mardi 28 février 2017

SUISSE Prévention du suicide au Centre Neuchâtelois De Psychiatrie

Le Centre Neuchâtelois De Psychiatrie Innove Pour Lutter Contre Le Suicide
 

«C’est un projet mobilisateur!» Médecin-chef du Centre d’urgences psychiatriques du CNP, Stéphane Saillant pilote, avec son homologue du Chuv Laurent Michaud, le tout nouvel Observatoire romand des tentatives de suicide (ORTS).
Depuis le 1er décembre 2016, toutes les situations de comportements dirigés contre soi-même qui arrivent aux urgences hospitalières de La Chaux-de-Fonds, Neuchâtel et Lausanne sont documentées. «Nous avons fait le choix d’inclure tous les patients ayant effectué un geste contre eux-mêmes, qu’il soit suicidaire ou non, afin d’analyser largement cette problématique en évitant de distinguer entre acte clairement énoncé comme suicidaire et tout autre geste auto-dommageable», explique Stéphane Saillant.
Mieux comprendre
Une vingtaine d’employés du CNP, médecins et infirmiers, sont concernés: ces professionnels remplissent un formulaire basé sur le récit du patient. «L’anonymat des données est garanti, et le protocole de recherche a été agréé par la commission d’éthique romande», précise le responsable. Il s’agit d’un questionnaire qui liste une quarantaine d’informations destinées à contextualiser l’acte: à quelle heure s’est-il produit, dans quelle situation, la personne a-t-elle tenté de contacter un proche avant de faire son geste, etc.
«Nous avons connaissance de certaines données de la littérature médicale mais notre pratique se base encore souvent sur des données empiriques. Nous souhaitons atteindre une plus grande rigueur scientifique. Cette base factuelle devrait nous permettre d’améliorer la prise en charge des patients et de mieux cibler les actions de prévention.»
L’ORTS est soutenu par l’Office fédéral de la santé publique. Une chargée de projet a été engagée. Des pourparlers sont en cours avec les cantons du Valais et de Genève, qui devraient bientôt rejoindre le projet.

La santé mentale est devenue une priorité

La santé mentale est devenue une priorité de l’Organisation mondiale de la santé, qui recommande aux Etats d’élaborer des stratégies nationales. La Suisse, dont le taux de suicide s’inscrit dans la moyenne européenne supérieure, a mis son plan en consultation au printemps 2016.
«Il est temps de passer à l’action. Jusqu’ici les chercheurs se sont peu intéressés au problème et les moyens de lutte mis à disposition par les Etats sont clairement insuffisants. Mais le contexte est en train de changer», se réjouit Stéphane Saillant.
Source : http://www.arcinfo.ch/articles/regions/canton/mieux-comprendre-le-geste-suicidaire-636146

Manifestation à venir
source : http://www.cnp.ch/pages-speciales/detail-actus/detail/faire-face-au-risque-suicidaire/

Cycle de conférences 2017: Faire face au risque suicidaire

(13 et 14 mars 2017) Mieux identifier, évaluer et prendre en charge des personnes à risque de suicide.

Dates: 13 et 14 mars 2017
Formateurs : Isabelle Lamoureux (Expertise : Adolescent) & Annick Wohlhauser (Expertise : Adulte
Lieu: Marin (NE)
Renseignements
La formation est régulièrement reconduite tout au long de l’année à Lausanne (VD), Marin (NE) et Martigny (VS). Elle représente 16 heures d’enseignement réparties sur 2 jours consécutifs, de 8h30 à 17h.
Inscription:
S’inscrire auprès de la Formation Continue UNIL-EPFL via le bulletin d’inscription.
Le nombre de participants est limité à 18. Les inscriptions sont traitées dans l’ordre d’arrivée. Pour mieux bénéficier des effets positifs du cours en interne, les inscriptions de plusieurs collaborateurs (maximum 4) par service ou institution sont vivement recommandées.
Finance d’inscription: CHF 400.- /module de 2 jours (repas compris)
Attention : Tout changement de session engendrera des frais administratifs supplémentaires de CHF 50.-
Délai d’inscription : deux semaines avant le début de chaque session

1 commentaire:

  1. C'est une très bonne nouvelle qu'en Suisse, on crée enfin une base factuelle pouvant fournir des données à une recherche scientifique dans ce domaine.
    La Suisse ayant un des plus haut taux de suicide au monde, silencieusement.

    RépondreSupprimer