lundi 2 juillet 2018

ETUDE RECHERCHE REFLEXIONS Anticiper les usages et les conséquences des technologies connectées en santé mentale. Une étude de « cas fictif »

Anticiper les usages et les conséquences des technologies connectées en santé mentale. Une étude de « cas fictif »
par Xavier Briffault
Centre de Recherche Médecine, Sciences, Santé, Santé Mentale, Société (CERMES3), UMR CNRS 8211 - Unité Inserm 988 - EHESS - Université Paris Descartes, Paris, France.

et Margot Morgiève
Équipe Behavior, Emotion, and Basal Ganglia, CNRS UMR 7225, Inserm UMRS 975, Université Pierre et Marie Curie (UPMC), Institut du Cerveau et de la Moelle épinière (ICM), CHU Pitié-Salpêtrière, Paris, France & Fondation FondaMental, Hôpital Albert Chenevier - Pôle de psychiatrie, 40 rue de Mesly 94010 Créteil cedex.

Dans  Droit, Santé et Société
2017/3 (N° 3-4)
Pages : 96
ISBN : 9782747227599
Éditeur : ESKA
Pages 35 - 46

Résumé
Le champ de la e-santé (mentale) est particulièrement actif, et produit de nouveaux dispositifs à un rythme extrêmement rapide. Si l’analyse empirique des usages actuels de ces dispositifs est indispensable, il est tout aussi nécessaire d’anticiper sur les bouleversements qui surviendront dans un avenir proche en réfléchissant sur des usages possibles, mais non encore avérés, de ces dispositifs pour les personnes présentant des problématiques psychiques / des troubles mentaux, et sur les problématiques que poseront les données générées par ces nouveaux dispositifs. L’analyse de cas fictif offre de telles possibilités de réfléchir par avance sur des technologies émergentes dont le potentiel « disruptif » – pour reprendre le terme popularisé par différents acteurs du numérique – impose de ne pas se limiter aux usages connus. C’est ce que nous proposons ici avec un cas dont nous situons l’occurrence dans cinq ans. Nous aborderons les usages possibles des dispositifs connectés tout au long d’une journée « typique » d’une personne présentant des problèmes sévères de dysrégulations émotionnelles et de conduites suicidaires. Ils nous serviront de support à une réflexion sur cinq modalités de régulation envisageables pour la propriété et les usages des données générées par ces dispositifs ubiquitaires, qui seront à terme intégrés dans les moindres interstices de nos vies quotidiennes.

Mots-clés
e-santé mentale
internet des objets connectés
régulation
suicide
psychiatrie.

Plan de l'article
Le cas de Dominique

Conception du dispositif
Exemple d’utilisation du dispositif

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire