vendredi 17 août 2018

MàJ : ETUDE RECHERCHE Perte sensorielle et idées suicidaires chez les personnes âgées: résultats de l'étude de cohorte sur trois villes

Perte sensorielle et idées suicidaires chez les personnes âgées: résultats de l'étude de cohorte sur trois villes
Titre Original 
Sensory loss and suicide ideation in older adults: findings from the Three-City cohort study
S. Cosh (a1) (a2), I. Carrière (a3) (a4), V. Daien (a3) (a4) (a5), C. Tzourio (a5) (a6), C. Delcourt (a1) et C. Helmer (a1)

(a1)
1Bordeaux Population Health Research Center, University of Bordeaux, Inserm, Team LEHA, UMR 1219, Bordeaux, France
(a2)
2School of Psychology and Behavioural Science, University of New England, Armidale, NSW, Australia
(a3)
3Inserm U1061, Montpellier, France
(a4)
4University of Montpellier, Montpellier, France
(a5)
5Department of Ophthalmology, Gui De Chauliac Hospital, Montpellier, France
(a6)
6Bordeaux Population Health Research Center, University of Bordeaux, Inserm, Team HEALTHY, UMR 1219, Bordeaux, France

dans International Psychogeratrics Cambridge University Press 25 mai 2018

Résumé:
Objectifs: Examiner le risque longitudinal de perte de vision (LV) ou de perte auditive (LH) pour connaître des idées suicidaires chez les personnes âgées.  
CONCEPTION: L'étude Three-City, examinant les données de trois vagues de suivi (2006-2008, 2008-2010 et 2010-2012).  
CONTEXTE: Adultes âgés français  vivant dans la communauté. Participants: N = 5 438 adultes âgés de 73 ans et plus.
"MEASUREMENTS: Suicidality was assessed by the Mini-International Neuropsychiatric Interview, Major Depressive Disorder module. Mild VL was defined as Parinaud of 3 or 4 and severe VL as Parinaud >4. Mild HL was self-reported as difficulty understanding a conversation and severe HL as inability to understand a conversation. RESULTS: Severe VL was associated with an increased risk of suicidal ideation at baseline (OR = 1.59, 95% CIs = 1.06-2.38) and over five years (OR = 1.65, 95% CIs = 1.05-2.59). Mild and severe HL were associated with an increased risk of suicidal ideation, both at baseline (OR = 1.29, 95% CIs = 1.03-1.63; OR = 1.78, 95% CIs = 1.32-2.40) and over five years (OR = 1.47, 95% CIs = 1.17-1.85; OR = 1.97, 95% CIs = 1.44-2.70)."
Conclusion: Les pertes sensorielles en fin de vie présentent un risque d'idées suicidaires. La suicidalité nécessite une meilleure évaluation et intervention dans cette population.


https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01855921

ACCÈS ARTICLE
https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01855921/document



ou https://www.cambridge.org/core/journals/international-psychogeriatrics/article/sensory-loss-and-suicide-ideation-in-older-adults-findings-from-the-threecity-cohort-study/B8C144716389157E04B3491232CC8F22 

FORMATION PARIS (75) 3&4 decembre 2018 Addictions et risques suicidaires : prévenir, repérer, agir

Fédération Addiction - Addictions et risques suicidaires : prévenir, repérer, agir
source info : federationaddiction.fr

Date formation Lundi 03 Décembre 2018 Mardi 04 Décembre 2018
Paris

Addictions et risques suicidaires : prévenir, repérer, agir

La question du suicide est un sujet préoccupant en addictologie : comme pour les produits et les addictions au sens large, chacun a des représentations sur le suicide et a même pu y être confronté dans sa propre histoire. Certaines représentations peuvent orienter le regard des soignants sur cette question et faire obstacle au soutien des usagers. Les intervenants se protègent comme ils peuvent avec parfois l’existence d’une forme de déni. Avec les usagers ils n’osent pas toujours en parler de crainte, par exemple, que cela leur donne l’idée de passer à l’acte. Cette formation a pour objectif, d’une part de comprendre le processus de la crise suicidaire, le lien avec les conduites addictives et les maladies psychiques. D’autre part, elle vise à développer la vigilance des professionnels et à transmettre des savoir-faire pour permettre l’accueil d’une personne en crise suicidaire, l’évaluation de l’urgence, la mise en sécurité et l’orientation. Elle alternera apports théoriques, exercices, mises en pratique et appropriation d’outils. Elle s’adresse aux professionnels des champs médico-social, sanitaire et social intervenant auprès de personnes ayant des conduites addictives.

Fil Rouge de la formation : Catherine LEBRUN-LEGENT, administratrice de la Fédération Addiction, formatrice en prévention de la crise suicidaire, intervenante en addictologie au CSAPA du Havre, formatrice en Communication NonViolente® (CNV)

Téléchargez le programme de la formation " Addictions et risques suicidaires : prévenir, repérer, agir "

source https://www.federationaddiction.fr/formations/addiction-et-suicide-les-besoins-des-professionnels/

jeudi 16 août 2018

Guide de prévention, repérage et prise en charge des risques psychosociaux Des internes, chefs de clinique et assistants (médecine, pharmacie et odontologie)


Prévention, repérage et prise en charge des risques psychosociaux
Des internes, chefs de clinique et assistants (médecine, pharmacie et odontologie)


Source le  06.08.18  http://solidarites-sante.gouv.fr/*

Établissements de santé, sociaux et médico-sociaux Professionnels de santé

  PNG - 62.8 koLe secteur de la santé évolue continuellement pour s’adapter aux nouveaux besoins des patients et aux progrès médical. Il est confronté aux défis que représentent l’augmentation de l’espérance de vie et la hausse des maladies chroniques. Les réformes engagées pour mieux répondre à ces évolutions transforment profondément l’organisation des établissements. Ces évolutions ont un impact sur les conditions de travail et doivent être accompagnées pour améliorer le quotidien des professionnels et préserver la qualité de la prise en charge des patients.

Parmi ces professionnels, les internes se trouvent à une période charnière liée aux interrogations relatives à leur projet professionnel comme à la prise progressive d’autonomie dans leur exercice. De ce fait, ils sont susceptibles d’être concernés par un risque psycho organisationnel accru durant les premières années de leur exercice. Il était donc nécessaire de réaliser un travail spécifique pour identifier les principaux risques psychosociaux auxquels ils peuvent être exposés ainsi que les leviers de la prévention de ces risques.

Le présent du guide « Prévention, repérage et prise en charge des risques psychosociaux des internes, chefs de clinique et assistants (médecine, pharmacie et odontologie) » est destiné à un large public comprenant la population des internes elle-même mais également toutes les personnes intervenant dans leur cursus clinique, universitaire et administratif (chefs de service, médecins seniors, maîtres de stage, coordonnateurs universitaires, référents administratifs, ARS).


pdf Guide de prévention, repérage et prise en charge des risques psychosociaux Téléchargement (1.7 Mo)

Source :
Direction générale de l’offre de soins (DGOS)
Bureau Communication (SR5)
14 avenue Duquesne 75350 Paris 07 SP
Courriel : DGOS-SR5[@]sante.gouv.fr

http://solidarites-sante.gouv.fr/professionnels/ameliorer-les-conditions-d-exercice/qualite-de-vie-au-travail/article/prevention-reperage-et-prise-en-charge-des-risques-psychosociaux

USA Les États-Unis vont obtenir un numéro d'appel d'urgence national à 3 chiffres

Les États-Unis vont obtenir un numéro d'appel d'urgence national à 3 chiffres
Le président Trump a signé mardi la loi sur l’amélioration de la ligne téléphonique directe en matière de suicide de 2018.

Les États-Unis pourraient bientôt obtenir un numéro d’accès téléphonique national à trois chiffres.

Le président Donald Trump a promulgué mardi la loi de 2018 sur l'amélioration de la ligne téléphonique d'urgence nationale.

Elle exige que la FCC
(Federal Communications Commission) étudie la possibilité de désigner un code de composition à trois chiffres - comme le 911 - pour un système national de lignes directes de prévention du suicide et de santé mentale.

La FCC collaborera avec les ministères de la Santé et des Services sociaux et Anciens Combattants à l’étude.

Les trois organismes devront également analyser l’efficacité de la ligne d'ecoute nationale actuelle pour la prévention du suicide.

Ils ont jusqu'au 14 août 2019 pour soumettre un rapport sur l'étude.



La sénatrice Orrin Hatch et son représentant, Chris Stewart, ont présenté en 2017 la loi sur l’amélioration de la ligne téléphonique de prévention du suicide.
Après la signature, Hatch a publié la déclaration suivante:
"Avec ce sujet, mon cœur est à la fois lourd et plein d’espoir parce que le suicide a déjà pris tant de vies; Nous espérons que cette législation pourra inverser la tendance dans la campagne contre cette fléau ", a déclaré M. Hatch. "Avec ce projet de loi, nous pouvons prévenir d'innombrables tragédies et aider des milliers d'hommes et de femmes à obtenir l'aide dont ils ont désespérément besoin. Je suis reconnaissant que cette proposition de sauvetage ait été signée. "
Plus précisément, la Loi sur l’amélioration de la ligne directe sur la prévention du suicide:
Demande à la Federal Communications Commission (FCC) et à l'administration des services de toxicomanie et de santé mentale (SAMHSA) de mener l'étude suivante:

    
Recommander le meilleur numéro national à trois chiffres pour une ligne téléphonique nationale de prévention du suicide et de santé mentale
    
Examiner l'efficacité globale de de la
National Suicide Prevention Lifeline et la Veterans Crisis Line et recommander des moyens d'améliorer le système actuel.
    
Effectuer une analyse des coûts et des avantages de l'utilisation d'un code d'appel à trois chiffres pour ce système d'assistance téléphonique
Rep. Chris Stewart a déclaré que la nouvelle loi a la capacité de sauver des vies:
"C’est un grand jour pour l’Utah et une excellente journée pour la Nation. Nous avons maintenant la possibilité de rendre la ligne téléphonique nationale de prévention du suicide plus accessible et plus facile à retenir. En créant un code de numérotation rapide et facile à mémoriser, nous franchissons une étape importante vers une tragédie potentielle. Cette nouvelle loi a vraiment la capacité de sauver des vies. Je suis reconnaissant que le président ait signé cette loi en temps opportun. "Si vous ou quelqu'un que vous connaissez avez besoin d'aide, il y a la ligne de vie 24/7 pour la prévention du suicide au 1-800-273-8255. Pour plus d'informations, visitez utahsuicideprevention.org.



Sources : https://www.newsy.com/stories/us-may-get-3-digit-national-suicide-hotline-number/

https://www.good4utah.com/news/politics/trump-signs-suicide-prevention-hotline-bill-into-law/1368816588

ECOSSE Les pharmaciens recevront une formation " obligatoire " en prévention du suicide.

Les pharmaciens recevront une formation " obligatoire " en prévention du suicide.
D'après Pharmacists to receive ‘mandatory’ suicide prevention training par Thomas Cox
14/08/2018  www.chemistanddruggist.co.uk*

Le gouvernement écossais a déclaré que les pharmaciens de la communauté ont un "rôle clé" dans la prévention du suicide.
Les pharmaciens de la communauté écossaise font partie des professionnels de la santé qui recevront une formation "obligatoire" sur la prévention du suicide au cours des 10 prochains mois, a annoncé le gouvernement.

Dans un plan d'action publié la semaine dernière (9 août) (En savoir plus), le gouvernement écossais a déclaré qu'il financera la formation des professionnels de la santé fournissant des " services de première ligne " - y compris les pharmaciens - dans le cadre de son objectif de réduire le taux de suicide dans le pays de 20 % d'ici 2022.

S'adressant exclusivement à C+D hier (14 août), le gouvernement a dit : "Les pharmaciens de la communauté ont un rôle clé à jouer dans la sensibilisation au suicide et dans la lutte contre la stigmatisation souvent associée au suicide.

"Ils peuvent aussi aider en orientant les personnes qui risquent de se suicider vers les ressources et les services de soutien appropriés ", a-t-il ajouté.

Le gouvernement financera la création d'un " module général de base sur la santé mentale et la sensibilisation au suicide " d'ici mai 2019, accompagné d'une " suite de modules additionnels " bolt on " adaptés à des groupes professionnels particuliers ".

Les pharmaciens peuvent également accéder gratuitement au cours de premiers secours en santé mentale de l'Écosse, qui dure 12 heures.

"Les organisations doivent se demander quelle formation en santé mentale est nécessaire, tout comme elles le font pour la formation en santé physique, dans le cadre du développement professionnel continu de leur personnel", a-t-il souligné.

CPS : Le suicide est un "problème de santé majeur".

Community Pharmacy Scotland (CPS) a déclaré à C+D que " les ressources et la formation pour soutenir la sensibilisation, les conversations et la signalisation au sein de la pharmacie de la communauté seraient les bienvenues ".

"Les gens peuvent et se présentent dans les pharmacies lors d'épisodes de détresse aiguë", a-t-il ajouté.

Les équipes de pharmacie de la communauté peuvent être le "point d'accès pour certaines des personnes les plus vulnérables" et peuvent être en mesure de repérer les patients à risque lorsqu'ils demandent des quantités excessives de médicaments en vente libre liés au suicide.

Les pharmaciens pourraient bénéficier d'une formation sur les endroits où indiquer les patients à risque de suicide et sur la façon d'avoir des conversations délicates avec eux, selon la CPS.

Les pharmaciens peuvent également aider en fournissant des conseils sur les antidépresseurs, a-t-il ajouté.

Le gouvernement a reconnu le suicide comme un " problème majeur de santé publique ", a déclaré le CPS. "Il y a peu de domaines où il est aussi difficile ou important d'intervenir."
RPS Scotland veut améliorer les services de prévention du suicide. 

La Royal Pharmaceutical Society (RPS) Scotland a déclaré hier (14 août) à C+D qu'elle avait accueilli favorablement l'annonce, notant qu'elle avait discuté du rôle accru des pharmaciens dans le domaine de la santé mentale avec certaines organisations qui font partie du plan d'action.

Un " service plus formel doté de ressources " pour aider les patients à risque de suicide est nécessaire, a ajouté le RPS, " avec des pharmaciens travaillant en partenariat avec les omnipraticiens[et] les travailleurs de soutien ".

"Les pharmaciens en contact avec les patients pourraient identifier les personnes à risque. Il serait extrêmement utile de sensibiliser la profession aux signes de risque de suicide ", a déclaré le RPS.

Cependant, il y a " beaucoup de choses sur lesquelles s'appuyer " dans d'autres domaines de la prévention du suicide, comme donner aux pharmaciens de la communauté écossaise l'accès aux dossiers des patients afin qu'ils aient le bon diagnostic pour leurs patients, a-t-il souligné.

https://www.chemistanddruggist.co.uk/news/pharmacists-suicide-prevention-mental-health-training-scotland?cid=ENL-DAILY-LN-STORY2-TEXT-2018-0815

Les suicidés, ces soldats oubliés de la Grande Guerre

FRANCE Les suicidés, ces soldats oubliés de la Grande Guerre
Dernière modification : 15/08/2018 sur france24.com*



© Christian Persin | Le soldat François-Maurice Fouassier qui s'est donné la mort le 19 mai 1916.


Près de 4 000 soldats se sont donnés la mort entre 1914 et 1918. Mais 100 ans après la Grande Guerre, le suicide des poilus demeure une part obscure du conflit, au point que les descendants de ces hommes tentent encore de réhabiliter leur mémoire.
Durant quatre ans, tout au long de la Première Guerre mondiale, les Poilus ont envoyé des millions de lettres à leurs proches. Dans ces lignes, les soldats ont relaté leur quotidien sur le front, le courage, la camaraderie, l’héroïsme mais aussi l’ennui, la peur ou la solitude. Certains ont même raconté à leur famille le désarroi de leurs camarades. Dans un courrier daté du 11 août 1916, le caporal Perrier, originaire de Saône-et-Loire, s’inquiète d’un mal qui ronge les hommes. "Chez certains esprits, le moral est atteint. On sent une dépression chez beaucoup d’individus", écrit-t-il. Un peu plus loin, il rapporte même que plusieurs d’entre eux ont choisi de se donner la mort : "Nous espérons pour le moment que cette épidémie s’arrêtera là. Trois dans un mois à la même compagnie, c’est trop".
Infirmier à Verdun et dans l’Aisne, Jean Pottecher confie également à ses parents être témoin du même désarroi : "Un type de la 7e Cie que je ne connaissais pas (…) s’est suicidé hier d’un coup de révolver. Quoique je n’aime pas les généralisations trop rapides, je vous cite ce fait particulier comme un symptôme assez net de l’état de l’esprit du front (…). On dit que le suicide est épidémique : je ne sais pas si celui-ci contaminera le bataillon et s’il sera suivi d’autres".
Un chiffre impossible à établir
Malgré "cette épidémie" décrite par ces soldats, très peu d’ouvrages sur la Grande Guerre se sont penchés sur les suicidés au cours du conflit. Xavier Trochu, historien et archiviste aux archives municipales de Nantes, s’est ému de leur sort et a décidé de creuser la question. Pour cela, il a consulté les quelques 93 000 fiches de soldats, en ligne sur le site Mémoire des Hommes, n’ayant pas eu le droit à la mention Mort pour la France. "Sur celles-ci, j’en ai recensé plus de 3 900 qui avaient l’attribut de suicide. Cela correspond à la fourchette que l’historien Denis Rolland avait établie lors d’une conférence en 2004. Il arrivait à peu près à 4 000 / 4 500 morts par suicide", explique Xavier Trochu. "C’est très difficile d’être précis car le suicide en tant que tel n’est déjà pas quelque chose de facile à gérer chez les civils. Côté militaire, on se retrouve ainsi dans une situation encore plus particulière".






Le doute subsiste ainsi pour un certain nombre de fiches. "Il est difficile de savoir si la personne avait l’intention de se suicider ou pas. Il y a le cas par exemple de ceux qui se précipitaient sur le champ de bataille face à l’ennemi car ils en avaient marre. Ils n’ont pas été considérés comme suicidés mais comme morts pour la France", décrit l’historien. Au sein de l’armée, les militaires qui enregistraient les décès se sont aussi montrés plutôt enclin à cacher les suicides afin de protéger les proches : "Si on mettait cette mention, les conséquences pour les familles étaient immédiates : pas de pension ni de décoration. Au niveau local, elles se retrouvaient au ban de la société". Enfin, Xavier Trochu note que dans les hôpitaux militaires, "les médecins avaient certainement des réticences à dire que leurs patients s’étaient suicidés, car cela remettait en cause leur profession et le fait de savoir bien gérer une population malade".
En réalisant cette étude, l’archiviste a constaté un difficile accès aux sources. Mis à part ces fiches qui se révèlent incomplètes, parcellaires et surtout silencieuses, les documents manquent. Malgré tout, Xavier Trochu a pu dégager quelques tendances. "Ce ne sont pas forcément des gens qui sont en première ligne qui se suicident", a-t-il ainsi découvert. "Certains se donnent la mort à domicile, en cantonnement, en permission ou dans les hôpitaux". Contrairement à certaines idées reçues, ce ne sont non plus pas les plus jeunes qui finissent par craquer : "Parmi ces suicidés, il y a énormément de territoriaux, c’est-à-dire de soldats qui ont plus de 35 ans. La guerre est plus difficile à supporter pour eux car ils ont déjà une famille ou une vie bien installée".




"Un pauvre bougre emporté dans une énorme boucherie"
Cela a été le cas pour François-Maurice Fouassier, un soldat du 25e régiment d’infanterie territorial, originaire de Chemazé, en Mayenne. Ce père de quatre enfants s’est pendu le 19 mai 1916, à l’âge de 42 ans, à Laval, dans une chambre de son casernement où il était hospitalisé. Pourtant, il y a encore quelques mois, son arrière petit-fils Christian Persin pensait que son ancêtre était décédé des suites d’une maladie. Il n’a découvert la véritable cause de son décès qu’en consultant sa fiche militaire : "J’ai appelé ma mère pour savoir s’il y avait un secret de famille, mais elle n’en savait rien. Elle n’avait jamais entendu parler d’un suicide de son grand-père. Ma grand-mère lui avait qu’il avait eu des gelures au pied et une maladie pulmonaire".
La fiche de décès du soldat Fouassier



© Mémoire des Hommes
François-Maurice Fouassier a été enterré dans l’anonymat et son nom n’a pas été inscrit sur le monument aux morts. En découvrant la vérité, ce descendant de poilu a compris combien sa famille avait souffert de cette non-reconnaissance : "Je trouve cela particulièrement injuste que le fait de se suicider ait privé les proches de droits. La République a été sévère avec ces gens-là. Je sais que mon arrière grand-mère a ramé socialement. Ils étaient très pauvres. C’était des métayers. Elle a été obligée de placer ses enfants chez des bourgeois en tant que domestiques".
Pour réparer cette injustice, Christian Persin a demandé auprès de l’Office national des anciens combattants que son arrière grand-père soit reconnu comme Mort pour la France. Cette mention lui a été attribuée en juillet 2017. Il espère désormais que son nom apparaisse sur le Monument de Château Gontier où il vivait avant-guerre. Cela devrait être chose faite à l’occasion du 11 novembre prochain : "C’est une forme de réhabilitation. C’est un pauvre bougre qui a été emporté dans une énorme boucherie. Il y a laissé non seulement sa vie, mais sa famille en a aussi payé le prix". L’historien Xavier Trochu partage son avis. Pour lui, il est enfin temps de regarder ce passé en face : "C’est quelque chose de tabou et de pas facile. À l’époque, on a poussé l’individu à son extrême. C’est un sujet qui est difficile d’accès, mais qui mérite toute notre attention. Si ces hommes étaient restés dans un monde de paix, jamais il n’auraient pensé à se suicider".

http://www.france24.com/fr/20180815-premiere-guerre-mondiale-suicide-poilus-sante-mentale-rehabilitation

MàJ JOURNEE MONDIALE : JMPS 2018 : 10 septembre 2018 "Working Together To Prevent Suicide " Présentation & Manifestations

Manifestations en France 

Déjà en ligne / MàJ : Auvergne Rhône Alpes ( Lyon) (Vétraz-Monthoux) - Bretagne (Morlaix) - Ile de France (Paris *2 ) (Persan) - Pays de la Loire (Le Mans)

Autres pays

Belgique (Bruxelles)

Suisse (Fribourg )




La reconnaissance internationale du suicide en tant que problème de santé publique majeur a abouti à la création, le 10 septembre 2003, de la Journée Mondiale de Prévention du Suicide (JMPS)  / World Suicide Prevention Day (WSPD).
Cette journée, qui a lieu chaque année à la date anniversaire du 10 septembre, est organisée par l’Association  Internationale pour la Prévention du Suicide (IASP) et coparrainée par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé). cette année l'IASP a retenu le theme  " Working Together To Prevent Suicide "  Travaillons ensemble pour la prévention du suicide Elle a suscité le lancement de campagnes nationales et locales et a contribué à sensibiliser le public et à réduire la stigmatisation en en permettant un engagement mondial et des actions pour prévenir les suicides, avec diverses activités à travers le monde.


JMPS 2018


Plan du post
- Manifestations en France 
- Bannières
- Présentation de la journée



***

Les manifestations en France (en cours)


RÉGION AUVERGNE RHÔNE ALPES



MERCREDI 5 SEPTEMBRE 2018


A l'occasion de la Journée mondiale de la prévention du suicide, SOS SUICIDE PHENIX LYON organise une conférence  le 5 septembre 2018 sur le thème de l'Ecoute et l'art du dialogue dans la prévention du suicide.
Témoignages de bénévoles, présentation de pratiques professionnelles puis échanges avec le public animeront cette rencontre.
La complémentarité des intervenants, la présence exceptionnelle du Professeur en psychiatrie Jean Louis TERRA vous permettront de percevoir tous les aspects de la pratique de ce dialogue particulier.
Lieu Université Jean Moulin Lyon  3
Flyer

Information Contact:
SOS Suicide Phénix Lyon
9 quai Jean Moulin
69001 Paris
Tél : 01 40 44 46 43
http://www.suicide-phenix-lyon.fr/

***

MARDI 25 SEPTEMBRE 2018 VETRAZ-MONTHOUX (74) 


« Save the date « Journée Mondiale de Prévention du Suicide » : Ciné-débat MDA Rouge Cargo »

Dans le cadre de la  Journée Mondiale de Prévention du Suicide,
Le réseau de prévention des conduites suicidaires Ados 74 organise, avec le soutien de l’Institut Régional Jean Bergeret,
un ciné-débat autour du film d’animation COLORFUL de Keiichi Hara,

Mardi 25 septembre à 19h00

à la Maison des Adolescents Rouge Cargo à Vétraz-Monthoux

Un mail d’inscription sera adressé début septembre – nombre de places limitées à 60 personnes. En attendant, bloquez la date !


*** 


RÉGION BRETAGNE 



JEUDI 13 SEPTEMBRE 2018,  MORLAIX (29)

Journée mondiale de prévention du suicide
« Douleurs physiques, douleurs morales et risque suicidaire : regards croisés »
Le jeudi 13 septembre 2018
A la CCI métropolitaine Bretagne ouest Aéroport - CS 27934 29679 Morlaix cedex

Programme


Organisé par le
Centre Hospitalier des Pays de Morlaix

Information contact
Madame Gwénaëlle BATS
Service Formation
gbats@ch-morlaix.fr

 ***

RÉGION ILE DE FRANCE



LUNDI 10 SEPTEMBRE, PARIS (75)

Journée Mondiale pour la Prévention du Suicide 2018
10 Septembre 2018
"Travaillons ensemble pour la prévention du suicide"
A l'initiative de IASP (International Assocaition for Suicide Prevention)

L'Union Nationale pour la Prévention du Suicide (UNPS) organise pour la 6ème année sa Journée Mondiale de Prévention du Suicide. A son initiative, et avec le soutien de la Direction Générale de la Santé et de la Mairie du 5è, un Village Associatif se tiendra le dimanche 9 septembre prochain, Place Maubert à PARIS (5è) de 10h à 14h.  

Ce sera l'occasion de rencontrer les associations présentes mais aussi et surtout des personnes intéressées, concernées par le sujet du mal-être en général et du suicide en particulier.

Une animation musicale (trio de Violoncellistes) donnera à l'ensemble du village une note festive.

En 2017, 12 associations s’étaient données rendez-vous sur le village : Jonathan Pierres Vivantes, La Porte Ouverte, Santé Info Solidarité-Animation IDF, Schizo? Oui!, S.O.S Amitié, Suicide Ecoute, Fédération Vivre Son deuil, Entracte, Empreintes, CPS (FEALIPS), et Solitude Ecoute (Petits frères des Pauvres), le Crips-IDF et donnant lieu à 203 échanges avec le public présent.

Plus d'information

***

LUNDI 10 SEPTEMBRE, PARIS (75)

50èmes Journées du Groupement d’Etudes et de Prévention du Suicide
« La formation des professionnels à la prévention du suicide »

10 septembre 2018
Salle LAROQUE
Ministère des Solidarités et de la Santé
Paris
INSCRIPTION
PROGRAMME

Informations Contacts
Site du Congrès https://www.geps2018.com/ 


***


VENDREDI 5 OCTOBRE 2018,  PERSAN (95)

A L'occasion de la journée mondiale de prévention du suicide
Le groupe hospitalier Carnelle portes de l'Oise & L'association Entr'actes
 VOUS PRÉSENTENT 
COLORFUL Japon, 2010 De Keiichi Hara Scénario : Miho Maruo
Durée : 2h06
Un esprit gagne une deuxième chance de vivre à condition d’apprendre de ses erreurs.
Il renait dans le corps de Makoto, un élève de 3ème qui vient de mettre fin à ses jours.
L’esprit doit endurer la vie quotidienne de cet adolescent mal dans sa peau. Avançant à tâtons, s’efforçant de ne pas reproduire les fautes de Makoto, il va finalement découvrir une vérité qui va
bouleverser son existence.
Projection du film suivie d’un échange avec des professionnels de la prise en charge du suicide et des troubles du comportement.
Affiche
Image
Vendredi 5 octobre 2018
ENTRÉE  LIBRE 19h30 CINÉ-DÉBAT
Lieu de la projection : MJC de Persan
90 Avenue Gaston Vermeire
95340 PERSAN
Groupe  Prévention du Suicide du GHCPO

***

RÉGION PAYS DE LA LOIRE



JEUDI 20 SEPTEMBRE 2018, LE MANS (72)

Cette journée est organisée par l’Équipe mobile de prévention du suicide (EMPS) de l’EPSM de la Sarthe à l'occasion de la journée mondiale de la Prévention du suicide
Jeudi 20 septembre 2018, de 8h30 à 17h30, au Mans (sans frais d’inscription)
➡ Consultez le programme détaillé de la journée
Inscription obligatoire : bulletin d’inscription (version imprimable) – ou inscription en ligne en cliquant ICI 
En savoir plus 


Contacts et renseignements
Cellule de formation
à destination de publics externes (CFPE) de l’EPSM de la Sarthe
02.43.78.85.27
cfpe@epsm-sarthe.fr

***

Autres pays :

BELGIQUE

LUNDI 10 SEPTEMBRE 2018, BRUXELLES

Concert gratuit de Bai KAMARA en trio lundi 10 septembre 2018 Place Flagey
A l'occasion de la Journée Mondiale en Prévention du Suicide, le Centre de Prévention du Suicide de Bruxelles vous invite Place Flagey.
Dès 17h00 l' équipe du centre Prévention du Suicide de Bruxelles vous accueillera pour répondre à vos questions et promouvoir le bénévolat sur la ligne d'écoute gratuite et anonyme (le 0800 32 123).
Et de 19h00 à 20h30, Bai Kamara en trio vous interpretera ses plus belles chansons dans un style soul, funk, R&B, jazz.
Concert gratuit organisé par le Centre de Prévention du Suicide asbl. Si vous souhaitez faire un don pour permettre de multiplier les actions en prévention du suicide : BE58 3100 1905 0179 (déduction fiscale à partir de 40€).
informations Flyer https://www.preventionsuicide.be/fr/actualit%C3%A9/concert-gratuit-de-bai-kamara-en-trio-lundi-10-septembre-2018-place-flagey.html
 
Contacts et renseignements :
***

SUISSE


LUNDI   10 SEPTEMBRE  2018, FRIBOURG

Des maux de vie à l'envie de vivre
Enjeux et défi d'un accompagnement interdisciplinaire de jeunes en crise
Lundi 10 septembre 2018
Organisé par Prévention Suicide Fribourg  
Informations programme
BANNIÈRES
 

https://iasp.info/wspd2018/wp-content/uploads/2018/04/2018_wspd_banner_master_final.png
 






2018 World Suicide Prevention Day banner in French

https://iasp.info/wspd2018/


PRÉSENTATION
(Traduction infosuicide)


La prévention du suicide reste un défi universel
.
 


Chaque année, le suicide figure parmi les 20 principales causes de décès dans le monde pour les personnes de tous âges. Il est responsable de plus de 800 000 décès, ce qui équivaut à un suicide toutes les 40 secondes. 
Toute vie perdue représente le partenaire, l'enfant, le parent, l'ami ou le collègue de quelqu'un. Pour chaque suicide, environ 135 personnes souffrent d'un chagrin intense ou sont autrement affectées. Cela représente 108 millions de personnes par an qui sont profondément touchées par les comportements suicidaires. Le comportement suicidaire inclut le suicide et englobe aussi les idées suicidaires et les tentatives de suicide. Pour chaque suicide, 25 personnes font une tentative de suicide et beaucoup d'autres ont de sérieuses pensées suicidaires. 

Le suicide est le résultat d'une convergence de facteurs de risque génétiques, psychologiques, sociaux et culturels et autres, parfois combinés à des expériences de traumatisme et de perte. Les personnes qui prennent leur propre vie représentent un groupe hétérogène, avec des influences causales uniques, complexes et multiformes qui précèdent leur acte final.
Une telle hétérogénéité présente des défis pour les experts en prévention du suicide.
Ces défis peuvent être surmontés en adoptant une approche de prévention du suicide de plusieurs niveaux et cohérente. 

 

Prévenir le suicide est souvent possible et vous êtes un acteur clé dans sa prévention! Vous pouvez faire la différence - en tant que membre de la société, enfant, parent, ami, collègue ou voisin. Il y a beaucoup de choses que vous pouvez faire tous les jours, et aussi lors de la Journée mondiale de prévention du suicide (WSPD), pour prévenir les comportements suicidaires.
Sensibilisez-vous et sensibilisez les autres aux causes du suicide et aux signes avant-coureurs du suicide, montrez de la compassion et de l'attention aux personnes en détresse dans votre communauté, remettez en question la stigmatisation associée au suicide, aux comportements suicidaires et aux problèmes de santé mentale
et partagez vos propres expériences. 


Il faut du travail pour prévenir le suicide. Les avantages positifs de ce travail sont infinis et durables et peuvent avoir un impact massif. Le travail peut affecter non seulement les personnes en détresse, mais aussi leurs proches, ceux qui travaillent dans la région et aussi la société dans son ensemble. Nous devons nous efforcer de développer des activités de prévention du suicide fondées sur des données probantes qui atteignent ceux qui luttent dans toutes les régions du monde. 

La prévention du suicide nécessite des stratégies intégratives qui englobent le travail au niveau individuel, systémique et communautaire. Se réunir est essentiel pour prévenir le suicide. Prévenir le suicide nécessite les efforts de beaucoup. Il faut de la famille, des amis, des collègues, des membres de la communauté, des éducateurs, des chefs religieux, des professionnels de la santé, des responsables politiques et des gouvernements. La recherche suggère que les efforts de prévention du suicide seront beaucoup plus efficaces s'ils couvrent plusieurs niveaux et intègrent de multiples interventions. Cela nécessite la participation d'interventions qui se produisent dans les communautés et impliquent des réformes sociales et politiques, ainsi que des interventions qui sont délivrées directement aux individus. Pour atteindre notre objectif commun de prévention des comportements suicidaires, nous, en tant que public, en tant qu'organismes, en tant que législateurs et en tant que membres de la société, devons travailler en collaboration, de manière coordonnée, en utilisant une approche multidisciplinaire. 

Tout le monde peut contribuer à prévenir le suicide.

Le comportement suicidaire est universel, ne connaît pas de frontières et touche donc tout le monde. Les millions de personnes touchées chaque année par des comportements suicidaires ont une vision exclusive et des voix uniques.
Leurs expériences sont inestimables pour informer les mesures de prévention du suicide et influencer la prestation de soutien aux personnes suicidaires et à leur entourage. L'implication des personnes ayant une expérience vécue du suicide dans la recherche, l'évaluation et l'intervention devrait être au cœur du travail de toute organisation qui se penche sur le comportement suicidaire.

Cette année, il s'agit de la première Journée mondiale du suicide dont le thème est "Travaillons ensemble pour la prévention du suicide". Ce thème sera retenu pour la journée mondiale en 2019 et 2020. Nous avons choisi ce thème parce qu'il met en évidence l'ingrédient le plus essentiel pour une prévention efficace du suicide à l'échelle mondiale - la collaboration. Nous avons tous un rôle à jouer et, ensemble, nous pouvons relever collectivement les défis posés par les comportements suicidaires dans la société d'aujourd'hui. Le 10 septembre, joignez-vous à nous et à beaucoup d'autres personnes à travers le monde qui jouent leur rôle dans la prévention du suicide. Assurez-vous d'impliquer ou d'inviter d'autres organisations et collaborateurs locaux à organiser un événement pour marquer la Journée mondiale de la journée mondiale de 2018.

    
"
Chaque jour, nous perdons beaucoup de vies par suicide, et beaucoup d'autres sont profondément touchés par leurs morts. Nous reconnaissons tous ceux qui vivent les défis des idées suicidaires, et ceux qui ont perdu des êtres chers par le suicide. "


Journée mondiale de prévention du suicide 2018Fiche de faits et chiffres• Chaque année, plus de 800 000 personnes se suicident, ce qui représente 1 personne toutes les 40 secondes• Le suicide est la 15ème cause de décès dans le monde et représente 1,4% de tous les décès• Le taux mondial de suicide est de 11,4 pour 100 000 habitants- 15,0 / 100 000 pour les hommes
-  8,0 / 100 000 pour les femmes
• Le suicide est la principale cause de décès chez les 15-24 ans dans de nombreux pays européens• Globalement, les taux de suicide parmi ce groupe d’âge sont plus élevés chez les hommes que chez les femmes.• L'auto-agression se produit principalement chez les adolescents plus âgés et, à l'échelle mondiale, elle est la deuxième cause de décès chez les adolescentes plus âgées.• En 2012, 76% des suicides dans le monde ont eu lieu dans des pays à revenu faible ou intermédiaire, dont 39% dans la région de l'Asie du Sud-Est.• Dans 25 pays (au sein des États membres de l’OMS), le suicide est toujours criminalisé• Dans 20 autres pays, les personnes qui tentent de se suicider peuvent être condamnées à des peines de prison, conformément à la charia• Le suicide est le résultat d’une convergence de facteurs de risque incluant, mais sans s’y limiter, les facteurs de risque génétiques, psychologiques, sociaux et culturels, parfois associés àexpériences du trauma et de la perte• La dépression est le trouble psychiatrique le plus courant chez les personnes qui se suicident• 50% des personnes dans les pays à revenu élevé qui se suicident ont un trouble dépressif majeur à leur décès• Pour 1 suicide, 25 personnes font une tentative de suicide• 135 personnes sont touchées par chaque décès par suicide• Cela équivaut à 108 millions de personnes victimes de suicide dans le monde chaque annéeLes proches et amis proches des personnes qui se suicident constituent un groupe à haut risque de suicide, en raison du traumatisme psychologique lié à la perte de suicide et au risque familial et environnemental commun potentiel, à la contagion suicidaire par le processus de modélisation sociale et au fardeau de stigmatisation associée à cette perte
• Les stratégies efficaces de prévention du suicide doivent intégrer des stratégies de politique de santé publique et des stratégies de soins de santé, intégrant des mesures ayant la plus grande preuve d'efficacité, telles que: restriction de l'accès à des moyens létaux; traitement de la dépression; assurer la chaîne de soins; et prévention universelle en milieu scolaire

Source https://www.iasp.info/wspd/pdf/2018/2018_wspd_facts_and_figures.pdf
 

lien pour lire la brochure complète: https://iasp.info/wspd2018/wspd-brochure/
 
https://iasp.info/wspd2018/
 
• Pour toutes vos ressources WSPD 2018, y compris la brochure complète: https://iasp.info/wspd2018/wspd-resources/• Informations sur la participation à Cycle Around the Globe, y compris les détails de collecte de fonds de JustGiving: https://iasp.info/wspd2018/cycle-around-the-globe/• Bannières WSPD: https://iasp.info/wspd2018/wspd-banners/ • Light A Candle Cartes postales: https://iasp.info/wspd2018/light-a-candle/
• Boutique épingles  WSPD, bracelets et boutons
Cycle Around the Globe: https://iasp.info/wspd2018/store/• Activités suggérées: https://iasp.info/wspd2018/suggested-activities/• Faits et chiffres: https://www.iasp.info/wspd/pdf/2018/2018_wspd_facts_and_figures.pdf


https://iasp.info/wspd2018/

Source : Communication IASP
En savoir plus sur l'IASP

1er post  9/03/2018