mercredi 9 septembre 2020

Communiqué de presse PHARE Enfants-Parents JOURNEE MONDIALE DE PREVENTION DU SUICIDE le 10 septembre 2020

Communiqué de presse PHARE Enfants-Parents 

18e JOURNEE MONDIALE DE PREVENTION DU SUICIDE le 10 septembre 2020. 

www.phare.org

Cette année encore, nous participons à la célébration de cette journée, dont le thème est : "travaillons ensemble, pour prévenir le suicide", sous forme d'un communiqué de presse et de l'envoi d'un courrier à une centaine de personnalités ciblées,

Nous poursuivons notre campagne de sensibilisation pour LEVER LE TABOU qui entoure le suicide.
Pourquoi ne parle-t'on pas du suicide ? alors qu'il fait plus de 800 000 morts par an au monde.

Regardez, en bas de page, la vidéo de témoignages de parents et le clip remarquable composé de visages de jeunes suicidés, écoutez la voix off de la comédienne Tessa VOLKINE et vous comprendrez la nécessité de lever le tabou.

La France se situe à la 10e place des pays de l'Union Européenne parmi les taux de suicides les plus élevés. 8 580 personnes se sont suicidées en France en 2016 (derniers chiffres INSERM publiés). Près de 4 fois plus que les accidents mortels de la route.

Notre position :

- la prévention du suicide devrait faire l'objet d'un plan spécifique. Actuellement, le suicide est intégré dans le plan Santé Mentale 2013-2020 et repose essentiellement sur la psychiatrie.
- Il faut mettre en place une politique forte de prévention avec une ligne budgétaire dédiée spécialement
.- les ARS (Agences Régionales de la Santé) devraient toutes développer des actions promues au niveau national.
- les associations, oubliées dans le Plan Santé Mentale, devraient être soutenues et valorisées.

18e Journée Mondiale de Prévention du Suicide
10 septembre 2020

COMMUNIQUE DE PRESSE
Ne restons pas masqués face au suicide :
il existe aussi des gestes barrières pour prévenir le SUICIDE
Depuis mars 2020, une politique de santé publique d'une ampleur inédite visant à combattre la propagation duCovid 19, nous a appris à vivre ensemble, attentifs à l'autre, pour sauver des vies. Elle est marquée par le principe de protection au niveau le plus élevé, prouvant que la vie est au centre des préoccupations « quoi qu'il en coûte ».
Or le même processus peut s'appliquer à la prévention du suicide.
Le monde s'est mobilisé face à une pandémie qui a fait près de 900.000 morts en quelques mois.
Mais sait-on que le suicide fait presque autant de morts chaque année ?
Chaque année, près de 800.000 personnes se suicident dans le monde.
Pourtant, comme l'affirme l'OMS, le suicide est une mort évitable. « Chaque suicide est une tragédie qui touche les familles, les communautés, des pays entiers et qui a des effets durables sur ceux qui restent ».

Contre le Covid 19, des mesures exceptionnelles sont appliquées à grand renfort de médiatisation sur toutes les antennes, avec un décompte macabre du nombre de morts au quotidien. Alors que le silence voire l'indifférence recouvre le suicide. En effet, malgré près de 9.000 morts par an en France, on n'en parle pas, sauf cas spectaculaires ou ceux relatifs aux célébrités, alors largement médiatisés.
Quant aux accidents mortels de la route (2.199 en 2019), ils font l'objet de campagnes de sensibilisation, de mesures préventives et répressives, alors qu'ils ne représentent que le quart des morts par suicide.
On peut dès lors légitimement déplorer que la prévention du suicide ne soit pas au coeur des préoccupations de santé publique.
Le sujet demeure tabou.
La situation en France
Si les statistiques de mortalités par suicide marquent une diminution depuis 2000, il n'en demeure pas moins que la France se situe à la 10ème place (sur 27), des pays de l'Union Européenne au taux de suicide les plus élevés. Dans le même temps, le nombre de tentatives de suicide et de comportements à risque augmente.
Quelques chiffres :
- 8.580 personnes se sont suicidées en France (chiffres INSERM 2016, les plus récents)
- plus de 220.000 personnes sont hospitalisées pour tentatives de suicide en France par an (évaluation de l'Observatoire National du Suicide 2015)
-les plus touchées sont les jeunes filles de 15 à 19 ans
- toutes les 10 minutes en France, un adolescent fait une tentative de suicide
- en 2017, près de 3% des adolescents déclaraient avoir fait au cours de leur vie une tentative de suicide
ayant nécessité une hospitalisation (7% pour la population adulte)
Notre position
La prévention du suicide devrait faire l'objet d'un plan et d'un budget spécifiques en France.





Un certain nombre de mesures sont mises en œuvre dans le cadre du Plan Santé Mentale 2013-2020, et dans la feuille de route « Santé mentale et psychiatrie » du 26 juin 2018, mais elles sont insuffisantes et ne tiennent pas compte de l'action des associations sur le terrain. La seule réponse repose sur la psychiatrie, laquelle est au bord de l'implosion. De plus, elles recommandent de ne pas évoquer le mot suicide.

Peut-on faire de la prévention du suicide sans en employer ouvertement le mot ?

NON ! Seule, une volonté politique affirmée, avec une communication grand public claire et un soutien aux associations, permettrait une prévention plus efficace.

Notre credo : favoriser le repérage des signes de mal-être afin d'éviter les passages à l'acte suicidaire en sachant comment intervenir.

Notre action pour lever le tabou et mieux le prévenir

Nous avons fait de la levée du tabou notre cheval de bataille car il est dommageable et entretient le fléau :

 il nuit aux actions de prévention

 il freine l'octroi des fonds nécessaires à la prévention

 il retient la parole de ceux qui vont mal

 il augmente la souffrance des endeuillés frappés par le suicide d'un proche

Notre campagne de sensibilisation :

 une clé USB, contenant une vidéo de témoignages de parents confrontés au comportement suicidaire de leur enfant et un clip de photos de jeunes suicidés avec la voix off d'une comédienne, Tessa VOLKINE

 une diffusion à des personnalités identifiées comme influenceurs : des membres du gouvernement, des politiques, des élus, des journalistes, des écrivains, des acteurs-comédiens célèbres

Soutenez notre démarche. Relayez notre message !

Détail de nos actions sur www.phare.org, YouTube et Facebook

Accompagner, écouter :


NOS ACTIONS DE PREVENTION

- accueil et écoute des jeunes en mal-être et toute personne concernée par la souffrance d'un jeune :parents, proches, communauté éducative

- écoute bienveillante et sans jugement, soutien moral, appui psychologique, orientation vers les structures les plus appropriées ou vers un suivi psychologique interne ou en cabinet privé (partenariat avec la CPAM de Paris)

- personnes concernées : les jeunes, les familles confrontées au comportement suicidaire ou d'autodestruction d'un enfant, les adolescents ou jeunes adultes, les personnes endeuillées par le suicide, essentiellement les parents et la fratrie

Relayer, informer :

- réseau dans tout le pays, constitué entre autres de 750 contacts, favorisant l'échange entre les familles, notamment au moyen de 3 groupes Facebook

- informations préventives sous forme de « fiches Prévention » thématiques sur notre site internet www.phare.org

CONTACTS : Thérèse HANNIER, Présidente : 06 61 54 93 64 – Secrétariat : 01.42.66.55.55

SOUTENEZ-NOUS

Adhérer, c'est mettre en évidence le nombre de personnes concernées par le mal-être et le suicide des jeunes : Bulletin d'adhésion

Faire un don, vous êtes sensibles aux causes que nous défendons, et vous souhaitez nous donner les moyens de nos actions, à défaut de votre temps et de votre énergie, vous pouvez nous aider financièrement : Bulletin de don

Fiches prévention https://www.phare.org/web/guest/accueil-fiche-alpha


voir
Suicide, dernier tabou français https://www.youtube.com/watch?v=97gWLSHbxGs

PHARE Enfants Parents POUR LEVER LE TABOU https://www.youtube.com/watch?v=--RXkilTBSc

Aucun commentaire:

Publier un commentaire