lundi 2 février 2015

L’Association du Réseau de Prévention du Suicide lance sa première campagne au Havre

L’Association du Réseau de Prévention du Suicide lance sa première campagne au Havre


Publié le 01/02/2015 sur http://www.paris-normandie.fr/detail_communes/articles/2445628/une-premiere-campagne#.VM9deC4XuvE


Santé. L’Association du Réseau de Prévention du Suicide de l’agglomération havraise veut faire connaître son lieu d’accueil.



MM. Dezalay, de SOS Amitié (à gauche) et Limare

A partir de ce lundi 2 février et pendant une semaine, des panneaux d’affichage vont accueillir le message « Ne restez pas seuls avec vos idées noires. Contactez-nous ». Il s’agit de la première grande campagne de communication menée par l’Association du Réseau de Prévention du Suicide de l’agglomération havraise (ARPS) : une initiative prise dans le cadre de la 19e Journée nationale de prévention du suicide (le 5 février).

L’objectif premier est de faire connaître le lieu d’accueil « Havre de vie ». Car les bénévoles de l’ARPS ont pris conscience que son existence reste encore ignorée de la population, quatre ans après son ouverture par l’association en février 2011, et que leur mission ne peut de ce fait s’accomplir pleinement. Cette campagne, explique le psychiatre Jean-Marc Limare, président de l’ARPS, veut « interpeller un vaste public parce que le suicide est l’affaire de tous. 115 rue de Richelieu, sont accueillies « des personnes qui n’ont jamais été suivies et qui d’un seul coup sont terrorisées par ces idées suicidaires qui deviennent de plus en plus obsédantes. La difficulté qu’elles éprouvent, c’est qu’elles ont du mal à en parler ». Et d’autres, qui eux sont suivis par un médecin, un psychologue, un psychiatre, viennent là parce qu’ils ne parlent pas facilement eux non plus de leur envie de se suicider. « On est là pour rattraper les ratages entre guillemets des prises en charge. On essaie de dénouer la crise suicidaire. On va aiguiller les personnes vers une prise en charge efficace et nous assurer qu’elles sont suivies. »

Pour tous ces interlocuteurs intervenant dans le champ de la problématique du suicide, il ne doit plus apparaître comme la seule option possible se présentant aux personnes se sentant dans une impasse. Concrètement, « Havre de vie » propose un accueil des personnes suicidaires et de leurs proches tous les après-midis de 17 h à 19 h (sauf dimanche et jours fériés). Après une première écoute assurée par un bénévole, il leur est possible d’avoir un rendez-vous dans les 24 heures avec un psychologue ou un psychiatre. « Les personnes déjà suivies par un médecin lui sont bien entendu réadressées afin d’intensifier leur suivi et celles en imminence de passage à l’acte accompagnées vers un service d’urgence. » La crise suicidaire étant surmontée et afin de prévenir les récidives, l’association propose à ceux qui le souhaitent un accompagnement pendant une année avec contacts téléphoniques réguliers. Le numéro d’appel SOS Suicide enfin (02 35 22 00 00) permet de joindre les accueillants pendant les permanences ou de laisser un message sur un répondeur.

Pour la Journée nationale de prévention du suicide, l’ARPS a également programmé une soirée-débat au Sirius. C’est le 5 février. À 20 h 30 : projection du film « Le magasin des suicides » (Patrice Leconte) puis débat animé par le Docteur Limare.

Informations complémentaires : www.arps.asso.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire