vendredi 1 février 2019

Communiqué de presse de PHARE Enfants-Parents à l'occasion de la 23e Journée Nationale de Prévention du Suicide.

Communiqué de presse de PHARE Enfants-Parents à l'occasion de la 23e Journée Nationale de Prévention du Suicide.
Source PHARE Enfants-Parents 1/02/2019


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

A l’occasion de la 23ème Journée Nationale de la Prévention du Suicide du 5 février 2019
PHARE Enfants-Parents lance un appel
Ensemble, levons le tabou du suicide pour mieux le prévenir !

Alors que le tabou a été levé sur de très nombreux sujets tels que : cancer, sida, autisme, handicap, sexualité, homosexualité, harcèlement scolaire, violences faites aux femmes, celui du suicide persiste et s’amplifie.

Alors que de nombreux pays d’Europe s’investissent dans la prévention du suicide, encouragent et soutiennent nombre d’initiatives, la France s’en tient à un plan de santé mentale discret où le mot « suicide » est remplacé par « bien-être » et où les psychiatres sont les principaux acteurs. L’absence de budget dédié à un plan de prévention du suicide et la recommandation de ne plus utiliser le mot « suicide » créent une force d’inertie qui paralyse les actions de prévention et pénalise les associations qui s’y consacrent.

Pourtant, la France n’a pas à s’enorgueillir de sa position au sein des pays européens en termes de taux du suicide : 14, 14 contre 7,35 pour le Royaume-Uni (taux de mortalité pour 100 000 habitants – chiffres Eurostat 2015). Le Royaume-Uni, dont la population est quasi identique celle de la France, présente 2 fois moins de suicides et vient de nommer un Ministre  « pour la prévention du suicide » (une première dans le monde).

On peut légitimement s’interroger sur le fait que le suicide qui provoque près de 3 fois plus de morts (8 956 en 2015, derniers chiffres INSERM) que les accidents de la route (3 616 morts en 2015, chiffres ONISR ) ne fasse pas plus l’objet de campagnes de prévention et d’informations du public.

Pour  l’OMS, les suicides qui représentent plus de 800 000 morts dans le monde (plus de morts que les conflits en provoquent), sont des morts évitables.  Le Canada, les Etats-Unis et l’Australie mènent des politiques où le mot suicide n’est pas effacé et où la sensibilisation de tous les publics est entretenue régulièrement. Chaque année le Québec lance une vaste campagne de sensibilisation d’une semaine. En 2018,  le thème était « Parler du suicide sauve des vies ».

Manifeste des 10 000

PHARE Enfants-Parents s’insurge contre cette situation qui entretient le tabou et réclame la mise en œuvre de mesures efficaces de prévention du suicide. En 2018, l’association a lancé un manifeste, intitulé « MANIFESTE des 10 000 » sur Change.org avec des propositions d’actions, notamment :
      Une sensibilisation médiatique pour dé stigmatiser le suicide,
      Une sensibilisation au risque suicidaire de tous les acteurs en contact avec les jeunes,
      Une amélioration de la qualité de l’accueil des patients et de l’entourage en milieu hospitalier psychiatrique,
      Une reconnaissance des associations œuvrant sur le terrain en les associant aux prises de décisions relevant de la prévention du suicide et en leur apportant un soutien financier pérenne.
Ce manifeste a dépassé son objectif des 10 000 signatures, puisqu’il en est à près de 10 300 !

MERCI de relayer notre message … pour sauver des vies !
Contact : Thérèse HANNIER, Présidente, 06 61 54 93 64.

PHARE Enfants-Parents
5, rue Guillaumot – 75012 PARIS
Tél. 01.42.66.55.55 - Ligne d'écoute : 01.43.46.00.62

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire