lundi 13 novembre 2017

Accidents de personnes : témoignages de conducteurs « Echanger avec les collègues est essentiel »

d'après article : Accidents de personnes : ces conducteurs SNCF ont «tapé», ils racontent

>Île-de-France & Oise>Transports en Île-de-France & Oise |Grégory Plesse| 06 novembre 2017, leparisien.fr

Sur le réseau SNCF francilien, un «accident de personne» se produit tous les deux à trois jours. Nous avons recueilli le témoignage de conducteurs qui ont vécu cette terrible expérience.
«Suite à un accident de personne, le trafic est totalement interrompu ». Ce message, est entendu par les usagers des transports en commun tous les deux à trois jours sur les lignes RER et Transilien. Ils sont, chaque année, deux à trois millions à être affectés par ces accidents qui sont dans l’essentiel des cas, des suicides.
Ainsi en 2016, la SNCF a recensé en Ile-de-France 110 accidents de personne, dont les trois quarts se sont révélés être des suicides. La tendance est la même en 2017, avec 75 accidents de personne depuis le début de l’année, dont 76% sont de suicides.
Mais au-delà de la pagaille que génèrent ces incidents, ils provoquent aussi des traumatismes chez les conducteurs de train, une plaie qui ne se referme jamais totalement.
Nous avons rencontré des cheminots qui ont vécu ce drame. Et la SNCF, «très vigilante à l’effet Werther », selon lequel plus les médias parlent de suicides, plus le nombre de ceux-ci augmente, nous a permis de nous entretenir avec leur psychologue maison, qui reçoit tous les conducteurs qui ont eu à vivre ce traumatisme.
« J’ai freiné le plus fort possible mais c’était trop tard »

Christian*, conducteur sur le RER C, se souviendra toujours de ce jour de février 2013. « Il était 17 h 30. J’étais en train de ralentir pour rentrer en gare de Savigny-sur-Orge (Essonne) quand j’ai vu une femme descendre sur les voies et s’y allonger en posant bien sa tête sur un rail. J’ai tiré mon signal d’alarme, mais même les agents de sureté qui étaient sur le quai n’ont pas pu l’arrêter. Plus tard, on a retrouvé dans son sac à main une lettre dans lequel elle expliquait son geste... »
« Il est mort à ce moment précis »
L’« accident de personne » auquel a été confronté Tony, ancien conducteur sur le RER C, remonte à octobre 2006, mais il s’en rappelle comme si c’était hier. « C’était l’heure de pointe du soir, la nuit tombait et il y avait un peu de pluie. Je venais de sortir de la station Bibliothèque-François-Mitterrand et des spots de chantier m’ont ébloui. J’ai actionné les essuies-glaces et là, j’ai vu un jeune qui traversait les voies, trop près pour que je puisse l’éviter. Je suis du genre à tourner de l’oeil à la vue du sang mais là, j’ai agi sans hésiter. J’ai pris ma lampe pour chercher le corps, que j’ai retrouvé une trentaine de mètres derrière le train. Il était blessé mais vivant. Je suis resté avec lui en attendant les secours. Et ca a été long, les pompiers ne trouvaient pas l’accès, ils ont mis plus d’une heure à arriver. Le jeune est mort à ce moment précis.
« C’est notre hantise »
« Je n’ai pas voulu descendre de ma cabine, d’où j’ai fait mes annonces pour les passagers, poursuit Christian. Les cadres et d’autres collègues sont arrivés très vite. Dans ce genre de situation, entre cheminots, on se soutient tous, car c’est notre hantise. Un cadre d’astreinte m’a relayé, puis je suis parti dans un bureau avec la police pour des tests d’alcoolémie et qu’ils recueillent mon témoignage. On m’a laissé à part quand les pompes funèbres sont venues enlever le corps, puis je suis rentré chez moi ».
« Ce qui m’a le plus aidé, en discuter avec les collègues »
Dominique*, conducteur sur le RER C, a été suivi un an par le psy de la SNCF après son accident en 2012 dans une petite gare de l’Essonne, « un jeune, pas plus de 25 ans, qui s’est jeté sous le train depuis le quai alors qu’on arrivait en gare. J’ai été suivi par le psy maison pendant un an. Contrairement à certains collègues, qui considèrent que ça fait partie du boulot, elle m’a rappelé que ce genre d’expérience n’a rien de normal. Mais ce qui m’a le plus aidé, c’est d’en parler avec les collègues, ca m’a permis de dédiaboliser ». « J’en ai beaucoup voulu au jeune qui s’est jeté sous mon train, assure Dominique. Ces personnes ne voient que le train, et pas les personnes qui sont à l’intérieur. C’est une expérience extrêmement violente pour celui qui se donne la mort mais aussi pour le conducteur et les passagers, qui assistent involontairement à des scènes abonimables. Et puis je ne savais rien sur ce jeune. Du coup je me posais plein de questions : comme ca c’est passé un 14 février, je me demandais si c’était à cause d’une déception amoureuse...»
« Toujours un peu d’appréhension »
Près de 5 ans après son accident, Christian affirme « ne plus avoir de problème ». « Mais j’ai tendance à tirer sur le klaxon plus souvent, avec tous ces jeunes qui ont des casques audio sur la tête ou obnubilés par leur téléphone ». « Aujourd’hui, je suis plus serein et puis de toute façon, il faut bien bosser, estime Dominique. Mais j’ai quand même toujours une appréhension quand je rentre dans une gare et que je vois un jeune à capuche sur le quai... »


« Echanger avec les collègues est essentiel »
Carlos Magnaval, psychologue à la SNCF
Quels sont les moyens mis en oeuvre par la SNCF pour le soutien psychologique de ses salariés ? Nous sommes 26 psychologues directement rattachés à l’entreprise. Nous assurons la prise en charge post-traumatique (accident de personne, agression...) mais aussi de façon préventive. En cas d’accident de personne, nous prenons en charge les salariés qui ont été directement témoins, lorsque ceux-ci le demandent. Il n’y a rien d’obligatoire. Il existe par ailleurs depuis 1997 un numéro vert à destination des salariés, qui fonctionne 24/ 24 et 7/7 jours.
Comment réagissent les conducteurs ? Quand on est confronté à un événement traumatique, on se rattache à des « gestes métiers » pour, d’une certaine manière, mettre l’événement « de côté ». Il peut ressurgir dans les heures, les jours ou les mois qui suivent, parfois suite à un événement personnel. Mais il n’y a pas de règle en la matière. Chacun réagit de manière différente et la reconstruction peut être plus ou moins rapide.
Certains conducteurs ont pu parler de l’évènement avec des collègues mais pas avec leur famille. Est-ce normal ? Complètement. Dans ce genre de situation, il est même essentiel d’échanger avec ses collègues. Vous savez que vous allez être compris, car vous partagez le même quotidien, les mêmes gestes, le même jargon... Et vous n’avez pas besoin d’expliquer plus que de besoin ou de restituer le contexte. Nous organisons d’ailleurs des groupes de travail afin d’échanger collectivement sur certaines problématiques, c’est très sain. En revanche, on s’en ouvre rarement à sa famille, en général pour les protéger, pour ne pas leur faire porter le « poids » d’un tel événement.
http://www.leparisien.fr/info-paris-ile-de-france-oise/transports/accidents-de-personnes-ces-conducteurs-sncf-ont-tape-ils-racontent-07-11-2017-7378458.php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire