vendredi 20 juillet 2018

AUSTRALIE Changement d'approche pour aider à la prévention du suicide, comme en témoignent les différentes campagnes


La prévention du suicide " une responsabilité communautaire " : Suicide Prevention Australia

Le PDG de Suicide Prevention Australia a déclaré à Sky News que les communautés sont plus résilientes lorsque les gens se soutiennent les uns les autres, plutôt que de compter uniquement sur les professionnels de la santé mentale pour aider les autres dans les moments difficiles.

Les Australiens sont priés d'interroger leurs proches sur les pensées suicidaires et les plans de suicide.
d'après article Australians urged to ask loved ones about suicide thoughts and plans
Par Aisha Dow https://www.smh.com.au*
18 juillet 2018

Les Australiens seront encouragés à poser des questions franches sur le suicide, ce qui représente un changement majeur dans la politique des principaux organismes de santé mentale du pays.

Le public a déjà reçu des messages contradictoires sur la question de savoir s'il est acceptable d'interroger les gens sur les pensées suicidaires, et beaucoup pensent que le travail devrait être laissé aux professionnels.

Mais à la suite de nouvelles recherches, sept organisations de prévention du suicide, dont Lifeline, beyondblue, headspace et le Black Dog Institute ont annoncé un changement d'approche.

*L'ancien policier Paul Walshe a survécu à deux tentatives de suicide et affirme qu'une conversation plus ouverte sur le sujet pourrait aider à sauver des vies.(Photo : Eddie Jim)



La nouvelle campagne #YouCanTalk incite les gens ordinaires à demander à leur famille ou à leurs amis s'ils pensent au suicide, s'ils observent certains signes avant-coureurs, tels qu'un comportement inhabituellement insouciant ou un manque d'hygiène.

Il met également en garde les gens contre toute tentative de dissuader leurs proches de se suicider en leur disant à quel point cela nuirait à leur famille et à leurs amis, à la suite de preuves qui montrent que cela peut en fait faire en sorte que les gens se sentent moins bien dans leur peau.

La nouvelle campagne comprend une liste de signes indiquant que les gens peuvent être à risque de suicide, comme les sautes d'humeur extrêmes, le fait de parler de la mort et l'augmentation de la consommation d'alcool ou de drogues.

Signes :
1. S'isoler des amis, de la famille et des activités sociales.
2. Changement d'humeur ou sautes d'humeur extrêmes - tristesse, agitation.
3. désintérêt pour le maintien de l'hygiène personnelle ou de l'apparence
4.Comportement insouciant inhabituel, y compris l'augmentation de la consommation d'alcool ou de drogues.
5.Parler de la mort, du suicide et du désir de mourir.
* Cette liste n'est pas exhaustive. Laissez-vous guider par votre instinct.

Le sergent Paul Walshe, ancien détective de la police de Victoria, a dit que lorsqu'il a été plongé dans une période de dépression dévastatrice à la suite d'un incident traumatique au travail en 1999, il a éprouvé des symptômes auxquels on ne s'attendait pas.

Il a cessé de se souvenir des numéros de téléphone dont il se souvenait facilement et oubliait de descendre à l'étage droit lorsqu'il prenait l'ascenseur du bureau.

"Les rapports qui me prendraient 15 minutes à écrire me prenaient une heure. Je me disputais avec ma femme ", a dit M. Walshe.

"Toute ma personnalité a changé de facile à agiter tout le temps. Cela a brisé ma confiance. "
Au début de l'année 2004, M. Walshe a fait des préparatifs minutieux pour s'enlever la vie, perturbés seulement par la visite surprise de sa sœur à son domicile.

Plusieurs organisations de santé mentale unissent leurs forces pour lancer une campagne visant à encourager les Australiens de tous les jours à parler ouvertement du suicide.

 Il a dit qu'il ne voulait pas mourir, mais qu'il ne savait pas comment faire face.

Au cours de ces années tumultueuses, M. Walshe a dit qu'un certain nombre de personnes autour de lui, lui avait demandé comment il allait, mais il n'a pas été interrogé spécifiquement sur les plans de suicide. Il croit que la discussion aurait pu l'aider à mieux réfléchir à ce qu'il ressentait.

"Nous avons commencé il y a des années avec la campagne R U OK, mais maintenant il faut aller plus loin.

"Nous devons demander 'Es-tu en sécurité? Penses-tu au suicide? "

Chaque jour, environ huit personnes perdent la vie en se suicidant en Australie, avec 2866 décès en 2016 résultant d'automutilations volontaires.

Le directeur général de Beyondblue, Georgie Harman, a déclaré chaque jour que 200 autres personnes tentaient de se suicider.

"Ce ne sont pas de petits nombres. Ils doublent celui des accidents de la route au plan national.", a-t-elle dit.

Mme Harman a déclaré que bien que les organisations de santé mentale aient parlé de la prévention du suicide comme étant l'affaire de tous, jusqu'à présent, elles n'avaient pas fourni à la communauté des informations sur la façon exacte dont elles pouvaient jouer un rôle.

Les gens sont encouragés à dire à leurs proches qu'ils ont remarqué qu'ils se comportent différemment et, s'ils s'inquiètent de la possibilité, poser des questions sur des pensées suicidaires, puis écouter avec empathie et sans jugement.


Mme Harman a déclaré que la campagne #YouCanTalk compléterait le travail en cours de R U OK?, Qui est l'un des sept groupes qui collaborent à la nouvelle initiative.

Le projet a été motivé par des recherches récentes de l'Université de Melbourne qui ont découvert que beaucoup de gens craignaient à tort de parler de suicide et pourraient mettre cette pensée dans l'esprit de quelqu'un.

La professeure Helen Christensen, directrice de l'Institut Black Dog, a déclaré qu'il n'était pas dangereux de demander à quelqu'un s'il pensait se suicider ou de savoir s'il avait établi un plan.

"En fait, cela pourrait aider", a-t-elle dit.

"Il est important que nous connaissions tous les faits sur le suicide et nos efforts de prévention sont éclairés par ce que la recherche nous dit."

Pour en savoir plus sur la campagne, rendez-vous sur lifeinmindaustralia.com.au/youcantalk/


Crisis support can be found at Lifeline: (13 11 14 and lifeline.org.au), the Suicide Call Back Service (1300 659 467 and suicidecallbackservice.org.au) and beyondblue (1300 22 4636 and beyondblue.org.au)


Le support de crise peut être trouvé à Lifeline: (13 11 14 et lifeline.org.au), le service de rappel de suicide (1300 659 467 et suicidecallbackservice.org.au) et beyondblue (1300 22 4636 et beyondblue.org.au)


https://www.smh.com.au/healthcare/australians-urged-to-ask-loved-ones-about-suicide-thoughts-and-plans-20180718-p4zs7u.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire