vendredi 12 juillet 2013

ACTU RECHERCHE AUTRES PAYS


- Témoin de la douleur de la souffrance: Exploration de la relation entre les représentations médiatiques, les interprétations publiques et les réponses politiques au filicide-suicide
- Association entre l'exposition au suicide et la suicidalité chez les jeunes
- L'atténuation du suicide: une approche humaine à la prévention du suicide
- La rentabilité d'un service d'assistance téléphonique pour la prévention du suicide
- Lithium et suicide
- Des antécédents de dépression et tentative de suicide antérieure prédisent un risque accru de tentative de suicide après un diagnostic de premier épisode psychotique
- Review: aucune preuve fiable de l'effet de la psychothérapie sur le risque de suicide chez les personnes souffrant de dépression
- perturbateurs de l'enfance et de l'impact de l'anxiété de la relation entre l'adversité d'enfance et tentative de suicide plus tard
- Être ou ne pas être: aspects éthiques et juridiques en matière de prévention du suicide
- Comportement suicidaire dans la démence: un risque particulier dans la démence sémantique
- Les taux élevés de violence, la dépression dans les suicides des Inuits





Source : The British Journal of Psychiatry semaine du 11/07

- Témoin de la douleur de la souffrance: Exploration de la relation entre les représentations médiatiques, les interprétations publiques et les réponses politiques au filicide-suicide
Witnessing the pain of suffering: Exploring the relationship between media representations, public understandings and policy responses to filicide-suicide
Crime Media Culture. published 9 July 2013, 10.1177/1741659013493917  [Abstract] [Full Text] [PDF]
Sandra Walklate, University of Liverpool, UK - Stephanie Petrie, University of Liverpool, UK
Sandra Walklate, Eleanor Rathbone Chair of Sociology, Head of Department of Sociology, Social Policy and Criminology, Eleanor Rathbone Building, Bedford Street South, University of Liverpool, Liverpool L69 7ZA, UK. Email: S.L.Walklate@liv.ac.uk

Ce document traite de cartographier le phénomène de filicide-suicide comme il a été rapporté dans la recherche académique et les journaux. Il est axé sur les résultats d'une enquête exploratoire des rapports de presse sur ces événements en Grande-Bretagne et en Irlande entre 1991 et 2011 et est soucieux de répondre à la relation potentielle entre ce comportement de reporting et la compréhension plus large du public de ces événements. Ce faisant, le papier se divise en trois parties. La première partie présente une analyse de ce qui est connu sur le filicide-suicide: le récit académique. La deuxième partie présente les conclusions de l'enquête empirique ci-dessus: le récit médiatique. La troisième partie explore l'interconnexion possible entre ces deux récits et le contexte politique et professionnel pour répondre à la maltraitance des enfants au Royaume-Uni: le récit de la politique. A la lumière de cette analyse, le document examine ce qui peut être fait au sujet de ces tragédies familiales et de la façon dont nous sommes témoins et leur donner un sens. 

- Association entre l'exposition au suicide et la suicidalité chez les jeunes

Association between exposure to suicide and suicidality outcomes in youth
Sonja A. Swanson and Ian Colman

Can. Med. Assoc. J. 2013; 185:870-877.  [Abstract] [Full Text] [PDF]
From the Department of Epidemiology (Swanson), Harvard School of Public Health, Boston, Mass.; the Department of Epidemiology and Community Medicine (Colman), University of Ottawa, Ottawa, Ont.; and the School of Public Health (Colman), University of Alberta, Edmonton, Alta. Correspondence to: Ian Colman, icolman{at}uottawa.ca

Contexte: Les études écologiques soutiennent l'hypothèse que le suicide peut être "contagieux" (ie, l'exposition au suicide peut augmenter le risque de suicide et les résultats connexes). Cependant, cette association n'a pas été suffisamment évaluée dans des études prospectives. Nous avons cherché à déterminer l'association entre l'exposition au suicide et les résultats de tendances suicidaires chez les jeunes Canadiens.
Méthodes: Nous avons utilisé des données de base de l'Enquête canadienne longitudinale nationale sur les enfants et les jeunes entre 1998/99 et 2006/07 avec des évaluations de suivi 2 ans plus tard. Nous avons inclus tous les répondants âgés de 12-17 ans dans les cycles 3-7 avec des mesures d'exposition signalés au suicide.

Résultats: Nous avons inclus 8766 jeunes âgés de 12-13 ans, 14-15 ans 7802 ans et 5496 16-17 ans. L'exposition au suicide d'un camarade de classe a été associé à l'idéation à l'inclusion chez les répondants âgés de 12-13 ans (odds ratio [OR] 5,06, intervalle de confiance à 95% [IC] de 3,04 à 8,40), 14-15 ans (OR 2,93, IC 95% 2,02 -4.24) et 16-17 ans (OR 2,23, IC 95 de 1,43 à 3,48%). Une telle exposition a été associée à des tentatives chez les répondants âgés de 12-13 ans (OR 4,57, IC 95 de 2,39 à 8,71%), 14-15 ans (OR 3,99, IC 2,46 à 6,45 95%) et les 16-17 ans (OR 3.22, 95 % CI 1,62 à 6,41). Quelqu'un connaissant personnellement un personne décédée par suicide a été associé à des résultats de tendances suicidaires pour tous les groupes d'âge. Nous avons également évalué les résultats à 2 ans chez les répondants âgés de 12-15 ans: le suicide d'un camarade de classe prédit les tentatives de suicide chez les participants âgés de 12-13 ans (OR 3,07, IC 95 de 1,05 à 8,96%) et les 14-15 ans (OR 2,72, 95% IC 1,47 à 5,04). Parmi ceux qui ont déclaré le suicide d'un camarade de classe, le fait de connaître personnellement le défunt n'a pas modifié le risque de comportements suicidaires.
Interprétation: Nous avons constaté que l'exposition au suicide prédit les idées suicidaires et les tentatives. Nos résultats appuient les interventions dans toute l'école au cours des interventions ciblées actuelles, en particulier sur les stratégies que les interventions ciblées vers les enfants les plus proches du défunt.




- L'atténuation du suicide: une approche humaine à la prévention du suicide

Suicide mitigation: a compassionate approach to suicide prevention
Alys Cole-King, Gill Green, Linda Gask, Kevin Hines, and Stephen Platt
Adv. Psychiatr. Treat. 2013; 19:276-283.  [Abstract] [Full Text] [PDF]
Correspondence Dr Alys Cole-King, Liaison Team Office, Ablett Unit, Glan Clwyd Hospital, Bodelwyddan, Denbighshire LL18 5UJ, UK. Email: alys.cole-king@wales.nhs.uk 


La mort d'un patient par suicide peut affecter gravement les professionnels de la santé mentale, en particulier si elle se produit en dépit des efforts importants pour intervenir. Malgré les difficultés rencontrées par les cliniciens, la prévention du suicide demeure d'une importance primordiale pour aider à sauver des vies. Cet article vise à promouvoir une réponse pragmatique biopsychosociale et de compassion à l'aide d'interventions fondées sur des preuves pour réduire le suicide. Il présente des stratégies pratiques que les psychiatres peuvent utiliser dans la pratique clinique quotidienne, en particulier le changement de paradigme de l'atténuation du suicide pour aider à prévenir le suicide. Nous croyons que chaque rencontre avec une personne suicidaire est une occasion d'intervenir pour réduire leur détresse et, potentiellement, de sauver une vie. Nous pensons qu'il n'est plus acceptable pour les cliniciens de déclarer que si les patients veulent se tuer, ils peuvent le faire, en l'absence de toute tentative d'intervention de compassion.


- La rentabilité d'un service d'assistance téléphonique pour la prévention du suicide
Cost-effectiveness of a helpline for suicide prevention
Lore Pil, Kirsten Pauwels, Ekke Muijzers, Gwendolyn Portzky, and Lieven Annemans
Journal of Telemedicine and Telecare. published 9 July 2013, 10.1177/1357633X13495487  [Abstract] [PDF]
Department of Public Health, Ghent University, Ghent, Belgium, Centre for Prevention of Suicide, Jette, Belgiu, Unit for Suicide Research, Ghent University, Ghent, Belgiu, Department of Public Health, Ghent University, Ghent, Belgiu, Faculty of Medicine and Pharmacy, University of Brussels, Brussels, Belgium - correspondence: Lore Pil, Department of Public Health, Ghent University, De Pintelaan 185, 9000 Ghent, Belgium (Email: Lore.Pil@Ugent.be

Nous avons évalué l'impact de la rentabilité et du budget d'un service d'assistance au suicide en Belgique, composé d'un téléphone et un service de chat. Un âge et le modèle de Markov dépendant du sexe avec un horizon de dix ans et une durée de cycle d'un an a été élaboré, en supposant un point de vue sociétal, à prévoir les coûts cumulatifs et les années de vie ajustées sur la qualité (QALY) dans les utilisateurs helpline. Le modèle comprend six états de transition: l'état initial (à risque), première tentative, re-tentative, le suivi, le suicide et la mort d'autres causes. Les données sur l'effet de l'assistance téléphonique et les coûts associés avec le modèle états ont été obtenus à partir de la littérature. Des analyses de sensibilité probabilistes à sens unique  ont été réalisées pour capturer l'incertitude. En outre, l'impact budgétaire de la ligne d'assistance a été analysée. En dix ans,  le service de téléphone-chat pourrait éviter environ 36 suicides et  tentatives dans cette population à haut risque. Chez les hommes, 0.063 QALY (intervalle de confiance à 95, CI 0.0300.097) et 0,035 QALY (IC95 0.0260.096) ont été gagnés respectivement pour les utilisateurs du téléphone et pour le service chat . Les valeurs correspondantes pour les femmes étaient 0.019 QALY (IC95 0.0150.052) et un résultat QALY neutre à 0,005 (IC95 0.0710.062). Il y avait des économies sociétales nets de respectivement 2,382 (IC95 19532859) et 2282 (IC95 18552758) chez les utilisateurs masculins; 2171 (IC95 17352664) et 2458 (IC95 19453025) chez les utilisateurs de sexe féminin. Au niveau de la population, un investissement de 218 899 enregistré 1.452.022 pour le service public de santé (assurance santé national), en raison principalement du service téléphonique. L'analyse prédit que les moyens de la télémédecine pour la prévention du suicide en Flandre sont des économies, et avoir un effet modeste sur QALY.



- Lithium and suicide
Anne Berghöfer

BMJ. 2013; 347:f4449.  [Full Text] [PDF]
Anne Berghöfer, senior scientist Author Affiliations Anne.Berghoefer@charite.de

Avec son sans équivoque effet antisuicidaire le lithium est encore un médicament utile
Perdre un membre de la famille ou un ami par suicide laisse les survivants un sentiment d' impuissant, désorienté, et coupable pour le reste de leur vie. La perte d'un patient par suicide est l'un des pires cauchemars d'un médecin. Pour les patients souffrant de troubles affectifs, le risque à vie de se suicider est importante, et cela a des conséquences sociales et économiques graves. La prévention du suicide et le traitement du comportement suicidaire chez les personnes atteintes de troubles psychiatriques majeurs est donc devenu le centre des activités thérapeutiques au niveau individuel et social. Dans un document lié (doi: 10.1136/bmj.f3646), Cipriani et ses collègues présentent une mise à jour de leur méta-analyse antérieure sur l'efficacité du lithium dans la prévention du suicide chez les patients atteints d'humeur disorders.1 Bien que le lithium premier a prouvé son utilité dans le traitement aigu et à long terme des troubles affectifs il ya plus de 60 ans...




- Des antécédents de dépression et tentative de suicide antérieure prédisent un risque accru de tentative de suicide après un diagnostic de premier épisode psychotique

History of depression and previous suicide attempt predict increased risk of suicide attempt following diagnosis of first-episode psychosis
Ingrid Melle
Evid. Based Ment. Health. 2013; 16:67.  [Extract] [Full Text] [PDF]

Question: Quelle est la prévalence des tentatives de suicide, et quels sont les facteurs prédictifs des tentatives de suicide chez les enfants et les adolescents avec un premier épisode psychotique?
Population: Un total de 110 enfants et adolescents (âgés de 9-17 ans) ont participé à l'étude du
premier épisode psychotique de l'adolescent et de l' enfant (CAFEPS). Inclus: un premier épisode psychotique tel que défini par des symptômes psychotiques positifs (par exemple, les délires ou des hallucinations, marquant> 4 sur les points P1 ou P3 de l'échelle des symptômes positifs et négatifs (PANSS)) pour moins de 6 mois.
Cadre: Six enfants et les départements de psychiatrie de l'adolescent, Espagne; Mars 2003 to Novembre 2005.
Les facteurs pronostiques: comportement suicidaire (évaluée à l'aide de la Clinical Global Impression de la gravité des Suicidality (CGI-S) échelle de cinq points, et l'article 3 de la Hamilton Depression Rating Scale (RDH)), les facteurs socio-économiques (Hollingshead-Redlich Scale); antécédents familiaux de troubles psychiatriques; suicide des parents du premier degré et du second degré, des symptômes psychotiques (PANSS); symptômes maniaques (Young Mania Rating Scale); symptômes dépressifs (RDH); passé ou actuel Axe 1 diagnostics, y compris l'usage de substances (annexe des troubles affectifs et ...




- Review: aucune preuve fiable de l'effet de la psychothérapie sur le risque de suicide chez les personnes souffrant de dépression
Review: no reliable evidence of the effect of psychotherapy upon suicide risk in people with depression
James C Fowler
Evid. Based Ment. Health. 2013; 16:73.  [Extract] [Full Text] [PDF]

Question: Est-ce que la psychothérapie réduit l'idéation suicidaire ou le risque de suicide chez les personnes souffrant de dépression?
Résultats: L'idéation suicidaire ou le risque de suicide. Le désespoir a également été examinée comme un indicateur de dépression.
méthodes
Conception: Revue systématique et méta-analyse.
Sources de données: base de données sur le traitement psychologique de la dépression, continuellement mis à jour grâce à des recherches exhaustives de la littérature (1966-2012), avec des résumés identifiés dans PubMed, PsycInfo, Embase et le registre Cochrane des essais contrôlés. Tous les essais inclus dans les précédentes méta-analyses de traitements psychologiques de la dépression ont également été examinés.
 




- perturbateurs de l'enfance et de l'impact de l'anxiété de la relation entre l'adversité d'enfance et tentative de suicide plus tard
Childhood disruptiveness and anxiousness impact the relationship between childhood adversity and later suicide attempt
Paula Fite
Evid. Based Ment. Health. 2013; 16:85.  [Extract] [Full Text] [PDF]

Question: Quelle est l'influence de l'anxiété enfance et perturbateurs ont sur ​​l'association entre l'adversité de l'enfance et de tentatives de suicide plus tard, et de faire des troubles mentaux modifier ces associations?
Personnes: Deux groupes ont été sélectionnés parmi 4488 enfants participants: une sélection aléatoire de 2000 enfants qui forment un sous-échantillon représentatif, et un sous-échantillon perturbateur comprenant 1017 enfants présentant des comportements perturbateurs.
Cadre: les écoles maternelles, Québec, Canada, le recrutement de 1986 à 1988.




- Être ou ne pas être: aspects éthiques et juridiques en matière de prévention du suicide
To be or not to be: legal and ethical considerations in suicide prevention
Jaydip Sarkar
Adv. Psychiatr. Treat. 2013; 19:295-301.  [Abstract] [Full Text] [PDF]


 Correspondence Dr Jaydip Sarkar, Consultant, Department of General & Forensic Psychiatry, Institute of Mental Health, 10 Buangkok View, Singapore 539747. Email: sarkarjay68@gmail.com
La prise de décisions cliniques potentiellement critiques dans les cas complexes avec le risque réel de décès par suicide est un travail des plus difficile en psychiatrie. Malheureusement, l'évaluation des risques et la gestion d'effets néfastes sur soi est un domaine largement ignoré par rapport à un risque de préjudice à autrui. Les enjeux juridiques et éthiques sont plus nuancés, et les systèmes et les manuels de formation sur la psychiatrie contemporaine n'ont pas toujours rendu justice à cette région, où les cliniciens de première ligne nécessitent probablement plus d'aide. Cet article est une tentative d'intégrer les fils apparemment disparates de domaines juridiques, éthiques et cliniques pour aider à la prise de décision, et elle introduit un ensemble de principes pour la gestion de ceux-ci dans la pratique clinique. Il se réfère en particulier à la législation en Angleterre et au Pays de Galles, mais les questions cliniques et éthiques abordés sont universels.

- Comportement suicidaire dans la démence: un risque particulier dans la démence sémantique
Suicidal Behavior in Dementia: A Special Risk in Semantic Dementia Valeriy Sabodash, MD1,2 -Mario F. Mendez, MD, PhD1,2,3 - Sylvia Fong, MA2 - Julia J. Hsiao, DO1,2
1
Department of Neurology, David Geffen School of Medicine, University of California, Los Angeles, CA, USA, 2Neurobehavior Unit (691/116AF), V.A. Greater Los Angeles Healthcare Center, Los Angeles, CA, USA, 3Department of Psychiatry & Biobehavioral Sciences, David Geffen School of Medicine, University of California, Los Angeles, CA, USA
Valeriy Sabodash, MD, Neurobehavior Unit (691/116AF), V.A. Greater Los Angeles Healthcare Center, 11301 Wilshire Blvd, Los Angeles, CA 90073, USA. Email: mmendez@UCLA.edu

American Journal of Alzheimer's Disease and Other Dementias. published 1 July 2013, 10.1177/1533317513494447  [Abstract] [Full Text] [PDF]
Contexte: Certaines études font état d'un risque de suicide bas dans la démence en général et dans la maladie d'Alzheimer (AD).
Objectif: évaluer le comportement suicidaire chez les patients atteints de démence sémantique (SD), un trouble qui affecte les connaissances sémantiques.
Méthodes: Nous avons examiné la présence de comportements suicidaires actives et les facteurs connexes chez 25 patients atteints de SD comparé à 111 patients appariés selon l'âge avec AD précoce.
Résultats: En tout, 5 (20%) patients atteints de SD ont un comportement suicidaire (2 se sont suicidés avec succès) par rapport à 1 (0,9%) avec AD (P <.001). Il y avait beaucoup plus de dépression et une plus grande histoire prémorbide de comportement suicidaire chez les patients atteints de SD par rapport à ceux avec AD. Parmi les patients atteints de SD, ceux avec les comportements suicidaires, comparativement à ceux qui n'en avaient plus la dépression et de mieux connaître leurs déficits.
Conclusions: Les patients atteints de SD sont particulièrement à risque de se suicider, surtout si elles souffrent de dépression et de perspicacité préservé. Les mécanismes possibles comprennent une détérioration du sentiment de compétence sémantique à une augmentation de l'impulsivité.




- Les taux élevés de violence, la dépression dans les suicides des Inuits
High rates of childhood abuse, depression in Inuit suicides
Laura Eggertson
Can. Med. Assoc. J. 2013; 185:E433-E434.  [Full Text] [PDF]







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire