mardi 19 février 2019

DONNEES EXTRAITES ETUDE RECHERCHE LA MORTALITÉ ATTRIBUABLE À L’ALCOOL EN FRANCE EN 2015

Consommation d’alcool, comportements et conséquences pour la santé BEH N° 5-6 - 19 février 2019
LA MORTALITÉ ATTRIBUABLE À L’ALCOOL EN FRANCE EN 2015
Christophe Bonaldi 1 , Catherine Hill 2,3,4
1
Santé publique France, Saint-Maurice, France 2 Service de biostatistiques et d’épidémiologie, Institut Gustave Roussy, Villejuif, France3 Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations (CESP), Inserm U1018, Villejuif, France
4
Université Paris-Sud, Orsay, Franc


Objectif – Cette étude actualise l’estimation de la mortalité attribuable à la consommation d’alcool en France métropolitaine en 2015, dernière année pour laquelle les données de mortalité sont disponibles
Méthode – La méthode repose sur la même approche que celle proposée par Guérin et coll. pour estimer la mortalité attribuable à l’alcool en France en 2009. À partir de données d’enquêtes et de ventes, on estime la distri-bution de la consommation d’alcool dans la population par sexe, âge et niveau de consommation. Pour chaque cause de décès dont le risque est modifié par la consommation d’alcool, des fonctions de risque sont extraites de méta-analyses récentes. En combinant ces risques avec les prévalences de consommation, on peut calculer les fractions de mortalité attribuables à l’alcool pour chaque cause. Ces fractions multipliées par les nombres de décès enregistrés correspondants permettent d’estimer le nombre de décès attribuables à l’alcool.Résultats – En 2015, 41 000 décès sont estimés être attribuables à l’alcool, dont 30 000 décès chez les hommes et 11 000 décès chez les femmes, soit respectivement 11% et 4% de la mortalité des adultes de 15 ans et plus. Ceci inclut 16 000 décès par cancers, 9 900 décès par maladies cardiovasculaires, 6 800 par maladies diges-tives, 5 400 pour une cause externe (accident ou suicide) et plus de 3 000 pour une autre maladie (maladies mentales, troubles du comportement, etc.). La fraction attribuable pour l’ensemble des pathologies associées à l’alcool représente jusqu’à 15% des décès chez les 35-64 ans contre moins de 8% pour les autres âges. Hors causes externes, un peu moins de 500 décès (1% des décès attribuables à l’alcool hors causes externes) sont attribuables à une consommation modérée entre 7 et 18 grammes d’alcool pur par jour, et 90% du total des décès sont liés à des consommations supérieures à 53 g/j.


En savoir plus  Consommation d’alcool, comportements et conséquences pour la santé
Coordination scientifique // Scientific coordination Viet Nguyen-Thanh & Romain Guignard, Santé publique France, Saint-Maurice, France N° 5-6 - 19 février 2019Télécharger le numéro PDF
http://invs.santepubliquefrance.fr/beh/2019/5-6/index.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire