lundi 3 avril 2017

NOTICE ARTICLE Tentative de suicide à l’adolescence : quel sens ?



Tentative de suicide à l’adolescence : quel sens ? 

D. Laimou a, ⁎, b

a Centre d’histoire des sociétés, des sciences et des conflits, université de Picardie-Jules-Verne, chemin du Thil, 80025 Amiens, France 

b Centre Henri-Piéron, laboratoire de psychologie clinique et psychopathologie, psychanalyse (Lpcpp) (EA 4056), université Paris Descartes, institut de psychologie, 71, avenue Edouard-Vaillant, 92774 Boulogne-Billancourt cedex, France 
Correspondance. dimitra.laimou@wanadoo.fr
Sous presse dans Neuropsychiatrie de l'Enfance et de l'adolescence. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le dimanche 02 avril 2017

Résumé

Face à la souffrance de l’adolescent suicidant, des interrogations fortes s’imposent au clinicien. Ces interrogations donnent lieu à des questionnements théorico-cliniques assez diversifiés : désir de vivre ou désir de mourir ? Recherche de l’autre ou anéantissement de l’objet ? Consacrer notre raisonnement au seul aspect destructeur de cet acte consisterait à laisser de côté les demandes adressées à l’objet. Reconnaître exclusivement dans la tentative de suicide la dimension relationnelle et organisatrice reviendrait à nier tout ce qui s’organise du côté de la mort. L’agir à l’adolescence nous met devant cette tâche difficile, consistant à « écouter » la souffrance d’autrui à des niveaux très contradictoires et à penser ce qui pour l’autre est impensable. Dans cet écrit, nous nous proposons d’illustrer la complexité de la clinique de l’adolescent suicidant, en prenant appui sur la diversité qui caractérise la réflexion psychanalytique francophone et anglophone, ainsi que sur le cas d’une adolescente suicidante de 15 ans. L’étude du discours de Léa, nous révèle que le geste suicidaire peut relever des processus psychiques et des degrés d’intrication pulsionnelle, très différents, pouvant cohabiter au sein d’un même sujet. En effet, certains passages à l’acte maintiennent une valeur structurante précieuse qui se potentialise dans la relation objectale, alors que d’autres dévoilent la massivité des processus primaires, le désinvestissement objectal, résultant d’un processus de déliaison pulsionnelle plus ou moins important.

Mots clés : Adolescence, Tentative de suicide, Cas clinique, Littérature psychanalytique, Déliaison pulsionnelle, Dimension relationnelle
Keywords : Adolescence, Suicide attempt, Clinical case, Psychoanalytic literature, Diffusion of instincts, Relational dimension

Plan

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire