vendredi 21 décembre 2018

USA Nouvelles voies pour la mise en œuvre du dépistage universel du risque de suicide dans les établissements de santé

Nouvelles voies pour la mise en œuvre du dépistage universel du risque de suicide dans les établissements de santéD'apres article  New Pathways for Implementing Universal Suicide Risk Screening in Healthcare Settings https://www.nimh.nih.gov/*  20 décembre 2018

• Communiqué de presse

Le modèle pourrait aider les hôpitaux à mieux identifier et aider les jeunes à risque de suicide

Un nouveau rapport, rédigé en partie par des chercheurs de
National Institute of Mental Health (NIMH), qui fait partie du National Institutes of Health, fournit des conseils sur la mise en œuvre du dépistage universel du risque de suicide chez les jeunes en milieu médical. Le rapport décrit un moyen pour les hôpitaux de faire face à la hausse du taux de suicide de manière souple et en tenant compte de ressources limitées.

Rien qu'en 2016,, selon les Centers for Disease Control and Prevention, plus de 6 000 jeunes de moins de 25 ans sont morts par suicide aux États-Unis. Des études ont montré qu'une majorité de jeunes décédés par suicide se sont rendus chez un fournisseur de soins de santé ou un milieu médical au cours du mois précédant leur mort. Les interactions de ces jeunes avec le système de santé font du milieu médical un lieu idéal pour positionner les efforts d'intervention en cas de suicide.

«Le suicide est une préoccupation majeure pour la santé publique et la détection précoce est une stratégie de prévention essentielle», a déclaré Joshua A. Gordon, directeur du NIMH, M.D., Ph.D. «Une partie du portefeuille de recherche en prévention du suicide de NIMH se concentre principalement sur le test et la mise en œuvre de stratégies efficaces pour identifier les personnes à risque de suicide. Les résultats de ces travaux de recherche sont sur le point de faire une réelle différence et de sauver des vies. "

En 2007,
The Joint Commission (TJC) a publié un objectif national relatif à la sécurité des patients, qui exige que tous les patients en  santé comportementale qui se présentent dans des hôpitaux psychiatriques ou généraux soient soumis à un dépistage du risque de suicide. Cependant, après avoir examiné leurs données, ils ont découvert que plus du quart des suicides en milieu hospitalier avaient lieu dans des unités de santé non comportementales et que les patients à risque passaient par les services d'urgence, les unités de soins hospitaliers et les cliniques externes sans être détectés. Cette prise de conscience a conduit la TJC, en 2016, à recommander que tous les patients se présentant en milieu médical soient soumis à un dépistage du risque de suicide.
Bien qu'il s'agisse d'une bonne pratique, le dépistage universel peut peser lourd sur les ressources des hôpitaux et autres établissements de soins de santé. Le rapport, publié dans Psychosomatics, présente un nouveau système de plan clinique à 3 niveaux, offrant une méthode souple et soucieuse des ressources pour mettre en œuvre le dépistage universel du risque de suicide dans les établissements de soins de santé pédiatriques. Le système a été créé par un sous-comité international du groupe de travail Pathways in Clinical Care, au sein du comité des enfants physiquement malades de l'Académie américaine de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent.

Le modèle de plan clinique comprend trois composants principaux. Le premier consiste en une sélection initiale de tous les jeunes à l'aide de l'outil
Ask Suicide-Screening Questions (ASQ) créé par NIMH IRP. L'ASQ est le premier outil de dépistage développé spécifiquement pour détecter le risque de suicide chez les patients pédiatriques. Il est disponible en 14 langues et nécessite environ 20 secondes pour son administration. Le deuxième niveau de dépistage est l'étape la plus critique et nécessite une brève évaluation de la mise en sécurité vis à vis du suicide (brief suicide safety assessment (BSSA)), qui prend environ 10 à 15 minutes à administrer. Cette mesure est utilisée pour classer le risque de suicide d’une personne (risque faible, élevé ou imminent) en fonction des réponses aux questionnaire et du jugement clinique, guidant la décision du clinicien en vue des prochaines étapes. Le troisième niveau de dépistage, si jugé nécessaire lors du BSSA, implique une évaluation complète de la sécurité par un fournisseur de soins de santé mentale agréé.  L'objectif de cette évaluation est d'aborder les questions de sécurité et d'établir un plan d'intervention.

Les décisions concernant les soins aux patients sont prises à chacune des trois étapes de l’évaluation et dépendent de la vision clinique associée aux réponses aux questionnaires.

"Des cliniciens de toute l'Amérique du Nord se sont réunis pour s'attaquer à cette crise chez les jeunes d'une manière faisable, cohérente et flexible qui peut être adaptée à chaque système où des jeunes suicidaires sont présents ", a déclaré le Dr Maryland Pao, directeur clinique du NIMH Intramural Research Program et un auteur du document.

Le modèle de plan clinique présenté dans ce rapport est accompagné d'une variété de ressources pour aider les établissements de soins de santé à mettre en œuvre le modèle décrit (par exemple, la boîte à outils
. the ASQ Toolkit). On espère que le modèle de plans cliniques décrit dans ce rapport pourra être utilisé dans les établissements de soins de santé pour mettre en œuvre le dépistage universel des jeunes de manière efficace - de manière à identifier les jeunes à risque de suicide et à sauver des vies.

Selon Lisa Horowitz, Ph.D., M.P.H., clinicienne scientifique du programme de recherche intra-muros du NIMH et auteure de l'article, " ces voies permettent aux systèmes de soins de santé de mettre en œuvre de façon pratique le dépistage du risque de suicide chez tous les patients. C'est ainsi que les chercheurs et les cliniciens peuvent s'associer pour répondre à l'appel à l'action afin de réduire le taux de suicide et de sauver de jeunes vies."

Reference
Brahmbhatt, K., Kurtz, B. P., Afzal, K. I., Giles, L. L., Kowal, E. D., Johnson, K. P., Lanzillo, E., PaCC Workgroup, Pao, M., Plioplys, S., & Horowitz, L. M. (in press). Suicide risk screening in pediatric hospitals: Clinical pathways to address a global health crisis. Psychosomatics. Online September 22, 2018
Grants
ZIAMH002914
###
About the National Institute of Mental Health (NIMH): The mission of the NIMH is to transform the understanding and treatment of mental illnesses through basic and clinical research, paving the way for prevention, recovery and cure. For more information, visit the NIMH website.
About the National Institutes of Health (NIH): NIH, the nation's medical research agency, includes 27 Institutes and Centers and is a component of the U.S. Department of Health and Human Services. NIH is the primary federal agency conducting and supporting basic, clinical, and translational medical research, and is investigating the causes, treatments, and cures for both common and rare diseases. For more information about NIH and its programs, visit the NIH website.
NIH…Turning Discovery Into Health®

https://www.nimh.nih.gov/news/science-news/2018/new-pathways-for-implementing-universal-suicide-risk-screening-in-healthcare-settings.shtml

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire