vendredi 14 septembre 2018

ETUDE RECHERCHE USA Le traitement de la douleur chronique : une priorité de santé publique pour la prévention du suicide

Le traitement de la douleur chronique : une priorité de santé publique pour la prévention du suicide
dans synthèse de presse bioéthique  13 Septembre 2018 Fin de vie genethique.org*

En 2014, 10% des personnes qui se sont suicidées souffraient de douleurs physiques chroniques. Une augmentation de 31% par rapport à 2003. C’est ce que révèle une étude, qui vient d’être publiée dans la revue Annals of Internal Medecine. Elle a été menée par les chercheurs des Centers for Disease Control and Prevention qui ont analysé les données du Système national de déclaration des décès avec violence, soit plus de 120 000 suicides intervenus aux États-Unis sur 11 ans
Parmi ceux qui se sont ôté la vie, 24% souffraient de la colonne vertébrale, tandis que les douleurs au dos ont affecté 22% d’entre eux. Les souffrances liées au cancer ont affecté 12% des personnes et 7% présentaient des douleurs liées à l'arthrite. Plus de la moitié des personnes décédées éprouvaient des douleurs dues à un problème de santé. 15% des personnes avaient deux troubles et 5% trois ou plus. Environ deux suicides sur trois étaient le fait d’homme qui luttaient contre la douleur, la plupart ayant 80 ans ou plus. L’étude ne s’est pas penchée sur les souffrances émotionnelles.
Pour l'auteur principal de l’étude, le Dr Emiko Petrosky, « les prestataires de santé qui soignent des patients souffrant de douleur chronique doivent être conscients du risque de suicide. La douleur chronique est un grave problème de santé publique. Il est essentiel d’améliorer la prise en charge de la douleur chronique par une gestion intégrée centrée sur le patient qui inclut des soins de santé mentale en plus des médicaments de ces patients ».
 Le suicide est la 10e cause de mortalité aux États-Unis et la première chez les hommes de plus de 50 ans au Royaume Uni. Les douleurs chroniques, qui durent plus de trois mois, affectent environ 11% des adultes aux États-Unis. Au Royaume-Uni, jusqu'à 14% des personnes estiment que leurs souffrances les ont gravement handicapées.
 Sources:  MailOline, Alexandra Thompson (12/09/2018)


Étude mentionnée : Chronic Pain Among Suicide Decedents, 2003 to 2014: Findings From the National Violent Death Reporting System.

Petrosky E1, Harpaz R1, Fowler KA1, Bohm MK1, Helmick CG1, Yuan K1, Betz CJ1.
1 Centers for Disease Control and Prevention, Atlanta, Georgia (E.P., R.H., K.A.F., M.K.B., C.G.H., K.Y., C.J.B.).
Ann Intern Med. 2018 Sep 11. doi: 10.7326/M18-0830. [Epub ahead of print]
Abstract
Background:
More than 25 million adults in the United States have chronic pain. Chronic pain has been associated with suicidality, but previous studies primarily examined nonfatal suicidal behaviors rather than suicide deaths associated with chronic pain or the characteristics of such deaths.
Objective:
To estimate the prevalence of chronic pain among suicide decedents in a large multistate sample and to characterize suicide decedents with and without chronic pain.
Design:
Retrospective analysis of National Violent Death Reporting System (NVDRS) data. The NVDRS links death certificate, coroner or medical examiner, and law enforcement data collected by investigators, who often interview informants who knew the decedent to gather information on precipitating circumstances surrounding the suicide. Information is abstracted by using standard coding guidance developed by the Centers for Disease Control and Prevention.
Setting:
18 states participating in the NVDRS.
Participants:
Suicide decedents with and without chronic pain who died during 1 January 2003 to 31 December 2014.
Measurements:
Demographic characteristics, mechanism of death, toxicology results, precipitating circumstances (mental health, substance use, interpersonal problems, life stressors), and suicide planning and intent.
Results:
Of 123 181 suicide decedents included in the study, 10 789 (8.8%) had evidence of chronic pain, and the percentage increased from 7.4% in 2003 to 10.2% in 2014. More than half (53.6%) of suicide decedents with chronic pain died of firearm-related injuries and 16.2% by opioid overdose.
Limitation:
The results probably underrepresent the true percentage of suicide decedents who had chronic pain, given the nature of the data and how they were captured.
Conclusion:
Chronic pain may be an important contributor to suicide. Access to quality, comprehensive pain care and adherence to clinical guidelines may help improve pain management and patient safety.
Primary Funding Source:
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30208405

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire