vendredi 13 mai 2022

ETUDE RECHERCHE AUSTRALIE Les hommes, le suicide, la violence familiale et interpersonnelle : Une étude exploratoire à méthodes mixtes

D’après article Perpetrators of family violence sometimes use threats of suicide to control 
their partner https://theconversation.com/*

Auteur Scott Fitzpatrick, Chercheur, Université nationale australienne

Le suicide des hommes est souvent lié à des facteurs sociaux et économiques tels que des problèmes financiers, des problèmes juridiques et le chômage.

Mais lorsque nous cherchons à comprendre le suicide des hommes, nous ne devons pas négliger les questions importantes de responsabilité, de choix et de libre arbitre - en particulier dans le cas des hommes qui se suicident dans le contexte d'un conflit relationnel et de la violence conjugale.

Notre recherche, publiée cette semaine , a révélé que les menaces d'automutilation et de suicide étaient une tactique de contrôle coercitif des hommes utilisée contre leurs partenaires féminines.

Conjuguées à d'autres formes de comportement de contrôle physique, émotionnel, économique et psychologique, les menaces d'automutilation et de suicide visaient à instiller la peur et à exercer un pouvoir sur les femmes.

Qu'avons-nous étudié ?

Notre équipe de recherche comprenait l'épidémiologiste psychiatrique de l'Université de Newcastle Tonelle Handley, la chercheuse principale en épidémiologie de l'UNSW Bronwyn Brew Haasdyk et le professeur de santé rurale de l'Université de Newcastle David Perkins.

Nous avons examiné les cas de suicide du  National Coronial Information System et utilisé un sous-ensemble de données impliquant 155 cas de suicide entre 2010 et 2015 dans l'Australie rurale. Nous avons ensuite analysé qualitativement 32 cas en détail pour explorer les tendances émergentes dans les données.

Sur les 2 511 cas de suicide chez les hommes de notre échantillon d'étude plus large , la violence familiale et conjugale a été identifiée dans environ 6 % des cas.

L'utilisation de la violence et du suicide par les hommes dans notre étude a eu lieu principalement pendant les périodes de séparation, de divorce et de batailles pour la garde. Les actions des hommes semblaient fondées sur la conviction que les menaces d'automutilation forceraient les femmes à modifier leur comportement.

Lorsque les changements ne se produisaient pas, le suicide devenait un acte final par lequel certains hommes cherchaient à punir les femmes qui, selon eux, leur avaient fait du tort. Dans certains cas, les hommes ont laissé des messages malveillants ou endommagé les effets personnels des (ex) partenaires.


Qu'est-ce qui motive ce comportement ?

Le suicide peut être vu comme un acte social qui puise dans des significations culturellement établies . On pourrait penser ici à des « types » particuliers de suicide comme le « suicide de protestation » ou le « suicide de vengeance ».

Alternativement, nous pourrions penser à des actes de suicide qui cherchent à exprimer des significations spécifiques telles que le chagrin, la honte, l'honneur ou la souffrance.

Ces approches sont utiles pour examiner comment les hommes de notre étude ont utilisé le suicide comme une forme distincte de violence pour punir les femmes, se venger ou rejeter le blâme et la culpabilité sur les femmes.

Le chagrin et la culpabilité associés au suicide peuvent être particulièrement perturbateurs pour les relations au sein des familles, y compris celles entre les mères et leurs enfants. Pour certains hommes, le suicide peut être un moyen d'exercer un contrôle sur les (ex) partenaires, même dans la mort.

Ces approches mettent également en lumière les idéaux masculins autour du mariage, de la famille, de l'autorité et du contrôle sur le corps des femmes. Celles-ci étaient évidentes dans les expériences, les attentes, les émotions et les actions des hommes de notre étude qui ont soudainement trouvé des partenaires intimes hors de portée.


Comment la police réagit-elle ?

La proportion d'hommes de notre étude qui ont été en contact avec la police et/ou les services de santé dans les semaines précédant le suicide était élevée.

La police fait face à des défis lorsqu'elle gère des incidents de violence et des menaces d'automutilation. En tant que premiers intervenants en cas de violence entre partenaires intimes et de crises de santé mentale, la police prend des décisions importantes pour savoir si le système de justice pénale ou le système de santé mentale sont la voie la plus appropriée.

Notre étude a révélé que dans les cas de violence physique, de dommages matériels ou d'autres infractions pénales, y compris la violation d'une ordonnance de violence domestique, les hommes étaient accusés d'une infraction pénale.

Cependant, dans les cas impliquant des menaces d'automutilation, la police a régulièrement choisi une voie du système de santé pour ces hommes.

Qu'en est-il des prestataires de santé ?

Une fois dans les établissements de santé, les professionnels de la santé considéraient généralement la violence des hommes (y compris les menaces de suicide) comme une crise temporaire, la maladie mentale et/ou la consommation d'alcool ou d'autres drogues étant considérées comme des facteurs contributifs importants.

La prise en charge s'est alors concentrée sur la gestion de ces crises, principalement médicamenteuse, avec une tendance à minimiser les comportements violents des hommes.

Nous avons constaté qu'il y avait peu de preuves de l'efficacité de ces interventions, les conclusions des coroners identifiant plusieurs problèmes de sortie, de suivi et de soutien des patients.

Malgré l'implication de la police et des services de santé, rien n'indique que les hommes de notre étude aient reçu un traitement pour remédier à leur comportement violent.

De plus, les interventions de santé et de justice pénale qu'ils ont reçues servaient de réponses à court terme, étaient disjointes et ne communiquaient pas directement les unes avec les autres.


Alors que doit-il se passer ?

Les interventions des services de santé et de la justice pénale offrent d' importantes occasions d'intervenir pour prévenir de nouvelles violences, y compris le suicide.

Notre étude met en évidence la nécessité d'interventions qui donnent accès à des services de santé et communautaires bien ciblés, bien financés et collaboratifs. Il existe un besoin particulier de traitement intégré à long terme, de soins et de soutien social pour les hommes qui ont des problèmes de consommation d'alcool ou d'autres drogues.

Cela nécessite une réponse pangouvernementale pour financer des approches coordonnées et collaboratives qui ne traitent pas les problèmes sociaux et de santé de manière isolée.

Il faut également des programmes obligatoires pour les auteurs de violence qui tiennent les hommes responsables de leurs actes. Celles-ci doivent s'attaquer aux normes néfastes de la masculinité et prendre en compte les besoins des hommes dans leur intégralité.

source https://theconversation.com/perpetrators-of-family-violence-sometimes-use-threats-of-suicide-to-control-their-partner-182416

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire