jeudi 13 janvier 2022

MàJ CORSE (20) : À Castelluccio, un pôle régional de prévention du suicide / Stratégie régionale de prévention du suicide

Vigilans : un dispositif de prévention, veille et recontact des suicidants opérationnel en Corse, piloté par le CH de Castelluccio

11 janvier 2022

Un dispositif de prévention, veille et recontact des suicidants opérationnel en Corse à partir du 16 décembre 2021.
En France métropolitaine, les tentatives de suicide (TS) entrainent près de 100 000 hospitalisations et environ 200 000 passages aux urgences par an, soit environ 20 tentatives de suicide pour un décès.
Le risque suicidaire est majeur pour les personnes ayant un antécédent de TS (OMS, 2014) :
- 75% des récidives ont lieu dans les 6 mois suivant une TS1,
- La survenue d’une TS multiplie par 4 le risque de suicide ultérieur et par 20 dans l’année suivant la tentative.
La stratégie de maintien d’un contact avec ces personnes à risque de récidive, à partir des services d’urgences hospitalières, est reconnue comme efficace par la littérature internationale. Organiser une veille en sortie d’hospitalisation pour tentative de suicide, est l’une des interventions spécifiques les plus efficaces dans la prévention du suicide.
L’équipe du CHRU de Lille, qui a conçu et développé VigilanS, en 2015, a été missionné par le ministère des solidarités et de la santé pour assurer l’appui technique aux ARS et aux établissements référents lors du déploiement.
Ce dispositif VigilanS, s’est généralisé progressivement à l’ensemble des régions.
En Corse, Vigilans est piloté par la Communauté Psychiatrique de Territoire (CPT) : les centres
hospitaliers de Castelluccio, de Bastia et la clinique San Ornello.
Le Centre hospitalier de Castelluccio, est le centre régional référent pour la mise en œuvre.
Le dispositif VigilanS a pour objectif général de contribuer à faire baisser le nombre de suicides et le nombre de récidives de tentative de suicide. Ce dispositif consiste en un système de recontact et d'alerte en organisant autour de la personne ayant fait une tentative de suicide un réseau de
professionnels de santé qui assureront une veille et garderont le contact avec le patient. 

https://etablissements.fhf.fr/annuaire/hopital-actualite.php?id=1858

 

 

Le suicide est en grande partie évitable
17 décembre 2021 https://www.corse.ars.sante.fr*




La prévention du suicide est un enjeu majeur de santé publique.
Deux dispositifs sont désormais actifs en Corse: le 3114, numéro d’urgence , et VigilanS, un dispositif d’accompagnement pour les malades et leur entourage.
Retrouvez toutes les informations dans cette rubrique.

Le suicide en France et en Corse

Bien que le taux de suicide soit en baisse tendancielle depuis 20 ans, le suicide représente en France encore près de 9 300 décès et 200 000 tentatives de suicide par an, soit plus de 24 décès par jour. On compte ainsi un suicide toutes les heures, soit trois fois plus que les décès liés aux accidents de la route en France.
Le taux de suicide reste en France l’un des plus élevés d’Europe avec 14 suicides pour 100 000 habitants, pour une moyenne européenne de 10,3 pour 100 000 habitants.    
Le suicide en France concerne les hommes, avec un taux de suicide de 22 pour 100 000 habitants, et dans une moindre mesure les femmes avec un taux de suicide de 5,9 pour 100 000 habitants. A contrario, le nombre de tentatives de suicide, estimé en France à 200 000 par an, est plus important chez les femmes avec 110 000 tentatives.   
Chaque année le suicide est responsable de la mort de près de 400 adolescents en France, ce qui en fait la 2e cause de mortalité pour cette tranche d’âge. L’adolescence constitue également l’âge de la vie pour lequel les tentatives de suicide sont les plus fréquentes : de 1 à 4 % des jeunes de 15 à 19 ans ont dû être hospitalisés après un geste suicidaire. 

En Corse, en 2015, le taux standardisé de suicides s’élevait à 9,5 pour 100 000 habitants, inférieur au taux national (14/100 000). En moyenne, en 2017 en Corse, 1,2 recours quotidien et près de 5 tentatives de suicide pour 1 000 passages aux urgences toutes causes confondues,  ont été enregistrés.

  • Un numéro  unique : le 3114
  • Une continuité du service 24h/24 et 7j/7 
  • Partout en France : Que vous composiez ce numéro depuis la Métropole ou l’Outre-Mer, votre appel sera pris en charge [automatiquement dirigé vers le centre répondant 3114 disponible le plus proche de vous]
  • Des répondants professionnels, supervisés par un médecin spécialiste, formés à la prise en charge de la souffrance psychique et à la prévention du suicide et capables :
    • D’évaluer le niveau de souffrance,
    • D’écouter, sans jugement et avec bienveillance,
    • De soutenir et aider à résoudre la crise de façon adéquate,
    • D’orienter vers les acteurs du territoires pour une prise en charge adaptée aux situations,
    • De s’assurer que la personne n’est pas en situation de danger et, si tel est le cas, de mettre en place les mesures pour la protéger,
    • D’informer.
  • Un service proposé pour tous, notamment
    • Les personnes en souffrance
    • L’entourage inquiet pour un proche ou une personne en détresse
    • Les personnes endeuillées par suicide
    • Les professionnels
  • Confidentiel et gratuit
  • Confidentiel et gratuit, le 3114, numéro national de prévention du suicide, permet de répondre aux besoins immédiats des personnes en recherche d’aide : écoute, évaluation, intervention, urgence, orientation ou accompagnement. Il s’adresse également aux professionnels en contact avec des personnes en détresse ou en quête d’information sur le suicide et sa prévention.

Ce nouveau dispositif vise à réduire le nombre de suicides en France en offrant aux citoyens en grande souffrance une ligne téléphonique qui apporte une réponse professionnelle, 24h/24 et 7j/7, en lien avec les acteurs du territoires pour une prise en charge adaptée à chaque situation.


SA MISSION
    • Soulager la détresse psychologique de la personne suicidaire, de son entourage et des personnes endeuillées à la suite d’un suicide,
    • Aider les professionnels en contact avec des personnes en détresse,
    • Sensibiliser la population à la problématique du suicide et à sa prévention,
    • Promouvoir les efforts de prévention sur notre territoire,
    • S’inscrire et participer à un écosystème local sanitaire, social et médico-social.
 Plus d'infos sur www.3114.fr

L’Organisation régionale

Le centre hospitalier de Castelluccio sera le centre régional répondant pour la Corse à partir de 2022. Actuellement les appels sont transférés vers le centre de Montpellier qui réoriente les personnes vers les structures les mieux adaptées grâce à un annuaire des ressources locales disponibles en Corse.
L’équipe du centre répondant de Castelluccio (infirmiers ou psychologues, sous la supervision d’un psychiatre) sera formée, et à partir de février 2022, répondra aux appels téléphoniques, tous les jours week-end et jours fériés compris. La nuit, les appels sont automatiquement transférés au centre répondant de Montpellier.

En France métropolitaine, les tentatives de suicide (TS) entrainent près de 100 000 hospitalisations et environ 200 000 passages aux urgences par an, soit environ 20 tentatives de suicide pour un décès.  Le risque suicidaire est majeur pour les personnes ayant un antécédent de TS (OMS, 2014) :

  • 75% des récidives ont lieu dans les 6 mois suivant une TS1,
  • La survenue d’une TS multiplie par 4 le risque de suicide ultérieur et par 20 dans l’année suivant la tentative.

La stratégie de maintien d’un contact avec ces personnes à risque de récidive, à partir des services d’urgences hospitalières, est reconnue comme efficace par la littérature internationale. Organiser une veille en sortie d’hospitalisation pour tentative de suicide, est l’une des interventions spécifiques les plus efficaces dans la prévention du suicide.
L’équipe du CHRU de Lille, qui a conçu et développé VigilanS, en 2015, a été missionné par le ministère des solidarités et de la santé pour assurer l’appui technique aux ARS et aux établissements référents lors du déploiement.
Ce dispositif VigilanS, s’est généralisé progressivement à l’ensemble des régions.
En Corse, Vigilans est piloté par la Communauté Psychiatrique de Territoire (CPT) : les centres hospitaliers de Castelluccio, de Bastia et la clinique San Ornello.  
Le Centre hospitalier de Castelluccio, est le centre régional référent pour la mise en œuvre.

Le dispositif VigilanS a pour objectif général de contribuer à faire baisser le nombre de suicides et le nombre de récidives de tentative de suicide. Ce dispositif consiste en un système de recontact et d'alerte en organisant autour de la personne ayant fait une tentative de suicide un réseau de professionnels de santé qui assureront une veille et garderont le contact avec le patient.


VigilanS c'est qui ? Un réseau territorial
  • Une équipe opérationnelle portée par le Centre Hospitalier de Castelluccio, centre répondant régional, composée d'infirmiers ou de psychologues formés au repérage de la crise suicidaire, qui contactent les patients et réceptionnent leurs appels. Ils évaluent le risque suicidaire et coordonnent les recours disponibles pour le patient.
  • Une équipe de coordination, chargée d'organiser le dispositif, composée de deux médecins psychiatres, un cadre de santé et un secrétariat.

Comment ça marche ?

De la formation à la prévention du suicide

La formation en prévention du suicide est un élément clé de l’approche intégrée de la stratégie nationale déclinée en Corse. Il s’agit de structurer le repérage des personnes à risque pour leur proposer le plus rapidement possible des solutions adaptées à leurs problèmes et, si nécessaire, un accompagnement vers le soin.
L’actualisation en 2019 de ces formations, réalisée par le Groupement d’études et de prévention du suicide, avec le soutien du ministère des solidarités et de la santé, s’est faite dans le but de créer dans les territoires des réseaux de personnes-relais, capables de repérer les personnes en souffrance, et d’agir en lien avec les professionnels de la prise en charge. Les formations s’adressent donc d’une part à des personnes concernées par le mal-être des autres et à même d’entrer en relation avec eux, d’autre part aux professionnels prenant en charge les personnes en souffrance (médecins généralistes ou psychiatres, psychologues, infirmiers, etc.).
Une équipe de formateurs nationaux a été constituée (un binôme par région), chargée de former des professionnels de santé régionaux qui, à leur tour, formeront les intervenants de crise, les évaluateurs et les sentinelles.


Description: 
 
  • Trois rôles, donc trois fonctions, à articuler entre elles, ont été identifiés :
  • L’intervenant de crise qui a une fonction d’évaluation clinique du potentiel suicidaire mais qui a aussi des connaissances spécifiques pour désamorcer une crise suicidaire, éviter un passage à l’acte, et orienter la personne vers un accompagnement adapté.
  • L’évaluateur, qui peut faire une évaluation clinique du potentiel suicidaire de la personne et l’orienter vers le soin ou toute autre solution adaptée à ses besoins.
  • La sentinelle, qui est capable de repérer et d’orienter la personne (vers un évaluateur ou vers un intervenant de crise ou le SAMU).

Les deux premières formations requièrent une intervention spécialisée, ciblent des professionnels de santé ou des psychologues travaillant de manière régulière en suicidologie.
La troisième formation, sentinelle, s’adresse dans un premier temps à des professionnels non cliniciens, qui à leur tour formeront des citoyens.


Documents à télécharger
Stratégie régionale de prévention du suicide- DP 16612-2021-VF (pdf, 446.04 Ko) 

Source https://www.corse.ars.sante.fr/le-suicide-est-en-grande-partie-evitable

***

Presse :
À Castelluccio, un pôle régional de prévention du suicide
Par: Isabelle Lançon-Paoli
Publié le: 19 décembre 2021 https://www.corsematin.com*

"La prévention du suicide est notre priorité, sauver des vies ne doit pas avoir de prix", a déclaré Marie-Hélène Lecenne, directrice de l'ARS de Corse.
Angèle CHAVAZAS


Le dispositif Vigilans et le numéro d'appel 3114 sont les deux outils de la stratégie de prévention des suicides.
Angèle CHAVAZAS

Deux dispositifs pour une stratégie régionale de prévention du suicide. Tels sont les nouveaux outils présentés jeudi au CH de Castelluccio. Un numéro d'urgence, et un dispositif d'accompagnement sont désormais actifs pour les malades et leur entourage

À l'échelle nationale, les morts par suicide représentent en moyenne 24 décès par jour, soit trois fois plus que les décès liés aux accidents de la route, selon les statistiques de Santé publique France. En Corse, les taux standardisés s'élevaient, en 2015, à 9,5 pour 100 000 habitants, en dessous de la moyenne nationale, à 14/100 000.

"La prévention du suicide est notre priorité, sauver des vies ne doit pas avoir de prix", expliquait, jeudi, Marie-Hélène Lecenne, directrice de l'Agence régionale de santé (ARS) de Corse, à l'occasion d'une conférence de presse donnée au centre hospitalier de Castelluccio.

Les dispositifs présentés "ont fait leur preuve sur le Continent", assure la directrice : " Ils s'articulent autour de deux logiques : le parcours, soit toutes les mesures pour éviter les tentatives de suicides, le retour en hospitalisation ; et la filière qui consiste à doter la Corse d'une organisation de soutien psychologique et des dernières avancées thérapeutiques."

Cette organisation comprend le centre hospitalier de Bastia, la clinique de San Ornellu et le centre de Castelluccio. Celui-ci aura pour rôle d'animer et de coordonner ce réseau.

Premier outil donc, un numéro de téléphone, le 3114, à destination des personnes suicidaires ou de leur entourage, leur permettant ainsi de demander de l'aide, ou de signaler le cas d'un proche aux prises avec des idées suicidaires. Il est actif 7 jours sur 7, confidentiel et gratuit, et ouvert à tous : les personnes en souffrance, leur entourage, les personnes endeuillées par un suicide mais aussi les professionnels.
Un numéro d'appel et un dispositif de suivi

"À ce jour, les appels depuis la Corse sont réceptionnés à Montpellier. Nous mettons en place actuellement une équipe pour que le centre d'appels régional soit constitué en Corse, ici au CH de Castelluccio. Ils devraient être opérationnels en février", expose Isabelle Acquaviva, cheffe de service du pôle de psychiatrie à Castelluccio

Les appels sont pris en charge par des infirmiers ou psychologue, qui ont une mission d'écoute mais aussi d'orientation vers les structures les mieux adaptées à leur situation.

"Les professionnels qui répondront aux appels reçoivent une formation spécifique, précise Élise Mosconi, psychiatre et médecin coordinateur, le 3114 a déjà reçu 18 000 appels depuis sa mise en place le 1er octobre dernier."

L'autre outil de prévention est le dispositif Vigilans. Piloté en Corse par la Communauté psychiatrique de territoire (CPT), qui regroupe les centres hospitaliers de Bastia, Castelluccio et la clinique San Ornellu. Ce dispositif permet un suivi pendant six mois des personnes ayant fait une tentative de suicide. Il s'appuie sur une stratégie de maintien de contact avec les personnes en souffrance. "La veille en sortie d'hospitalisation pour tentative de suicide est l'une des interventions spécifiques les plus efficaces dans la prévention du suicide" argumente Isabelle Acquaviva.
Castelluccio, centre référent

Ce réseau se compose d'une équipe opérationnelle, portée par le centre référent de Castelluccio. Elle compte notamment des infirmiers et des psychologues formés au repérage de la crise suicidaire, chargés de contacter les patients et recevoir leurs appels. Ils sont chargés d'évaluer le risque suicidaire et de coordonner les recours disponibles pour le patient.

Une équipe de coordination est, quant à elle, chargée d'organiser le dispositif. Elle se compose de deux médecins psychiatres, un cadre de santé et un secrétariat.

"L'objectif de ces dispositifs est d'impliquer et coordonner l'ensemble des services, et de mobiliser l'entourage. Cette stratégie englobe les services précités mais aussi les Samu 2A et 2B, les services d'urgence de tout le territoire, mais aussi le secteur privé et les médecins généralistes", conclut Élise Mosconi.


https://www.corsematin.com/articles/a-castelluccio-un-pole-regional-de-prevention-du-suicide-122354

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire