vendredi 2 octobre 2020

AUSTRALIE livre blanc du Black Dog Institute : Que peut-on faire pour diminuer les comportements suicidaires en Australie?

What can be done to decrease suicidal behaviour in Australia?

 Que peut-on faire pour diminuer les comportements suicidaires en Australie?
"En Australie, les taux de suicide ont continué d'augmenter au cours de la dernière décennie, ce qui nous oblige à repenser notre plan d'action.

L'un des plus grands défis de la prévention du suicide contemporaine est que les initiatives, les politiques et les programmes visant à prévenir le suicide et à y répondre sont souvent incapables de bénéficier des données de recherche. Ce n'est pas tant parce que ces preuves sont ignorées, mais parce que dans de nombreux cas, elles n'existent pas.

S'appuyant sur les efforts considérables déployés dans le secteur de la prévention du suicide, le Black Dog Institute a élaboré un livre blanc qui franchit une étape majeure pour combler cette lacune critique en matière de recherche.
Il s'agit d'un appel à l'action, fondé sur des preuves, qui vise à éclairer la recherche, la politique et l'offre de soin  afin que nous puissions réduire le nombre de vies australiennes perdues à cause du suicide.

l'intégralité du livre blanc ou par chapitre (En anglais) :

https://www.blackdoginstitute.org.au/suicide-prevention-white-paper/ 

ou https://www.blackdoginstitute.org.au/wp-content/uploads/2020/09/What-Can-Be-Done-To-Decrease-Suicide-a-call-to-action_Black-Dog-Institute.pdf 

 
COMPLÉMENT LIVRE BLANC

 Des alternatives nécessaires aux services d'urgence pour les personnes en crise suicidaire
https://www.blackdoginstitute.org.au/media-releases/black-dog-launches-white-paper/

Les personnes en détresse suicidaire ont besoin de services au-delà du système de santé, comme l'indique un livre blanc publié par le Black Dog Institute, qui s'appuie sur les preuves et les recherches en matière de prévention du suicide et les corrobore.
Si les services d'urgence contribuent souvent à sauver des vies, il est nécessaire de mettre davantage l'accent sur les soins de proximité et les aides sociales qui répondent aux besoins des personnes en détresse suicidaire. Les services doivent être informés des traumatismes, adaptés à la culture et offrir des services intégrés afin de pouvoir répondre de manière adéquate aux besoins complexes des personnes, quel que soit l'endroit où elles se présentent pour obtenir de l'aide.

Le livre blanc se penche sur de nouveaux modèles de soins qui comblent les lacunes laissées par les méthodes traditionnelles de prévention du suicide. Le rapport examine la conception de systèmes alternatifs, tels que les cafés, les applications et les sites web sécurisés, en recommandant de s'éloigner des formes conventionnelles de soins cliniques.

"Nous savons, grâce à des recherches antérieures, que les personnes en crise suicidaire qui ont eu une expérience négative lorsqu'elles ont essayé de chercher de l'aide, sont moins susceptibles de chercher à nouveau de l'aide", explique le professeur associé Fiona Shand.

"De nombreuses personnes n'ont pas reçu de traitement de suivi après s'être présentées aux urgences et ont estimé que le traitement qu'elles avaient reçu était moins que satisfaisant. Le personnel des urgences est souvent soumis à une pression énorme, ce qui rend difficile de ralentir et de répondre aux besoins d'une personne en crise".

Ces recommandations sont fondées sur les connaissances et les préférences des personnes ayant vécu l'expérience, et sur la nécessité d'intégrer les systèmes nouveaux et existants pour répondre à la demande croissante du public.

Les offres numériques, notamment les applications automatisées, le chat en ligne, l'assistance textuelle en cas de crise et la télésanté, ont déjà gagné en ampleur et en portée. Elles peuvent également être le canal préféré des personnes qui craignent le soutien en face à face, offrant une alternative attrayante que certains utilisateurs perçoivent comme exempte de stigmatisation.

En outre, les alternatives communautaires comme le Safe-Haven Cafe de l'hôpital St Vincent à Melbourne ont connu un succès précoce en fournissant un soutien émotionnel dans un cadre non clinique. Avec un personnel composé de pairs et de bénévoles, dont beaucoup ont vécu une détresse suicidaire, ces centres d'accueil favorisent l'indépendance, les opportunités et le rétablissement, tout en favorisant un meilleur sentiment d'appartenance.

"Le Safe Haven Cafe est un espace accueillant où les gens peuvent trouver le soutien dont ils ont besoin et discuter de solutions en matière de santé mentale autour d'un thé et d'un café. Il est très difficile de s'y retrouver dans le domaine de la santé mentale. Nous pouvons donc orienter les gens dans la bonne direction et nous assurer que leur expérience est positive, ce qui signifie qu'ils sont plus susceptibles de s'engager dans les services", explique Fran Timmins, directrice des services exécutifs de santé mentale de l'hôpital St Vincent.

Parmi les autres avantages de ces espaces de répit, citons la réduction de la charge pesant sur les systèmes de santé existants, la diminution des appels d'ambulance et de police liés à la santé mentale, et la réduction des coûts de fonctionnement des services d'urgence, ce qui permet à l'hôpital St Vincent d'économiser plus de 30 000 dollars chaque année.

Le livre blanc recommande de mettre en place un système axé sur les besoins qui relie les demandeurs d'aide aux services appropriés. L'élargissement des soins centrés sur l'être humain nécessitera davantage de recherche, un financement public supplémentaire et une réforme des politiques et de la législation.

"Il s'agit de donner aux demandeurs d'aide les moyens d'accéder à différents systèmes de soutien qui leur sont ouverts et avec lesquels ils se sentent à l'aise", explique le professeur associé Fiona Shand.

"Nous demandons instamment aux décideurs politiques et aux gouvernements de reconnaître les lacunes du système de santé et de commencer à mettre en œuvre des changements dès maintenant".


 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire