mercredi 11 décembre 2019

ROYAUME UNI/USA Un effort mondial en matière de santé et de sécurité au travail: prévention du suicide

Un effort mondial en matière de santé et de sécurité au travail: prévention du suicide
D’après article  A global effort in workplace health and safety: suicide prevention
sur businessandindustry.co.uk signalé par IASP @IASPinfo 11/12/2019de Sally Spencer-Thomas Psychologue clinicien et défenseur de la santé mentale

Il y a plus d'un siècle, le sociologue français Emile Durkheim1 considérait le suicide comme un phénomène de société dans lequel le travail jouait un rôle important.

Selon Durkheim, le lieu de travail établit une structure sociale, des valeurs morales et un sentiment d'identité pour un individu - ce qui contribue à donner à l'individu un sens et des raisons de vivre. Lorsque des structures sociales comme le travail se désintègrent, l'individu souffre et parfois le suicide peut en être la conséquence.

Selon l'Organisation mondiale de la santé, on estime à 800 000 le nombre de personnes qui se suicident chaque année et à plusieurs millions le nombre de personnes qui survivent à une tentative de suicide. Presque toutes ces personnes travaillaient au moment de leur décès - ou avaient récemment travaillé ou avaient un membre de leur famille qui travaille. Ainsi, le lieu de travail est sans doute le système le plus transversal que nous ayons en matière de prévention du suicide.

Aujourd'hui, les employeurs du monde entier cherchent des réponses sur la façon de prévenir le désespoir suicidaire, comment intervenir lorsqu'un travailleur a des idées suicidaires et comment réagir au mieux à la crise d'une tentative de suicide ou de la mort.

Pourquoi se concentrer sur la prévention du suicide?

Il existe de nombreux programmes de santé mentale et de bien-être au travail. Parfois, en raison de la stigmatisation interne au sein de ces programmes, le sujet de la prévention du suicide est négligé. Lorsque les employeurs n'en parlent pas, ils ne peuvent pas relever certains des défis uniques de la prévention du suicide, de l'intervention et de la réponse aux crises qui ne sont pas couverts par les programmes de santé mentale et de bien-être.

La recherche nous apprend que les problèmes liés au travail comme la précarité d'emploi, le faible contrôle de l'emploi, les troubles du sommeil liés au travail et l'intimidation au travail ne sont que quelques-unes des expériences environnementales liées aux tentatives de suicide et à la mort.

Il ne suffit pas d'amener les travailleurs au counseling; les lieux de travail doivent se consacrer à la prévention du suicide,  également examiner leurs politiques et leur culture pour voir quels déterminants environnementaux pourraient contribuer à l'intensité suicidaire. Si les milieux de travail croient que les symptômes de santé mentale et les crises de suicide ne sont dus qu'à des maladies mentales non traitées ou maltraitées, ils peuvent s'engager dans un «état de déni» quant à leur propre contribution systémique au problème.
 

Stratégies et solutions

Les États-Unis ont récemment publié les premières directives nationales pour la prévention du suicide en milieu de travail,
Workplace Suicide Prevention, dans le cadre d'un effort de collaboration entre l'American Association of Suicidology et United Suicide Survivors International. Dans les lignes directrices, les employeurs se connectent à huit principes directeurs et neuf pratiques pour les aider à développer une approche globale et durable de la prévention du suicide.

Le Canada a une «Norme nationale du Canada pour la santé et la sécurité psychologiques au travail» depuis 2013 et Suicide Prevention Australia a publié son «Énoncé de position sur le travail et le suicide» en 2014.

Ces documents stratégiques se concentrent sur l'amélioration du bien-être mental et de la résilience tout en réduisant les conséquences potentiellement mortelles des tensions professionnelles toxiques et des problèmes de santé mentale sous-traités grâce à une approche en trois volets:

    En amont: créer des facteurs de protection pour éviter que le désespoir suicidaire ne se produise en premier lieu en améliorant les compétences de vie, en améliorant la maîtrise de la prévention du suicide et en réduisant les risques psychosociaux environnementaux.
    À mi-chemin: une intervention précoce et efficace identifie rapidement l'intensité du suicide, les risques psychosociaux environnementaux corrects et relie efficacement les personnes qui souffrent à des soutiens qualifiés.
    En aval: des réponses sûres et compatissantes aux conséquences des crises de suicide encouragent les employeurs à suivre les meilleures pratiques afin de réduire l'impact du suicide, des tentatives de suicide et des accidents évités de justesse, tout en favorisant la dignité et la responsabilisation de toutes les personnes touchées.

Ces efforts nationaux mettent l'accent sur le fait que le suicide est un phénomène de santé publique complexe qu'il vaut mieux aborder avec une approche culturellement adaptée, globale et soutenue qui aborde les problèmes sous plusieurs angles et à travers de multiples voies.


Additional resources
International Association for Suicide Prevention
Mates in Mind: supporting the UK construction industry
Mates in Construction: international organisation for the construction industry
1 Durkheim, Émile. “Suicide: A Study in Sociology.” Trans. Spaulding, John A. New York: The Free Press, 1979 (1897).
Author
Sally Spencer-Thomas December 10, 2019
https://www.businessandindustry.co.uk/employee-wellbeing/a-global-effort-in-workplace-health-and-safety-suicide-prevention/#

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire