jeudi 19 avril 2018

MàJ AUTOUR DE LA QUESTION Expérimentation de la prise en charge de la psychothérapie par l'Assurance Maladie


Dépression: Les caisses d'assurance maladie de quatre départements testent le remboursement des séances chez le psychologue
SECURITE SOCIALE Le remboursement des séances chez le psychologue pour les cas de dépression légère à modérée est actuellement expérimenté dans quatre départements…
20 minutes avec Agence
Les assurés pourront se faire rembourser les séances chez un psychologue pour les dépressions légères à modérées. —
Les Caisses primaires d'assurance maladie (CPAM) de quatre départements ont décidé de tester le remboursement des séances chez un psychologue libéral, prescrites par un médecin. Les patients assurés de Haute-Garonne, du Morbihan, des Bouches-du-Rhône et des Landes pourront bénéficier de cette mesure.
Les autorités se laissent trois ans pour juger de la pertinence d’une telle mesure. L’objectif est de réaliser des économies en réduisant les dépenses de Sécurité sociale liées aux maladies psychiques.

Arrêts de travail et consommation de médicaments
Ces économies passeraient par la baisse du nombre de jours d’arrêt de travail, mais aussi par la baisse de la consommation d’antidépresseurs, d’anxiolytiques et de somnifères. Ces médicaments ont des effets secondaires indésirables et entraînent des dépendances, pointe Pourquoi Docteur.

La mesure va dans le sens des recommandations de la Haute Autorité de Santé, parues en 2017, qui préconisent la psychothérapie pour diminuer la consommation de psychotropes.
Dans le reste du pays, les séances de psychothérapie ne sont pas remboursées par la sécurité sociale. Seules les consultations auprès d’un médecin psychiatre ou dans un centre médico-psychologique (CMP) sont prises en charge.

Vingt séances maximum
Avec cette expérimentation, le patient orienté vers un psychologue aura droit à dix séances de psychothérapie de soutien de trente minutes. Une nouvelle prescription de dix séances pourra être décidée si besoin. Au total, vingt séances maximum seront donc prises en charge par la CPAM sans condition de revenus.
« Sur les 404 psychologues et psychothérapeutes recensés par l’ARS en Haute-Garonne, 124 souhaitaient intégrer l’expérimentation de remboursement par la Sécurité sociale », affirme La Dépêche. Une adhésion plutôt faible, de nombreux professionnels considérant les tarifs imposés par l’Assurance maladie trop bas : 22 euros pour les dix premières séances, 32 euros pour les dix suivantes. Chez un praticien libéral, une séance coûte en moyenne 50 euros.
 https://www.20minutes.fr/sante/2256699-20180417-depression-caisses-assurance-maladie-quatre-departements-testent-remboursement-seances-chez-psychologue
***
 
Les psys désormais remboursés en Haute-Garonne
Actu Santé

Jusqu'en 2020, la Caisse primaire d'assurance maladie de la Haute-Garonne expérimente le remboursement des consultations chez les psychologues et les psychothérapeutes. Le but est de réduire la consommation d'antidépresseurs, très importante en France.
Le recours à un psychologue ou un psychothérapeute agréé par l’Agence régionale de santé n’était jusqu’à présent pas remboursé. Seules les consultations auprès d’un médecin psychiatre ou dans un centre médico-psychologique (CMP) étaient prises en charge.
Dans le cadre de cette expérimentation, toutes les personnes, sans condition de ressources, peuvent bénéficier d’un parcours de soins remboursé, sans avance de frais, chez un psychologue.
Une procédure simplifiée
Pour accéder à ce parcours remboursé, il faut d’abord vous rendre chez votre médecin traitant. Il délivre une prescription comportant une séance d’évaluation de 45 minutes, à destination d’un psychologue conventionné, dont il vous fournit la liste. Un bilan est adressé par le psychologue en retour.
S’il s’avère que les troubles mentaux constatés sont d’intensité « faible à modérée », une seconde prescription de 10 séances de psychothérapie de soutien de 30 minutes est adressée. Elle pourra être complétée, le cas échéant, par 10 séances de psychothérapie structurée de 45 minutes. En cas de pathologie plus lourde, le patient pourra être orienté vers un médecin psychiatre. 
CYRIL DOUMERGUE
https://www.ladepeche.fr/article/2018/04/15/2780662-les-psys-desormais-rembourses-en-haute-garonne.html


***

 
Lorient : la sécurité sociale rembourse des consultations de psychologuesPar Marc-André Mouchère
Depuis quelques jours la sécurité sociale rembourse les consultations chez les psychologues uniquement dans le Morbihan. Une expérimentation très attendue par les professionnels et surtout par les usagers.

C'est une spécificité française, nous prenons trop de médicaments et pas seulement des antibiotiques : dans le domaine des antidépresseurs nous sommes aussi de gros consommateurs.


Une alternative : la consultation d'un psychologue D'après la fédération française des psychologues et et de la psychologie "des études récentes ont montré l’efficacité de la prise en charge psychologique sur les troubles anxieux, dépressifs et leur moindre coût pour le système de soins. Les recommandations de la Haute Autorité de Santé parues en octobre 2017 préconisent la psychothérapie, de même que de nombreuses recommandations internationales. Force est de constater que nous restons un pays où le taux de consommation de psychotropes se révèle parmi les plus élevés d’Europe avec une réponse du système de soins inadaptée qui reste ancrée dans le médical."

Une expérimentation dans le Morbihan

Deux expérimentations, encadrées par la Caisse Nationale d’Assurance Maladie, sont en cours pour le remboursement d’actes de psychologues :
  • L'une s'attaque à la souffrance des jeunes (11-21 ans) et se déroule dans des zones définies hors de Bretagne.
     
  • L'autre expérimente la prise en charge des troubles en santé mentale d’intensité légère à modérée des adultes (18 - 60 ans) et se déroule dans les Bouches-du-Rhône, en Haute-Garonne et dans le Morbihan.

Des soins coordonnés par le médecin traitant
En décembre dernier un cahier des charges est paru permettant le démarrage de l'expérimentation ces derniers jours. Il a été défini par des comités de pilotage où les médecins étaient plus nombreux que les psychologues. Le principe est le même que pour accéder à un spécialiste : il faut d'abord voir son médecin généraliste référent (médecin traitant que vous avez déclaré sur ameli.fr )


Premières réactions positives
Les psychologues du département 56 ont été invités à une conférence de présentation. Ceux qui ont accepté la convention de la CPAM ont commencé l'expérimentation. C'est le cas de Fanny Villain qui a déjà reçu cinq patients sur prescription d'un médecin. Psychologues clinicienne diplômée, elle exerce dans un cabinet avec 3 confrères. Pour elle le remboursement du patient permet enfin d'ouvrir l'accès au psychologue à des patientèles modestes :
C'est une belle avancée pour ouvrir notre profession à une patientèle qui sans remboursement ne consulte pas. C'est pour eux que nous sommes satisfaits, et pour lutter contre la consommation excessive d'antidépresseurs.

Tous les psychologues ne sont pas satisfaits par les tarifs imposés ni par le pouvoir des médecins sur cette expérimentation prévue sur quatre ans. Mais elle a l'avantage de légitimer des remboursements très attendues par les usagers à l'instar d'autres pays européens.

Parcours de soins et tarifs
Le cahier des charges impose un premier passage par le médecin généraliste dans le déroulé de la prise en charge. Puis, après une consultation d’évaluation par le psychologue, il faut un 2ème passage chez le médecin généraliste pour la prescription. Cette prescription ne peut dépasser dix séances. Après ces dix séances, sans amélioration suffisante, un nouveau rendez-vous chez le médecin et éventuellement un psychiatre peut déboucher sur une prescription maximale de dix séances de psychothérapie structurée.
Les tarifs et durées des séances prises en charge par l'Assurance Maladie sont les suivant :
Entretien d'évaluation :
1 séance de 45 minutes à 32 €
Accompagnement psychologie de soutien :
1 à 10 séances de 30 minutes  22 € la séance
Psychothérapie structurée :
1 à 10 séances de 45 minutes à 32 € la séance
 
https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/morbihan/lorient/lorient-securite-sociale-rembourse-consultations-psychologues-1436587.html




***


 
Prise en charge de la psychothérapie : internes et jeunes médecins dénoncent une expérimentation « petit bras »  sur www.jim.fr*




Paris, le lundi 12 mars 2018 - S’il se « réjouit a priori » de l’annonce de l’ouverture ce mois-ci dans trois départements (Bouches-du-Rhône, Haute-Garonne et Morbihan) d’une expérimentation de la prise en charge de la psychothérapie par l’Assurance maladie, le Syndicat national des jeunes médecins généralistes (SNJMG) qui rassemble internes, remplaçants et jeunes installés (ou salariés) en médecine générale « se désole » également de certaines conditions de sa mise en place.

Conscient que « les médicaments constituent une mauvaise réponse aux problèmes de santé mentale d’intensité légère à modérée », le SNJMG, qui « soutient une prise en charge des soins primaires en totalité », se déclare favorable aux modalités de l’expérimentation concernant la prise en charge à 100 % de la psychothérapie par l’Assurance maladie, permettant ainsi une dispense totale d’avance de frais pour le patient (tiers payant intégral). Mais le satisfecit s’arrête là.

Une organisation et un financement peu attractifs
Le syndicat regrette ainsi que « les mineurs et les plus de 60 ans [soient] exclus de l’expérimentation ». Bien qu’il comprenne « les difficultés techniques » qu’aurait impliquées leur inclusion, il considère toutefois cette décision comme « décevante en matière de santé publique ». Autre récrimination : l’absence de précision quant à la rémunération des généralistes et une rémunération proposée aux psychologues cliniciens et aux psychothérapeutes « trop déconnectée des pratiques actuelles » : 32 euros pour l’entretien d’évaluation (45 minutes), 22 euros pour chaque séance d’Accompagnement psychologie de soutien (30 mn) et 32 euros pour chaque séance de Psychothérapie structurée (45 mn) contre 45 à 50 euros en moyenne actuellement par séance de 45 à 60 minutes. Sur le premier point, le SNJMG s’était déjà prononcé en faveur de la reconnaissance d’une consultation de dépistage/repérage précoce pour laquelle il n’existe pas encore de cotation réellement adaptée.

Également mis en cause, « la complexité et les limites du déroulé de prise en charge », ainsi que « la non prise en compte des contraintes administratives pour les professionnels [qui] ont de quoi en décourager plus d’un(e) ». Le syndicat rappelle ainsi que la procédure débute par une première évaluation clinique par le généraliste pour permettre l’inclusion, suivie d’une autre consultation d’évaluation par le psychologue qui renvoie le patient vers le généraliste pour qu’il établisse la prescription qui ne peut dépasser dix séances. Sans amélioration à l’issue de ce processus, un nouveau rendez-vous chez le généraliste et éventuellement un psychiatre est enclenché pour permettre la prescription d’un maximum de dix séances de psychothérapie structurée. Pour le SNJMG, ce casse-tête organisationnel adossé à des rémunérations « peu attractives » risque de condamner l’expérimentation dans l’œuf. Il demande donc à l’Assurance maladie de revoir les modalités les plus problématiques et interpelle le ministère de la Santé pour que ce dernier intègre l’expérimentation dans le plan psychiatrie / santé mentale qu’il vient d’annoncer.

Benoît Thelliez
Copyright © http://www.jim.fr
* http://www.jim.fr/en_direct/pro_societe/e-docs/prise_en_charge_de_la_psychotherapie_internes_et_jeunes_medecins_denoncent_une_experimentation_petit_bras__170638/document_actu_pro.phtml


***
INFO plus :
Communiqué de l'assurance Maladie Février 2018


Expérimentation de la prise en charge de la psychothérapie par l'Assurance Maladie Les troubles de la santé mentale sont très répandus en France (7,2 millions de personnes concernées en 2015 (1)). Ils sont d'intensité légère à modérée dans la majorité des cas et essentiellement pris en charge par le médecin généraliste. Pour ces patients, la psychothérapie est préconisée en première intention par les recommandations françaises et internationales (efficacité comparable aux médicaments) (2). Cependant, le non-remboursement est un frein à son accès. L'Assurance Maladie expérimente, à partir de mars 2018, dans 3 départements (Haute-Garonne, Morbihan et Bouches-du-Rhône), le remboursement de la psychothérapie pour les patients de 18 à 60 ans présentant des troubles en santé mentale d'intensité légère à modérée. Adressés par leur médecin traitant, ces patients seront pris en charge par les psychologues cliniciens ou psychothérapeutes agréés par les ARS, en coordination avec les psychiatres.

(1) Rapport Charges et produits de l'Assurance Maladie au titre de 2018.
(2) HAS, Recommandation de bonnes pratiques, Épisode dépressif caractérisé de l'adulte : prise en charge en soins de premier recours, octobre 2017 ; et NICE, Clinical guideline, Depression in adults: recognition and management, october 2009.

http://41.ameli-medecins.fr/ohey13jd2vgudyuooj.htm 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire