jeudi 11 juillet 2013

"Allo, j'ai mal au travail": des numéros pour salariés en détresse

"Allo, j'ai mal au travail": des numéros pour salariés en détresse

Afp le 9/07/2013 http://www.lepoint.fr/societe/allo-j-ai-mal-au-travail-des-numeros-pour-salaries-en-detresse-09-07-2013-1702082_23.php

Vous souffrez au travail ? Appelez le 0800... Les entreprises proposent de plus en plus souvent un numéro vert à leurs salariés en détresse, même si les experts s'accordent à dire qu'un tel dispositif est loin d'être un outil de prévention suffisant.

Parfois accessibles 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, ces cellules d'écoute, composées de psychologues et extérieures aux entreprises, garantissent l'anonymat aux salariés et peuvent permettre d'éviter des drames humains au travail.

Dans un avis adopté en mai sur la prévention des risques psychosociaux (stress, violences, harcèlement, suicides, etc.), le Conseil économique, social et environnemental (Cese) recommandait notamment d'y avoir recours.

"Relativement simple", le dispositif peut améliorer la détection et la prise en charge de ces risques "encore tabous" et "sous-estimés", ce qui fait que "beaucoup de gens souffrent en silence", a expliqué à l'AFP Sylvie Brunet, auteur du rapport du Cese.

Selon David Mahé, président du cabinet de prévention Stimulus, "toutes les grandes entreprises du Cac 40" y ont déjà recours, et même "le marché des 200 plus grandes entreprises est équipé". Parfois mises en place suite à "un élément conjoncturel type restructuration ou événement grave", comme un suicide, les cellules restent souvent au-delà, dit-il.

"C'est un service qui est à la fois neutre, extérieur, anonyme, bienveillant et qui permet au salarié de trouver une écoute qu'il peut ne pas trouver en interne", explique-t-il.

L'entreprise reçoit de son côté une synthèse des appels (sans éléments nominatifs) "en général une à deux fois par an", ce qui peut l'aider à identifier des "facteurs de risques".

Une utilisation parfois "cosmétique"

Parmi les thématiques récurrentes, Maria Ouazzani, psychologue "écoutante" pour le cabinet Psya, évoque d'abord des "problèmes relationnels avec la hiérarchie ou les pairs".

Mais elle cite aussi un "manque de reconnaissance au travail", des problèmes de charge de travail (surcharge ou sous-charge) ou des difficultés personnelles (problèmes de couple, proche malade, etc.).

Elle relève que la plupart des salariés qui appellent "n'ont pas un équilibre complètement rompu" et n'ont jamais eu de contact auparavant avec des psychologues.

L'objectif, lors des entretiens qui durent de 30 à 45 minutes, est de les orienter vers la personne ou le service à même de les aider, parfois au sein de l'entreprise. Mais il ne s'agit pas d'une thérapie.

Selon Mme Ouazzani dans certains cas, le psychologue peut aussi "être amené à faire appel aux secours", notamment en cas de risques suicidaires. Cela nécessite alors d'amener la personne, cachée derrière l'anonymat, à accepter une aide.

Psya dispose d'une plate-forme accessible 24h/24 avec 22 psychologues pour 200 à 250 entreprises, tandis que chez Stimulus, 18 psychologues se relaient pour une soixantaine d'entreprises. Autre exemple, chez Pros-Consulte, qui se concentre sur cette activité, une quarantaine de psychologues sont joignables pour 250 à 300 entreprises et administrations.

Si tous les experts consultés par l'AFP reconnaissent l'utilité de ces numéros, il sont aussi unanimes pour dire que les entreprises ne peuvent s'en contenter.

"Ce serait très dangereux de conseiller aux chefs d'entreprise de mettre cela en place et de ne faire rien d'autre", dit ainsi Jean-Claude Delgènes, directeur du cabinet Technologia.

"Le problème c'est que comme c'est facile, comme c'est visible, ça sert souvent malheureusement de vitrine, de stratégie unique en matière de prévention", déplore-t-il.

Xavier Alas Luquetas, patron du cabinet Eleas, note toutefois que les entreprises utilisent moins l'outil de façon "cosmétique". Elles comprennent que "les hotlines ne sont pas une réponse en tant que telle" mais seulement "si elles sont articulées avec la démarche de l'entreprise".

Il relève par ailleurs qu'au final, "il y a peu d'appels", avec seulement 1 à 2% de l'effectif d'une entreprise concerné chaque année.

Une faible utilisation qui peut aussi s'expliquer par une certaine méfiance vis-à-vis d'un service "commandité" par l'entreprise.

"C'est anonyme officiellement, mais quelle garantie on a ? Un médecin qui ne respecte pas l'anonymat, on peut l'amener au pénal. Eux, on ne peut pas", relève ainsi Bernard Salengro pour la CFE-CGC.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire