mardi 2 août 2022

ETUDE RECHERCHE Surveillance nationale des conduites suicidaires et autres troubles de santé mentale pendant la crise de la COVID-19

108 - Surveillance nationale des conduites suicidaires et autres troubles de santé mentale pendant la crise de la COVID-19
C. Forgeot, A. Fouillet, M-M. Thiam, I. Pontais, C. Caserio-Schonemann
Santé publique France, France
⁎Auteur correspondant
Revue d'Epidémiologie et de Santé Publique Vol 70 - N° S3 février 2022

- 02/08/22
Doi : 10.1016/j.respe.2022.06.107
 

Résumé
Contexte
L'impact de l’épidémie de COVID-19 sur la santé mentale de la population a rapidement été mis en évidence dans la littérature scientifique internationale. A partir de novembre 2020, des signaux émanant des professionnels de la psychiatrie ont alerté sur une possible hausse des conduites suicidaires, notamment chez les enfants.

Méthodes
A partir des résumés de passages aux urgences (RPU) du réseau OSCOUR® (93 % des passages nationaux), disponibles quotidiennement et sur plusieurs années d'historique, les passages en lien avec la santé mentale, dont les conduites suicidaires et les troubles dépressifs ont été étudiés. Les analyses ont été réalisées sur la période 2020-2021 en comparaison aux années 2018-2019, pour six classes d’âges dont les 11-14 ans, les 15-17 ans et les 18-24 ans.

Résultats
L'analyse des passages aux urgences en 2020, ne montrait aucune augmentation des passages pour geste suicidaire. En revanche, on observait chez les enfants de 11-17 ans, une augmentation des tableaux dépressifs à partir de mi-septembre 2020 qui s'intensifiait dès 2021 (+60 % entre S01 et S47-2021 par rapport à 2018-2019). Dès janvier 2021, une hausse des passages pour idées et gestes suicidaires était également observée, chez les 11-17 ans (respectivement +126 % et +35 % entre S01 et S47-2021) et les 18-24 ans (+95 % et +22 % resp.). Parmi les 11-17 ans, les 11-14 ans étaient les plus impactés sur l'ensemble de ces indicateurs. Aucune augmentation marquée n’était observée chez les adultes.

Discussion/Conclusion
La surveillance mise en place dès début 2020 montre un impact majeur de la crise sanitaire sur la santé mentale de la population, en particulier chez les adolescents. Ces résultats ont conduit Santé publique France et ses partenaires à lancer une campagne nationale d'information sur la santé mentale à destination de ce public « En parler c'est déjà se soigner » et à renforcer la surveillance mise en place.

Déclaration de liens d'intérêts

https://www.em-consulte.com/article/1532726

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire