mardi 9 juillet 2019

AUTOUR DE LA QUESTION ETUDE RECHERCHE Collaboration entre médecins généralistes et psychologues : le point de vue des psychologues

Conditions d’exercice Généralistes et psychologues : sont-ils condamnés à s'ignorer ?
Par Yvan Pandelé le 09-07-2019 sur https://www.egora.fr*
Diplômé en 2017, le Dr Yohann Vergès a fait sa thèse sur la collaboration entre généralistes et psychologues en interrogeant ces derniers. Au fil de son travail, un constat s'impose : aux yeux des psychologues, la coopération entre les deux professions confine à l'inexistant. Egora a souhaité en savoir plus en discutant avec ce jeune généraliste de Haute-Garonne, membre du bureau de Reagjir, qui s'investit en faveur d'une meilleure prise en charge des pathologies mentales.

Egora.fr : Pourquoi vous êtes-vous intéressé à la collaboration entre psychologues et généralistes ?
Dr Yohann Vergès : La santé mentale m'intéressait mais le point de départ a surtout été la rencontre avec mon directeur de thèse, Jean-Christophe Poutrain, qui a été surpris de constater que la psychologue avec qui il avait commencé à travailler dans sa maison de santé avait peu de patients adressés par des médecins généralistes. C’est le point de départ de notre réflexion : on s’est demandé si c’était vraiment le cas et si ce phénomène n'était pas sous-estimé.

Comment avez-vous procédé ?
On a voulu savoir ce que faisaient les psychologues et quelles interactions ils avaient avec les médecins généralistes. C'était plus intéressant d'avoir leur point de vue, donc on a monté un questionnaire et on l’a envoyé par courrier aux 1128 psychologues de l'ex-région Midi-Pyrénées. On a eu 434 réponses, ce qui est un taux de réponse plus élevé que ce qu'on a l'habitude d'avoir avec les médecins ! Visiblement, les psychologues avaient des choses à dire…
Et que disent les psy de leurs relations avec les MG, justement ?
Pour le dire en une phrase, ils estiment que la collaboration avec les généralistes est faible – il y a peu d’interactions –, insatisfaisante – ils sont plutôt mécontents de comment ça se passe –, et ils ont l’impression que les médecins généralistes méconnaissent leur activité [voir encadré, NDLR]. Par ailleurs, les deux-tiers des psychologues interrogés ont l'impression qu'on pourrait faire beaucoup mieux.
Dur constat ! Justifié, à votre avis ?
Ce n'est pas loin de la réalité. En tant que MG, on voit assez facilement ce que fait un cardiologue ou même un psychiatre, mais les psychologues ont une formation à part. Ils ne sont pas définis comme des professionnels de santé (ce qui semble être un souhait de leur part). Donc en tant que MG on a du mal à comprendre ce qu’ils font et à l'expliquer aux patients. Concrètement, on a du mal à définir ce que sont les thérapies d’orientation psychanalytique, les TCC [thérapies cognitivo-comportementales, NDLR], les thérapies systématiques… On ne sait pas trop quel psychologue utilise quoi et quel intérêt ça peut avoir dans telle ou telle situation.

"On n’a pas le même langage et pas la même culture"

Peut-on dresser le constat inverse : les psy ne comprennent pas les MG ?
Ce n'était pas l'objet de ma thèse mais...Lire la suite
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire