jeudi 25 novembre 2021

USA Le suicide aux États-Unis a diminué pendant la pandémie

Le suicide aux États-Unis a diminué pendant la pandémie

D'apres "Suicide in the U.S. Declined During the Pandemic" 5/11/2021 https://www.cdc.gov*

ANIMATEUR : Le suicide aux États-Unis est en augmentation depuis plusieurs années, devenant l'une des principales crises de santé publique du pays, une crise qui touche les Américains de tous âges. Certaines des tendances du suicide ont été quelque peu imprévisibles. Par exemple, on croit depuis longtemps que les suicides culminent pendant la période des Fêtes. Mais les données montrent que ce n'est pas le cas. Au cours des près de deux décennies, décembre a régulièrement enregistré le deuxième plus petit nombre de suicides, supérieur seulement à février, qui est bien sûr un mois plus court. Généralement, ce sont les mois les plus chauds – de mai à août – au cours desquels le nombre de suicides culmine chaque année.

Lorsque la pandémie a frappé en 2020, en plus de près de 400 000 décès liés au COVID aux États-Unis, il y a eu une augmentation record du taux d'homicides et une augmentation continue du nombre de décès par surdose de drogue dans le pays. L'hypothèse est que le nombre et le taux de suicide dans le pays suivraient ce schéma, en particulier après que le nombre de suicides ait augmenté chaque année entre 2004 et 2019.

Cependant, entre 2018 et 2019, il y a eu une légère baisse du nombre de suicides, et cette baisse s'est en fait poursuivie jusqu'à l'année pandémique de 2020.

Sally Curtin, une statisticienne du NCHS, qui est l'auteur d'un nouveau rapport, se joint à nous pour parler aujourd'hui du suicide en 2020.

ANIMATEUR : Malgré d'autres causes de décès telles que les surdoses de drogue et les homicides qui ont augmenté pendant la pandémie, vos données montrent que le suicide a en fait diminué, n'est-ce pas ?

SALLY CURTIN : Oui, c'est exact. Le nombre, un peu moins de 46 000 en 2020, était de 3 % inférieur à celui de 2019 et le taux de suicide pour 100 000 habitants était également inférieur de 3 %. Maintenant, cela s'appuie en fait sur un déclin qui avait en fait commencé avant COVID. Il y a eu la première baisse en près de 20 ans de 2018 à 2019 du suicide - d'environ 2% - et c'est après une augmentation presque constante du suicide entre 2000 et 2018 environ… il avait augmenté de 35% pendant cette période.

ANIMATEUR : Était-ce une surprise que le suicide ait chuté en 2020, en particulier compte tenu de l'augmentation historique des décès par homicide et par surdose de drogue ?

SALLY CURTIN :C'est une bonne question parce que nous savons - il existe des preuves documentées - que certains facteurs de risque de suicide ont définitivement augmenté en 2020. Et certains de ces facteurs de risque sont des problèmes de santé mentale tels que la dépression, l'anxiété… De plus, la toxicomanie a augmenté en 2020 ainsi que stress professionnel et financier. Et ce sont des facteurs de risque connus de suicide. Ainsi, les gens craignaient que le nombre réel de décès par suicide n'augmente. Mais dans la toute première phrase de notre rapport, nous disons que le suicide est complexe et qu'il s'agit d'un problème de santé publique à multiples facettes. Il n'est donc pas aussi facile de dire : « D'accord, ces facteurs de risque ont augmenté pour cette cause de décès ; donc, vous savez, les décès vont augmenter. Le suicide est beaucoup plus complexe que cela. Il existe, en plus des facteurs de risque, des éléments de prévention et d'intervention.Donc, certains de ces facteurs – la prévention et l'intervention – étaient définitivement en cours en 2020, et donc c'est difficile à dire et je pense qu'en général le suicide est juste plus difficile à prédire que beaucoup d'autres causes de décès.

ANIMATEUR : Alors diriez-vous que (avec) le fait que le suicide a diminué deux années de suite, est-ce officiellement une nouvelle tendance ?

SALLY CURTIN : C'est difficile à dire. Je veux dire, c'est certainement positif en ce sens que cela ne continue pas à augmenter comme cela avait été le cas pendant tant d'années. Mais permettez-moi également de souligner qu'il est toujours historiquement élevé - le nombre est historiquement élevé ainsi que le taux. Ils sont tous les deux élevés au cours des 20 dernières années. Ils sont juste un peu inférieurs au pic de 2018. Mais avoir certainement deux années de baisse nous donne un peu d'espoir que cela puisse continuer.

ANIMATEUR : Votre nouvelle étude a examiné le suicide en 2020 sur une base mensuelle : quelles sont les choses qui se sont démarquées dans votre analyse ?

SALLY CURTIN : Pour la plupart, début 2020 - en janvier et février - les chiffres étaient plus élevés qu'en 2019. Mais à partir de mars, ils ont baissé, et le nombre de suicides en 2020 était plus bas qu'en 2019 pour le reste de la année, sauf au mois de novembre où ils étaient à peine plus élevés. Maintenant, ce qui s'est vraiment démarqué, c'est le mois d'avril, où le nombre de suicides en 2020 était de 14% inférieur à celui de 2019, et c'était la plus grande différence en pourcentage de tous les mois. Et nous ne voyons généralement pas un changement aussi important d'une année à l'autre dans les chiffres mensuels, donc cela s'est démarqué. Et cela a également changé en quelque sorte le schéma annuel des suicides en général – le mois qui a le nombre le plus bas a tendance à être en hiver ou peut-être à la fin de l'automne, mais en 2020, avril était le mois avec le nombre le plus bas.

ANIMATEUR : C'est intéressant – diriez-vous que c'est contre-intuitif étant donné que tout le monde était en confinement et que beaucoup de gens ne travaillaient pas, etc ?

SALLY CURTIN : On pourrait le penser et nous avons certainement entendu dire que les appels aux lignes directes de prévention du suicide ont tout simplement explosé et une étude a indiqué qu'ils avaient augmenté de 800 %. Nous savons donc que les gens étaient stressés, mais nous savons aussi qu'ils tendaient la main beaucoup et donc… ouais c'est (une surprise) – je pense que la plupart des gens seront surpris qu'il y ait eu cette forte baisse en avril. Et je laisserai aux autres le soin d'expliquer en quelque sorte ce qui se passait – vous savez, si tout le monde était juste en quelque sorte sous le choc ou si le stigmate de tendre la main n'était peut-être pas tout à fait ce qu'il est normalement pendant les heures normales.

ANIMATEUR : Il semble que les données suggèrent que les baisses étaient à peu près généralisées. Est-ce exact?

SALLY CURTIN :Eh bien, pour les femmes, c'est à peu près correct. Et je veux dire par groupes raciaux et ethniques – tous les groupes de femmes étaient plus bas en 2020 qu'en 2019. Et la plus forte baisse en pourcentage concernait les femmes blanches non hispaniques. Il y a eu en fait une baisse de 10 %, et cette baisse a atteint une signification statistique. Mais même pour les femmes, les baisses ont vraiment commencé à l'âge de 35 ans et plus. Pour les femmes plus jeunes âgées de 10 à 34 ans, les taux étaient soit les mêmes, soit ont en fait augmenté un peu. Pour les hommes, le tableau était mitigé. Les hommes blancs non hispaniques, ainsi que les hommes asiatiques non hispaniques, ont connu une baisse, mais les groupes d'hommes minoritaires ont connu une augmentation. Les hommes noirs non hispaniques ont vu leurs taux augmenter… les hommes hispaniques… ainsi que les hommes amérindiens non hispaniques… Et encore une fois, pour les hommes, les groupes pour lesquels il y avait une baisse avaient tendance à être d'âge moyen ou plus avancé. ,à partir de 35 ans. Elle n'était pas apparente chez les jeunes de 10 à 34 ans.

ANIMATEUR : Les augmentations parmi les Noirs non hispaniques et les Hispaniques et tout autre groupe minoritaire – ces augmentations s'étaient-elles également produites avant 2020 ?

SALLY CURTIN : Oui, à peu près tous ces groupes qui ont vu ces augmentations de 2019 et 2020 avaient eu une tendance à la hausse. La différence est pour les blancs et les asiatiques, ils avaient également eu une tendance à la hausse mais maintenant ils ont tourné. Alors oui, ce n'était que la poursuite d'une tendance générale à la hausse.

ANIMATEUR : Avez-vous des indications que la baisse du suicide se poursuit en 2021 ?

SALLY CURTIN : Jusqu'à présent, nous n'avons pas de données provisoires pour 2021 et quelque chose qui est mis en évidence dans le rapport est que nous ne faisons généralement pas de rapports de suicide avec des données provisoires car, contrairement à d'autres causes de décès, cela peut prendre plus de temps pour obtenir une estimation précise. cause du décès en disant que c'est un suicide. Un exemple est dans le contexte d'une surdose de drogue. Souvent, ils doivent faire une analyse toxicologique pour déterminer si l'intention était réellement suicidaire ou si elle était simplement accidentelle. Donc, pour cette raison, les chiffres du suicide ont tendance à être à la traîne par rapport aux autres causes de décès et, malheureusement, pour le moment, nous n'avons aucun chiffre pour 2021.

ANIMATEUR : OK, d'autres points à ajouter ?

SALLY CURTIN :Je pense que vous savez juste que la baisse globale - c'est probablement inattendu ou pour beaucoup de gens parce qu'il y avait des augmentations connues des facteurs de risque. Mais pour souligner une fois de plus que bien qu'il y ait eu une baisse globale, cela était en grande partie dû à ce qui s'est passé avec le groupe majoritaire, avec les Blancs non hispaniques qui ont parmi les taux et les nombres de suicides les plus élevés. Ainsi, le fait que les femmes blanches non hispaniques aient baissé de 10 % et que les hommes blancs non hispaniques aient baissé de 3 %, a en quelque sorte entraîné la baisse globale. Et il y avait certains groupes qui n'ont tout simplement pas connu de baisses - en fait, ils ont connu des augmentations. En particulier, les hommes hispaniques ont connu une augmentation de 5% et cela a atteint une signification statistique, mais il y a également eu des augmentations pour les hommes noirs non hispaniques et les hommes amérindiens non hispaniques.Il est donc encourageant que le taux global ait baissé, mais il faut certainement continuer d'être vigilant et de se rendre compte que cette baisse n'a pas été vécue par tout le monde.

ANIMATEUR : D' accord, merci Sally de vous être jointe à nous.

SALLY CURTIN : Oh bien sûr. Merci.

Lire et écouter version originale https://www.cdc.gov/nchs/pressroom/podcasts/2021/20211105/20211105.htm


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire