vendredi 9 mars 2018

RECHERCHE ETUDE ALLEMAGNE Le pouvoir du langage: Des mots choisis avec soin peuvent jouer un rôle dans la prévention du suicide

Le pouvoir du langage: Des mots choisis avec soin peuvent jouer un rôle dans la prévention du suicide
d'après article " The power of language: Carefully chosen words can play a role in suicide prevention
du 6/03/2018 hindustantimes.com
La recommandation de l'OMS n'est pas de qualifier le suicide de «succès» ou de «tentative ratée» parce que ces termes peuvent susciter des sens associatifs problématiques, impliquant que la mort est un résultat souhaitable.

Il s'avère que les mots ont un impact sur la façon dont les lecteurs perçoivent le suicide et, par conséquent, y ont recours. Selon une nouvelle étude Ludwig-Maximilians-Universitat München, le choix du mot utilisé dans les reportages des médias sur les suicides a un impact mesurable sur la façon dont les lecteurs perçoivent et évaluent ensuite l'acte suicidaire. L'étude a été réalisée par Florian Arendt avec son ancien collègue Sebastian Scherr et des chercheurs basés à l'Université de médecine de Vienne.
En allemand, trois termes sont utilisés pour désigner le suicide: Suizid, Selbstmord («meurtre de soi») et Freitod («mort volontaire»). Les auteurs ont recruté 451 personnes pour l'étude en ligne. L'échantillon a d'abord été divisé en trois groupes. Les participants ont lu de courts articles de journaux sur les suicides, qui ne différaient l'un de l'autre que par le mot utilisé pour désigner l'acte lui-même (Suizid, Selbstmord ou Freitod).
Les textes donnés aux membres de chaque groupe ont utilisé seulement un de ces termes. Les participants ont ensuite été invités à résumer le contenu de ce qu'ils avaient lu dans leurs propres mots et à remplir les blancs dans un puzzle de mots conçu pour tester la mémoire implicite. Enfin, ils ont été interrogés sur leurs attitudes personnelles face au suicide. "Nous avons trouvé un effet clair, dans la mesure où les participants étaient favorables à l'utilisation du terme qu'ils avaient précédemment lu dans les textes attribués à chacun d'entre eux", a déclaré Arendt.
En outre, les résultats ont fourni les premières indications que les trois termes déclenchent réellement différentes associations dans l'esprit des lecteurs. Les participants qui avaient lu les rapports qui se référaient à Freitod ont exprimé une opinion plus positive du suicide de patients incurablement malades que ceux qui avaient rencontré l'un ou l'autre des termes. Notamment, l'utilisation de Freitod par les médias est considérée comme problématique.
"Le mot Freitod implique que la victime a pris une décision clairvoyante et rationnelle. Mais toutes les preuves suggèrent que les individus suicidaires ont généralement une vision très limitée de leur situation personnelle, de leur vie et de leur environnement - ils montrent une sorte de vision émotionnelle. Vu sous cet angle, il est très difficile de décrire une telle décision comme libre ou rationnelle ", a souligné Arendt.
"Notre étude souligne le fait que les médias pourraient jouer un rôle majeur dans la prévention des suicides. Les journalistes devraient prendre soin de choisir le terme le moins «chargé» », a déclaré Arendt. Cependant, le choix judicieux des mots est «seulement l'une des mesures que la recherche empirique a montré peut réduire l'incidence du suicide.» L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié des lignes directrices pour la couverture des nouvelles suicides.
En anglais, par exemple, la recommandation de l'OMS n'est pas de qualifier le suicide de «succès» ou de «tentative ratée» parce que ces termes peuvent susciter des sens associatifs problématiques, impliquant que la mort est un résultat souhaitable. Au lieu de cela, il est recommandé d'écrire "mort par suicide. Les résultats de l'étude sont publiés dans la revue Social Science & Medicine.


https://www.hindustantimes.com/more-lifestyle/the-power-of-language-carefully-chosen-words-can-play-a-role-in-suicide-prevention/story-gDE8RlEhc1LzdxKGBUJH1M.html


***
Références étude citée
Florian Arendt, Sebastian Scherr, Thomas Niederkrotenthaler, Benedikt Till: The role of language in suicide reporting: Investigating the influence of problematic suicide referents. In: Social Science & Medicine 2018.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire