jeudi 10 janvier 2019

DEBATS CRITIQUES REFLEXIONS USA Prévenir le suicide aux funérailles

D'après article Preventing suicide at the funeral thegazette.com**Sun., January 06, 2019

Prévenir le suicide aux funérailles
Melinda Moore, chroniqueuse invitée*

Un prêtre de la région de Detroit, qui a fait l'homélie lors de la récente messe funèbre d'un homme de 18 ans, a profité de l'occasion pour exprimer sa propre pensée sur le suicide, plutôt que de réconforter ou de servir les êtres chers qu'il avait laissés derrière lui. Une tempête dans les médias a éclaté devant l'insensibilité de ses propos, bien que certains organes de presse aient affirmé que ses propos n'étaient pas du tout incendiaires. La confusion générale entourant la pertinence de son homélie témoigne de la compréhension qu'a le public de la science du suicide.

Personne n'est épargné dans cette expérience. Il y a maintenant plus de 47 000 Américains qui se suicident chaque année aux États-Unis. La science du suicide, appelée suicidologie, nous dit que pour les 135 personnes exposées à chaque suicide, environ 48 personnes peuvent être gravement touchées émotionnellement, qu'on appelle endeuillées par suicide et qui peuvent avoir besoin de services en santé mentale.  Ces personnes peuvent présenter des niveaux plus élevés de dépression, d'anxiété, d'idées suicidaires et de tentatives de suicide. La manière dont les autres se comportent et communiquent à propos du suicide de leur proche peut faire qu'ils se sentent jugés, isolés et incompris ou de se sentent aidés et réconfortés, ce qui a une incidence sur leur trajectoire de deuil et leurs résultats potentiels pour la santé.

Le suicide d'un être cher peut être l'un des événements les plus douloureux et les plus déroutants de la vie. Comme le dit le père Ron Rolheiser, prêtre et écrivain catholique: «Cela implique une douleur, un chaos, une obscurité et une stigmatisation qu'il faut expérimenter pour être cru.» Beaucoup sont plongés dans une crise spirituelle. Nous savons que le langage que nous utilisons et la modélisation des attitudes par les leaders religieux vont faire une différence dans la façon dont les personnes en deuil comprendront leur expérience du suicide. Les membres du clergé peuvent inciter les membres de la famille, les paroissiens et d'autres personnes à réagir avec compassion à un décès par suicide et à mobiliser leurs efforts lorsque les personnes les plus touchées se battent et risquent de se suicider.

Comme beaucoup de prestataires de services de santé comportementale et médicaux, les membres du clergé ne sont pas formés à la science du suicide et à la manière de la combattre de manière compétente. Leur rôle dans la modélisation des attitudes et la présentation de messages compatibles avec la science et la sécurité va souvent plus loin que ces autres professionnels. Le clergé peut être nécessaire immédiatement après, lors des funérailles ou au cours des semaines, des mois et des années nécessaires pour traiter cet événement parmi les plus touchés. Dans le vide de la formation au séminaire et dans la pratique, les chefs du clergé et de la religion retombent souvent sur leurs propres expériences de vie, leurs préjugés ou leur compréhension erronée de la politique de l'église pour s'attaquer au suicide quand il est confronté dans sa propre congrégation.

Les efforts déployés aux niveaux national et local visent à remédier au manque de formation reçue par le clergé et les cliniciens. Le groupe de travail sur les communautés religieuses de l’Alliance nationale pour la prévention du suicide présente sur son site Web des informations sur la sécurité des messages dans les communautés religieuses, ce qui peut constituer un bon point de départ pour le clergé et les dirigeants religieux: https://theactionalliance.org/faith-hope-life. La conférence annuelle de l'American Association of Suicidology à Denver traitera également de cette question en avril, avec davantage de personnes, d'organisations et d'institutions, tels que les Centers for Disease Control and Prevention, reconnaissant la place importante que la foi et le clergé jouent dans les croyances autour du suicide et, lorsque le pire est arrivé, sauver des vies, sur les plans spirituel et physique, aux obsèques.

Les responsables locaux de la prévention du suicide tiendront une conférence régionale lundi à la bibliothèque publique de Cedar Rapids, à destination des dirigeants religieux et des cliniciens, afin de s'attaquer à ce qui est maintenant un problème national. Les responsables de la prévention du suicide à Cedar Rapids doivent être félicités pour leur clairvoyance et leur prescience sur un sujet susceptible d’avoir un impact sur les Iowans et de prévenir le suicide dans l’Iowa.

• *Melinda Moore est professeure adjointe au département de psychologie de l’Eastern Kentucky, directrice de la division clinique de l’American Association of Suicidology et membre du groupe de travail de la Faith Community Task Force de la National Action Alliance.


** https://www.thegazette.com/subject/opinion/guest-columnist/preventing-suicide-at-the-funeral-20190106

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire