L'Odyssée  3 rue des Francs-Bourgeois, Strasbourg
Plein tarif : 4.50 €
Cinéma - Projection   «The Hours», un film et un débat sur le suicide  le 02/02/2019 de 20h15 à 22h00  Cinéma Odyssée 3 rue des Francs Bourgeois  Strasbourg Plein tarif : 4.50 €
Cinéma - Projection «Umberto D.», un film et un débat sur le suicide
le 04/02/2019 de 20h15 à 22h00 Cinéma Odyssée 3 rue des Francs Bourgeois Strasbourg Plein tarif : 4.50 €
Conférence  «Allô, je veux en finir»... Et après...  conférence sur le suicide des adolescents et le deuil des proches le 05/02/2019 de 19h30 à 22h00  église protestante Saint-Pierre-le-Vieux  3 place Saint-Pierre-le-Vieux  Strasbourg

Organisateur
SOS Amitié Strasbourg
03.88.39.91.81



***

  • ILE DE FRANCE

MARDI 5 FÉVRIER 2019, PARIS (75)


Organisée par l'UNPS 

« Suicide et violences  - Violence du suicide»
Mardi 5 février 2019  Ministère de la justice Auditorium Olympe de Gouge 35 rue de la gare  75019 Paris Argumentaire



Informations, contacts :

Union Nationale pour la Prévention du Suicide
UNPS
33 rue Linné 75005 Paris
téléphone : 09 66 83 58 03
Email : contact@unps.fr
www.unps.fr


***

MARDI 5 FÉVRIER 2019, PARIS (75)

A l'occasion de la prochaine Journée Nationale de Prévention du Suicide
l'association AREMEDIA  organise avec le soutien de la Mairie  la projection d'un court-métrage original de sensibilisation (produit par AREMEDIA) principalement destiné aux acteurs de prévention des conduites à risque, suivie d'un débat avec la participation d'un expert reconnu, le Pr Frank BELLIVIER (hôpital Fernand-Widal, AP-HP).

Mardi 5 février à 18h
Salle des Fêtes de la Mairie du 10éme
72 rue du Fbg St Martin

Formulaire d'inscription obligatoire : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSeVJOcO-z2x2JcNggLIMLj2U8ni6vFaia1aET96kmiqWBRpKA/viewform?usp=sf_link

Informations contact présentation
https://aremedia.org/

 

***

  • ILE DE LA RÉUNION

VENDREDI 22 FÉVRIER 2019, LE TAMPON (974)

L'association SOS Solitude organise son colloque lors de la Journée Nationale de Prévention Du Suicide sur le thème "Adolescence et mal être".
le vendredi 22 février 2019 à l'amphithéâtre 300 à l'université du Tampon.
De 8h30 à 17h00.
L'entrée est libre sur inscription.
Information programme inscription : http://www.sos-solitude.fr/evenements
Pour tout renseignement jnps.sossolitude@gmail.com

Informations, contacts :


***

  • NOUVELLE AQUITAINE


MARDI 29 JANVIER 2019, SAINT BENOIT (86)

18ème Journée d'Etudes de la Coordination Territoriale de la Vienne « Prévention du Suicide et de la Dépression Promotion de la Santé Mentale » -

Journée organisée dans le cadre de la 23ème Journée Nationale pour la Prévention du Suicide 2019
« SUICIDE ET VIOLENCES VIOLENCE DU SUICIDE »


En savoir plus

Entrée gratuite, inscription obligatoire

Informations, contacts :

Centre Hospitalier Henri Laborit
Pavillon Pierre Janet CS 10587 86021 POITIERS Cedex
Marie Claire COTTIN
Tel 05 49 44 58 13 Mail :Marie-claire.cottin@ch-poitiers.fr


***

  • OCCITANIE

MARDI 5 FÉVRIER 2019 MONTPELLIER (34) & JEUDI 7 FÉVRIER TOULOUSE (31)



dans le cadre de la Journée Nationale de Prévention du Suicide en Région Occitanie
deux manifestations se tiendront en 2019 en Occitanie :


A MONTPELLIER
Une soirée cinéma débat se tiendra
Mardi 5 février 2019
au Cinéma Diagonal
Verdun
A 18 : 00
(entrée au tarif Cinéma)
A TOULOUSE
La journée tiendra à Toulouse
Jeudi 7 février 2019
A l’hôtel de région Occitanie
(Salle d’assemblée)
22, bd du Maréchal Juin
de 8h30-16h30
(entrée libre et gratuite)



Informations Contacts :
Prévention du Suicide en Midi-Pyrénées
3 bis rue Berthelot
31500 Toulouse
06 45 47 71 13
preventionsuicide.mp@laposte.net

***

  • PAYS DE LA LOIRE

MARDI 5 FÉVRIER 2019 ANGERS (49) 

A l'occasion de la Journée Nationale de Prévention du Suicide, le Collectif Prévention Suicide 49 organise un ciné-débat autour du thème "Décès d'un proche ... la vie après".
Il commencera par la diffusion du documentaire "La vie après le suicide d'un proche" de Katia Chapoutier.   Il se poursuivra ensuite par des échanges avec Romain Pager, psychologue clinicien, et avec les associations Au Coeur des Flots, Dialogue & Solidarité et SoinsSanté - REVIVRE .
L'entrée est gratuite dans la limite des places disponibles.
Cette soirée a été rendue possible par le soutien de la Ville d'Angers
Les associations membres du collectifs sont : AAVAS, ACVS 49 - Harcèlement scolaire, cyberharcèlement, pratiques à risques, ATLAS, Au Coeur des Flots, CIDFF 49, Association CONTACT Maine-et-Loire, Soins Santé REVIVRE, S.O.S Amitié Région Angers / Antenne de Saumur et Quazar, Centre LGBT d'Angers.
L'association Le Refuge Pays de la Loire est également association ressource du collectif.

Le 05/02/19 à 19h30 au Centre Jean Vilar Jeunesse 1 bis rue Henri Bergson, 49000 Angers
Plus d'infos https://www.facebook.com/events/367690203787244/ …

Information Contact :
tel 06 79 23 31 85
preventionsuicide49@gmail.com


***
OUTILS JNPS 2019

Argumentaire UNPS

#JNPS2019

Suicide et violences – Violence du suicide

Depuis un siècle, le regard que nous portons sur le suicide s’est profondément modifié. De la criminalisation, à la « sociétalisation » du regard sur le geste, en passant par la psychiatrisation, les étapes ont été nombreuses. Aujourd’hui, pour la plupart des personnes, le suicide n’est plus une faute ni même une erreur. Il est plutôt perçu comme le témoin d’une profonde souffrance, d’une impasse, d’une difficulté à être soi-même ou simplement à se sentir exister et à trouver son identité, sa place dans une société de plus en plus complexe. Société moderne qui est ressentie comme contradictoire, vide de sens et de perspectives, insupportable et violente.
Notre vision du suicide a évolué. Nous ne sommes plus dans la condamnation morale, nous cherchons à mieux comprendre ce qui a pu amener une personne à commettre ce geste. Ainsi nous cherchons à saisir ce qui n’a pas pu se dire, ce qui n’a pu être entendu, ce qui n’a pas pu se construire entre soi et les autres.  Il y a cette impression que la personne s’est heurtée au mur de la société dans une sorte de protestation ultime, sans avoir trouvé d’autres ressources pour le dire. Face à ce dialogue impossible, sidéré par des souffrances indicibles et inaudibles, il semble ne rester que la violence, celle que l’on ressent, que l’on retourne contre soi et qu’on renvoie à l’autre et au monde.
La violence est indissociable de la question du suicide. Mais doit-on pour autant s’arrêter à ce constat ? Ne pourrait-on pas aller chercher plus loin ? Il semble difficile d’interroger cette violence, comme si elle était forcement vide de sens.  Comme la représentation du suicide est violente, douloureuse, elle fait violence. Face à ce qui fait violence, l’attitude est souvent d’éviter de s’y confronter ou de condamner.
Pour aller plus loin dans nos missions de prévention, si nous souhaitons mieux comprendre notre démarche de prévention du suicide et, mieux aider les personnes endeuillées par suicide, nous devons analyser ce qui peut faire violence et ce qu‘il y a derrière la violence. En effet, la violence n’est pas neutre. Elle manifeste souvent ce que nous ne pouvons pas entendre, ni penser. Elle est comme un signal d’alerte ultime de situations qui dysfonctionnent. Il faut d’ailleurs parler des violences tant les situations peuvent être multiformes.
Nous sommes donc face à un double constat contradictoire : la violence est centrale dans la question du suicide et en même temps parler de cette violence en elle-même, l’analyser est peut-être ce qu’il y a de plus difficile. Le risque est de culpabiliser les acteurs de la prévention et les proches.  Comment alors poser la question du sens de la violence, sans être violent ? Quel sens cela peut avoir d’interroger cette notion dans la cadre de la prévention du suicide ? Pour quel objectif ? De quelle manière pourrions nous l’interroger sans ajouter  de la violence?
A l’occasion des Journées Nationales pour la Prévention du Suicide 2019 l’UNPS vous propose de réfléchir ensemble à ces questions  autour de 3 axes : 
- Violence ressentie par la personne :
Confrontée à des situations  de vie insupportables .et convaincue de l’absence de perspectives d’effacement d’une douleur devenue intolérable, elle voit dans la mort par suicide la seule façon d’échapper à cette souffrance.
Comment mieux prendre en compte dans la prévention du suicide, l’ensemble des facteurs sociaux et environnementaux qui sont souvent mis au second plan et ne pas se contenter de dire juste qu’il faudrait améliorer le lien social et rompre l’isolement ?
- Violence que l’acte suicidaire impose aux entourages :
Parfois privés de toute explication, ils s’interrogeront durablement sur quelle fut leur éventuelle responsabilité : ce que l’on n'a pas vu, pas entendu, ce que l’on n'a pas voulu entendre, ce qui n’était pas entendable et repérable.
Comment mieux prendre en compte dans la prévention  ce que vivent et ressentent les entourages ?
Peut-on réfléchir à des nouvelles pratiques d’accompagnement des suicidants et des endeuillés ?
- Violence faite aux intervenants professionnels ou bénévoles :
Confrontés à une personne prête à se tuer pour cesser de souffrir, les intervenants vivent le paradoxe d’éviter la non-assistance[1] tout en respectant l’autonomie de cette personne. Sans compter la violence induite par divers protocoles qui peuvent apparaître de plus en plus rigides.
Comment tenir compte de ce que vivent et ressentent les intervenants ?

Finalement, comment (ré)interroger les manières de faire de la prévention, de la postvention[2], les méthodes d’intervention et les pratiques ?
Sur toutes ces questions et sur bien d’autres, l’UNPS vous invite à venir réfléchir dans les très nombreux lieux en France avec les équipes qui organisent ces rencontres.

[1] C’est la notion de non assistance à personne en danger
[2] Intervention menée après un suicide, prenant essentiellement la forme d'un soutien aux personnes en deuil.

Source https://www.unps.fr/theme-_r_89.html