mardi 15 mai 2018

RECHERCHES ETUDES Les actes de la journée d’études « La pathologie du suicide »

La revue Criminocorpus met en ligne les actes de la journée d’études « La pathologie du suicide »

La revue Criminocorpus vient de mettre en ligne les actes de la journée d’études « La pathologie du suicide – Pour une nouvelle histoire des enjeux médicaux et socio-politiques aux XIXe-XXe siècles » organisée le 13 juin 2016 à l’Institut universitaire de la médecine et de la santé publique (IUHMSP) à Lausanne avec le soutien du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS) et la Fondation pour l’Université de Lausanne.
https://journals.openedition.org/criminocorpus/3771

La pathologie du suicide
Pour une nouvelle histoire des enjeux médicaux et socio-politiques aux XIXe-XXe siècles

More about this picture
Credits : BnF
Editor's notes

Cette journée d'études a été organisée le 13 juin 2016 à l'Institut universitaire d'histoire de la médecine et de la santé publique (IUHMSP) à Lausanne avec le soutien du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS) et la Fondation pour l'Université de Lausanne.

Présentation de la journée d'étude
Marc Renneville and Eva Yampolsky

La pathologie du suicide. Pour une nouvelle histoire des enjeux médicaux et socio-politiques aux XIXe-XXe siècles
Marc Renneville 1 Eva Yampolsky
1 CLAMOR - Centre pour les humanités numériques et l’histoire de la justice
Résumé : Organisée par l’Institut universitaire d’histoire de la médecine et de la santé publique (IUHMSP) le 13 juin 2016 à Lausanne, avec le soutien du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS) et la Fondation pour l'Université de Lausanne, cette journée d’étude se voulait interdisciplinaire en réunissant des chercheurs qui se sont intéressés à cette question, de près ou de loin, depuis leur lieu de spécialisation, notamment en histoire de la justice, de la criminologie et de la médecine, en études littéraires, mais aussi en sociologie. Elle visait précisément, à partir d’étude de cas, à éclairer la manière dont le suicide a été construit comme un objet relevant de la médecine, et comment cette construction a été influencée voire définie par d’autres discours non-médicaux, notamment juridique, journalistique et littéraire, moral et politique.
Direction d'ouvrage, Proceedings, Dossier
France. https://journals.openedition.org/criminocorpus/3771, 2018, 〈https://journals.openedition.org/criminocorpus/3771〉
https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01791201
Contributeur : Marc Renneville <marc.renneville@cnrs.fr>



Histoires de la pathologie du suicide [Full text]
14 May 2018
Communications
Marc Renneville 1 Eva Yampolsky
1 CLAMOR - Centre pour les humanités numériques et l’histoire de la justice
Résumé : L’une des premières questions qu’il convient de poser à l’histoire du suicide tient à la position du narrateur. S’agit-il de s’engager dans une explication du passage à l’acte ? S’agit-il plutôt de rendre compte des explications formulées dans un temps et un espace situé ? Les deux démarches sont également légitimes et nous n’avons pas choisi d’en privilégier une pour cette journée d’étude. La capacité de la mort volontaire à susciter la réaction sociale rend l’histoire sociale du suicide particulièrement complexe en raison du nombre de sources disponibles (droit, justice, théologie, philosophie, médecine, sciences humaines…). Cette variété appelle à une réserve méthodologique préliminaire sur la capacité de l’histoire à en rendre compte par une synthèse englobant plusieurs aires culturelles dans la longue durée. Nous ne possédons pas pour l’instant de synthèse sur le sujet, comparable au travail mené par Philippe Ariès sur la mort en Occident. Les contextes nationaux ne sont pas indifférents à l’évolution de la question et ils exigent de tenir compte de chronologies spécifiques avant d’établir un inventaire des différences, des similitudes et de circulations des savoirs. Ce qui a conduit, depuis ces dernières années, plusieurs historiens à mener des études comparatives du suicide sur les plans culturel, national et politique. Dans cette optique, la compréhension du suicide, de ses causes et des mobiles, exige une approche qui inscrit ce phénomène dans la spécificité culturelle et nationale qui le détermine. Ainsi, si l’on compare la situation de la France avec l’Angleterre, les différences paraissent a priori flagrantes sur le plan juridique, puisque le code pénal de 1791 décriminalise l’acte tandis que le suicide reste passible de poursuite durant toute la période victorienne (Anderson 1987 ; MacDonald et Murphy, 1993) et ne fut dépénalisé en Angleterre qu’en 1961. La tendance au retrait judiciaire, dans sa pratique, est pourtant similaire. Nous avons donc choisi pour cette journée d’étude de restreindre notre approche à la période contemporaine, prise sous l’angle de l’histoire des savoirs visant à produire une connaissance du phénomène suicidaire. Nous avons délibérément écarté la question du suicide dans la littérature au XVIIIe et au XIXe siècles, bien qu’il s’agisse d’un thème majeur qui a suscité de nombreuses études critiques (Alvarez 1973 ; Gates 1987 ; Bell 2011 ; Faubert 2015). Il ne s’agit pas pour autant d’ignorer les influences réciproques entre médecine et littérature, et tout particulièrement dans le champ de la folie et du suicide. Ces circulations, tant au niveau conceptuel et terminologique qu’au niveau descriptif, ont fait l’objet d’analyse en études littéraires et en humanités médicales, et qui permettent de mieux comprendre la médicalisation du suicide (Rigoli 2001 ; Roldan 2013). En précisant notre cadre d’études, nous avons également écarté certaines questions qui sont à la périphérie de l’acte du suicide, notamment le comportement autodestructeur qui a récemment fait l’objet d’études approfondies (Millard 2015 ; Chaney 2017). Les articles réunis dans ces actes partent de plusieurs axes d’études en histoire, qui ont déjà été bien élaborés, comme la question de la sécularisation et la médicalisation du suicide (MacDonald 1988, 1989 ; Kushner 1991), le rapport entre violence et suicide (Chesnais 1981) et la perspective du « genre » de la mort volontaire (Higonnet 1986 ; Kushner 1993 ; Fauvel 2016).
Article dans une revue Criminocorpus, revue hypermédia, Criminocorpus, 2018, 〈https://journals.openedition.org/criminocorpus/3775〉

Juan Rigoli1
Psychopathologie et poétique de l’« ennui » en France au xixe siècle [Full text]
14 May 2018
1Juan Rigoli est professeur de littérature française à l’Université de Genève. Ses travaux portent principalement sur le XIXe siècle (Chateaubriand, Balzac, Nerval, Flaubert, Rimbaud) et sur les rapports entre littérature et médecine durant la même période, en particulier sur la psychiatrie et la physiologie. Il a notamment publié : Être et se connaître au XIXe siècle (avec John E. Jackson et Daniel Sangsue, préface d'Alain Corbin, Genève, Métropolis, 2006) ; Le voyageur à l’envers. Montagnes de Chateaubriand (Genève, Droz, 2004) ; Lire le délire. Aliénisme, rhétorique et littérature en France au XIXe siècle (préface de Jean Starobinski, Paris, Fayard, 2001) ; Poétiques barbares / Poetiche barbare (avec Carlo Caruso, Ravenna, Longo, 1998).

résumé L’« ennui » acquiert ou plutôt retrouve, à l’aube du xixe siècle, le sens fort d’une expérience subjective douloureuse, placée sous le signe du vide. Il s’inscrit au cœur de la nosographie psychiatrique du suicide, en même temps qu’il désigne, avec Chateaubriand et Senancour, une composante essentielle de la conscience et de l’esthétique romantiques. Un large éventail de termes communs ou savants, substituts absolus ou partiels de l’« ennui », oriente alors récits et descriptions de l’état mélancolique, auquel il est associé : « dégoût de la vie », « spleen », « vague des passions », « tædium vitae » (de mémoire sénéquéenne), « misopsychie » et quelques autres, à travers lesquels se dessine et se brouille à la fois la frontière entre littérature et médecine. La psychopathologie s’enrichit ainsi d’une entité incertaine, tour à tour affirmée et contestée, qui court d’Esquirol à Minkowski, réveillant la mémoire d’une poétique dont elle croit parfois s’être séparée.

Eva Yampolsky 1
Le suicide selon François-Emmanuel Fodéré [Full text]
Les ambiguïtés du discours entre crime et folie
1 PhD en littérature française, Emory University, Atlanta, États-Unis ; doctorante en histoire de la médecine, section d’histoire et IUHMSP, Université de Lausanne, Suisse. Elle prépare actuellement une thèse sur l’histoire de la psychiatrie et la médicalisation du suicide en France au xixe siècle.

Au tournant du xixe siècle, l’intérêt pour le suicide se déplace du contexte juridique au cadre médical, et il devient un problème à la fois de santé mentale, de santé publique et de médecine légale. Une de premières figures qui a beaucoup développé la question du suicide depuis ces trois perspectives médicales est François-Emmanuel Fodéré (1764-1835). Considéré comme l’un des fondateurs de la médecine légale moderne, il fut un des premiers à définir tout suicide comme un « acte de folie ». Cette position sera partagée par la plupart des aliénistes du début du xixe siècle. Or, après avoir développé ces premières théories psychiatriques sur le suicide, Fodéré reviendra plus tard sur cette position et plaidera pour une nouvelle criminalisation de certains suicides dit « volontaires ».

Marc Renneville
Le suicide est-il une folie ? Les lectures médicales du suicide en France au XIXe siècle [Full text]
Marc Renneville 1
1 CLAMOR - Centre pour les humanités numériques et l’histoire de la justice
Résumé : Décriminalisé en 1791, le suicide est dans la France du XIXe siècle un enjeu de savoirs, soumis à observation et à des analyses visant à comprendre les mobiles de l’acte afin d’en réduire la fréquence. Les médecins aliénistes cherchent tout particulièrement à comprendre les causes du suicide en avançant plusieurs théories et un débat est ouvert dans cette communauté scientifique entre les tenants d’une lecture pathologisante et les défenseurs d’une approche causale plus éclectique. À la fin du siècle, la sociologie naissante s’empare à son tour du suicide pour tenter d’en expliquer les causes en s’inscrivant en rupture avec l’approche médicale. Cet article propose de relever les principales positions de la communauté médicale française, entre la théorie de l’aliénation mentale de Pinel et le livre de Durkheim, publié en 1897 sur le thème.
Criminocorpus, revue hypermédia, Criminocorpus, 2018, 〈https://journals.openedition.org/criminocorpus/3797〉
https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01791600
Contributeur : Marc Renneville <marc.renneville@cnrs.fr>


Laurence Guignard
Le suicide, une pathologie carcérale ? [Full text]
Laurence Guignard est maître de conférence en histoire contemporaine à Université de Lorraine, CRULH (Centre de recherches universitaires lorrain d’Histoire). Ses recherches portent sur l’histoire de la psychiatrie, l’histoire de la justice et des régulations sociale, l’histoire du corps et l’histoire des savoirs.
Dernières publications :« Antoine Léger le lycanthrope (1824-1903) : une étape dans la genèse des perversions sexuelles », L’évolution psychiatrique, 82 (3), 2017, p. 579-591.
« Genèse de l’article 64 du Code pénal (1795-1810), présentation d’un dossier de sources en ligne », Criminocorpus. Dossier Folie et justice de l’Antiquité à l’époque contemporaine. Dirigé par Hélène Ménard, Hélène Bellanger, Marc Renneville, 22 avril 2016, http://criminocorpus.revues.org/3215
Avec Jean-Claude Farcy, « Marques signes tatouages : archives de la répression. Le registre des détenus administratifs de Bicêtre (1813-1851) », RH 19, 2015/1, p. 119-136.

Cet article veut montrer que la prévention du suicide dans les prisons françaises de la seconde moitié du xixe siècle achoppe sur la logique disciplinaire qui se met alors en place dans les lieux de détention. Celle-ci privilégie l’action sur le corps par rapport à des méthodes de resocialisation ou de soutien moral des détenus mélancoliques qui sont pourtant promues par des réformateurs et philanthropes comme Béranger. L’échec de la prévention attestée par les chiffres de la statistique pénitentiaire paraît donc inhérent aux méthodes employées : la camisole de force, la cellule de sûreté, l’apprentissage aussi des techniques de réanimation par les gardiens. Le régime disciplinaire instauré et surtout la dépersonalisation des détenus dont elle est porteuse est cependant également conforme à leur situation juridique, puisqu’en prison, ils ne sont plus considérés comme des sujets de plein droit, et se voient atteints dans leur identité subjective par le caractère infamant de la peine.
14 May 2018

Maria Teresa Brancaccio 1 and David Lederer 2

1 Maria Teresa Brancaccio is Assistant Professor in History of Public Health at the Department, Health, Ethics and Society, Faculty of Medicine and Life Sciences, University of Maastricht and international correspondent at the UCL Health Humanities Centre (London). Her main research subjects are: history of the category of child hyperactivity; history of war trauma; history of suicide; history of hypnotism and psychical research.
2 David Lederer is Senior Lecturer in History at the National University of Ireland Maynooth. His main research areas are: Early Modern Europe, Germany, History of Suicide, History of Emotion.


Résumé : Les contributions de Wagner et de Morselli sont souvent considérées en rapport au débat transnational sur le suicide ou sur les méthodes statistiques du xixe siècle, ou encore par l’influence qu’elles ont exercée sur Le Suicide d’Émile Durkheim (1897). Notre objectif ici est de considérer l’apport de Wagner et de Morselli dans le contexte du processus d’unification nationale qui a eu lieu en Allemagne et en Italie.
14 May 2018

Michela Canevascini 1
La médicalisation des problématiques suicidaires : l’exemple d’un service d’urgence psychiatrique [Full text]
1 Michela Canevascini a un doctorat en anthropologie de la santé et travaille actuellement chez Curaviva-Schweiz comme collaboratrice scientifique. Dans ses recherches précédentes elle a travaillé avec une perspective tant académique qu’appliquée dans les domaines de la prévention du suicide, la santé mentale, la prévention du tabagisme et la santé maternelle.
14 May 2018
Cet article analyse la prise en charge des personnes présentant des idées ou des comportements suicidaires dans le cadre d’un service d’urgences psychiatriques. Face aux problématiques suicidaires, les soignants s’appuient sur des outils censés objectiver la pratique psychiatrique, comme l’évaluation du potentiel suicidaire ou l’établissement d’un diagnostic psychiatrique. Les soignants sont toutefois confrontés à de nombreux patients présentant une souffrance psychique légère, ce qui pose la question de la pertinence d’un dispositif médical dans ce contexte. Si les soignants se montrent critiques vis-à-vis des risques de médicalisation, les contraintes institutionnelles, assécurologiques, ainsi que les logiques disciplinaires s’imposent, induisant une médicalisation des problématiques suicidaires. 

Howard I. Kushner 1
Social Trauma and Suicide in Historical Perspective [Full text]
14 May 2018
1 Howard I. Kushner is the Nat C. Robertson Distinguished Professor of Science & Society Emeritus at Emory University in Atlanta, Georgia and the John R. Adams Professor of History Emeritus at San Diego State University. At Emory, Kushner held joint appointments as Professor in the Department of Behavioral Sciences and Health Education in the Rollins School of Public Health, in Emory’s Programs in Human Health and in Neuroscience and Behavioral Biology, as well as in the Graduate Institute of Liberal Arts. At SDSU, Kushner is also Adjunct Professor in the Graduate School of Public Health. In 2015, he joined the Laboratory of Comparative Human Cognition in the Communications Department of the University of California, San Diego.
Kushner’s current research focuses on the possible connections between handedness, laterality, and learning disorders. He is author of five books, including On the Other Hand: Left Hand, Right Brain, Mental Disorder, and History (Johns Hopkins University Press, 2017), A Cursing Brain? The Histories of Tourette Syndrome (Harvard University Press, 1999), American Suicide: A Psychocultural Exploration (Rutgers University Press, 1991), and numerous articles on the history of suicide and addiction.

Les crises économiques et le chômage en Occident sont toujours tenus pour responsables des augmentations périodiques du taux de suicide. Cette croyance est renfoncée par des études et des reportages médiatiques depuis le milieu du xixe siècle. Cette affirmation est soutenue par des données qui proviennent des statistiques officielles des suicides accomplis, malgré d’importantes preuves de leur faillibilité. À partir de méthodes et de classifications douteuses, les chercheurs insistent toujours sur le fait que les comportements et les motivations individuels peuvent être révélés par l’étude de forces sociales – et tout particulièrement économiques – plus larges. Cet article examine la persistance de ces croyances et leur impact sur la politique publique depuis Durkheim. À partir de l’ouvrage souvent cité mais rarement lu de Jack Douglas (Social Meanings of Suicide), je propose une approche alternative sur l’étiologie du suicide qui repose sur le sens social et qui remet en question les postulats essentialistes, selon lesquels les aspirations, les succès et les échecs humains portent toujours le même sens et la même définition. Ces postulats prétendent à l’uniformité culturelle des motivations et de la compréhension du suicide parmi les différents genres, ethnicités et classes.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire