vendredi 14 février 2020

Depuis 2005, le centre hospitalier Georges-Daumezon, à Bouguenais, a créé des consultations précurseurs avec les médecins généralistes du territoire du Sud Loire pour prévenir les suicides.

Régions/Pays de la Loire/Loire-Atlantique, vendredi 14 février 2020 527 mots
Près de Nantes. Prévention du suicide : « Sortir la santé mentale de l’hôpital »
Julie Cateau
Depuis 2005, le centre hospitalier Georges-Daumezon, à Bouguenais, a créé des consultations précurseurs avec les médecins généralistes du territoire du Sud Loire pour prévenir les suicides.
Le docteur Kahina Yebbar, chef du pôle intersectoriel de psychiatrie du centre hospitalier de Bouguenais.
Le docteur Kahina Yebbar, chef du pôle intersectoriel de psychiatrie du centre hospitalier de Bouguenais. | PHOTO PRESSE OCÉAN-JULIE CATEAU



Le centre hospitalier Georges-Daumezon de Bouguenais fait partie du Réseau de prévention et de recherche sur le suicide du département qui regroupe plusieurs associations qui œuvrent sur le sujet. Les approches de l’hôpital sont précurseurs depuis 2005, quand le centre participe à la fondation du GPS. Nous avons créé un maillage sur le territoire du Sud-Loire avec les élus et les médecins généralistes intéressés pour sortir la santé mentale de l’hôpital et agir en amont, explique le docteur Kahina Yebbal, chef du pôle intersectoriel à l’hôpital de Bouguenais. Le centre lance plusieurs dispositifs à destination des personnes en souffrance psychique mais aussi pour les proches confrontés à un ami, une sœur, un grand-père avec des idées suicidaires. Des groupes de bénévoles écoutants, formés à l’hôpital. Des consultations pour les personnes endeuillées par un suicide. Mais aussi des consultations d’évaluation des troubles de l’humeur à l’hôpital où c’est le médecin généraliste qui préconise une consultation avec un médecin psychiatre, en l’occurrence le docteur Yebbal. Tous ces services sont gratuits et en présentiel. Parmi les signes qui doivent alerter le médecin : troubles du sommeil, manque d’élan vital, pessimisme, échecs, ruptures, pertes de confiance en soi… Il y a plusieurs parcours et pas de profil type. On n’est pas forcément suicidaire quand on a tous ces symptômes. Parfois, il suffit de pouvoir être écouté par une personne pour s’en sortir. Depuis 2005, le Dr Yebbal constate dans ses consultations une diminution de personnes qui sont déjà passées à l’acte. Avec nos formations, une meilleure information sur les dispositifs, les gens viennent nous voir plus en amont ce qui permet de les prendre en charge avant la tentative de suicide. Il y a plus de femmes que d’hommes dans les consultations. Et il y a plus d’hommes qui se suicident que de femmes. Sûrement un lien de cause à effet, pour le docteur. L’hôpital de Bouguenais forme aussi les médecins du travail, notamment ceux de la Mutualité sociale agricole pour les agriculteurs. Toutes les catégories socioprofessionnelles sont touchées. On voit moins de CSP + parce qu’ils vont dans le privé. Mais on reçoit plus de cadres et d’enseignants qu’avant, avec des situations de burn-out, de souffrance au travail. L’hôpital suit environ 300 personnes par an, rien que sur les consultations d’évaluation. Sur le territoire du Sud Loire, 25 médecins généralistes sur 200 participent. C’est peu mais c’est volontaire. On ne peut pas faire plus car cela demande du temps, de la formation et tout cela à moyen constant », rapporte le Dr Yebbal. Même si elle espère essaimer ces initiatives au Pays de Retz dès cette année. Il faut aussi convaincre les généralistes de l’intérêt de notre approche, ce n’est pas toujours évident.
https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/loire-atlantique/pres-de-nantes-prevention-du-suicide-sortir-la-sante-mentale-de-l-hopital-c9e4cbb2-4763-11ea-9026-7f4ff9c020f2


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire