mardi 5 février 2019

ETUDE RECHERCHE AUSTRALIE Association entre idéation suicidaire et suicide: méta-analyses

AUSTRALIE Association entre idéation suicidaire et suicide: méta-analyses

D'après une étude de L'UNSW, 
méta-analyse, co-écrite par le psychiatre clinicien et le Professeur Matthew Large de l’École de psychiatrie de l’UNSW, publiée aujourd’hui dans la revue BJPsych Open,  la majorité des suicidés n'ont pas déclaré avoir des idées suicidaires lorsque les médecins le leur ont demandé dans les semaines et les mois qui ont précédé leur décès,

La recherche remet en question la conviction largement répandue selon laquelle les psychiatres et les cliniciens peuvent prédire avec exactitude le suicide en évaluant le risque du patient, en particulier à court terme.

L'examen des données de 70 grandes études sur les idées suicidaires montre que, seul, 1,7% seulement des personnes ayant déclarées des idées suicidaires se sont suicidées. Environ 60% des personnes décédées par suicide n'avaient pas déclaré avoir des pensées suicidaires
lorsqu'un psychiatre ou un médecin leur a demandé dans les semaines et les mois qui ont précédé leur décès, ce qui incite d'après les auteurs  à la réorganisation de la manière dont nous décidons qui reçoit un traitement.

Les résultats remettent en cause l’idée largement répandue selon laquelle les psychiatres peuvent prédire qui va se suicider en leur demandant s’ils sont préoccupés par la pensée de se suicider.
Environ une personne sur 10 aura des pensées suicidaires à un moment donné de sa vie.

Plus de 3000 personnes se sont suicidées en 2017, selon le Bureau australien des statistiques. Environ 65 000 Australiens tentent de se suicider chaque année.

Selon  Matthew Large, moins de 2% des personnes qui pensaient se suicider se suicideraient.

«Si vous rencontrez une personne qui a des idées suicidaires, elle aura 98% de chances de ne pas se suicider», a déclaré le professeur Large, psychiatre clinicien et expert international en évaluation du risque de suicide.

Quatre patients sur cinq décédés par suicide, n'ayant pas suivi de traitement psychiatrique et n'ayant pas d'antécédents d'idées suicidaires, n'auraient pas eu de pensées suicidaires à la demande d'un médecin généraliste.

Environ une personne sur 10 aura des idées suicidaires au cours de sa vie.

«Nous savons que les idées de suicide sont assez courantes et que le suicide est en fait un événement rare, même chez les personnes souffrant de maladie mentale grave», a déclaré le professeur Large.

«Nous ne savions pas à quelle fréquence les suicidés niaient avoir des idées suicidaires lorsqu'on leur posait la question directement. Les idées suicidaires nous apprennent énormément sur la façon dont une personne se sent, sa détresse psychologique, parfois son diagnostic et son besoin de traitement, mais ce n'est pas un test significatif de son comportement futur. "

Les gens avaient de bonnes raisons de ne pas révéler leurs idées suicidaires, de craindre la stigmatisation, de provoquer des réactions excessives ou de bouleverser leur famille et leurs amis, et d’être admis involontairement pour un traitement psychiatrique, a déclaré le professeur Large.

Les sentiments suicidaires peuvent fluctuer rapidement et les personnes peuvent se suicider de manière très impulsive après seulement une courte période de pensées suicidaires.

Demander si les patients étaient préoccupés par des idées de suicide est devenu un principe central de l’évaluation du risque à court terme des patients et a été proposé comme test de dépistage du suicide.

Mais l'étude a montré que les idées suicidaires ne constituaient pas à elles seules un motif rationnel de décider qui devait recevoir un traitement ou non, a déclaré le professeur Large.

"L'accent excessif mis sur les idées suicidaires" a conduit des personnes très affligées qui nient les pensées suicidaires sans obtenir le traitement dont elles ont besoin ", a-t-il déclaré.

À l’opposé, cet accent démesuré peut engendrer une anxiété inutile et un traitement psychiatrique involontaire chez les personnes qui disent avoir des idées suicidaires et dont la grande majorité ne se suicidera pas.

«Je pense que les idées suicidaires ne constituent pas en soi une raison suffisante pour placer quelqu'un à l'hôpital contre son gré", a déclaré le professeur Large. "Surtout lorsqu'il existe très peu de preuves que l'hospitalisation prévient le suicide et qu'il existe un lien entre  avec les traumatismes, la perte d'autonomie personnelle et la diminution du soutien social, autant de facteurs qui, nous le savons, sont des prédicteurs du suicide"

Il a déclaré que se concentrer sur les personnes "suicidaires" dans les services d’urgence était "une mauvaise idée".

«Les patients présentant une détresse psychologique ont besoin d’une évaluation approfondie de leurs symptômes et de leurs besoins», a déclaré le professeur Large.

«Nous devons fournir des soins de haute qualité, axés sur le patient, à toutes les personnes atteintes de maladie mentale, qu’elles révèlent ou non des pensées suicidaires.»

Le docteur Peter Jenkins, directeur du Collège royal des psychiatres de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande, a déclaré que prédire le suicide était une science inexacte.

"En plus des idées suicidaires, je rechercherais également la présence d'une détresse psychologique telle que la dépression ou la psychose, la présence de problèmes de toxicomanie ou d'alcool", a déclaré le Dr Jenkins.

«Je voudrais aussi rechercher la perte et le deuil, les ruptures de relation et le soutien disponible pour un individu, ce qui est si important», a-t-il déclaré.

«En même temps, je voudrais que le public ne rejette pas les idées suicidaires et les prenne au sérieux.


Un autre message important de cette étude selon le Pr. Large est pour les proches d’un suicidé : « Même s'ils était conscients que leur parent était suicidaire, le risque de décès était faible. A l’inverse, ce n’est pas de leur faute s'ils ne se sont pas aperçus qu’il était suicidaire ».



About this neuroscience research article
Source: Lucy Carroll – University of New South Wales
Publisher: Organized by NeuroscienceNews.com.
Image Source: NeuroscienceNews.com image is in the public domain.
Original Research: Open access research for “Association between suicidal ideation and suicide: meta-analyses of odds ratios, sensitivity, specificity and positive predictive value” by Catherine M. McHugh, Amy Corderoy, Christopher James Ryan, Ian B. Hickie, and Matthew Michael Large in BJPsych Open. Published January 30 2019.
doi:10.1192/bjo.2018.88



Sources articles :
https://medicalxpress.com/news/2019-02-suicide-suicidal-thoughts-major-australian.html

https://www.smh.com.au/healthcare/thoughts-of-death-doctors-can-t-predict-who-will-suicide-by-asking-20190201-p50v0c.html
https://neurosciencenews.com/suicide-prediction-10677/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire