lundi 4 novembre 2013

RECHERCHE GRANDE BRETAGNE Comment Internet affecte les jeunes à risque d'automutilation , de suicide

Comment Internet affecte les jeunes à risque d'automutilation , de suicide
D'après article "How Internet Affects Young People at Risk of Self-Harm, Suicide" du 30 octobre 2013
http://www.sciencedaily.com/releases/2013/10/131030185706

30 octobre 2013 - Des chercheurs d'Oxford ont découvert que les forums internet fournissent un réseau de soutien pour les jeunes socialement isolés . Cependant , ils concluent également que l'Internet est liée à un risque accru de suicide et d'automutilation chez les adolescents vulnérables.
Suite à ce qui est considéré comme la plus grande revue des études existantes sur l'utilisation d'Internet et les jeunes, les chercheurs suggèrent que , dans les futures évaluations cliniques des jeunes on devrait inclure des questions sur le contenu en ligne qu'ils ont vu .
L'examen global , publiée dans la revue PLoS ONE, montre que les jeunes à risque d' automutilation ou de suicide étaient souvent en ligne plus longtemps que les autres adolescents . L' équipe d'Oxford a analysé un total de 14 études et a trouvé des résultats contradictoires sur l'opportunité de l'Internet a exercé une influence positive ou négative. Certaines études ont montré que les forums internet soutiennent et relient les personnes socialement isolées , en les aidant à faire face . Mais d'autres études ont conclu que les jeunes gens qui sont allés en ligne pour en savoir plus sur l'automutilation et le suicide ont été exposés à des images violentes et ont agi sur ce qu'ils avaient vu en ligne. L'examen conclut que l'utilisation d'Internet est liée à des méthodes plus violentes d'automutilation.
La dépendance modérée ou sévère à l'internet est également reliée à une augmentation du risque d'automutilation , ainsi que l'augmentation des niveaux de dépression ou de pensées suicidaires , selon la revue Oxford. La revue indique également qu'il existe un lien fort entre les jeunes qui utilisent les forums internet et un risque accru de suicide - une connexion introuvable en relation avec d'autres sites de réseaux sociaux. Dans l'une des études examinées , plus de la moitié ( 59%) des jeunes interrogés ont dit qu'ils avaient fait des recherches en ligne sur le suicide . Pendant ce temps, des 15 adolescents qui avaient effectué en particulier les actes de violence d'automutilation , 80 % ont dit qu'ils s’étaient mis en ligne au préalable à la recherche de l'automutilation . Des 34 qui se sont fait du mal en se coupant, 73 % ont dit qu'ils avaient fait des recherches en ligne.
Les jeunes qui ont utilisé les forums ont souligné la valeur de l'anonymat. L'une des études examinées ont suggéré que les jeunes qui utilisent les forums sont apparus à normaliser l'automutilation. La plupart des utilisateurs se sont rendus sur des forums d'empathie ou de discussions sur des questions de sécurité plutôt que de parler de la façon dont ils pourraient réduire leurs comportements autodestructeurs . Une autre étude a montré que, sur près de 300 postes , 9% étaient des méthodes d'automutilation et les utilisateurs se sont rendus sur des forums pour échanger des astuces sur la manière de cacher le problème .
Les forums Internet ne font pas que les utilisateurs se sentent mieux, et dans certains cas, ils ont montré des signes d'augmentation de détresse après l'utilisation de ces sites, dit une étude. Cependant, une autre étude contredit cela, en disant que l'analyse des posts créés par les utilisateurs du forum révèle que par le troisième mois, ils étaient moins en détresse qu'ils ne l'étaient dans les premiers  de mois. Les jeunes qui sont allés  sur les forums déclarent un comportement positif d encouragement - ils se sont félicité les uns les autres pour ne pas se couper ou encourager l'autre pour demander de l'aide avec le GPS . Malgré cela, l'étude indique que dans l'ensemble , bien que les forums ont peut-être fourni un soutien émotionnel , il n'existe aucune preuve pour suggérer que cela s'est traduit par le fait que les jeunes réduisant réellement les niveaux de l'automutilation. Il n'y avait pas de consensus parmi les utilisateurs pour savoir si les forums modifient ce comportement.
L'examen met également en évidence le risque de cyber- intimidation des jeunes vulnérables . L'intimidation en ligne a été retrouvé à faire des victimes plus susceptibles de s'automutiler . Une étude a suggéré que cela  augmente
légèrement les taux de tentative de suicide de la victime ainsi que l'auteur du crime . Adresse e-mail a été utilisé dans 18 % des cas de cyberintimidation , suivis par messagerie instantanée ( 16%), MySpace ( 14%) et les bavardoirs (10%) , indique l'étude.
Principal co- auteur, le Professeur Paul Montgomery, du Centre for Evidence-Based Intervention à l'Université d' Oxford , a déclaré: « Nous ne disons pas que tous les jeunes gens qui vont sur l'Internet augmentent leur risque de suicide ou d'automutilation . Nous parlons de jeunes vulnérables qui vont en ligne spécifiquement pour en savoir plus à propos de se faire du mal ou parce qu'ils envisagent déjà suicide . La question est de savoir si le contenu en ligne déclenche une réponse d'automutilation ou de suicide et nous avons constaté qu'il ya un lien .
Principal co- auteur, le Professeur Keith Hawton , du Centre de recherche sur le suicide à l'Université d' Oxford , a déclaré: «La communication via l' internet et d'autres moyens électroniques ont des rôles potentiels dans les deux sens contribuant à la prévention et les comportements suicidaires chez les jeunes. Nous commençons à peine à réaliser l'ampleur de ces influences possibles et cet examen est une contribution à cette connaissance. La prochaine étape sera le développement d'interventions thérapeutiques utilisant ces canaux de communication , en particulier pour accéder à ceux qui ne cherchent pas l'aide des services cliniques .
L'auteur principal Kate Daine , chercheuse postdoctorale au Centre d'intervention fondée sur des preuves , a déclaré: « Il n'y a pas d'interventions en ligne connu à ce jour qui visent spécifiquement les jeunes à risque d'automutilation ou de suicide , et pourtant , nous constatons que les adolescents qui auto- nuisent sont des utilisateurs très fréquents de l'Internet . Alors que les médias sociaux peuvent être utiles pour soutenir les adolescents vulnérables , nous constatons également que l'Internet est en train de faire plus de mal que de bien dans certains cas. Nous devons en savoir plus sur comment nous pouvons utiliser les médias sociaux comme un canal pour aider les jeunes en détresse ».
Répondant à l'examen, Joe Fougères , directeur général de la politique de Samaritains , a déclaré: «Nous devons reconnaître que beaucoup de gens utilisent les forums de suicide et de tchat pour discuter anonymement sur leurs sentiments de détresse et de désespoir , notamment les pensées suicidaires , qui peuvent avoir un
impact positif  sur l'individu . Ils peuvent être l'expression des sentiments qu'ils n'ont jamais révélés à personne dans leur vie hors ligne. Plutôt que de se concentrer principalement sur ​​les moyens de blocage et de censurer ces sites , nous devrions réfléchir sur les possibilités en ligne pour atteindre les personnes en détresse émotionnelle. Cependant, délibérément encourager ou aider le suicide en ligne est déjà une infraction pénale et, si possible , les autorités devraient utiliser leurs compétences existantes pour poursuivre des individus malveillants qui font cela .


Références article cité
Kate Daine, Keith Hawton, Vinod Singaravelu, Anne Stewart, Sue Simkin, Paul Montgomery. The Power of the Web: A Systematic Review of Studies of the Influence of the Internet on Self-Harm and Suicide in Young People. PLoS ONE, 2013; 8 (10): e77555 DOI: 10.1371/journal.pone.0077555

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire