jeudi 14 juin 2018

ETUDE RECHERCHE La douleur psychologique et physique comme prédicteurs du risque suicidaire: les données cliniques et les résultats de neuro-imagerie


Psychological and physical pain as predictors of suicide risk: evidence from clinical and neuroimaging findings
Sakina J. Rizvi 1 Adam Iskric 1 Raffaella Calati 1 Philippe Courtet 2, 1
1 Neuropsychiatrie : recherche épidémiologique et clinique
2 CHRU Montpellier - Centre Hospitalier Régional Universitaire [Montpellier]
Curr Opin Psychiatry. 2017 Mar;30(2):159-167

La douleur psychologique et physique comme prédicteurs du risque suicidaire: les données cliniques et les résultats de neuro-imagerie Résumé: Le suicide est un phénomène clinique multidimensionnel avec des facteurs de risque biologiques, sociaux et psychologiques complexes.
Par conséquent, il est impératif que les études se concentrent sur le développement d'une compréhension unifiée du risque suicidaire qui intègre les résultats cliniques et neurobiologiques actuels. Une ligne de recherche récente a impliqué différentes classifications de la douleur dans la compréhension du risque de suicide, y compris les concepts de
psymal (psychache) et de tolérance à la douleur. Bien que le psymal soit défini comme l'expérience d'une douleur psychologique insupportable, la tolérance à la douleur désigne la plus grande durée ou l'intensité des stimuli douloureux que l'on peut supporter. Cette revue se concentrera sur l'intégration des résultats cliniques et neurobiologiques actuels par lesquels le psymal et la tolérance à la douleur confèrent un risque de suicide.
CONSTATATIONS RÉCENTES: Les résultats indiquent que la psymal a été identifié comme un facteur de risque significatif de suicide et que le psymal peut être associée  aux circuits neurologiques impliqués dans la modulation de la douleur physique.
Des preuves convergentes ont également été trouvées établissant un lien entre la tolérance à la douleur et les comportements d'automutilation et le risque de suicide. L'expérience du psymal et de la douleur physique par rapport à d'autres prédicteurs du suicide, y compris le traitement des récompenses, le désespoir et la dépression, sont discutés plus en détail. RÉSUMÉ: Des recherches futures examinant le lien entre la douleur et le suicide sont nécessaires pour comprendre le mécanisme derrière les facteurs de risque cliniquement pertinents pour le suicide, ce qui peut éclairer la construction de techniques d'évaluation du risque de suicide et d'intervention.


source https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01813350

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire