mardi 26 février 2019

ETUDE RECHERCHE Évaluation des facteurs prédictifs de la survenue d’une symptomatologie psychotraumatique chez l’entourage du suicidant

Mémoire Évaluation des facteurs prédictifs de la survenue d’une symptomatologie psychotraumatique chez l’entourage du suicidant
Laure Rougegrez
Consultation de psychotrauma, CUMP 62, centre hospitalier d’Arras, clinique Aloïse-Corbaz, boulevard Besnier, 62000 Arras, France

Annales Médico-psychologiques, revue psychiatrique
Available online 21 February 2019
Résumé
Le retentissement traumatique d’une tentative de suicide sur les proches a été mis en évidence dans de précédents travaux. Se pose, dans une visée de prévention, la question de l’identification des facteurs influençant la survenue d’une symptomatologie psychotraumatique chez ces sujets. L’objectif principal de cette étude était de mettre en évidence un lien entre le délai de recontact entre le proche et le suicidant et la survenue d’une symptomatologie psychotraumatique. L’objectif secondaire était d’évaluer les facteurs sociodémographiques, tels que l’âge et le sexe du proche, son lien au suicidant, le lieu d’hospitalisation et les antécédents suicidaires. Quarante sujets, habitant sous le même toit qu’un suicidant hospitalisé au décours de la TS et ayant été témoin de la scène suicidaire ou de l’activation des secours, ont été inclus et recontactés par courrier à trois mois pour recueil de la PTSD-cls. Les résultats à trois mois retrouvent 25 % d’ESPT complet et 25 % d’ESPT subsyndromique, soit la moitié de l’échantillon présentant une symptomatologie psychotraumatique significative. Le délai de recontact moyen avec le suicidant était de 2,93 jours, sans que soit retrouvée d’association significative avec l’apparition d’une symptomatologie psychotraumatique. Aucune association n’a été mise en évidence pour les autres facteurs sociodémographiques. Les scores sur la PCL-s étaient significativement plus élevés chez les proches de primo-suicidants témoins de la scène suicidaire. Il semble que l’entourage des primo-suicidants soit plus vulnérable à développer une symptomatologie psychotraumatique et nécessite une vigilance accrue, en parallèle avec les principes de la postvention développés pour les proches de suicidés.

Mots clés
Entourage du suicidant
Psychotraumatisme
Suicidant
Tentative de suicide
TSPT

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire