lundi 30 septembre 2019

SUISSE Un service de soutien et de conseils en ligne pour et par les jeunes "peer-chat"

Un service de soutien et de conseils en ligne pour et par les jeunes


Pro juventute tchat L'actu en vidéo le 19 septembre 2019  www.rts.ch/play

Vidéos et audio



Pro Juventute lance en Suisse romande un nouvel outil: un tchat tenu par des jeunes et pour les jeunes.

Pro Juventute lance un service de discussion en ligne pour les jeunes qui présentent des idées suicidaires ou qui ont simplement besoin de se confier. La particularité de ce forum: les jeunes sont conseillés par des bénévoles du même âge.
Quelque 350 enfants et jeunes adultes s'adressent au numéro de téléphone 147 de Pro Juventute chaque jour. Dont deux à trois qui se posent des questions sur le suicide, indique la fondation. Afin de faciliter la première prise de contact et la rendre plus accessible, Pro Juventute a mis en place début septembre un "peer-chat". Soit un forum de discussion en ligne pour des jeunes par des jeunes les lundis soirs de 19h00 à 22h00.
"Ce chat s'adresse à tous les jeunes de 15 à 25 ans", explique au 19h30 Andrea Coduri, responsable du projet chez Pro Juventute. "Des jeunes formés répondent à toutes les questions, car il n'y a pas de questions bêtes".
Que faire lorsqu'on est pris d'anxiété? Comment surmonter un deuil? Comment réagir face à des pensées suicidaires? Accompagnés d'un coach expérimenté, les bénévoles sont là pour offrir un accueil différent à leurs camarades que celui d'un professionnel. Et s'ils le désirent, partager les expériences difficiles qu'ils ont su surmonter avec ceux qui cherchent de l'aide.
Une phase-pilote d'un an en Suisse alémanique
Pro Juventute a testé le concept en Suisse alémanique durant un an. Avec des résultats concluants, selon la fondation. "Cela s'est avéré très utile car les jeunes se sont sentis compris", précise Andrea Coduri.
Pour lancer le forum en Suisse romande, la fondation a recruté six jeunes, choisis sur la base de leurs expériences de vie, leur motivation à soutenir d'autres jeunes et leur capacité à écouter.
Margaux* fait partie de ces six Romands prêts à aider leurs camarades. "Je me suis engagée car j'ai trouvé le message porté par ce nouveau service très positif", explique la jeune femme qui a elle-même connu des problèmes d'estime de soi.
Une fois sélectionnés, ces jeunes bénévoles ont suivi une formation sur l'empathie et sur la recherche de solutions. Ils ont aussi appris à détecter les cas pour lesquels ils doivent demander de l'aide au coach présent durant chaque session. A l'image des questions délicates, dont celles liées au suicide.
Les demandes pour des problèmes graves en hausse
Pour Pro Juventute, le besoin de prestations de soutien existe plus que jamais. La proportion de demandes aux différents services de la fondation concernant des problèmes graves, y compris l'anxiété et les idées suicidaires, a augmenté ces dix dernières années, relève Pro Juventute. L'an dernier, 35,5% des prises de contact portaient sur ces questions, contre 10,9% en 2009.
>> Regarder le sujet du 19h30 de la RTS consacré au suicide des jeunes:
Quant au forum de discussion, il a déjà trouvé un certain public. Une cinquantaine de demandes ont été répertoriées les trois premières soirées.
Viviane Gabriel et Tamara Muncanovic
(*): prénom d'emprunt
>> Le "peer-chat" de Pro Juventute est accessible les lundi soirs à l'adresse www.147.ch
Publié le 19 septembre 2019 à 20:53 - Modifié le 19 septembre 2019 à 23:17
Besoin d'aide?
143: Écoute et conseils pour les adultes (La Main Tendue).
147: Écoute et conseils pour les jeunes (Pro Juventute).
144: Services médicaux.
Vous pouvez contacter ces numéros de téléphone 24h/24 et 7j/7.
Retrouvez les autres services d'aide en Suisse romande sur stopsuicide.ch/besoindaide
Des bénévoles qui apprennent à connaître leurs limites
Pro Juventute n'est pas le seul service d'aide à faire appel à des bénévoles. La Main Tendue travaille avec des volontaires de tous âges. Une fois recrutés, ces bénévoles suivent une formation de base de six jours, puis un stage pratique de six à huit mois. Ils apprennent alors à pratiquer l'écoute active, ainsi qu'à puiser dans leurs expériences et connaître leurs limites, en particulier pour les demandes délicates, comme celles de personnes aux idées suicidaires.
Tout un chacun peut par ailleurs être acteur de la prévention auprès de son entourage, rappelle de son côté Stop Suicide. Dans sa dernière campagne, l'association communique sur les signaux d'alerte qui permettent de repérer le risque suicidaire.
https://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/pro-juventute-lance-en-suisse-romande-un-nouvel-outil-un-tchat-tenu-par-des-jeunes-et-pour-les-jeunes-?id=10722217

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire