vendredi 4 mars 2022

Communiqué Appel de l'OMS au réveil à tous les pays pour intensifier les services et le soutien en matière de santé mentale

La pandémie de COVID-19 déclenche une augmentation de 25 % de la prévalence de l'anxiété et de la dépression dans le monde

Appel au réveil à tous les pays pour intensifier les services et le soutien en matière de santé mentale

2 mars 2022 https://www.who.int/*

Communiqué de presse

Au cours de la première année de la pandémie de COVID-19, la prévalence mondiale de l'anxiété et de la dépression a augmenté de 25 %, selon une note scientifique publiée aujourd'hui par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Le dossier met également en évidence qui a été le plus touché et résume l'effet de la pandémie sur la disponibilité des services de santé mentale et comment cela a changé pendant la pandémie.

Les inquiétudes concernant l'augmentation potentielle des problèmes de santé mentale avaient déjà incité 90 % des pays interrogés à inclure la santé mentale et le soutien psychosocial dans leurs plans de réponse à la COVID-19, mais des lacunes et des préoccupations majeures subsistent.

« Les informations dont nous disposons actuellement sur l'impact du COVID-19 sur la santé mentale dans le monde ne sont que la pointe de l'iceberg », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS. "Il s'agit d'un signal d'alarme pour que tous les pays accordent plus d'attention à la santé mentale et fassent un meilleur travail pour soutenir la santé mentale de leurs populations."

Facteurs de stress multiples

L'une des principales explications de cette augmentation est le stress sans précédent causé par l'isolement social résultant de la pandémie. En lien avec cela, il y avait des contraintes sur la capacité des gens à travailler, à rechercher le soutien de leurs proches et à s'engager dans leurs communautés.

La solitude, la peur de l'infection, la souffrance et la mort pour soi et pour ses proches, le chagrin après un deuil et les soucis financiers ont également tous été cités comme des facteurs de stress menant à l'anxiété et à la dépression. Parmi les agents de santé, l'épuisement a été un déclencheur majeur de pensées suicidaires.

Les jeunes et les femmes les plus touchés

Le dossier, qui s'appuie sur un examen complet des preuves existantes concernant l'impact du COVID-19 sur la santé mentale et les services de santé mentale, et comprend des estimations de la dernière étude sur la charge mondiale de morbidité, montre que la pandémie a affecté la santé mentale des jeunes et qu'ils courent un risque disproportionné de comportements suicidaires et d'automutilation. Cela indique également que les femmes ont été plus gravement touchées que les hommes et que les personnes souffrant de problèmes de santé physique préexistants, tels que l'asthme, le cancer et les maladies cardiaques, étaient plus susceptibles de développer des symptômes de troubles mentaux.

Les données suggèrent que les personnes atteintes de troubles mentaux préexistants ne semblent pas être disproportionnellement vulnérables à l'infection au COVID-19. Pourtant, lorsque ces personnes sont infectées, elles sont plus susceptibles de souffrir d'hospitalisation, de maladie grave et de décès que les personnes sans troubles mentaux. Les personnes atteintes de troubles mentaux plus graves, comme les psychoses, et les jeunes souffrant de troubles mentaux, sont particulièrement à risque.

Lacunes dans les soins

Cette augmentation de la prévalence des problèmes de santé mentale a coïncidé avec de graves perturbations des services de santé mentale, laissant d'énormes lacunes dans les soins pour ceux qui en ont le plus besoin. Pendant une grande partie de la pandémie, les services pour les troubles mentaux, neurologiques et liés à la toxicomanie ont été les plus perturbés parmi tous les services de santé essentiels signalés par les États membres de l'OMS. De nombreux pays ont également signalé des perturbations majeures dans les services vitaux de santé mentale, y compris pour la prévention du suicide.

À la fin de 2021, la situation s'était quelque peu améliorée, mais aujourd'hui, trop de personnes restent incapables d'obtenir les soins et le soutien dont elles ont besoin pour des problèmes de santé mentale préexistants et nouvellement développés.

Incapables d'accéder à des soins en face à face, de nombreuses personnes ont demandé de l'aide en ligne, signalant un besoin urgent de rendre disponibles et facilement accessibles des outils numériques fiables et efficaces. Cependant, le développement et le déploiement d'interventions numériques restent un défi majeur dans les pays et les contextes aux ressources limitées.

Action de l'OMS et des pays

Depuis les premiers jours de la pandémie, l'OMS et ses partenaires ont travaillé pour développer et diffuser des ressources dans plusieurs langues et formats pour aider différents groupes à faire face et à répondre aux impacts de la COVID-19 sur la santé mentale. Par exemple, l'OMS a produit un livre d'histoires pour les 6-11 ans, My Hero is You, désormais disponible en 142 langues et 61 adaptations multimédias, ainsi qu'une boîte à outils pour soutenir les personnes âgées disponible en 16 langues.

Parallèlement, l'Organisation a travaillé avec des partenaires, notamment d'autres agences des Nations Unies, des organisations non gouvernementales internationales et les Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, pour mener une réponse interinstitutions en matière de santé mentale et psychosociale à la COVID-19. Tout au long de la pandémie, l'OMS s'est également efforcée de promouvoir l'intégration de la santé mentale et du soutien psychosocial dans et dans tous les aspects de la riposte mondiale. 

Les États membres de l'OMS ont reconnu l'impact de la COVID-19 sur la santé mentale et prennent des mesures. La dernière enquête de l'OMS sur la continuité des services de santé essentiels a indiqué que 90 % des pays s'efforcent de fournir un soutien en matière de santé mentale et psychosocial aux patients et aux intervenants de la COVID-19. En outre, lors de l'Assemblée mondiale de la santé de l'année dernière, les pays ont souligné la nécessité de développer et de renforcer les services de santé mentale et de soutien psychosocial dans le cadre du renforcement de la préparation, de la réponse et de la résilience à la COVID-19 et aux futures urgences de santé publique. Ils ont adopté le Plan d'action global pour la santé mentale 2013-2030 mis à jour, qui comprend un indicateur sur la préparation à la santé mentale et au soutien psychosocial dans les situations d'urgence de santé publique.

Augmenter l'investissement

Cependant, cet engagement en faveur de la santé mentale doit s'accompagner d'une augmentation globale des investissements. Malheureusement, la situation souligne une pénurie mondiale chronique de ressources en santé mentale qui se poursuit aujourd'hui. Le dernier Atlas de la santé mentale de l'OMS a montré qu'en 2020, les gouvernements du monde entier ont consacré en moyenne un peu plus de 2 % de leur budget de santé à la santé mentale et de nombreux pays à faible revenu ont déclaré avoir moins d'un agent de santé mentale pour 100 000 habitants.

Dévora Kestel, directrice du département Santé mentale et toxicomanie à l'OMS, résume la situation : « Si la pandémie a suscité de l'intérêt et des inquiétudes pour la santé mentale, elle a également révélé un sous-investissement historique dans les services de santé mentale. Les pays doivent agir de toute urgence pour garantir que le soutien en matière de santé mentale est accessible à tous.

https://www.who.int/news/item/02-03-2022-covid-19-pandemic-triggers-25-increase-in-prevalence-of-anxiety-and-depression-worldwide 

 



info +  
Mental Health and COVID-19: Early evidence of the pandemic’s impact: Scientific brief, 2 March 2022 - COVID-19: Scientific briefs Download (434.1 kB)
Overview
The COVID-19 pandemic has had a severe impact on the mental health and wellbeing of people around the world while also raising concerns of increased suicidal behaviour. In addition access to mental health services has been severely impeded. However, no comprehensive summary of the current data on these impacts has until now been made widely available.
This scientific brief is based on evidence from research commissioned by WHO, including an umbrella review of systematic reviews and meta-analyses and an update to a living systematic review. Informed by these reviews, the scientific brief provides a comprehensive overview of current evidence about:
the impact of the COVID-19 pandemic on the prevalence of mental health symptoms and mental disorders the impact of the COVID-19 pandemic on prevalence of suicidal thoughts and behaviours
the risk of infection, severe illness and death from COVID-19 for people living with mental disorders
the impact of the COVID-19 pandemic on mental health services
the effectiveness of psychological interventions adapted to the COVID-19 pandemic to prevent or reduce mental health problems and/or maintain access to mental health services
https://www.who.int/publications/i/item/WHO-2019-nCoV-Sci_Brief-Mental_health-2022.1
 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire