jeudi 20 février 2014

ile de la réunion "Les super-policiers sur le pont contre les suicides"

Les super-policiers sur le pont contre les suicides
20 février 2014
Copyright 2014 Le Journal de l'Île de la Réunion Tous Droits Réservés
A l’occasion des 18es journées de prévention du suicide, l’association SOS Solitude a convié différents acteurs à parler des passages à l’acte. Parmi eux, des policiers du Groupe d’intervention de la police nationale (GIPN) qui œuvrent en tant que négociateurs. Ce sont eux qui discutent et essaient de faire repasser du bon côté de la barrière des suicidants au bord du vide sur les ponts. Rencontre avec Willy, l’un de ces fonctionnaires.
LA SALINE-LES-BAINS
Pont Vinh-San. Pont du bras de la Plaine. A eux seuls, ces deux ouvrages situés à chaque extrémité de l’île concentrent la grande partie des interventions des forces de l’ordre pour des tentatives de suicide. En première ligne, la police secours prend un premier contact. "Une formation a été dispensée au commissariat de la Ravine-des-Cabris", explique le commandant Rémi Authebon, chef du Groupe d’intervention de la police nationale (GIPN). Car les fonctionnaires de La Ravine-des-Cabris et les pompiers du secteur sont bien souvent les premiers à arriver sur le pont du bras de la Plaine lorsque quelqu’un enjambe la barrière et menace de se jeter dans le vide. Le GIPN intervient en alternative, lorsque la situation s’enlise. D’autant que depuis Saint-Denis, le temps de trajet est plutôt long même si les policiers bénéficient de l’hélicoptère de la Section aérienne de la gendarmerie (SAG) pour se faire transporter sur les lieux. Entre l’alerte et l’arrivée, il faut compter environ 45 minutes.
Quand le GIPN est appelé à la rescousse, un des cinq négociateurs de l’unité entre en jeu. "Il faut tout de suite se mettre en condition. Sur ce genre d’intervention, il faut peser chaque mot. On n’a pas le droit à l’erreur", raconte Willy, l’un d’eux. Hier, il est venu parler de son expérience aux 18es journées nationales de prévention du suicide. Comme ses collègues, il a reçu une formation intensive et diplomante dispensée par la "cellule négo" du RAID (Recherche, assistance, intervention, dissuasion).
"Montrer une certaine sérénité"
Dans ce cadre, en 2013, le GIPN est entré en action à sept reprises. Sept tentatives de suicide dont quatre avaient pour théâtre des ponts. Trois interventions avaient lieu dans des habitations ou dans des bâtiments publics. Lorsque le groupe se déplace, il est composé du chef opérationnel, du négociateur et de deux cordistes. "A La Réunion, ce genre d’intervention occupe une place importante dans notre travail", affirme le commandant Authebon. "Nous avons développé nos rapports avec police secours. Nous sommes plus proches d’eux et ils n’hésitent pas à nous appeler."
Willy touche du bois. "J’ai eu 100 % de réussite dans mes négociations." La crainte est de voir une personne sauter. "Ce qui est important, c’est la prise de contact. Il faut accrocher la personne." La négociation est un exercice difficile qui peut durer en moyenne entre deux et trois heures. Willy poursuit : "Le processus qui a conduit les gens à se mettre dans cette situation a été long. La négociation est donc aussi longue. Il faut créer un électrochoc chez eux. Les mettre face à la mort. Le ton employé doit montrer une certaine sérénité." Willy est créole. Et selon le commandant Authebon ça rapproche encore un peu plus le négociateur des personnes qui sont dans une position délicate sur les ponts. Ça met en confiance.
Car la préparation du passage à l’acte a pu être minutieuse. Willy continue : "Certaines personnes vont mettre de l’ordre dans leur vie. Payer des factures, ranger leurs affaires avant de se suicider." Le GIPN arrive alors comme un grain de sable dans le mécanisme.
La dernière intervention en date du groupe a eu lieu dimanche dernier. Un jeune homme menaçait de se jeter du deuxième étage d’un immeuble en construction sur le site de la fac au Moufia. L’histoire s’est une nouvelle fois bien terminée. Ce n’est pas toujours le cas. Depuis son ouverture en 2002 jusqu'à fin 2013, les pompiers ont recensé 460 interventions pour des suicides ou tentatives de suicide sur le pont du bras de la Plaine. Sur cette même période, 33 personnes sont parvenues à leurs fins.
Le GIPN était intervenu et avait négocié en mars 2013 avec cet employé de la ville de Saint-Denis qui menaçait de sauter de la mairie (photo d’archives LLY).
Le Journal de l'Île de la Réunion

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire