jeudi 11 octobre 2018

MàJ Lady Gaga s'engage dans une tribune pour lutter contre les maladies mentales

Lady Gaga s'engage dans une tribune pour lutter contre les maladies mentales



PORTE VOIX - La star américaine signe une tribune avec le directeur de l'Organisation mondial de la santé pour sensibiliser le public aux maladies mentales. Un sujet qui lui tient à cœur depuis longtemps.
11 oct. 07:11 - La rédaction de LCI

C'est un texte publié dans le quotidien anglais The Guardian, qui ne passe pas inaperçu. La chanteuse et actrice américaine Lady Gaga a pris la plume, aux côtés du directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, pour rédiger une tribune publiée le 9 octobre et intitulée "'800.000 personnes se donnent la mort chaque année [dans le monde]. Que pouvons-nous faire ?". Le but : sensibiliser le public au sujet des maladies mentales.

Lady Gaga et Tedros Adhanom déplorent "l’absence de mesures d'aides aux personnes souffrants de problèmes mentaux", et dénonce la "criminalisation" des personnes souffrants de maladies mentales. Le texte rappelle notamment que le suicide est "la principale cause de mortalité chez les jeunes de 15 à 29 ans".

Les deux signataires pointent également le coût que représentent ces pathologies pour la société. "Les maladies mentales coûtent au monde 2,5 milliards de dollars par an, un chiffre qui devrait atteindre 6 milliards de dollars d’ici 2030, à moins que nous ne prenions des mesures. Ces chiffres dérisoires ne sont pas seulement mauvais pour les individus, mais sont destructeurs pour les communautés et minent les économies", écrivent-ils notamment.

Born This Way Foundation

Ce n'est pas la première fois que la star américaine s'engage sur ce thème. En 2012, l'actrice a fondé la Born This Way Foundation qui oeuvre au bien-être des jeunes et soutient les actions dans le domaine de la santé mentale. Un sujet qui touche directement Lady Gaga, qui a souffert d'une dépression en 2014, et qui s'était exprimée à ce sujet.

Actuellement à l'affiche du film "A star is born", Lady Gaga veut grâce à cet appel aux côtés de Tedros Adhanom s'attaquer "aux causes et aux symptômes des maladies mentales", et demande aux gouvernements et aux industries "de faire de la santé mentale une priorité".


La rédaction de LCI
https://www.lci.fr/people/people-lady-gaga-s-engage-dans-une-tribune-pour-lutter-contre-les-maladies-mentales-psychiatrie-2101080.html


***


Authors Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus Director-General  WHO
Lady Gaga Singer and co-founder of Born This Way Foundation 
Titre original "800,000 people kill themselves every year. What can we do?"
OMS / Sergey Volkov
10 octobre 2018 http://www.who.int/mental_health/world-mental-health-day/2018/fr/
Dans de trop nombreux endroits, les services de soutien en santé mentale sont inexistants et ceux avec des conditions traitables sont criminalisés. Une action audacieuse se fait attendre depuis longtemps
Au moment où vous aurez fini de lire ceci, au moins six personnes se seront suicidées à travers le monde.
Ces six personnes ne représentent qu'une infime fraction des 800 000 personnes qui se suicideront cette année, soit plus que la population de Washington DC, d'Oslo ou du Cape Town. Parfois, ce sont des noms célèbres tels que Anthony Bourdain ou Kate Spade qui font les titres, mais ce sont tous des fils ou des filles, des amis ou des collègues, des membres précieux de la famille et des communautés.
Le suicide est le symptôme le plus extrême et le plus visible de la plus grande urgence en matière de santé mentale, à laquelle nous n'avons jusqu'à présent pas répondu de manière adéquate. La stigmatisation, la peur et le manque de compréhension aggravent les souffrances des personnes touchées et empêchent les mesures audacieuses si désespérément nécessaires et attendues depuis si longtemps.
Un sur quatre d’entre nous devra faire face à un problème de santé mentale à un moment donné de sa vie, et si nous ne sommes pas directement touchés, une personne dont nous prenons soin est susceptible de l’être. Nos jeunes sont particulièrement vulnérables, le suicide étant la deuxième cause de mortalité dans le monde chez les 15 à 29 ans et la moitié de toutes les maladies mentales à partir de 14 ans.
Pourtant, malgré l’universalité de la question, nous avons du mal à en parler ouvertement ou à offrir des soins ou des ressources adéquats. Au sein des familles et des communautés, nous gardons souvent le silence face à une honte qui nous dit que les personnes atteintes de maladie mentale sont en quelque sorte moins dignes ou responsables de leurs propres souffrances.
Au lieu de traiter les personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale avec la compassion que nous offririons à une personne souffrant d’une blessure ou d’une maladie physique, nous ostracisons, blâmons et condamnons. Dans trop d'endroits, les services de soutien sont inexistants et ceux qui souffrent de troubles traitables sont criminalisés - ils sont littéralement enchaînés dans des conditions inhumaines, coupés du reste de la société sans espoir.
La santé mentale reçoit actuellement moins de 1% de l'aide mondiale. Le financement national sur la prévention, la promotion et le traitement est également faible. À l'heure actuelle, chaque pays du monde est un pays «en développement» en matière de santé mentale.
Un tel investissement dérisoire n’est pas seulement mauvais pour les individus, il est destructeur pour les communautés et mine les économies. Les problèmes de santé mentale coûtent au monde 2,5 milliards de dollars par an, chiffre qui devrait atteindre 6 milliards de dollars d’ici 2030, à moins que nous ne prenions des mesures.
Nous ne pouvons plus nous permettre d’être réduits au silence par la stigmatisation ou par des idées erronées qui dépeignent ces conditions comme une question de faiblesse ou d’échec moral. La recherche montre qu'il y a un retour sur investissement quadruple pour chaque dollar dépensé dans le traitement de la dépression et de l'anxiété, les problèmes de santé mentale les plus courants, ce qui en fait un investissement formidable pour les dirigeants politiques et les employeurs, en plus de générer des économies dans le secteur de la santé .
Le moment est venu pour nous tous, collectivement, de nous attaquer aux causes et aux symptômes de la maladie mentale et de fournir des soins à ceux qui en souffrent. Il n’est pas nécessaire d’être un artiste international ou le président de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour avoir un impact.
Nous pouvons tous aider à bâtir des communautés qui comprennent, respectent et accordent la priorité au bien-être mental. Nous pouvons tous apprendre à offrir un soutien aux êtres chers qui traversent une période difficile. Et nous pouvons tous faire partie d'un nouveau mouvement - y compris des personnes qui ont elles-mêmes été touchées par la maladie mentale - pour demander aux gouvernements et à l'industrie de faire de la santé mentale l'une de leurs priorités.
Au Zimbabwe, les grand-mères ouvrent la voie en proposant des séances de conseil basées sur des preuves sur des bancs, ce qui aide à vaincre la stigmatisation. Au Royaume-Uni et en Australie, les programmes d’éducation entre pairs encouragent les jeunes à se soutenir mutuellement. Et la technologie mobile offre de nouvelles plateformes passionnantes pour la fourniture de services et l’ouverture d’un dialogue sain.
Depuis 2013, l'OMS collabore avec les pays pour mettre en œuvre un plan d'action mondial pour la santé mentale. Au début de l’année, l’OMS a publié le Global Mental Health Atlas (Atlas mondial sur la santé mentale), qui fournit des informations provenant de 177 pays sur les progrès accomplis dans la réalisation des objectifs du plan. Ce qu'il faut retenir, c'est que, malgré certains progrès, nous avons besoin d'investissements importants pour développer les services.
Un leadership gouvernemental significatif et soutenu est essentiel, et certains gouvernements commencent à intensifier leurs activités, du Sri Lanka, où le gouvernement a mis en place un cadre dédié à la santé mentale et financé des postes destinés à soutenir les soins de santé mentale communautaires, à New York, où
ThriveNYC a réuni les dirigeants locaux pour élaborer un plan global de santé mentale.
Cette semaine, lors du sommet britannique sur la santé mentale et de la journée mondiale de la santé mentale, un groupe d'experts internationaux publiera dans the Lancet la plus vaste collection de recherches jamais réalisée sur la promotion et la protection de la santé mentale et le traitement de la maladie mentale. Ceci fournira la base scientifique pour intensifier l’action mondiale en faveur de la santé mentale, à l’instar du mouvement pour le VIH / sida adopté par l’ONU en 2001. Ce mouvement a permis de sauver des millions de vies et illustre le potentiel de l’action humaine collective pour: s'attaquer à des problèmes apparemment insurmontables.

Nous avons pris des chemins différents dans la vie. Mais nous avons tous deux constaté à quel point le leadership politique, le financement, l'innovation et les actes individuels de courage et de compassion peuvent changer le monde. Il est temps de faire la même chose pour la santé mentale.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire