jeudi 8 décembre 2016

FORMATION 2017 Diplôme d’Université Paris Diderot Le suicide – étude théorique et clinique

Diplômes d’Université Le suicide – étude théorique et clinique
Université Paris Diderot
 UFR d'études psychanalytiques
Responsables
Responsable universitaire : Isée BERNATEAU, Maître de conférences à l’Université Paris Diderot, psychanalyste
Responsable pédagogique : Elisabeth KALUARATCHIGE, Maître de conférences à l’Université Paris Diderot, psychanalyste
Brochure

Public
Ce diplôme s’adresse à tous les professionnels du secteur sanitaire, social et éducatif confrontés à des populations à risque suicidaire. Entre autres, professionnels du corps médical et paramédical, psychologues, psychanalystes, travailleurs sociaux, personnels du secteur socio-éducatif, du milieu pénitentiaire, des établissements scolaires, des réseaux d’accueil et d’écoute, etc., désireux d’acquérir, d’entretenir, ou de perfectionner leurs connaissances, et de partager leur expérience et leurs questionnements. (diplôme Bac +3 minimum)

Présentation
Ce Diplôme d’Université propose de réunir les intervenants les plus actifs et les plus reconnus dans le domaine de la recherche, de la prévention et de la prise en charge du risque suicidaire. Il a pour vocation d’être un opérateur efficace sur le plan de la logistique de la formation, de favoriser les échanges pluridisciplinaires et le renforcement du travail en réseau.

Le nombre de suicides et de tentatives de suicide en France et dans le reste de l’Europe, reste aujourd’hui particulièrement préoccupant. Chaque année, en France, près de 220 000 personnes font une tentative de suicide et environ 11 000 en meurent. C’est la première cause de décès chez les jeunes adultes de 25 à 34 ans (20, 6% du total des décès). Le suicide est la 2e cause de mortalité chez les 15-24 ans, et les tentatives de suicide se multiplient de façon très préoccupante chez les adolescents.

Il n’y a pas vraiment de « recette miracle » pour prévenir les risques suicidaires. Cependant le travail de prévention est possible, s’il est envisagé à partir du paradoxe selon lequel certains sujets cherchent dans la mort une solution à la vie. Ce diplôme, tout en s’appuyant principalement sur l’expérience clinique de la psychanalyse, offre aussi une ouverture pluridisciplinaire. Il apporte des éléments qui permettent de s’orienter et d’évaluer les situations à risque.

Les questions sont multiples : quels sont les mécanismes psychiques qui sont à l’œuvre ? Quelles sont les coordonnées qui déterminent les actes suicidaires ? Quelles sont les barrières qui peuvent protéger le sujet de la tentation du suicide ? Quels comportements dits « à risques » sont à mettre en rapport avec la problématique du suicide ? Qui tue-t-on lorsqu’on se suicide ? Soi-même ou l’autre en soi ? Quel est le sens du suicide ? Quelles significations a-t-il pour le sujet suicidant ?

Pour les personnes de l’entourage, l’acte suicidaire paraît incompréhensible et douloureux. Il les renvoie à leur impuissance, et les pousse à s’interroger sur leur propre rapport à la vie et à la mort, à la séparation et au deuil. Les comportements dont on peut penser qu’ils fonctionnent comme des équivalents suicidaires (addictions, automutilations, scarifications…) seront également abordés.

En abordant ces questions, cette formation peut aider les professionnels à construire des points de référence pour surmonter les impacts que les actes suicidaires produisent tant sur le plan individuel que collectif.

Les données chiffrées sont issues d’une enquête de l’INSEE (2010), du site du centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès de L’inserm (2010) et de l’institut de veille sanitaire, Bulletin épidémiologique hebdomadaire (2011).

Informations conditions inscriptions contacts http://www.ep.univ-paris-diderot.fr/formation-continue/les-formations/diplomes-universite/le-suicide-etude-theorique-et-clinique/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire