jeudi 19 février 2015

PARUTION article traitant des phénomènes dissociatifs dans le passage à l'acte suicidaire et homicidaire

Revue de la littérature Dissociation et passage à l’acte violent : une revue de littérature
Dissociation and violent behavior: A review
  • Jérémie Vandevoordea, , (Docteur en psychologie, psychologue clinicien),
  • Peggy Le Borgneb (Psychologue clinicienne)

Résumé

Objectifs

L’article propose de faire le point sur le concept de dissociation, de dégager les données scientifiques les plus saillantes qui lui sont inhérentes, de proposer un panorama des différentes modélisations et de comprendre la fonction de ce processus dans le cadre du passage à l’acte violent.

Méthode

Les auteurs passent en revue l’historique et les différentes utilisations taxonomiques du concept de dissociation. Ils présentent les apports théoriques issus de l’hypnose, du traumatisme, de la neurobiologie, des neurosciences et des modèles cognitifs. Ils proposent, en s’étayant sur des recherches empiriques et des observations cliniques, d’articuler les phénomènes dissociatifs et les mécanismes de certains passages à l’acte violent.

Résultats

La littérature propose de concevoir la dissociation comme une altération de l’état de conscience ou bien une rupture entre la mémoire, la perception, la conscience et l’identité, ou bien comme un mécanisme phylogénétique de coping permettant à l’être humain de se protéger face à des émotions intolérables. Le processus consiste à provoquer une déviation subjective du sentiment de soi ou un jeu de bascule entre divers état de conscience. Plusieurs observations cliniques et plusieurs études empiriques soulignent le lien entre la dissociation et certains passages à l’acte violents comme le suicide ou l’homicide.

Discussion

Les épisodes dissociatifs peuvent induire une variation de l’activité psychologique : la hausse d’un sentiment d’irréalité, l’accroissement d’un sentiment narcissique, une immersion oniroïde, une mise à distance du sujet et de ses actes par l’amnésie, une modification des signaux sensoriels, une altération de l’activité préfrontale et de la régulation des fonctions exécutives, un phénomène de confusion émotionnelle, une baisse de la peur et des freins moraux, l’utilisation d’un mode moteur automatique, une perte du sens de l’agentivité. Ces éléments sont essentiels pour comprendre le déclenchement de la motricité agressive.

Conclusions

La dissociation est un concept psychopathologique opérant qui désigne divers processus psychologiques articulés à l’état de conscience, l’activité émotionnelle, l’activité fantasmatique, le comportement de l’individu. De nombreuses recherches restent à mener pour distinguer les différents types de dissociation et leurs particularités.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire