jeudi 26 février 2015

THEATRE Écrire le désarroi adolescent 'Days for nothing'

Écrire le désarroi adolescent
M. Pl. Article 25 février 2015  Midi Libre
Théâtre
'Days for nothing' : choisi par la fédération des ATP.
Chaque année, la fédération des ATP choisit un projet théâtral en vue d'une coproduction et d'une tournée dans toutes les villes françaises où est représentée cette association d'Amis du théâtre populaire.
« Cette fois-ci, nous avons été particulièrement attirés par le sujet de Days for nothing sur le désarroi des adolescents , souligne Gérard Cardonnet, président de l'ATP de Nîmes, impressionné par la force de ce spectacle lors de sa création récente à la chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon.
Il est question d'un problème d'aujourd'hui et d'une mise en scène particulièrement actuelle dans son dispositif, sa scénographie. » Le metteur en scène Matthieu Roy, à la tête de la compagnie des Veilleurs, est d'ailleurs reconnu pour ses dispositifs scéniques innovants où les arts numériques occupent une grande part. L'auteur n'est pas un novice non plus :  Fabrice Melquiot, prix de l'Académie française en 2008 pour l'ensemble de son oeuvre
dramatique, est très sensibilisé à la question de l'adolescence, notamment en tant que directeur du centre international de création pour l'enfance et la jeunesse, à Genève. Cette fois, il place son héros, un auteur en résidence d'écriture, dans un collège face à deux élèves qui le déstabilisent chacun à leur manière : Maximilien, 15 ans, par ses provocations et ses interrogations existentielles s'achevant par un suicide, et Alix en inventant, pour se sentir exister, une relation amoureuse avec Maximilien. Deux adolescents en crise identitaire qui vont changer cet homme venu là pour écrire sur la vacuité de la vie.
M. Pl. Vendredi 27 février, 20 heures, à l'Odéon, 7, rue Pierre-Sémard. De 19 € à 4 €. Tél. 04 66 67 63 03.


INFO PIECE 
Days of nothing
Days of nothing de Fabrice Melquiot sera créé pour la première fois en France par la Cie du Veilleur (L’Arche Editeur, 2012).
Rémi Brossard, un auteur en résidence d’écriture dans un collège de banlieue parisienne, rencontre deux spécimens de l’établissement : Maximilien et Alix.
Ces adolescents vont bouleverser son projet d’écriture. Leurs échanges renvoient chacun d’entre eux à ses propres limites : difficulté à vivre dans le monde, à y trouver sa place, à faire acte. Dans la première partie de la pièce, nous décou- vrons comment Maximilien perturbe l’auteur dans son processus d’écriture avant de se donner la mort. Dans la seconde, Alix entraîne Rémi dans son délire, l’incitant à écrire le roman de sa prétendue histoire d’amour avec Maximilien.
Avec humour et cruauté, Fabrice Melquiot nous invite à réfléchir sur la portée de l’éducation artistique et culturelle.
Cet auteur majeur de la scène européenne ausculte les rouages d’un établissement scolaire au bord de la dérive. Il interroge l’adolescence, le suicide et la mythomanie sous le prisme de l’acte d’écriture.
Si dans la pièce la forme dialoguée est prépondérante, elle oscille avec des passages au discours indirect, qui nous révèlent les pensées intérieures de l’écrivain, Rémi Brossard.
Toute la dramaturgie s’organise autour de la figure de l’auteur. Nous suivrons le parcours de cet adulte qui puise dans la rencontre avec ces deux adolescents la source d’inspiration potentielle de son œuvre à venir.
Pour rendre compte du processus de l’acte d’écriture, nous développerons un système sonore qui placera le spectateur au cœur de cette œuvre en mouvement, suivant à la fois les pensées intérieures de l’auteur et les échanges musclés avec les jeunes.
Les acteurs évolueront dans un espace clos – dont les lignes rappelleront plus celles d’un ring de boxe que d’une salle de classe – à l’intérieur duquel les corps se frôlent, se touchent et se heurtent parfois. La captation d’images vidéo en temps réel, projetées sur une des faces de cet objet scénographique – techniquement autonome – témoignera de la rencontre entre l’auteur et l’adolescent.
La déflagration de sa brutale disparition laissera place au vide béant de la scène. Un vide, que la jeune fille tentera de combler par une affabulation purement théâtrale.
CRÉATION ET TOURNÉE 2015 Résidences de création au Théâtre de Thouars, 3T à Châtellerault, la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon, le Hall des Chars de Strasbourg.
Une tournée est organisée en 2015 en partenariat avec la Fédération d’Associations de Théâtre Populaire (FATP).
» Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon en partenariat avec les ATP d’Avignon, PREMIERE, le 14 février 2015
»  ATP de Nîmes, le 27 février 2015
» Théâtre de Thouars – Scène conventionnée, les 16 et 17 mars 2015
» L’Onde – Théâtre et centre d’art, Vélizy-Villacoublay, les 23 et 24 mars 2015
» Les 3T – Théâtres de Châtellerault, les 1er et 2 avril 2015
» ATP de Biarritz, le 3 avril 2015
» ATP d’Orléans, le 7 avril 2015
» ATP de Lunel, le 8 avril 2015
» ATP d’Uzès, le 9 avril 2015
» Théâtre du Fil de l’eau – Pantin, les 16 et 17 avril 2015
» ATP d’Aix en Provence, le 20 avril 2015
» ATP de Villefranche-de-Rouergue, le 28 avril 2015
» ATP de Millau, le 29 avril 2015
» ATP de Poitiers, le 12 mai 2015

TÉLÉCHARGEMENT

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire