jeudi 4 août 2022

Le DSM-5-TR met à jour les critères de diagnostic du trouble dépressif persistant et les codes de comportement suicidaire

Le DSM-5-TR met à jour les critères de diagnostic du trouble dépressif persistant et les codes de comportement suicidaire
Health Maddison Health 02/08/22


Le DSM-5-TR met à jour les critères de diagnostic du trouble dépressif persistant et les codes de comportement suicidaire

Dr Michael B. Premier.

Dans ce Q&A, Michael B. First, MD, professeur de psychiatrie clinique, Columbia University, New York, rédacteur en chef et coprésident, DSM-5-TR, répond aux questions sur son panel présenté au Psych Congress Elevate 2022, intitulé “DSM -5 Révision du texte (DSM-5-TR) : Quoi de neuf et quoi de différent.”

Le Dr First passe en revue les principaux changements apportés aux sections « Introduction » et « Utilisation », explique les nouveaux critères de diagnostic pour la dépression et les codes de comportement suicidaire qui ont été incorporés, et offre un aperçu de la façon dont le texte mis à jour aidera les cliniciens dans leur pratique.


Meagan Thistle, rédactrice numérique associée, Psych Congress Network : Quels changements clés ont été apportés aux sections « Introduction » et « Utilisation du manuel » du DSM-5-TR ?

Michael B. First, MD : De nouvelles sections ont été ajoutées pour décrire les différents types d’informations incluses dans le texte du DSM-5-TR, fournissant des explications pour des termes potentiellement déroutants tels que “troubles induits par une substance/un médicament”, “troubles mentaux indépendants” et “autre condition médicale”. ”; et la différence entre les termes « autre trouble précisé » et « trouble non précisé ». Il y a aussi une nouvelle section traitant de l’impact du racisme et de la discrimination sur le diagnostic psychiatrique.

Chardon: « Trouble de deuil prolongé » a été ajouté à la section II. Comment est-il défini ?

Dr Premier : Le trouble de deuil prolongé se caractérise par un chagrin intense et prolongé (aspiration intense à la diminution ou préoccupation des pensées du défunt) survenant presque tous les jours et persistant au-delà de 12 mois après la perte, entraînant une détresse ou une altération cliniquement significative. Les personnes qui en souffrent sont essentiellement «coincées» dans le processus de deuil et ne peuvent pas avancer dans leur vie.

Chardon: Quel sera l’impact de l’ajout de ce nouveau diagnostic sur la pratique clinique ?

Dr Premier : Les personnes souffrant de cette maladie risquent de développer des affections médicales graves, notamment des maladies cardiaques, de l’hypertension, un cancer et une déficience immunologique, ainsi que d’avoir une qualité de vie réduite. Reconnaître la présence de cette condition est une étape nécessaire pour obtenir le traitement approprié, à savoir des interventions psychothérapeutiques ciblées ainsi que pour éviter les traitements inefficaces, tels que les antidépresseurs dont l’efficacité n’a pas été démontrée, sauf en cas de dépression comorbide.

Chardon: Bien qu’il y ait des modifications aux critères de diagnostic pour plus de 70 troubles, quels sont les plus importants à souligner que les cliniciens devraient connaître ?

Dr Premier : Le changement le plus important concerne les critères diagnostiques du trouble dépressif persistant. Les critères de diagnostic et le texte du DSM-5 pour le trouble dépressif persistant (humeur dépressive pendant plus de jours que pas pendant au moins 2 ans) ont donné des indications contradictoires sur la meilleure façon de diagnostiquer et de coder les présentations avec des épisodes dépressifs majeurs superposés (ce que l’on appelle la “double dépression” ) ainsi qu’un épisode chronique d’une durée supérieure à 2 ans : donner un seul diagnostic (trouble dépressif persistant) et un code de diagnostic (F34.1) ainsi que le spécificateur d’évolution applicable (avec syndrome dysthymique pur, avec épisode dépressif majeur persistant, avec épisode dépressif majeur intermittent). épisodes dépressifs), ou s’il faut également donner un diagnostic supplémentaire de Trouble dépressif majeur avec le code applicable (par exemple, F33.3 Trouble dépressif majeur récurrent, avec caractéristiques psychotiques).

Donner 2 diagnostics a l’avantage évident de permettre au clinicien d’indiquer des caractéristiques cliniques importantes telles que la récurrence de l’épisode, la gravité (légère, modérée ou sévère) ou la présence de caractéristiques psychotiques de l’épisode dépressif actuel (ou le plus récent). Par conséquent, la note suivante a été ajoutée aux critères diagnostiques du trouble dépressif persistant :

Remarque : Si les critères sont suffisants pour poser le diagnostic d’un épisode dépressif majeur à tout moment au cours de la période de 2 ans d’humeur dépressive, un diagnostic distinct de dépression majeure doit être posé en plus du diagnostic de trouble dépressif persistant, ainsi que le diagnostic pertinent. spécificateur (p. ex., avec épisodes dépressifs majeurs intermittents, avec épisode actuel).

Chardon: Comment utiliser les nouveaux codes des comportements suicidaires et des comportements non suicidaires ?

Dr Premier : Malgré l’importance du comportement suicidaire dans la prise en charge des patients, le comportement suicidaire n’apparaît dans les ensembles de critères diagnostiques que pour deux troubles du DSM-5 – épisode dépressif majeur et trouble de la personnalité limite – malgré son association commune avec une grande variété de troubles du DSM, tels que la schizophrénie et les troubles liés à l’utilisation de substances. Le DSM-5-TR comprend désormais des codes de symptômes autonomes pour indiquer le comportement suicidaire actuel ainsi qu’un historique de comportement suicidaire qui peut être donné en plus d’un diagnostic psychiatrique (ou même en l’absence d’un diagnostic psychiatrique) pour permettre aux cliniciens de mettre en évidence ce symptôme important. Des codes de symptômes pour l’automutilation non suicidaire ont également été ajoutés.

Chardon: Est-ce que quelque chose de notable a été retiré du DSM-5-TR qui aurait un impact sur la pratique clinique ?

Dr Premier : Non.

Chardon: Qu’est-ce que les cliniciens devraient savoir d’autre sur les changements du DSM-5 dont vous aimeriez discuter ?

Dr Premier : Trois diagnostics ont été ajoutés au DSM-5-TR qui sont également notables. Les éditions précédentes reconnaissaient qu’une consommation intensive chronique de trois classes de substances (alcool, substances inhalées, sédatifs/hypnotiques/anxiolytiques) peut provoquer une démence persistante. Le remplacement de la catégorie de démence (qui est apparue dans les éditions du DSM jusqu’au DSM-IV) par une construction dimensionnelle de trouble neurocognitif (c’est-à-dire, trouble neurocognitif léger et trouble neurocognitif majeur) dans le DSM-5 a permis des troubles neurocognitifs moins graves que la démence être des diagnostics. Étant donné que l’usage persistant de stimulants tels que la méthamphétamine et la cocaïne est connu pour causer des troubles neurocognitifs qui peuvent interférer avec le fonctionnement dans une certaine mesure, mais pas au point d’interférer avec la capacité d’indépendance dans les activités quotidiennes, les troubles neurocognitifs légers induits par les stimulants devraient avoir été ajouté au DSM-5-TR.

De plus, le trouble de l’humeur non spécifié a été ajouté pour les présentations d’irritabilité et d’agitation, pour lesquelles il n’y a pas suffisamment d’informations pour poser un diagnostic spécifique, afin de donner aux cliniciens une alternative à la nécessité de choisir entre un trouble bipolaire non spécifié ou un trouble dépressif non spécifié, d’autant plus que l’irritabilité peut être indicatif de l’un ou l’autre.

Enfin, il existe des circonstances où, après un examen psychiatrique, le clinicien conclut à l’absence de trouble mental, comme dans le cadre d’une évaluation d’aptitude au travail en milieu de travail.


Michael B. First, MD, est professeur de psychiatrie clinique à l’Université de Columbia, chercheur en psychiatrie au Département de la santé comportementale et de la recherche sur les politiques, New York State Psychiatric Institute, et maintient une pratique de psychopharmacologie à Manhattan, le Dr First est un expert reconnu à l’échelle nationale et internationale sur le diagnostic et l’évaluation psychiatrique émet et réalise des expertises psychiatriques médico-légales en matière pénale et civile.

Le Dr First est rédacteur en chef et coprésident du DSM-5-TR, consultant éditorial et de codage pour le DSM-5, membre du comité directeur du DSM-5, consultant technique et éditorial en chef de la CIM-11 de l’Organisation mondiale de la santé. projet de révision, pour le chapitre Troubles mentaux, comportementaux et neurodéveloppementaux. Le Dr First a été rédacteur en chef du DSM-IV-TR, rédacteur en chef du texte et des critères du DSM-IV et du Handbook on Psychiatric Measures de l’American Psychiatric Association. Il a co-écrit et co-édité un certain nombre de livres, dont le DSM-5 Handbook for Differential Diagnosis, the Structured Clinical Interview for DSM-5 (SCID-5) et Learning DSM-5 by Case Example. Il a formé des milliers de cliniciens et de chercheurs en évaluation diagnostique et en diagnostic différentiel.


The article is in English 

source https://fr.postsus.com/health/840168.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire