vendredi 22 avril 2016

CANADA "Etat d'urgence" pour des communautés autochtones après des suicides et tentatives de suicide

d'Apres nouvelles "Health workers sent to indigenous Canadian community beset by attempted suicides BMJ 2016; 353 doi: http://dx.doi.org.rproxy.sc.univ-paris-diderot.fr/10.1136/bmj.i2210 (Published 18 April 2016) Cite this as: BMJ 2016;353:i2210
Les agents de santé envoyés dans une communauté canadienne autochtone en proie à des tentatives de suicide

Les agents de santé sont arrivés à la réserve autochtone de la Première nation Attawapiskat à la Baie James au Canada après que 11 personnes aient tenté de se suicider le 9 Avril. Les dirigeants locaux de la communauté de 2000 personnes avaient déjà déclaré l'état d'urgence après 100 tentatives de suicide cet hiver.le Chef Bruce Shisheesh et ses conseillers ont appelé à une aide extérieure après les dernières tentatives de suicide. La nation Nishnawbe Aski, l'organisation qui représente les Premières Nations du nord de l'Ontario, a répondu d'abord avec deux conseillers en santé mentale. Le gouvernement fédéral a envoyé cinq travailleurs de la santé mentale, tandis que la province a envoyé quatre agents de santé psychologiques et jusqu'à cinq infirmières.La nation Nishnawbe Aski a envoyé deux médecins, un guérisseur traditionnel, et les infirmières d'un hôpital de Moose Factory, une petite communauté du sud. Trois des quatre agents de santé qui ont passé l'hiver à Attawapiskat avait quitté pour récupérer.Shisheesh dit que quatre agents de santé de Attawapiskat décompensaient d'un manque de sommeil, après des mois d'urgences presque tous les soirs, commencé en Octobre quand une jeune fille de 13 ans a pris sa vie par pendaison. Le 11 Avril une réunion pour les résidents afin de discuter de la crise a été annulée après que des responsables aient entendus que plusieurs jeunes complotant pour se faire du mal ce soir-là.La police a finalement détenus 13 jeunes impliqués dans ce qu'ils ont décrit comme un «pacte de suicide». Le plus jeune avait neuf ans. Au moins un avait déjà commencé à tenter l'auto empoisonnement. Ils ont été portés au petit hôpital de Attawapiskat, mais  la moitié à du être déplacé temporairement dans des cellules de la police parce que l'hôpital était plein de patients ayant fait des tentatives de suicide dans les derniers jours.La cr
ise a refocalisé l'attention du pays sur les luttes plus larges auxquels sont confrontés les communautés isolées des Premières nations, les peuples autochtones du Canada sont connus. Coupés de possibilités économiques et hors de portée de tous, sauf des services éducatifs et de santé les plus rudimentaires, de nombreuses réserves sont aux prises à des taux élevés de dépendance, de violence domestique, de dépression et de maladie mentale.


Les taux de suicide chez les Premières Nations sont à peu près cinq fois supérieurs à ceux des Canadiens non-autochtones, et sont six fois plus élevé chez les jeunes autochtones. Les suicides sont souvent groupés dans l'espace et le temps.Les suicides des autochtones en Ontario ont augmenté de façon constante depuis 1991, selon une étude des statistiques du Bureau du coroner en chef de l'Ontario. Gerald McKinley, anthropologue au Centre de toxicomanie et de santé mentale, qui a étudié les données de l'an dernier à Toronto, a déclaré au Journal de l'Association médicale canadienne que le traumatisme historique est en partie à blâmer. "Le nombre de suicide est en augmentation constante .Ce qui se passe maintenant est que de nouvelles communautés s'y joignent ", at-il dit.


Les "Similitudes dans la méthode, la répartition géographique et l'âge  abordent les inquiétudes sur l'idée du suicide comme une contagion légitime et mérite réflexion."
De nombreux défenseurs des indigènes disent que les pensionnats sont difficiles et souvent abusifs que certains jeunes autochtones y ont été contraints d'assister au siècle dernier et a causé des dommages à la cohésion familiale durable, comme les anciens élèves qui n'ont jamais connu un environnement familial aimant se sont retrouvé incapable d'en fournir  pour leurs propres enfants . L'analyse des données à partir d'une enquête sur la santé du Manitoba a révélé que d'avoir un parent ou grand-parent qui a fréquenté le pensionnat a été associée à un passé de pensées suicidaires et de tentatives de suicide 1Attawapiskat était la deuxième communauté autochtone canadienne à déclarer l'état d'urgence sur le suicide cette année. 
Manitoba’s Pimicikamak Cree Nation, également connu sous le nom de Cross Lake, a lancé un appel similaire en Mars après avoir eu 140 tentatives de suicide et six suicides dans la communauté de 8300 en deux semaines.Le ministre de la Santé de l'Ontario et le ministre des enfants ont visité Attawapiskat, promettant un centre de jeunesse et 13 agents de santé permanents.



Le Chef de L'Assemblée nationale des premières nations , Perry Bellegarde, le chef indigène supérieur du Canada, a répété un appel qu'il a fait plus tôt cette année pour une stratégie nationale pour combattre ce qu'il a appelé l'épidémie dévastatrice du suicide dont doit faire face les communautés indigènes du Canada. 


References
1 Elias B, Mignone J, Hall M, Hong SP, Hart L, Sareen J. Trauma and suicide behaviour histories among a Canadian indigenous population: an empirical exploration of the potential role of Canada’s residential school system. Soc Sci Med2012;74:1560-9. doi:10.1016/j.socscimed.2012.01.026 pmid:22464223.
CrossRefMedline


article sur le sujet
Attawapiskat déclare l'état d'urgence après 39 tentatives de suicide depuis le 1er mars
En mars seulement 28 personnes ont tenté de s'enlever la vie.   
Le chef et le conseil de la Première Nation d'Attawapiskat située au bord de la baie James, dans le nord de l'Ontario, disent être dépassés par le nombre élevé de tentatives de suicide dans la communauté et déclarent l'état d'urgence pour lancer un appel à l'aide et obtenir des ressources supplémentaires en santé mentale.
Dans la communauté crie qui compte 2000 résidents, le chef, Bruce Shisheesh a recensé 86 tentatives de suicide depuis le mois de septembre de personnes âgées de 11 à 71 ans, avec 28 tentatives en mars seulement et 11 autres depuis le début du mois d'avril. L'une de ces personnes n'a pas survécu, précise-t-il.
Il s'est réuni samedi avec le conseil de bande pour discuter de la possibilité de décréter l'état d'urgence dans la communauté. Cela devrait faire en sorte que des agences comme l'Autorité de santé Weeneebayko à Moose Factory ou Santé Canada débloquent des ressources additionnelles pour aider Attawapiskat.
Je le demande à des amis, au gouvernement, nous avons besoin d'aide dans notre communauté. J'ai des proches qui ont tenté de se suicider, des cousins, des amis.
Bruce Shisheesh, chef d'Attawapiskat
Quatre travailleurs de la santé, qui ne sont pas spécialisés en santé mentale, font ce qu'ils peuvent, mais ils sont dépassés par le nombre de tentatives de suicide alors qu'ils tentent d'en éviter d'autres, selon le chef.
Le Conseil de Mushkegowuk, qui représente huit Premières Nations du nord de l'Ontario, essaie d'apporter son aide.
« Ces quatre travailleurs, des travailleurs à l'intervention d'urgence sont en épuisement professionnel », explique la grande chef adjointe du Conseil de Mushkegowuk, Rebecca Friday.
Il n'y a aucun service pour l'instant, aucun conseiller dans la communauté.
Rebecca Friday, grande chef adjointe du Conseil de Mushkegowuk
Quelques travailleurs de soutien ont été dépêchés sur place par la Nation Nishnawbe Aski, une association de plusieurs Premières Nations du nord de l'Ontario, selon elle, mais ce n'est pas suffisant pour endiguer le nombre de tentatives de suicide.
Le député fédéral de Timmins-Baie James, Charlie Angus, a dit dans un message sur Twitter qu'il demandera une résolution urgente lors du congrès du Nouveau Parti démocratique qui se tient cette fin de semaine à Edmonton pour appeler « à un plan d'action national de lutte contre une pandémie de suicides dans les communautés des Premières Nations ».
À lire aussi: 
Les causes du problème
Selon Bruce Shisheesh, plusieurs facteurs expliquent le phénomène. La surpopulation avec 14 ou 15 personnes vivant sous un même toit est difficile, dit-il. L'intimidation à l'école serait un autre facteur. Les dommages émotionnels qu'ont entraînés les abus dans les pensionnats autochtones auraient aussi un effet ricochet sur les générations suivantes.
La toxicomanie est un autre facteur selon le chef d'Attawapiskat. Les gens ne veulent plus rien ressentir après avoir subi des sévices physiques et sexuels, précise-t-il.
« Nous avons des gens qui prennent des médicaments sur ordonnance. Nous avons des gens qui revendent des pilules. Et je crois que c'est de cette façon que certains ont des problèmes de manque et se sentent exclus, ou ils ne savent pas comment exprimer leurs sentiments et se droguent pour oublier leurs problèmes ou leur douleur », dit Bruce Shisheesh.
Et quand vous n'avez pas d'argent pour acheter de la drogue, c'est à ce moment-là que vous envisagez le suicide.
Bruce Shisheesh, chef d'Attawapiskat
Pour ce qui est des tentatives quasi quotidiennes au mois de mars, Bruce Shisheesh n'a pas d'autre explication. Il dit seulement être inquiet à chaque fois que son téléphone sonne.
La réponse de Santé Canada
Dans un communiqué, Santé Canada dit avoir dépêché deux conseillers en santé mentale à Attawapiskat et travailler avec l'Autorité de santé Weeneebayko pour « coordonner [sa] réponse à cette crise dans la communauté et pour ensuite améliorer les services de crise et de secours pour les jeunes à risque ».
Santé Canada promet aussi de continuer à travailler avec des partenaires provincial et communautaires pour fournir des solutions à court et à long terme aux problèmes de santé et de santé mentale dans la communauté.
L'agence fédérale rappelle allouer 340 860 $ à des programmes de santé mentale à Attawapiskat et 9750 $ à la Stratégie nationale de prévention du suicide chez les jeunes autochtones.
La déclaration de l'état d'urgence (en anglais) by Radio-Canada


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire