samedi 14 mai 2022

QUEBEC Un plan de 65 M$ pour la prévention du suicide : Stratégie nationale de prévention du suicide 2022-2026 – Rallumer l'espoir

 La Stratégie nationale de prévention du suicide 2022-2026 – Rallumer l'espoir

Publications du ministère de la Santé et des Services sociaux
Stratégie

Description

La Stratégie nationale de prévention du 2022-2026 – Rallumer l’espoir réaffirme l’importance de poursuivre et d’intensifier les actions et la mobilisation. Elle vise non seulement à prévenir les décès par suicide, mais aussi à prévenir les tentatives et les idées suicidaires. Du même souffle, elle aspire à diminuer la détresse et à augmenter le bien-être psychologique de la population. Pour y arriver, la nouvelle stratégie propose des mesures s’inscrivant le plus possible en amont des situations qui nécessitent des soins et des services permettant d’accompagner les personnes dans leur parcours.

Les 15 mesures de la Stratégie s’articulent autour de quatre axes : 1) promotion de la santé mentale et sensibilisation à la prévention du suicide, 2) prévention des idées suicidaires et des tentatives de suicide, 3) formation et soutien des professionnels et des intervenants, 4) développement et intégration de connaissances et actualisation des pratiques.

Des mesures particulières pour les communautés des Premières Nations et les Inuit sont également proposées.

Pour consulter la stratégie
(PDF, 1 Mo, 82 pages)

Tableau synoptique
(PDF, 241 Ko, 1 page)

Cette publication est disponible en version électronique seulement.
Détails

Mise en ligne : 13 mai 2022
Dernière modification : 13 mai 2022
Auteur : MSSS
Publication no : 22-247-01W
No. ISBN (PDF) : 978-2-550-91559-1

https://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/document-003383/

***

Un plan de 65 M$ pour la prévention du suicide

Félix Lacerte-Gauthier  Vendredi, 13 mai 2022 

Afin de baisser le taux de suicide sous la barre des 1 000 décès par année, Québec va investir 65 M$ au cours des quatre prochaines années.

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a dévoilé vendredi la Stratégie nationale de prévention du suicide avec pour objectif de diminuer de 10% le taux de suicide au cours de cette période.

«Il reste encore trop de suicides au Québec. La statistique, on parle de trois suicides par jour, à tous les jours. C’est beaucoup trop», a soutenu Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux, qui en a fait l’annonce à Montréal.

En 2019, l’année la plus récente pour laquelle des données sont disponibles, 1 128 personnes s’étaient enlevé la vie, dont 872 hommes. Des chiffres qui sont restés stables au cours de la dernière décennie.

La Stratégie mise en place vise à augmenter le «bien-être psychologue» de la population et à diminuer le niveau de détresse.

Pour y arriver, le gouvernement veut notamment soutenir davantage les professionnels et intervenants, ainsi que miser sur l’intégration des connaissances. Une grande importance sera également accordée à la prévention.

Une attention particulière sera également consacrée aux réseaux sociaux, afin de «rejoindre les jeunes où ils sont».

«J’ai des amis, personnellement, qui ont été affectés par le suicide d’enfant. C’est quelque chose qui vient nous chercher. Je pense qu’on en connaît tous», a révélé M. Dubé.


Il s’est dit toutefois conscient de l’enjeu du manque de professionnels en santé mentale dans le réseau de la santé, un aspect qui sera étudié de façon complémentaire à la mise en place de la Stratégie.

– Écoutez Vincent Dessureault au micro de Mario Dumont sur QUB radio:

Collaborer

Le président-directeur général de l'Association québécoise de prévention du suicide, Jérôme Gaudreault, voit d’un bon œil le plan mis en place par le gouvernement.

«L’atout principal, c’est que ça permet de fixer des objectifs communs, de canaliser les efforts et d’établir des standards de qualité», a-t-il expliqué.


Il espère qu’avec la Stratégie, il pourra contribuer à bâtir un Québec «sans suicide», un objectif qu’il admet ambitieux, alors que beaucoup de travail reste encore à faire.

Pour Lorraine Deschênes, la coprésidente du Collectif pour une stratégie nationale en prévention du suicide, pour atteindre ces objectifs, il est important de rejoindre les groupes à risque, en particulier les hommes adultes, chez lesquels le taux de suicide est le plus élevé.

«Il faut assurer l’accès aux services partout dans la province. Habiter le bout de la Côte-Nord ou habiter Montréal, ce n’est pas la même chose», a-t-elle illustré.

À ses côtés, Michael Sheehan, l’autre coprésident du Collectif, a confié que l’un de ses enfants s’est enlevé la vie à l’âge de 25 ans.

«[Les statistiques] cachent une grande souffrance. Cette souffrance-là, elle est réelle, elle est concrète et elle est assommante», a-t-il révélé.

Il estime que le travail ne fait que commencer, et que de gros gains sont possibles, à condition d’y mettre l’effort.
SI VOUS AVEZ BESOIN D’AIDE

Ligne québécoise de prévention du suicide www.aqps.info
1-866-APPELLE (277-3553)

Jeunesse, J’écoute www.jeunessejecoute.ca
1-800-668-6868

Tel-Jeunes www.teljeunes.com
1-800-263-2266

https://www.journaldemontreal.com/2022/05/13/un-plan-de-65-m-pour-la-prevention-du-suicide


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire