mardi 16 avril 2019

Infosuicide.org en vacances

...de retour le 6 mai 2019.

RETOURS SUR MANIFESTATION VIDEOS JNPS 2019 Suicide et violences, violence du suicide Colloque du mardi 5 février 2019 Paris


Suicide et violences, violence du suicide
Colloque du mardi 5 février 2019
Paris, Ministère de la justice

Depuis un siècle, le regard que nous portons sur le suicide s’est profondément modifié. De la criminalisation, à la « sociétalisation » du regard sur le geste, en passant par la psychiatrisation, les étapes ont été nombreuses. Aujourd’hui, pour la plupart des personnes, le suicide n’est plus une faute ni même une erreur. Il est plutôt perçu comme le témoin d’une profonde souffrance, d’une impasse, d’une difficulté à être soi-même ou simplement à se sentir exister et à trouver son identité, sa place dans une société de plus en plus complexe. Société moderne qui est ressentie comme contradictoire, vide de sens et de perspectives, insupportable et violente. 

Vidéos mises en ligne 15/04/2019 source UNPS-Prevention-Suicide



Ouverture du colloque - Marc FILLATRE - Président de l’UNPS




Signature de la convention Ministère de la justice /UNPS - 

Jimmy DELLISTE, directeur des services pénitentiaires 



 


Est-il aujourd’hui plus difficile de s’inscrire dans une démarche de prévention du suicide qu’il y a 10-15 ans - JNPS
Michel WIEVIORKA
Docteur d'État ès Lettres et Sciences Humaines
Président de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme





Ces violences qui mènent aux conduites suicidaires - Pedro PEREIRA - JNPS 2019

Pedro PEREIRA, psychologue clinicien au SIUMPPS Paris Université






« Avez-vous des pistes pour articuler le sanitaire et le social dans la prévention des violences et du suicide ? »
Pedro PEREIRA, psychologue clinicien au SIUMPPS Paris Université



« Les étudiant.e.s relais sont –ils des vigies du mal-être de leurs pairs ? »
Pedro PEREIRA, psychologue clinicien au SIUMPPS Paris Université






« Avez-vous des pistes pour articuler le sanitaire et le social dans la prévention des violences et du suicide ? »
Romain CECCARINI, délégué régional, association Le Refuge







 « Comment informer les jeunes en situation de mal-être sur les structures qui peuvent les prendre en charge ? »
Romain CECCARINI, délégué régional, association Le Refuge








Information, contact :

http://www.unps.fr/
https://www.facebook.com/UnionNationalepourlaPreventionduSuicide/

lundi 15 avril 2019

ETUDE RECHERCHE Revue de littérature taux de suicide chez les personnes suicidaires ayant reçu leur congé de l'hôpital sur un demi siecle.

Les taux de suicide chez les personnes suicidaires ayant reçu leur congé de l'hôpital ont diminué de 50 %.
source "Suicide rates in suicidal people discharged from hospital down 50%"  10 avril 2019  Isabelle Dubach newsroom.unsw.edu.au*

Une nouvelle étude menée par des chercheurs de l'UNSW de Sydney a exploré un demi-siècle de recherche sur les taux de suicide des personnes ayant reçu leur congé de l'hôpital après avoir présenté des pensées ou des comportements suicidaires.

Les taux de suicide chez les personnes qui sortent d'hôpitaux non psychiatriques après s'y être présentées avec des pensées ou des comportements suicidaires (comme l'automutilation) ont diminué de moitié au cours des 20 dernières années, selon une nouvelle étude réalisée par des chercheurs médicaux de l'UNSW.

La méta-analyse du chercheur - publiée aujourd'hui dans la revue académique Acta Psychiatrica Scandinavica - a porté sur 115 études menées sur plus d'un demi-siècle et portant sur plus de 248.000 patients.

"Nous avons systématiquement cherché des publications qui suivaient des cohortes de personnes qui se présentaient à l'hôpital avec un degré quelconque d'automutilation ou d'idées suicidaires et qui ont reçu leur congé sans être admises dans des centres psychiatriques ", explique Matthew Large, psychiatre clinicien et professeur adjoint en médecine à l'UNSW.

"Nous avons constaté que la date de publication d'une étude était fortement associée au taux de suicide - dans les études antérieures à l'an 2000, le taux de suicide était supérieur à 700 pour 100 000 années-personnes, soit environ 60 à 70 fois le taux global de suicide dans la collectivité.

"Cependant, au cours des 20 dernières années, nous avons fait beaucoup mieux et le taux de suicide pendant cette période était environ la moitié de ce qu'il était avant le début du siècle."

Les raisons exactes de ce déclin ne sont pas claires, mais le professeur Large dit que les résultats sont probablement liés à l'évolution des attitudes dans les services d'urgence et à l'augmentation des ressources en santé mentale dans ces milieux.

"Dans le passé, les personnes qui se présentaient aux urgences avec des pensées ou des comportements suicidaires n'obtenaient pas nécessairement le traitement dont elles avaient besoin. On a parfois constaté une interférence avec la fonction principale des salles d'urgence, qui est de soigner les malades et les blessés.

"Cependant, au cours des 20 dernières années, on s'est rendu compte de plus en plus que ces personnes ont tout autant le droit de réclamer des ressources en santé que les personnes souffrant d'autres maladies courantes comme l'asthme et la douleur thoracique.

Selon le Dr Large, on reconnaît partout dans le monde que les services d'urgence offrent une occasion de prévenir le suicide en évaluant et en prenant en charge les personnes qui sont tellement en détresse qu'elles s'automutilent d'une façon ou d'une autre.

"Cette étude suggère que l'augmentation des ressources et de l'attention accordée à ces patients au fil des ans semble avoir porté ses fruits, probablement parce qu'une proportion plus importante de personnes présentant des pensées et des comportements suicidaires bénéficient d'un traitement spécialisé en santé mentale."

Les auteurs disent qu'il reste une forte demande non satisfaite d'évaluation et d'intervention psychosociales dans les services d'urgence, suivie de soins de qualité axés sur le patient.

«Nous savons maintenant que ce que nous faisons fonctionne de plus en plus, mais bien que le taux de suicide de ces patients ait diminué, il reste 30 fois plus élevé que le taux de la communauté en général. Il reste donc beaucoup à faire», déclare le Dr Large. .


Les taux de suicide dans le monde ont diminué de façon assez spectaculaire au cours des 20 dernières années, principalement en raison d'une baisse des taux dans les pays à revenu faible et intermédiaire. Cependant, les études incluses dans cette analyse proviennent de pays à revenu élevé où les taux de suicide dans les communautés sont stables ou ont même augmenté.

"Notre étude portait presque exclusivement sur les pays à revenu élevé en raison de la disponibilité d'études qui correspondent à notre méta-analyse - il est donc intéressant de constater que les taux après le congé diminuent dans les pays à revenu élevé, contrairement à l'ensemble des taux communautaires.

L'équipe a observé des disparités entre les pays dans son analyse.

"Des études menées en Asie, par exemple, où les services psychiatriques sont moins développés, ont montré que les taux de suicide sont plus élevés. Au Royaume-Uni, où les services communautaires sont bien développés, les taux de suicide sont plus faibles.

"Les taux de l'Australie étaient conformes aux résultats globaux, mais nous devons faire un peu plus de recherche. Il est surprenant qu'il n'y ait qu'une petite quantité de données disponibles d'ici, malgré les bons résultats de l'Australie dans la recherche sur le suicide."

La deuxième constatation importante de l'analyse est que le taux de suicide des personnes qui avaient des pensées ou des comportements suicidaires et qui ont ensuite reçu leur congé d'un hôpital non psychiatrique est extrêmement semblable au taux de suicide des personnes ayant reçu leur congé d'un hôpital psychiatrique.

"C'est une constatation importante parce que, souvent, beaucoup moins de ressources sont consacrées aux personnes qui obtiennent leur congé des services d'urgence ou des hôpitaux généraux, plutôt qu'aux établissements psychiatriques.

Enfin, le journal a également fait état d'un résultat positif en ce qui concerne les jeunes.

"J'ai été surpris de constater à quel point le taux de suicide des moins de 25 ans était remarquablement bas.

Les jeunes sont les plus susceptibles de se présenter à l'urgence avec des pensées et des comportements suicidaires et il est rassurant de constater qu'ils n'ont pas un risque plus important de suicide ", conclut le professeur Large.

https://newsroom.unsw.edu.au/news/health/suicide-rates-suicidal-people-discharged-hospital-down-50




IDF Le dispositif de prévention du suicide VigilanS déployé dans les Yvelines


Le dispositif de prévention du suicide VigilanS déployé dans les Yvelines
Actualité Santé publique
Date de publication


VigilanS Yvelines





L’ARS Île-de-France accompagne le centre hospitalier de Plaisir (78) dans le déploiement de VigilanS, dispositif innovant de prévention de la récidive suicidaire.



La survenue d’une tentative de suicide multiplie par quatre le risque de suicide ultérieur. Pour prévenir ce risque, le maintien du contact avec les personnes est l’un des modes d’intervention les plus efficaces.
Dans son Projet régional de santé, l’ARS Île-de-France s’est fixé comme objectif de disposer d’une organisation de recontact dans chaque département francilien d’ici 2022.
C’est la raison d'être du dispositif VigilanS, initialement déployé dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais, puis dans plusieurs régions françaises.
Dans les Yvelines, le projet est financé par l’ARS Île-de-France et porté par le Dr Cécile Omnes, praticien hospitalier, psychiatre au CH de Plaisir.
VigilanS 78
VigilanS 78 repose sur une équipe de professionnels : praticien hospitalier psychiatre,  infirmière,  psychologue, cadre de santé, assistante médico-administrative.
Concrètement, l’équipe médicale hospitalière propose aux patients ayant effectué un geste suicidaire de bénéficier du dispositif de recontact à leur sortie des services d’urgences ou de toute autre structure de soins hospitalière. Ils reçoivent alors un document d’information et une carte comportant le numéro de téléphone de VigilanS 78, à contacter en cas de besoin.
La cellule VigilanS contacte les patients entre 10 et 21 jours après leur sortie des services de soins et met en place le suivi téléphonique pour une durée de six mois. Selon l’évaluation du risque de passage à l’acte suicidaire, plusieurs niveaux croissants d’intervention peuvent être décidés depuis la poursuite du contact téléphonique jusqu’à la mobilisation du SAMU pour une intervention au domicile.
Tous les patients sont rappelés à l’issue de la période des six mois pour faire un bilan. Une nouvelle période de veille de six mois pourra être proposée si nécessaire.
En parallèle, les médecins traitants ou référents sont informés de l’entrée de leur patient dans le dispositif VigilanS et bénéficient d’une ligne téléphonique dédiée pour les accompagner dans la gestion de la crise suicidaire.
Chiffres clés
  • En Île-de-France, 751 décès par suicide ont été déclarés en 2015, dont 146 dans les Yvelines (Source : Centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès)
  • 1370 hospitalisations pour tentatives de suicides en 2016 dans les Yvelines
https://www.iledefrance.ars.sante.fr/le-dispositif-de-prevention-du-suicide-vigilans-deploye-dans-les-yvelines

Les cliniques psy ont un nouveau site

Les cliniques psy ont un nouveau site


La branche psychiatrie de la FHP lance son nouveau site internet www.fhp-psychiatrie.fr qui valorise la prise en charge au sein des hôpitaux et cliniques psychiatriques privés
.
 
Ce site informe en quelques clics les usagers sur les services proposés par les cliniques psychiatriques privées. Une rubrique dédiée met ainsi en avant l’actualité et les initiatives des 170 établissements.
 
Pour trouver rapidement et facilement une clinique psychiatrique près de chez soi, une carte interactive a été créée. Cet outil dynamique recense l’ensemble des structures psychiatriques privées partout en France et propose un système de recherche efficace par nom de ville.
 
Ce site  contient également un espace réservé aux adhérents de la FHP-Psychiatrie pour partager des informations et retrouver les communications privilégiées du syndicat.
 
 
 

AUTOUR DE LA QUESTION S'attaquer au problème de la santé mentale dans le sport olympique

S'attaquer au problème de la santé mentale dans le sport olympique
14/04/2019 https://www.olympic.org*

Chaque année, la commission médicale et scientifique du CIO adopte une déclaration de consensus sur un problème prédominant ayant une incidence sur le bien-être des athlètes. En 2018, la commission a tenu une réunion de consensus sur la maladie mentale dans le sport de haut niveau, un sujet discuté aujourd'hui au Forum international des athlètes à Lausanne.


De Michael Phelps révélant avec sincérité son combat contre la dépression après les Jeux olympiques de 2012 à Londres à Lindsey Vonn expliquant ouvertement avoir souffert de cette maladie pendant dix ans, un nombre croissant d'athlètes parlent de leur lutte souvent cachée contre les troubles psychiques.
Les études scientifiques signalent actuellement que les troubles de santé mentale affectent jusqu'à 35 % des athlètes d'élite à un stade ou à un autre de leur carrière. Cela peut aller de l'épuisement et de la toxicomanie aux troubles de l'alimentation, à la dépression et à l'anxiété. Les facteurs déclencheurs peuvent être extrêmement variés, les études relevant une palette de facteurs contributifs allant de la mauvaise qualité du sommeil aux pressions subies dans le cadre des processus de sélection ou à une retraite prématurée pour cause de blessure. Dans le cas de Phelps et de bien d'autres, c'est la baisse radicale d'activité après les Jeux qui a provoqué une spirale descendante menant à des pensées suicidaires.
 “Bien qu'il n'y ait aucune preuve que la maladie mentale soit plus répandue chez les athlètes d'élite que dans la population en général, il est important d'aborder ces problèmes chez les athlètes, en tenant compte de la situation particulière dans laquelle ils se trouvent et du stress important auquel ils sont confrontés dans leur vie,” indique le Dr Richard Budgett, directeur médical et scientifique du CIO.
Ainsi, au cours des deux dernières années, le CIO a cherché à lancer un certain nombre de projets qui améliorent notre compréhension de la santé mentale des athlètes et à trouver des moyens d'aider les athlètes et les membres de leur entourage à détecter et à traiter d'éventuels troubles psychiques.
IAF IOC/Greg Martin
Pour commencer, un groupe de 20 experts du monde entier - composé d'éminents psychiatres, psychologues, représentants des athlètes et professionnels de la médecine sportive – s'est attelé à l'étude de près de 15 000 articles de recherche pour produire un document de consensus, avec données probantes, sur les troubles de santé mentale chez les athlètes d'élite. Ce document sera publié en mai 2019.
Si cette vue d'ensemble des connaissances scientifiques actuelles revêt une importance vitale, elle ne constitue toutefois qu'une partie du puzzle. Peu d'entraîneurs et d'officiels dans le sport ont une compréhension approfondie de la santé mentale, et le CIO reconnaît également qu'il existe un grand besoin d'outils d'évaluation pratique susceptibles d'être utilisés par les professionnels de la santé et toute personne s'occupant d'athlètes. Un petit groupe de travail doit se réunir le 15 avril pour examiner les nouvelles mesures qui pourraient être mises en place à l'avenir par les Fédérations Internationales (FI) et les Comités Nationaux Olympiques (CNO) afin de protéger la santé mentale des athlètes.
 "Nous avons un projet similaire portant sur les commotions cérébrales, qui est revu tous les quatre ans ", ajoute le Dr Budgett. "Il est réalisé en collaboration avec un certain nombre de Fédérations Internationales pour lesquelles les commotions cérébrales sont une source de préoccupation, et ce projet a abouti à la création d'un outil d'évaluation des commotions cérébrales dans le sport appelé SCAT. Il se présente sous la forme d'un questionnaire qui permet d'identifier très facilement les commotions cérébrales ; ce questionnaire comporte également des lignes directrices sur la durée de repos à observer par l'athlète blessé et sur les moyens à mettre en œuvre pour sa rééducation la plus rapide et la plus sûre possible. Nous voulons donc adopter une approche similaire pour la maladie mentale chez les athlètes, à savoir créer un outil qui peut faire partie du processus normal de soins et d'évaluation, et la commission des athlètes y est très favorable."
Mais pour bien s'attaquer à la santé mentale dans le sport d'élite, il faut aussi continuer à sensibiliser le public et à réduire la stigmatisation qui entoure encore le sujet. Selon le Dr Budgett, les efforts déployés par des athlètes de renommée mondiale et aux multiples succès, comme Michael Phelps, pour parler de leurs combats personnels, ont déjà eu un impact positif majeur.
 “Je pense que les athlètes qui parlent franchement de problèmes dont d'autres ont eu du mal à s'ouvrir peuvent être d'un grand secours, surtout s'il s'agit d'athlètes de haut niveau et célèbres. Cela a été très utile dans ce cas-ci pour sensibiliser le public à l'importance de ce thème."
Toutefois, il reste encore beaucoup à faire. La santé mentale a été un sujet de discussion important aujourd'hui au Forum international des athlètes 2019 ; par ailleurs, en décembre dernier, le CIO a organisé un atelier sur le sujet avec des représentants de l'ensemble des FI et d'un certain nombre de CNO. L'objectif était d'assurer que toutes les commissions médicales olympiques et les différentes commissions d'athlètes soient informées des projets du CIO en cours et d'entendre les différents points de vue sur les chantiers nécessaires pour l'avenir.
"Ce que nous avons surtout entendu aujourd'hui, c'est que les problèmes de santé mentale devraient être abordés plus ouvertement dans le sport ; on peut en effet aisément comprendre que les athlètes s'inquiètent en permanence pour leur sélection et qu'ils veuillent paraître aussi solides que possible ", relève le Dr Budgett. "Mais en fin de compte, cela peut être contre-productif, et c'est pourquoi les problèmes de santé mentale doivent être reconnus et abordés de manière constructive par les entraîneurs et le reste de l'entourage.
"C'est donc là notre objectif : reconnaître et réduire la stigmatisation afin que les athlètes puissent bénéficier d'une aide adéquate lorsqu'ils en ont besoin. Le Forum des athlètes est vraiment utile pour sensibiliser à cette question et recueillir d'autres idées sur ce qui permettrait d'améliorer la gestion et la reconnaissance des problèmes de santé mentale. C'est un processus à double sens. Nous écoutons les athlètes, et nous espérons qu'ils pourront apprendre de nous."

ROYAUME UNI Le Prince Harry et Oprah Winfrey réalisent un documentaire sur la santé mentale

Le Prince Harry et Oprah Winfrey réalisent un documentaire sur la santé mentale
Pour la future plateforme de streaming en ligne AppleTV+ la célèbre présentatrice américaine et le mari de Meghan Markle s'allient pour aborder un sujet important : la santé mentale.

Publié le Lundi 15 Avril 2019  glamourparis.com

C’est sur son compte Instagram officiel que le Prince Harry a annoncé une collaboration avec la célèbre présentatrice américaine Oprah Winfrey. L'objet de cette alliance ? Une série documentaire sur la santé mentale et le bien-être, à paraître sur la future plateforme de streaming Apple TV+. Ils seront créateurs et producteurs exécutifs de ce document de plusieurs épisodes.

L'époux Meghan Markle s'est réjoui de cette nouvelle en postant un message sur leur nouveau compte Instagram, Sussex Royal : "C'est une énorme responsabilité, car nous apportons des faits, des éléments scientifiques, et une prise de conscience sur un sujet important de notre époque." Il a ouvertement évoqué ses problèmes de santé mentale au cours des dernières années. En 2016, il a cofondé l'initiative Heads Together, qui vise à lutter contre la stigmatisation de des troubles mentaux et finance des services de santé mentale.

L'intérêt d'Oprah Winfrey pour la santé mentale est tout aussi personnel. Dans son propre magazine O, elle a admis avoir souffert d'anxiété et de dépression. Cette série documentaire permettra de palier aux clichés qui entourent les troubles mentaux. Une initiative importante pour deux personnalités à l'influence colossale.

https://www.glamourparis.com/people/news/articles/le-prince-harry-et-oprah-winfrey-realisent-une-serie-documentaire-sur-les-maladies-mentales/73928

samedi 13 avril 2019

ETUDE RECHERCHE un test multigénique nous rapproche de la possibilité de prévenir la dépression chez les enfants et les adolescents

Psychiatrie: un test multigénique pour prédire le risque de dépression
Psychiatry: Multigene test predicts depression risk8 avril 2019 La source: Ludwig-Maximilians-Universität München

Selon l'Organisation mondiale de la santé, la dépression est maintenant la principale cause d'invalidité, touchant plus de 300 millions de personnes dans le monde. La dépression est une maladie résultant d'interactions entre des facteurs biologiques, psychologiques et sociaux. Bien que la dépression puisse se manifester à tout âge, elle se manifeste souvent au début de l'adolescence. Identifier les facteurs de risque de la dépression avant que ne surviennent des symptômes de confusion clinique est crucial pour des stratégies de prévention ciblées et efficaces.

Une étude publiée par une équipe de l'Institut de psychiatrie Max Planck de Munich et du Ludwig-Maximilians-Universitaet (LMU) du centre médical de Munich, en collaboration avec des chercheurs de l'Université Emory (Atlanta, États-Unis), de l'Université de Coimbra (Portugal) et l’Université d’Helsinki (Finlande) nous rapproche de la possibilité de prévenir la dépression chez les enfants et les adolescents. Les auteurs ont utilisé une méthode relativement nouvelle de calcul du risque génétique de dépression. Les études génétiques traditionnelles se concentrent sur une différence génétique à la fois et déterminent son association statistique avec le risque de maladie. Dans cette étude, des informations dérivées de nombreuses variantes génétiques associées à la dépression, identifiées sur un échantillon de plus de 460 000 adultes, ont été utilisées pour créer un score reflétant le risque génétique agrégé de la dépression, également appelé score de risque polygénique. Individuellement, ces variantes ont peu d’impact sur le risque mais, prises ensemble, elles peuvent révéler un risque de maladie autrement caché, offrant ainsi une image beaucoup plus claire. La méthode a déjà été utilisée avec succès pour quantifier le risque génétique pour de nombreuses maladies courantes, telles que les maladies cardiaques ou le diabète.

L'étude paraît dans l' American Journal of Psychiatry , le journal le plus lu par les psychiatres et les professionnels de la santé mentale. Thorhildur Halldorsdottir, premier auteur de l'étude, explique comment cela s'est fait de manière plus détaillée: "Le score a d'abord été calculé à partir de données génétiques obtenues à partir d'un très grand nombre d'adultes souffrant de dépression. Ce paramètre a ensuite été évalué dans des cohortes plus petites d'enfants et d'adolescents. déterminer s'il était possible de prédire la dépression et les symptômes de la dépression dans ce groupe d'âge. " En outre, elle a étudié l'impact d'un facteur environnemental - la maltraitance dans l'enfance - susceptible de prédire la dépression. "Nous avons également cherché à voir comment des antécédents de maltraitance dans l'enfance avaient affecté le risque. Nous avons constaté que le score de risque polygénique et l'exposition à la maltraitance étaient des informations utiles pour identifier les jeunes à risque de dépression."

Elisabeth Binder, directrice de l’Institut Max Planck et chef du département dans lequel cette recherche a été effectuée, résume les résultats de la manière suivante: «C’est la première étude qui montre que le score de risque polygénique calculé à partir d’adultes déprimés peut être utilisé pour: identifier les enfants à risque de développer une dépression, avant l'apparition de tout symptôme clinique. "

Des interventions psychologiques et pharmacologiques efficaces contre la dépression sont déjà bien connues. Une combinaison de ces interventions s'est révélée la plus efficace. Malheureusement, l'application de ces mesures n'est pas réalisable dans le domaine de la santé publique, en partie à cause du manque de ressources. Gerd Schulte-Körne, directeur et président du département de psychiatrie pour enfants et adolescents, psychosomatique et psychothérapie du centre médical LMU, ajoute: "En appliquant les résultats d'études telles que celle-ci, il devrait être possible à l'avenir de: cibler les jeunes qui présentent le plus grand risque de dépression, c'est-à-dire ceux qui ont un score de risque polygénique élevé et / ou des antécédents de violence dans l'enfance, pour ces interventions efficaces. "

Binder conclut: "Il reste encore beaucoup de travail à faire pour parfaire l'identification précoce des jeunes à risque de dépression. Cependant, identifier les enfants les plus susceptibles de développer une dépression nous donnerait l'occasion de mettre en œuvre stratégies de prévention efficaces et à réduire le fardeau de santé énorme associé à la dépression. "


Story Source:

Materials provided by Ludwig-Maximilians-Universität München. Note: Content may be edited for style and length.


Journal Reference:
Thorhildur Halldorsdottir, Charlotte Piechaczek, Ana Paula Soares de Matos, Darina Czamara, Verena Pehl, Petra Wagenbuechler, Lisa Feldmann, Peggy Quickenstedt-Reinhardt, Antje-Kathrin Allgaier, Franz Joseph Freisleder, Ellen Greimel, Tuomas Kvist, Jari Lahti, Katri Räikkönen, Monika Rex-Haffner, Eiríkur Örn Arnarson, W. Edward Craighead, Gerd Schulte-Körne, Elisabeth B. Binder. Polygenic Risk: Predicting Depression Outcomes in Clinical and Epidemiological Cohorts of Youths. American Journal of Psychiatry, 2019; appi.ajp.2019.1 DOI: 10.1176/appi.ajp.2019.18091014


* Ludwig-Maximilians-Universität München. "Psychiatry: Multigene test predicts depression risk." ScienceDaily. ScienceDaily, 8 April 2019. <www.sciencedaily.com/releases/2019/04/190408114240.htm>.

PRISON Philippe Carrière « C’est l’abandon du contact humain qui pousse au suicide »

« C’est l’abandon du contact humain qui pousse au suicide »
Recueilli par Laure Anelli
Ecrit le 14 novembre 2018
sur https://oip.org/*
Philippe Carrière a participé au premier groupe de travail mixte Santé/Justice sur la prévention du suicide en prison, en 1996. Vingt ans plus tard, rien n’a changé, ou presque, pour ce psychiatre. Et pour cause : trop occupée à vouloir empêcher le passage à l’acte, l’administration pénitentiaire en oublie de considérer le besoin d’aide des personnes en souffrance. Entretien.
Philippe Carrière est psychiatre en Bretagne. Il a exercé comme chef de service au service médico-psychologique régional (SMPR) du centre pénitentiaire de Châteauroux-Saint-Maur.
Vous avez participé à la rédaction d’un rapport sur la prévention du suicide en prison en 1996. Que pensez-vous de la situation aujourd’hui, plus de vingt ans après ?
Philippe Carrière En matière de prévention, les choses n’ont pas beaucoup avancé. Au lieu de considérer le besoin de soutien psychologique des personnes détenues, c’est toujours l’idée d’empêcher le passage à l’acte qui domine. J’ai connu l’époque où un détenu soupçonné de vouloir se suicider pouvait être mis à nu et envoyé au quartier disciplinaire avec seulement deux matelas, l’un devant faire office de couverture – ils appelaient ça « le sandwich ». Je me souviens d’un directeur de prison qui regrettait que l’on n’officialise pas ce genre de pratiques : « Dans certains pays, on les met dans une cellule avec des caméras, nus, sans rien qui leur permette de se suicider. Mais nous on n’ose pas faire ça. » C’était effectivement le cas dans certaines prisons au Canada, mais ça n’empêchait pas les gens de se jeter contre les murs ! Il faut comprendre que l’on n’arrivera jamais à écarter tout risque. Ou alors c’est l’escalade : la camisole de force, la cellule capitonnée, etc. Mais traiter les gens comme ça, c’est inhumain, alors que la tentative de suicide est justement un appel à être plus humain. Si on met les gens dans un pyjama en papier complètement inconfortable, qu’ils sentent qu’on veut juste les empêcher de se tuer mais qu’on ne les écoute pas, ça ne fonctionne pas. Il faut retourner cette logique et trouver le juste équilibre entre humanisation, écoute et prévention. Prenons par exemple l’intensification des rondes de nuit : on casse le sommeil des détenus. Sur le plan de la santé mentale, c’est très mauvais. Nous on disait qu’il fallait respecter leur sommeil. Si on se contente de regarder par l’œilleton, ça va, mais s’il s’agit d’allumer et de faire en sorte que toutes les deux heures, le détenu fasse un geste, c’est aberrant. Et puis de toute façon, dans le cas d’une pendaison, la ronde, même deux heures après au lieu de quatre, c’est trop tard. Mais les recommandations du rapport de 1996 n’ont pratiquement pas été suivies et ce rapport n’était en réalité même pas connu. Cela tient surtout à l’indifférence qui règne en prison à l’égard des problématiques psy : ça n’est pas leur souci. Leur affaire, c’est que les choses se passent bien, que ça circule comme il faut.
C’est un véritable changement d’approche que vous proposiez.
Oui, face à un comportement suicidaire, la réaction devrait être d’essayer de comprendre pourquoi pour ce détenu le suicide est devenu le seul moyen d’expression. On fait une tentative de suicide quand on a perdu ce fil qui nous relie à la vie et à la société et qu’il ne reste plus que l’auto-agression pour exprimer la violence de ce qui nous arrive et la colère que cela génère. Parfois, ça peut paraître étrange, et les rumeurs les plus folles peuvent se répandre, très vite, parce qu’on ne peut pas croire que ça arrive à cette personne-là, à ce moment-là. Mais s’il y a eu une surenchère disciplinaire, par exemple après une altercation avec des surveillants, il devient possible que la personne retourne toute sa frustration et sa violence contre elle-même, puisqu’elle ne peut pas s’exprimer autrement. Elle est prise dans une espèce de vertige, de gouffre. Mais si elle a la possibilité de voir sa famille, de garder un lien avec les gens en qui elle a confiance et auprès de qui elle peut se raconter, se plaindre, ce n’est pas du tout pareil que si elle est réduite au silence total. Il ne faut pas perdre de vue que c’est le contact humain qui permet d’éviter le suicide. Et c’est donc l’abandon du contact humain qui pousse au suicide.
Pensez-vous que l’on puisse parler d’une responsabilité du personnel pénitentiaire ?
C’est l’un des grands problèmes en prison : les syndicats de surveillants ont un poids énorme. Et certains sont réellement dans une espèce d’escalade sécuritaire, avec un leitmotiv selon lequel le personnel ne serait pas bien traité parce que tout serait fait pour les détenus. Ils ont constamment l’impression qu’une amélioration des conditions de détention va les mettre en danger, ils s’y opposent donc de manière systématique. J’ai connu un directeur qui nous expliquait que la première chose qu’il avait faite en arrivant dans sa prison avait été d’améliorer le quartier disciplinaire [QD] et de mettre l’eau chaude aux lavabos. Le personnel lui en a terriblement voulu. « J’aurais dû faire d’autres améliorations avant d’amener celle-là. Mais le QD étant dans un tel état… », se désolait-il. Je me souviens aussi d’un détenu qui délirait complètement et qui s’était retrouvé au QD parce qu’il avait complètement barricadé et calfeutré sa cellule. Quand je l’ai vu, je l’ai fait transférer à l’unité pour malades difficiles, où il est resté quelques mois, le temps de se remettre. Mais à son retour en détention, le directeur l’a renvoyé au QD pour qu’il finisse d’exécuter sa sanction. Ça n’avait aucun sens, si ce n’est garder le dernier mot et envoyer un signal rassurant au personnel. Car si c’est bien le directeur qui décide des entrées et sorties au QD, il doit faire très attention à l’équilibre politique dans son établissement, et ça peut se révéler très compliqué de sortir quelqu’un, même s’il met sa vie en danger…
« Si on met les gens dans un pyjama en papier complètement inconfortable, qu’ils sentent qu’on veut juste les empêcher de se tuer mais qu’on ne les écoute pas, ça ne fonctionne pas. »
Comment agir pour améliorer la prévention ?
Aujourd’hui, on constate que la sur-suicidité en prison demeure, malgré les plans de prévention successifs. Or, quand les gens sont dans des endroits surpeuplés et insalubres, où il n’y a pas de travail, pas d’activités, ça n’est pas sans conséquences sur leur état psychologique. Alors dans l’immédiat, que faire ? Que les locaux soient corrects d’abord : saleté, promiscuité et insalubrité rendent les conditions de détention indignes et très inhumaines. Il faut aussi venir à bout de cette question de la surpopulation, qui empêche tout contact individualisé entre les détenus et les surveillants et limite ceux avec les soignants, les psychologues, etc. Il faudrait également favoriser les liens des détenus avec l’extérieur et notamment avec leurs proches : faciliter les parloirs, éviter les transferts réguliers d’une prison à une autre, généraliser les UVF [unités de vie familiale] bien sûr, etc. Enfin, il faut lutter contre l’oisiveté et proposer des activités qui ont du sens. La plupart des détenus sont dans l’inactivité totale. Et s’ils ne font rien, ils rentrent dans des combines, ils ruminent… C’est toute la qualité du séjour en prison qu’il faut revoir.
Recueilli par Laure Anelli

vendredi 12 avril 2019

MANIFESTATION DOUÉ-EN-ANJOU (49) 29/04/2019 Ciné-débat : Mal-être et suicide chez les personnes âgée

Ciné-débat : Mal-être et suicide chez les personnes âgée

Le lundi 29 avril 2019

19h30
Le réseau de prévention du suicide du Saumurois-Layon, organise une soirée ciné-débat sur le mal-être et le suicide de la personne âgée, le lundi 29 avril à 19h30 au Théâtre Philippe Noiret.
La projection des deux films : "Éviter l'irréparable" et "Emmurés du silence"  sera suivie d'une table ronde avec la participation de professionnelles :
  • Sylvie BRILLEAU-HUMEAU, psycho-gérontologue,
  • Cécile CHAUVEAU-DESLANDES, infirmière au service gérontopsychiatrie du CESAME.
Cette soirée sera aussi l'occasion d'échanger et de poser vos questions aux intervenants.
Entrée gratuite - Ouvert à tous
Renseignements :
Réseau de prévention du risque suicidaire du Saumurois-Layon
4 rue Saint-Denis - Doué-la-Fontaine - 49700 DOUÉ-EN-ANJOU
02 41 31 75 31 ou 02 41 31 75 35

Télécharger le flyer mal-être et suicide chez la personne âgée
agencesaumuroislayon.blf@msa49.msa.fr

source https://www.doue-en-anjou.fr/fr/agenda/agenda-toutes-les-dates-p413.html#.XLC8N6LgqUk

Luxembourg campagne intitulée "L’anxiété : parlons-en", qui s'inscrit dans le cadre du Plan National de Prévention du Suicide pour le Luxembourg

Luxembourg Campagne de prévention
L'anxiété est une maladie qui peut être traitée
RTL | Actualisé: 11.04.2019 https://5minutes.rtl.lu/*


Une personne sur cinq développe un trouble anxieux au cours de sa vie.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) estime que 260 millions de personnes souffrent de troubles anxieux au niveau mondial. Une raison suffisante pour que le ministère de la Santé et le Service Information et Prévention de la Ligue lancent une campagne intitulée "L’anxiété : parlons-en", qui s'inscrit dans le cadre du Plan National de Prévention du Suicide pour le Luxembourg. C'est précisément par ce moyen que beaucoup de personnes concernées pourront être aidées, dit le Docteur Elisabeth Seimetz, responsable de la campagne pour la Ligue.
"Difficile d'admettre qu'on a besoin d'aide"

"Au Luxembourg comme dans d'autres pays, ce n'est pas encore tout à fait ok de parler des maladies psychiques. Quand quelqu'un ne va pas bien, souvent il n'ose pas, il a honte quand il présente les symptômes. Il a le sentiment qu'il doit venir à bout de cela par lui-même. Ce sont aussi très souvent des choses que l'on entend dire par d'autres: "Il devrait reprendre ses esprits, alors ça ira". Il n'est pas facile d'admettre qu'on a besoin d'aide et d'aller ensuite chercher de l'aide", explique Elisabeth Seimetz.

La nouvelle campagne va permettre d'informer la population sur les troubles anxieux via des affiches, des dépliants, mais aussi le site internet prevention-panique.lu. Une bonne partie du contenu de ce site est basée sur le livre ''J'ai peur'' d'un psychiatre luxembourgeois, le Professeur Charles Pull. Selon lui, un patient qui souffre de troubles de l'anxiété, peut toujours être aidé.

Une maladie qui se soigne

"La toute première chose est de comprendre, et aussi de savoir: "J'ai un trouble. J'ai quelque-chose qui est connu". Si j'ai une crise de panique, que le médecin ou le thérapeute dise aussi "Je sais ce que vous avez et cela se traite", précise Charles Pull.

Des médicaments, surtout des antidépresseurs, peuvent aider, mais une psychothérapie est primordiale, d'après Charles Pull. Le message principal de la campagne est le suivant: un trouble anxieux est une véritable maladie, qui peut concerner tout le monde, mais qui peut être traitée.

Links
PDF: Le communiqué de presse
PDF: Le dépliant (allemand + français)


https://5minutes.rtl.lu/actu/luxembourg/a/1333095.html 

Portrait Arturo étudiant en 2ème année de bachelor sur le campus de Poitiers., engagé dans la prévention des risques psycho-sociaux


Du côté de la vie 04/11/2019  sur sciencespo.fr*


Arturo, engagé dans la prévention des risques psycho-sociaux
Arturo est étudiant en 2ème année de bachelor sur le campus de Poitiers. Né en France, il a vécu la majeure partie de sa vie au Mexique. Après avoir obtenu son bac au Lycée franco-mexicain de Mexico, il a choisi Sciences Po notamment pour la place accordée aux projets associatifs dans le cursus. Entretien avec un étudiant engagé, qui s’investit aujourd’hui, bien au-delà des murs du campus, dans la prévention des risques psycho-sociaux en milieu universitaire. 
Comment se traduit votre engagement associatif ?
Cette année, je fais mon projet de Parcours civique au sein de l’Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie. Nous menons une multitude de projets concernant majoritairement la prévention et la réduction de risques, comme par exemple des ateliers sur les produits stupéfiants dans le Centre Pénitentiaire de Vivonne.
Notre projet phare, orchestré par l'Agence Régionale de Santé, est de développer un réseau d'étudiants "ressources", qui seraient formés aux compétences psychosociales. Ces étudiants ont vocation à devenir des relais entre la communauté étudiante et les instances de santé, notamment en ce qui concerne les troubles psychoaffectifs. L’université de Poitiers est un site pilote pour ce projet que l’on voudrait nationaliser par la suite. 
Comment allez-vous former ces étudiants ? Comment seront-ils sélectionnés ?  
Nous voulons les aider à développer leurs compétences psychosociales et leur donner des pistes pour gérer des problématiques de mal-être étudiant, comme les relations interpersonnelles, la gestion du stress, la régulation des émotions. Le contenu de notre formation est en pleine construction, et nous espérons mettre en place le programme à la rentrée 2019. Les étudiants tuteurs seront choisis pour leur implication dans la vie universitaire (relais santé ou sociaux, service civique, etc.).
Il s’agit là d’un engagement très fort. Au-delà de ce Parcours civique, que représente-t-il pour vous ?
J’ai l’impression que la question du suicide est totalement oubliée de l’agenda médiatique, alors qu’elle représente un million de morts par an dans le monde. C’est un sujet tabou. L’Observatoire national de la vie étudiante relève de nombreux cas de dépression et de crises suicidaires. Les étudiants ont parfois du mal à trouver un interlocuteur pour faire face à ces difficultés. Former des étudiants pour qu’ils aident les autres permet de compléter la prise en charge institutionnelle, souvent mal connue. Et puis, c’est bien plus facile de parler à un autre étudiant, de manière informelle, quand on est dans ces situations compliquées. Cela aide à dédramatiser la question du suicide. 
Est-ce votre première expérience dans ce domaine ?
Non, l’année dernière, je suis parti en stage pendant sept semaines à Bogota, en Colombie, pour découvrir diverses institutions. J’ai d’abord travaillé dans une fondation privée qui aide des jeunes, plutôt issus de familles aisées, à sortir de l’addiction aux drogues. J’ai ensuite rejoint une  fondation publique qui aide des populations en grande détresse sociale, ce qui m’a apporté une vision complètement différente. Enfin, j’ai passé quelques temps dans la division psychiatrique d’un hôpital public du sud de Bogota, et à l’Institut National Pénitentiaire et Carcéral. Cela m’a permis d’avoir une vision globale, et cette expérience m’aidera dans notre projet actuel, qui concerne près de 25 000 étudiants.
Qu’envisagez-vous pour la suite ?
Je vais partir faire ma 3ème année de bachelor aux États-Unis, à l’Université de Pennsylvanie, afin de préparer mon master que j’envisage de suivre dans le domaine du management. Évidemment, je continuerai à m’engager. J'ai déjà repéré qu’il existe des formations en médecine dans mon université d’accueil : j'aimerais en profiter pour prendre part à leurs projets en matière de santé mentale.
En savoir plus


Page interne uniquement: 

Actu visible uniquement dans les pages internes

MANIFESTATION Sablé-sur-Sarthe (72) 6/05/2019 Discussion-débat Du mal-être à la dépression : prévenir le suicide des jeunes

Discussion-débat autour des jeunes
Le CISPD (Conseil intercommunal de sécurité et de prévention de la délinquance) propose deux rendez-vous.
Discussion-débat sur le thème « Les jeunes et internet : amour, sexe et pixel ». Cette soirée sera animée par Stéphane Blocquaux, docteur en sciences de l'information et de la communication et Renaud Hétier, docteur en sciences de l'éducation. Ouvert aux parents et aux professionnels. Mardi 23 avril à 20 heures à la cité scolaire Raphaël-Elizé, Sablé.
Discussion-débat sur le thème « Du mal-être à la dépression : prévenir le suicide des jeunes ». Cette soirée sera animée par Eric Verdier, psychologue. Cette conférence est organisée en partenariat avec la Mutualité sociale agricole. Ouvert aux parents et aux professionnels. Lundi 6 mai, à 20 heures au Creps, rue du Moulin, Sablé.
Renseignements au 02 43 62 50 64.

Source Le Maine Libre Sarthe-Loir Sablé-sur-Sarthe, jeudi 11 avril 2019

BELGIQUE Nouveau site sur le burnout

BELGIQUE Nouveau site sur le burnout
11.04.2019
Le site “Stress et burn-out” donne des informations sur la manière de prévenir, reconnaître et vaincre le burnout.

On trouve également des informations sur les prestataires de soins, la formation et les interventions financières.

Le site a été créé pour le grand public, mais fournit aussi des informations ciblées aux employeurs et aux prestataires de soins.

Le Service public fédéral Sécurité sociale, l’Institut national d'assurance maladie-invalidité (INAMI) et le Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale ont uni leurs forces et ont apporté leurs connaissances pour le présent site. Site: https://www.stressburnout.belgique.be/fr


Source https://www.beswic.be/fr/actualites-et-evenements/nouveau-site-sur-le-burnout

Psychiatrie: Agnès Buzyn nomme un délégué ministériel

Psychiatrie: Agnès Buzyn nomme un délégué ministériel
Le Figaro avec AFP mercredi 10 avril 2019 
Flash Actu

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a nommé le professeur Frank Bellivier délégué ministériel à la santé mentale et à la psychiatrie, chargé d'appliquer la feuille de route dévoilée en juin dernier, ont annoncé aujourd'hui ses services. Ce chercheur reconnu dans le domaine des troubles mentaux, chef du département de psychiatrie et de médecine addictologique du groupe hospitalier Saint-Louis, Lariboisière et Fernand Widal à Paris, «devra impulser la dynamique de transformation et d'ouverture de la psychiatrie», précise un communiqué.

Une feuille de route avait été présentée en juin 2018 par la ministre pour améliorer les conditions de vie, l'accompagnement et l'accès aux soins des personnes souffrant de troubles psychiques. La nomination d'un délégué ministériel répond à une promesse formulée fin janvier par Agnès Buzyn, qui avait également annoncé une centaine de millions d'euros de crédits supplémentaires affectés dès 2019 à un secteur marqué par diverses mobilisations ces derniers mois.
Elle a été officialisée à l'occasion de l'émission «Pièces à conviction» diffusée ce soir sur France 3 à l'issue d'une enquête sur une discipline qualifiée par la ministre elle-même de «parent pauvre de la médecine». De Rennes à Amiens en passant par Aix-en-Provence ou le Havre, le documentaire «Psychiatrie: le grand naufrage» illustre la situation désastreuse dénoncée depuis des mois par des collectifs de soignants, de malades ou de proches.
A l'hôpital, où choquent le recours excessif à la contention et à l'isolement, les locaux délabrés, les chambres surchargées, la mauvaise prise en charge du risque suicidaire ou encore le trafic de drogue découvert par un journaliste, infiltré comme agent d'entretien à Rennes. Mais aussi en ville, où il faut attendre plusieurs mois pour obtenir un rendez-vous avec un psychiatre tandis que des familles désemparées sont laissées «sans accompagnement», comme le déplore la mère de deux enfants schizophrènes.
Preuve des défaillances du système, l'enquête réalisée par Raphaël Tresanini montre un transfert de patients de l'hôpital psychiatrique d'Amiens vers un établissement belge où leur prise en charge s'avère plus lucrative que celle des malades du plat pays, selon une représentante de la structure. La France doit composer avec la diminution du nombre de lits de psychiatrie générale à l'hôpital, de 60% entre 1976 et 2016 selon l'Igas, qui n'a pas été entièrement compensée par l'augmentation des moyens en ville, où les centres médico-psychologiques sont saturés, alors que les besoins augmentent (2,5 millions de patients suivis en 2016, selon les services statistiques des ministères sociaux).
Autre problème, le financement des établissements psychiatriques est inégal selon les régions. Pire, les budgets dédiés ne sont pas toujours intégralement alloués aux services psychiatriques des hôpitaux généraux et universitaires, selon des médecins. Fin février, Emmanuel Macron avait affirmé avoir demandé «une initiative de grande ampleur» pour la psychiatrie, avec l'objectif d'apporter une réponse «à l'automne».



Nomination du délégué ministériel à la santé mentale et à la psychiatrie
publié le11.04.19 solidarites-sante.gouv.fr
Agnès BUZYN, ministre des Solidarités et de la Santé, a nommé le Professeur Frank BELLIVIER, délégué ministériel à la santé mentale et à la psychiatrie.

Le Professeur Frank Bellivier, chef du département de psychiatrie et de médecine addictologique du groupe hospitalier Saint-Louis, Lariboisière et Fernand Widal à Paris et chercheur reconnu dans le domaine des troubles mentaux, sera en charge du déploiement de la feuille de route santé mentale et psychiatrie, annoncée en juin 2018. Il est également connu pour sa vision globale, multidisciplinaire et intégrative de la discipline ainsi que pour son expérience auprès des patients. Il devra impulser la dynamique de transformation et d’ouverture de la psychiatrie, coordonner le pilotage national de la stratégie « santé mentale et psychiatrie », et ainsi participer au développement de la stratégie dans les régions et les territoires.
pdf Pour télécharger le communiqué de presse, cliquez ici Téléchargement (271 ko)

Contact presse :
sec.presse.solidarites-sante@sante....

https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/nomination-du-delegue-ministeriel-a-la-sante-mentale-et-a-la-psychiatrie

Suicide chez les personnes âgées À l’image de la Franche-Comté, le Grand Est veut se doter d’un centre ressource psychiatrique, basé à Reims avec des antennes à Nancy et Brumath. 


 Un Centre pour le Grand Est : de l’accès aux soins à la formation professionnelle
Source L'Est Républicain 7 avril 2019

Le premier colloque Grand Est dédié à la psychiatrie de la personne âgée a été organisé « pour mettre en relief une discipline qui se développe et qui est très partenariale », explique Xavier Dousseau, directeur de l’Etablissement public de santé mentale (ESPM) de la Marne. Basée à Châlons-en-Champagne, la première équipe mobile pluridisciplinaire (prévention, diagnostic, soins ambulatoires…) y a été créée en 2006 par le docteur Anis Dammak. Elles sont au nombre de quatre actuellement. Ce type de dispositif a son équivalent à Nancy-Laxou et à Brumath au nord de Strasbourg. L’une des prochaines étapes est la constitution d’un Centre ressource régional de psychiatrie du sujet âgé pour le Grand Est, basé à Reims avec des antennes lorraine et alsacienne. Le premier Centre régional de ce type a été fondé en Ile-de-France en 2013. Il a ensuite essaimé en Franche-Comté. Il a plusieurs missions : améliorer la qualité des soins ainsi que leur accès, appuyer l’enseignement universitaire et les formations professionnelles, la recherche, fédérer les équipes mobiles…
p. Thématiques26

Suicide chez les personnes âgées : les signaux d’alerte

La dépression est la principale cause du passage à l’acte.
À l’image de la Franche-Comté, le Grand Est veut se doter d’un centre ressource psychiatrique, basé à Reims avec des antennes à Nancy et Brumath.

« Il n’est pas normal d’avoir des idées de suicide lorsqu’on est une personne âgée », lance le professeur Pierre Vandel, chef de service de la psychiatrie au CHU de Besançon. Or « la fréquence du suicide augmente avec l’âge et ce risque est sous-estimé ». Pourquoi ? Parce qu’« une perte peut être celle de trop », rappelle-t-il. Perte du conjoint, de l’animal familier, du domicile… Mais « le trouble le plus souvent constaté est la dépression », poursuit le docteur Vandel. La moitié des personnes décédées par suicide présente des syndromes dépressifs. Ce pourcentage grimpe jusqu’à 82 % chez les personnes âgées.
Le psychiatre bisontin était l’un des intervenants du premier colloque Grand Est organisé à Reims par l’Établissement public de la santé mentale (ESPM) Marne. Thème retenu : « La psychiatrie de la personne âgée : nouvelle discipline, nouvelles pratiques ». Créée en 2017, cette discipline est « paradoxalement très jeune alors qu’elle concerne les personnes âgées », a pointé le professeur Arthur Kaladjian, chef du Pôle universitaire de psychiatrie (ESPM). Avec un enjeu « majeur qui va aller croissant en raison du vieillissement de la population ».
Or l’institution ne protège guère – le suicide est fréquent en maison de retraite. Au-delà même, le repérage est compliqué. Plus de 65 % des suicides après 65 ans se produisent à domicile. Les idées de suicide ne sont pas toujours verbalisées. Ceci étant, les signaux d’alerte existent : modification de l’apparence physique, du comportement, désinvestissement, sentiment d’inutilité, perte d’appétit, expressions d’adieu aux proches, don d’objets importants aux petits enfants…
Brevet de secourisme psychique
« Une personne âgée dit plus facilement : J’ai mal que Je suis mal », relève le docteur Vandel. Repérer ces signaux est la première étape, la seconde consiste à écouter et orienter. « L’empathie et le dire sont une démarche qui a prouvé son efficacité ». Et c’est bien mieux que de juger. Bref, sont à éviter les « pensez à vos enfants ! » De l’entourage proche à l’environnement professionnel, c’est toute une arche qui doit se construire. 75 % des personnes âgées ont consulté un médecin généraliste dans le mois précédant le passage à l’acte. Autre champ d’action, la formation professionnelle. Il faudrait proposer « un brevet de secourisme psychique », conclut Pierre Vandel.

Des lycéennes sénonaises interviennent dans les écoles Le harcèlement scolaire en question

L'Yonne républicaine
Sud
Sens  samedi 6 avril 2019 211 p. Sud-14
Des lycéennes sénonaises interviennent dans les écoles
Le harcèlement scolaire en question
En France, quelque 700.000 élèves sont victimes de harcèlement scolaire, dont la moitié de manière sévère.
Les moqueries permanentes ou attaques blessantes peuvent avoir des conséquences dramatiques. Selon l'enquête de l'Unicef, publiée en novembre 2018, « un adolescent harcelé sur quatre déclare avoir pensé au suicide ». La difficulté pour les parents est de savoir repérer le harcèlement car souvent l'enfant n'ose pas se confier. En parler, c'est justement le sens de la démarche initiée par des lycéennes de Sainte-Colombe . Les élèves de terminale ont proposé, mardi, une action de sensibilisation contre le harcèlement scolaire auprès d'une classe de CM2 de l'école Pierre-Larousse.
Trois heures d'échanges
Pour Elsa et Charline, deux des cinq élèves qui ont joué, pendant trois heures, les pédagogues, le but était de faire passer un message de prévention.
Pour Elsa, « une simple moquerie peut avoir des conséquences graves : la victime peut se sentir dévalorisée et cela peut agir sur son comportement. Notre intervention visait à sortir les enfants de leurs murs ». Les lycéennes disent avoir évoqué « l'usage abusif des réseaux sociaux. » Le cyberharcèlement démultiplie les effets dévastateurs du harcèlement : 40 % des élèves de collèges et lycées déclarent en avoir déjà été victimes, 6 % de manière régulière.
Cet article a également été publié dans les éditions suivantes : Nord, page 09

BELGIQUE FORMATIONS sur la prévention du suicide Lundi 27 mai et lundi 3 juin 2019 Bruxelles

Nouvelles dates de formation sur la prévention du suicide
Lundi 27 mai et lundi 3 juin 2019 au Centre du Prévention du Suicide
Le Centre de Prévention du Suicide propose un module de formation de deux jours sur la prévention du suicide.
Les participants (professionnels de la relation d’aide et du soin) sont invités à mieux cerner la question du suicide et se sensibiliser au repérage.
Prochaines dates : lundi 27 mai et lundi 3 juin 2019.
Horaire : de 9h30 à 16h30 (pause-café de 15’ et pause de midi d’une heure)
Intervenant : Formatrice du Centre de Prévention du Suicide
Lieu : Centre de Prévention du Suicide asbl - 108, Avenue Winston Churchill - 1180 Bruxelles
Prix : 150€ par participant / 100€ pour étudiants et chômeurs du secteur psycho-médico-social.
Inscrivez-vous par téléphone au 02.650.08.69 jusqu'au 18 mai. Attention, le nombre de places est limité !
Plus d'informations 
 

MANIFESTATION 11/05/2019 Bruxelles Darkness Into Light 2019 - Marche Collective de Prévention du Suicide

Darkness Into Light 2019 - Marche Collective de Prévention du Suicide

Rendez-vous le 11 mai 2019 à 05h au Parc du Cinquantenaire.
Darkness Into Light est une marche collective annuelle de prévention du suicide. Cette année, nous vous donnons rendez-vous le samedi 11 mai à Bruxelles au Parc du Cinquantenaire.
Inscrivez-vous !

Nous commencerons la marche à 5h du matin. Le petit matin est symbolique, c’est le passage de l’obscurité à la lumière. C’est le moment pour nous de nous retrouver en communauté et penser aux personnes qui se sont suicidées. Nous marcherons pour elles mais aussi pour les personnes qui ont des idées suicidaires et leurs proches.

Darkness Into Light, c’est aussi le moment de soutenir financièrement la prévention du suicide. Les fonds collectés sont ainsi versés à l'association irlandaise organisatrice Pieta House, notre Centre de Prévention du Suicide sur Bruxelles et le Centrum ter Préventie van Zelfdoding en Flandre.
Alors rejoignez-nous et marchons ensemble pour une belle cause !
https://www.preventionsuicide.be/fr/actualit%C3%A9/darkness-into-light-2019-marche-collective-de-pr%C3%A9vention-du-suicide%C2%A0.html

DOSSIER & ETUDE ET RECHERCHE : la scarification

DOSSIER DE SOS Suicide Phénix 18 mars 2019,

"Durant trois semaines, par la plume du Président de l’association locale SOS Suicide Phénix Nice, nous allons aborder le sujet de la scarification. Dans cette première partie, vous allez comprendre ce qu’est cette pratique et ses origines. 
Lire la suite :La scarification (partie 1 sur 3) – SOS Suicide Phénix
La scarification (partie 1 sur 3) Publiée le 18/03/2019


"Après la première partie sur la découverte de cette pratique et de ses origines, nous allons spécifiquement aborder la question : pourquoi la scarification touche principalement les adolescents ?

sos-suicide-phenix.org
La scarification (partie 2 sur 3) Publiée le 25/03/2019

" Voici la dernière partie consacrée à la scarification. Après avoir vu en première partie les origines et définitions de cette pratique, puis en deuxième partie en quoi cela touchait principalement les adolescents ; nous allons nous interroger sur : pourquoi, les ados ont-ils recours à la scarification et pourquoi il s’agit un nouveau symptôme du mal-être ?

La scarification (partie 3 sur 3) Publiée le 01/04/2019
***
ÉTUDE RECHERCHE 
Actualités AUTOMUTILATION : Ressentir la douleur physique pour échapper à la détresse émotionnelle
Actualité publiée 10/04/2019
Clinical Psychological Science
Cette étude de l’Université Rutgers (New Jersey) décrypte un peu plus la démarche des adolescents et des jeunes adultes qui se blessent intentionnellement pour se concentrer sur la douleur physique et échapper ainsi à leur détresse émotionnelle. Des explications apportées dans la revue Clinical Psychological Science qui doivent aussi sensibiliser à ce comportement relativement courant chez les adolescents : plus de 10% des garçons adolescents et environ 25% des adolescentes « le font » chaque année (Source : US CDC).

« L'expérience de la douleur par l'automutilation non suicidaire reste un comportement mal compris et complexe pour les cliniciens et les familles car elle remet en question le principe selon lequel chacun souhaite éviter la douleur », commente l'auteur principal, Edward Selby, professeur agrégé de psychologie : « Cependant, les personnes qui adoptent ce comportement intentionnellement et à maintes reprises s’infligent des blessures physiques en dépit - ou peut-être en raison- de la douleur physique qu’elles provoquent ». Ces personnes ressentent d’ailleurs la douleur associée à l’automutiliation de différentes manières : certaines ne ressentent que peu ou pas de douleur et d'autres une douleur qu’ils « utilisent » pour « se distraire » de leur détresse émotionnelle.

L’étude a suivi 47 jeunes adultes âgés de 15 à 21 ans qui s’automutilaient régulièrement et qui s’étaient ainsi blessés au moins 2 fois au cours des 2 semaines précédentes. Aucun des participants n'était à risque de suicide ou n'avait été diagnostiqué avec un trouble psychotique, une anorexie menaçant le pronostic vital ou un retard de développement. Près de 70% étaient des jeunes femmes, ce qui reflète le taux plus élevé de femmes que d'hommes qui s'automutilent. À l'aide d'une application pour smartphone conçue spécialement pour cette étude par l’équipe de Rutgers, les chercheurs ont interrogé les participants 5 fois par jour pendant 2 semaines, sur leur intention de se faire mal et sur leur(s) passage(s) à l’automutilation depuis leur dernière évaluation. Les chercheurs ont pu ainsi évaluer la durée de chaque épisode et décrire le comportement de chaque participant : par exemple couper, se mordre, se donner des coups de poing, s’arracher les cheveux, se cogner la tête ou se brûler. Ils ont également évalué la douleur physique correspondante sur une échelle de 0 (aucune douleur) à 10 (extrêmement douloureuse) et la mesure dans laquelle les participants qui s’automutilaient ressentaient 21 émotions différentes (se sentir dépassé ou submergé, triste, en colère, anxieux, solitaire…) avant, pendant et immédiatement après l’acte d’automutilation.
  • 143 épisodes d’automutilation ont été recensés et suivis ;
  • la plupart des participants signalent une douleur intense associée à l’automutilation ;
  • des émotions négatives au début et une douleur moindre lors de l’automutilation sont 2 facteurs associés à une fréquence ou un nombre élevé d’actes d’automutilations au cours d’un épisode ;
  • des émotions négatives et une douleur intense au cours de l’acte sont 2 facteurs associés à une fréquence ou un nombre élevé d'épisodes d’automutilation au cours de la période de suivi de 2 semaines.

Un comportement qui devient rapidement chronique : ces résultats suggèrent que les personnes qui souffrent d'une grande détresse émotionnelle et d'instabilité cherchent à utiliser plus souvent la douleur physique causée par l'automutilation pour soulager leur désespoir. Ensuite, une absence de sensation de douleur au cours de l'automutilation finit par survenir à mesure que le comportement empire et devient chronique, ce qui peut amener ces patients à être moins enclins à venir chercher de l'aide auprès des professionnels.

Les auteurs concluent que les jeunes qui recourent à l’automutilation finissent par ne plus ressentir la douleur comme tout un chacun. Ils appellent les cliniciens interroger ces patients sur leurs expériences de la douleur, afin de comprendre pourquoi ces patients « commencent », à quelle fréquence ils s’automutilent et pourquoi, pour pouvoir réduire bien évidemment, voire pouvoir prévenir ces comportements.

Références: Clinical Psychological Science March, 2019 DOI : 10.1177/2167702618807147 The Dynamics of Pain During Nonsuicidal Self-Injury (Visuel BMJ)

source https://www.santelog.com/actualites/automutilation-ressentir-la-douleur-physique-pour-echapper-la-detresse-emotionnelle

ETUDE RECHERCHE L’homicide-suicide : une revue de la littérature

L’homicide-suicide : une revue de la littérature
Olivia Dubroca 1
1 UB - Université de Bordeaux
Résumé : L’homicide-suicide est un phénomène rare, suscitant de nombreuses interrogations de par sa portée tragique, fortement nourrie par sa médiatisation. Il est défini par tout meurtre ou tentative de meurtre suivi de suicide ou tentative de suicide dans un délai court (généralement 24 heures). La complexité du sujet induit des problématiques et des objectifs multiples : la détermination de l’intentionnalité princeps (suicidaire ou homicidaire), l’analyse d’un processus dynamique du passage à l’acte ou l’établissement de classifications et typologies venant répondre à la quête de compréhension et d’élaboration de stratégies préventives. Méthode Une revue de la littérature récente contribue à une mise à jour des données existantes. Résultats L’homicide-suicide, bien que laissant apparaître des similitudes avec le suicide ou l’homicide simple, semble se présenter comme un acte distinct. Par ailleurs, des constantes spécifiques et générales tendent à s’individualiser. La plupart des études concluent que l’auteur est majoritairement un homme déprimé, tuant une femme dont il est intimement proche par usage d’une arme à feu, avant de se donner la mort selon le même procédé. Le passage à l’acte fait généralement suite à un événement précipitant (séparation, maladie, licenciement). De ces constantes, s’élaborent différentes conceptions du phénomène selon la nature de la relation auteur-victime ou selon le substrat motivationnel. Conclusion La mise en évidence de ces conceptions contribue à l’élaboration d’axes de prévention auprès des intervenants en santé mentale, mais nécessite des apports transdisciplinaires au regard du caractère multifactoriel et spécifique de l’homicide-suicide.
Mémoires Médecine humaine et pathologie. 2018
Domaine :
Sciences du Vivant [q-bio] / Médecine humaine et pathologie
Soumis le : mardi 2 avril 2019 - 18:16:42
Dernière modification le : mercredi 10 avril 2019 - 01:23:33
Source https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02088342

ETUDE RECHERCHE CANADA Revue de littérature : Quand la détresse émotionnelle se traduit par des idées ou comportements suicidaires : une revue exploratoire (Scoping Review) sur le risque suicidaire chez les moins de 12 ans.

Revue de littérature : Quand la détresse émotionnelle se traduit par des idées ou comportements suicidaires : une revue exploratoire (Scoping Review) sur le risque suicidaire chez les moins de 12 ansN. Maltaisabc, C. Genestac C. Larue ade
a
Faculté des sciences infirmières, Université de Montréal, Pavillon Marguerite-d’Youville, 2375, chemin de la Côte-Ste-Catherine, H3T 1A8, Montréal, Canada
b
Département des sciences infirmières, Université du Québec à Rimouski (campus de Lévis), 1595, Boulevard Alphonse-Desjardins, G6V 0A6, Lévis, Canada
c
Centre de Recherche et d’intervention sur le suicide, enjeux éthiques et pratiques de fin de vie (CRISE), succursale centre-ville, c.p. 8888, H3C3P8 Montréal, QC, Canada
d
Institut universitaire de santé mentale de Montréal (IUSMM), 7401, rue Hochelaga, H1N 3M5 Montréal, QC, Canada
e
IPPM (institut Phillipe-Pinnel), 10905, boulevard Henri-Bourassa E, H1C1H1 Montréal, QC, Canada
Neuropsychiatrie de l'Enfance et de l'Adolescence
Available online 11 April 2019

Résumé

Une revue exploratoire (Scoping Review) inspirée du modèle d’Arskey et O’Malley (2005) a été réalisé afin de connaître les différentes dimensions du phénomène du risque suicidaire chez les enfants de moins de 12 ans. Les moteurs de recherche PubMed, Web of Science, CINAHL, EMBASE et Google Scholar ont été utilisés pour constituer l’échantillon de 13 articles et un rapport. Ces articles ont été publiés entre 2005 et 2017 et écrits en français ou en anglais. En général, les enfants de moins de 12 ans présentent plus de propos ou d’idées suicidaires que de tentatives. Les moyens utilisés pour les tentatives sont : l’intoxication médicamenteuse, la pendaison et l’étranglement. Il demeure difficile de reconnaître l’intentionnalité derrière le geste. Souvent, le geste semble impulsif chez ces enfants. Des biais méthodologiques existent dans les différentes études, rendant plus difficile la mesure précise de l’ampleur du phénomène. De plus, bien que le développement du concept de mort s’effectue progressivement, il n’est pas nécessaire que cette acquisition soit complète pour qu’un risque suicidaire soit présent, ce qui fait en sorte qu’il faut toujours le considérer sérieusement. Il s’avère donc important pour les personnes travaillant auprès de ces enfants de dépister ce risque, de soulager la détresse sous-jacente et ainsi prévenir les tentatives de suicide, dont l’incidence tend à augmenter avec l’âge.
source https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0222961719300479?via%3Dihub

ETUDE RECHERCHE USA Augmentation du nombre d'enfants et d'adolescents vus à l'urgence pour des tentatives de suicide ou pour des idées suicidaires

Augmentation du  nombre d'enfants et d'adolescents vus à l'urgence pour des tentatives de suicide ou pour des idées suicidaires
Communiqué 11 avril 2019  Communications, CUSM Montréal (Québec)

Le nombre de consultations annuelles pour des tentatives de suicide ou pour des pensées suicidaires chez les enfants et chez les adolescents a presque doublé au cours de la dernière décennie, selon une étude menée récemment par une équipe de chercheurs de l’Hôpital de Montréal pour enfants du Centre universitaire de santé McGill (HME-CUSM).


Dr Brett Burstein, auteur principal de l'étude, est pédiatre urgentiste de l’Hôpital de Montréal pour enfants et du CUSM. Crédit : Fondation de l'HME

Les chercheurs, dont les résultats de l’étude ont été publiés cette semaine dans JAMA Pediatrics, ont analysé des données des Urgences aux États-Unis s’appliquant à la période comprise entre 2007 et 2015. Ils ont conclu que le nombre de consultations annuelles pour des tentatives de suicide/des pensées suicidaires avait presque doublé dans le cas des enfants âgés de cinq ans à 18 ans; en effet, ce nombre est passé de 580 000 à 1,12 million au cours de la période de neuf ans visée par l’étude.

« L’intensification des comportements suicidaires est inquiétante. Si on tient compte de toutes les consultations pédiatriques aux urgences, pour une raison quelconque, le pourcentage d’enfants présentant un comportement suicidaire a augmenté de 60 % », explique l’auteur principal de l’étude, le Dr Brett Burstein, pédiatre urgentiste de l’HME-CUSM et au Programme en santé de l'enfant et en développement humain (SEDH) de l’Institut de recherche du CUSM.

L’équipe de chercheurs s’est penchée sur les données provenant d’un échantillon de 300 salles d’urgence; elle a compilé le nombre d’enfants ayant entre cinq et 18 ans qui avaient reçu un diagnostic d’idées suicidaires ou de tentatives de suicide au cours de chacune des années de référence.

L’étude en question a également révélé que 43 % des patients pédiatriques ayant des idées ou des comportements suicidaires avaient entre cinq et 11 ans; il s’agit d’une nouvelle donnée, comparativement aux résultats des études précédentes ne portant que sur les hôpitaux pédiatriques.

Une étude antérieure, réalisée par une équipe américaine, a révélé l’existence d’une augmentation importante des comportements suicidaires chez les enfants et chez les jeunes s’étant présentés à l’Urgence des hôpitaux pédiatriques. Le Dr Burstein et ses collègues de l’HME— la Dre Holly Agostino et le Dr Brian Greenfield — ont suspecté que le nombre d’enfants ayant des idées ou des comportements suicidaires identifiés dans cette étude ne représentait que la pointe de l’iceberg. Actuellement, la plupart des enfants se présentent dans des hôpitaux généralistes, soit des hôpitaux n’étant pas spécialisés en pédiatrie ou des hôpitaux non-universitaires.

« Une seule tentative de suicide constitue le prédicteur le plus important d’une future tentative de suicide réussie, ajoute le Dr Burstein. Toutefois, les professionnels de la santé travaillant dans les hôpitaux non-pédiatriques ne disposent pas des ressources nécessaires pour offrir aux enfants ayant des pensées ou des comportements suicidaires les services d’évaluation et le suivi nécessaires, de manière à ce qu’ils reçoivent des soins optimaux. »

Les auteurs insistent sur le fait que les données de l’étude en question ne leur permettent pas d’identifier une cause qui justifierait l’augmentation des visites des enfants à l’Urgence pour des comportements suicidaires, ce qui constituait l’une des limites de l’étude.

« L’augmentation du nombre de consultations pour des pensées ou pour des comportements suicidaires signifie que nous avons cruellement besoin d’accroître les ressources en matière de services communautaires dans le domaine de la santé mentale, de même qu’en ce qui a trait à la préparation du personnel des Urgences, plus particulièrement dans les centres de soins généralistes, de manière à réduire le nombre d’interventions après les visites à l’Urgence », conclut le Dr Burstein.

Au sujet de l’étude :
Suicidal Attempts and Ideation Among Children and Adolescents in US Emergency Departments, 2007-2015
Brett Burstein, MDCM, PhD, MPH1; Holly Agostino, MDCM2; Brian Greenfield, MD3
Author Affiliations Article Information
JAMA Pediatr. Published online April 8, 2019. doi:10.1001/jamapediatrics.2019.0464


Source info https://cusm.ca/newsroom/nouvelles/augmentation-du-nombre-d%E2%80%99enfants-et-d%E2%80%99adolescents-vus-%C3%A0-l%E2%80%99urgence-pour-tentatives-suicide-