jeudi 25 juin 2020

ETUDE RECHERCHE Raisons de vivre chez les adolescents suicidants, spécificités du trouble de personnalité limite

Raisons de vivre chez les adolescents suicidants, spécificités du trouble de personnalité limite Reasons for living in suicidal adolescents with borderline personality disorder
Available online 24 June 2020.

Neuropsychiatrie de l'Enfance et de l'Adolescence
Available online 24 June 2020
Résumé
Introduction
Le suicide chez les adolescents est un problème de santé publique majeur, en particulier chez ceux présentant un trouble de personnalité limite (TPL). L’étude des facteurs de protection tels que les raisons de vivre est novatrice sur cette question. Notre objectif était d’analyser les caractéristiques des conduites suicidaires et les raisons de vivre chez les adolescents suicidants avec TPL par rapport aux adolescents suicidants sans TPL.
Méthodes
Les adolescents suicidants âgés de 13 à 17 ans et hospitalisés après une tentative de suicide ont été consécutivement inclus et évalués dans les 10 jours avec la version abrégée du Diagnostic Interview for Borderlines-Revised, le Kiddie-Schedule for Affective Disorders and Schizophrenia-Present and Lifetime version, en utilisant la méthode de la meilleure estimation consensuelle de l’équipe pour le diagnostic principal et l’inclusion dans le groupe TPL, la Columbia-Suicide Severity Rating Scale et la Reasons For Living inventory for Adolescents.
Résultats
Deux cent vingt-trois adolescents ont été inclus, avec une sex-ratio (M/F) de 0,22 et un âge moyen de 14,8 ans. Le groupe TPL a obtenu un score significativement inférieur au groupe TPL pour le total RFL-A et pour chaque sous-échelle. Les deux groupes différaient le plus sur les échelles « peur reliée au suicide » et « confiance en soi ».
Discussion
Notre étude a mis en évidence les anomalies du développement des raisons de vivre chez les adolescents avec TPL, et plus particulièrement dans les dimensions « peur liées au suicide » et « confiance en soi ».
Conclusion
Nos observations confortent les conceptions psychopathologiques actuelles du TPL et ouvrent des perspectives intéressantes pour la prise en charge des adolescents avec TPL et la prévention des conduites suicidaires.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire