jeudi 11 juillet 2019

ETUDE RECHERCHE Styles d'attachement et conduites suicidaires chez les patients souffrant de troubles de l'humeur : revue de la littérature et résultats d'une étude

Styles d'attachement et conduites suicidaires chez les patients souffrant de troubles de l'humeur : revue de la littérature et résultats d'une étude
Madeleine Rebattu 1

1
AMU MED - Aix-Marseille Université - Faculté de médecine

Résumé : Le suicide représente un problème majeur de santé publique. Le trouble de l’humeur est la principale pathologie associée au suicide, aggravant le pronostic de ce trouble. Dans la prise en charge des patients souffrant de trouble de l’humeur, la prévention du risque suicidaire est donc un enjeu central. Le manque de soutien social est un facteur de risque suicidaire modifiable qui pourrait faire l’objet d’une prise en charge spécifique. Or la capacité d’une personne adulte à solliciter l’aide auprès de son entourage ou auprès des services de soins est influencée par son style d’attachement, lui-même déterminé par la qualité des interactions précoces dans la petite enfance. Nous nous sommes alors intéressés aux éventuelles implications du style d’attachement sur le risque suicidaire. Nous avons mené une revue de la littérature sur le lien entre style d’attachement et conduites suicidaires. En utilisant les mots clefs « attachment and suicide » nous avons inclus les articles répertoriés dans les bases de données PubMed et PsycInfo, publiés entre Janvier 1992 et Janvier 2018, en français ou en anglais, dont l’objectif était de chercher une relation statistique entre styles d’attachement et conduites suicidaires. Parmi les articles retenus, 4 études comparaient des patients suicidants et non suicidants, ce qui nous a permis de réaliser une méta-analyse. Au total, 31 articles ont été retenus. La plupart des études retrouvent un lien entre l’organisation de l’attachement et les comportements suicidaires. Un attachement insécure est corrélé positivement aux comportements suicidaires. L’étude avec le meilleur niveau de preuve montre une corrélation entre la dimension « évitement » de l’attachement et les tentatives de suicide ultérieures sur une année. D’après la méta-analyse que nous avons menée, les patients avec antécédent de tentatives de suicide avaient significativement des scores plus élevés que les témoins, à la fois sur la dimension « anxiété » et sur la dimension « évitement » de l’attachement. Peu d’étude prennent en compte les antécédents de traumatismes infantiles, pourtant corrélés à la fois à l’attachement et au risque suicidaire. C’est pourquoi, nous avons réalisé une étude dont l’objectif principal est d’examiner l’association entre la dimension évitement de l’attachement et les antécédents de tentative de suicide, indépendamment des traumatismes infantiles. Nous présentons aussi un cas clinique afin d’illustrer l’intrication entre qualité de l’attachement et vulnérabilité suicidaire.
Domaine  Sciences du Vivant [q-bio] / Médecine humaine et pathologie


https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02174448
Contributeur : Faculté de Médecine Amu
Soumis le : vendredi 5 juillet 2019 - 09:59:41
Dernière modification le : mercredi 10 juillet 2019 - 01:26:51

Fichier THESE REBATTU 30-04-19.pdf
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire