vendredi 11 mai 2018

CANADA Les premiers intervenants se tournent les uns vers les autres pour obtenir du soutien en matière de prévention du suicide.

Les premiers intervenants se tournent les uns vers les autres pour obtenir du soutien en matière de prévention du suicide.
Atelier à l'intention des familles, des collègues de travail des personnes aux prises avec le SSPT (, la dépression et le suicide.
article de Matthew Kupfer - CBC News - First responders turn to each other for support in suicide prevention Affiché : 08 mai 2018 http://www.cbc.ca*

Les ambulanciers de Prescott-Russell faisaient partie de la centaine de personnes qui ont assisté à un atelier sur la prévention du suicide organisé par la police d'Ottawa, les ambulanciers paramédicaux et les groupes de soutien par les pairs des pompiers. (Matthew Kupfer/CBC)

Les groupes de soutien par les pairs et les familles des premiers intervenants d'Ottawa ont tenu leur premier atelier sur la prévention du suicide à l'intention des personnes liées aux trois services d'urgence.

Selon Lorraine Downey, coordonnatrice du groupe de soutien par les pairs des ambulanciers d'Ottawa, le taux de suicide est plus élevé chez les policiers, les pompiers et les ambulanciers que dans la population en général, selon Lorraine Downey, coordonnatrice du groupe de soutien par les pairs des paramédics d'Ottawa.


"Tous les membres de la communauté des premiers intervenants ont perdu des amis et des pairs à cause du suicide et nous essayons vraiment d'empêcher cela d'aller de l'avant ", a dit M. Downey.

"Nous avons tendance à être ceux qui aident les gens, nous n'avons pas tendance à être ceux qui demandent de l'aide. Nous cherchons donc à changer ce stigmate."
Lorraine Downey, coordonnatrice du Ottawa Paramedic Peer Support Group, affirme qu'il est important de briser l'isolement que ressentent les premiers intervenants lorsqu'ils font face à des événements traumatisants. (Matthew Kupfer/CBC)

Le chef adjoint du Service des incendies d'Ottawa, Sean Tracey, a déclaré que les groupes de soutien par les pairs sont parmi les meilleurs moyens de joindre les premiers intervenants pour obtenir l'aide dont ils ont besoin.

"Les pompiers, les policiers, les ambulanciers .... qui sont les frères et sœurs de ces personnes au travail peuvent leur fournir du soutien, de l'aide, leur faire savoir qu'ils ne sont pas seuls avec ces pensées déprimantes ", a dit Tracey.


Les familles sont souvent les premières à repérer les symptômes du SSPT.
Video http://www.cbc.ca/player/play/1228250691568/
Jocelyn Bond et Dana Tapak, qui ont toutes deux un conjoint atteint du SSPT, affirment que les membres de la famille sont souvent les premiers à remarquer les symptômes, mais qu'ils ont besoin de ressources pour savoir comment aider. 1:17

Fournir des ressources familiales

Jocelyn Bond, dont le mari est policier, a mis sur pied le First Responder Family Resiliency Support Group en raison de l'expérience de son mari avec le stress post-traumatique.

"Mon mari avait une lettre de suicide dans son casier. Heureusement, il n'y a pas donné suite ", dit-elle.
Jocelyn Bond, animatrice du First Responder Family Resiliency Support Group, dit qu'elle s'est impliquée dans le soutien par les pairs après l'expérience de son mari comme policier d'Ottawa. (Matthew Kupfer/CBC)

Bond a dit qu'il y avait des signes que son mari n'allait pas bien plus tôt, mais qu'elle ne savait pas comment les identifier - comme des crises de colere et un manque de sommeil.

L'objectif du groupe de soutien est de donner aux membres de la famille les outils et les ressources nécessaires pour soutenir les premiers intervenants et aider à identifier et à traiter les symptômes des traumatismes liés au stress, a-t-elle dit.

"Je me sentais très seule en tant qu'épouse, j'avais l'impression d'être la seule ", dit-elle. "J'avais l'impression que je ne pouvais aller voir mes amis et ma famille et leur dire ce qui se passait,[et] comme s'ils ne comprenaient pas les symptômes avec lesquels je vivais avec mon conjoint.
Dana Tapak, membre du First Responder Family Resiliency Support Group, dit qu'elle travaille avec son mari, un pompier, pour faire face au SSPT. (Matthew Kupfer/CBC)

Dana Tapak, un autre membre du groupe de soutien, est mariée à un pompier qui a développé le SSPT alors qu'il servait dans les forces armées rwandaises.

Tapak a dit qu'elle et son mari parlent de ses appels pour aider à gérer le stress. Elle a dit que les conjoints ont besoin d'être équipés pour gérer l'information afin d'éviter le stress de seconde main.

"J'aime bien savoir s'il est affecté par l'appel, mais je n'ai pas besoin de connaître toute la saleté et la cruauté ", a-t-elle dit.

Les organisateurs affirment que l'événement de lundi à la Place Ben Franklin a été le premier d'une série de rencontres visant à franchir les barrières entre les services et à établir des liens sur les questions de santé mentale.

Besoin d'aide ? Voici quelques ressources en santé mentale dans la région de la capitale nationale :

    Association québécoise de prévention du suicide : 1-866-APPELLE (1-866-277-3553)
    Ottawa Suicide Prevention : 613-238-3311

http://www.cbc.ca/news/canada/ottawa/first-responders-ottawa-suicide-prevention-1.4652747

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire