jeudi 19 février 2015

AUSTRALIE DEBAT Quelles politiques préventives contre le suicide ?

Quelles politiques préventives contre le suicide ? Publié le 19/02/2015
http://www.jim.fr/medecin/actualites/medicale/e-docs/quelles_politiques_preventives_contre_le_suicide__150523/document_actu_med.phtml
Quelle stratégie offre les meilleures chances de succès pour réduire le taux de suicides dans la population ? s’interroge The Australian & New Zealand Journal of Psychiatry. Pour optimiser l’efficacité concrète des ressources allouées aux structures thérapeutiques, les décideurs doivent arbitrer entre la maîtrise des facteurs attribuables à une susceptibilité génétique, peu accessible à une action extérieure (hérédité, anamnèse familiale) et le contrôle des facteurs liés à l’environnement socioculturel (contexte économique, essor des services de prévention et de soins en psychiatrie, etc.), plus sensibles aux résultats des politiques sanitaires et sociales.
Certaines actions publiques ont une incidence directe sur l’épidémiologie du suicide : limitation de l’accès aux armes à feu, aux médicaments et aux poisons (comme les pesticides), protections dans l’accès aux ponts et autres endroits d’où un désespéré pourrait se jeter dans le vide… Or en Australie , « la plupart de ces dispositifs sont déjà en place », et il resterait « peu à attendre » de mesures supplémentaires. Mais comme l’un des principaux facteurs de risque dans ce domaine demeure l’ensemble des affections psychiatriques, il est certain qu’une meilleure prise en charge des maladies mentales permettrait des progrès significatifs dans la prévention du suicide.
Au Royaume-Uni, on a observé ainsi « une réduction pouvant dépasser 20 % » des statistiques d’autolyse chez les usagers des structures de prise en charge des troubles mentaux, avec un « effet mesurable » (de type dose/réponse) des progrès concrets reflétant l’importance des perfectionnements apportés dans le suivi des patients ambulatoires. Certaines mesures ont un impact notable : amélioration de l’accès à ces structures en cas d’urgence (disponibilité 24 heures/24 et 7jours/7) ; suivi effectif des patients sortant des services hospitaliers ; partage d’informations sensibles avec les familles ou la justice ; formation des équipes au contact de ces malades (intégrant une dimension multidisciplinaire de l’approche thérapeutique)…
Mais, déplore l’auteur,  il devient difficile d’espérer des progrès ultérieurs dans les statistiques, car « le taux de suicide résiduel demeure élevé dans cette population », en particulier en pratique privée, probablement parce que le suivi des patients est alors plus ardu.
Dr Alain Cohen
Référence
Dignam PT : Suicide prevention: let’s start at the very beginning. Aust N Z J Psychiatry, 2015; 49: 16–17.http://anp.sagepub.com/content/49/1/16.extract
Copyright © http://www.jim.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire