lundi 10 août 2015

RECHERCHE ETUDE ROYAUME UNI : TENTATIVE DE SUICIDE DES PERSONNES AYANT FAIT DE LA PRISON

Premières pas pour prévenir les tentatives de suicide chez les délinquantsDate de: 9 Août 2015
d'après University of Plymouth. "First steps towards preventing suicide attempts by offenders: Research identifies the need for support systems not just for those who have a history of suicide attempts, but also those who are potential yet fatal 'one offs'." ScienceDaily. ScienceDaily, 9 August 2015. <www.sciencedaily.com/releases/2015/08/150809223936.htm>.


Bien que le risque de suicide chez les délinquants en prison ait été identifié comme une priorité pour l'action, la compréhension et la prévention du suicide chez les délinquants après leur libération a reçu beaucoup moins d'attention.
Une étude menée par l'Université de Plymouth péninsule écoles de médecine et de dentiste, soutenue par la
National Institute for Health Research Collaboration for Leadership in Applied Health Research and Care South West Peninsula (CLAHRC SWP/PenCLAHRC), traite de cette question pour la première fois.
Elle est publiée en ligne aujourd'hui dans la revue Sociologie de la santé et de la maladie. Le risque ajusté selon l'âge du suicide pour les délinquants sortant de prison est huit fois supérieure à la moyenne nationale, et plus d'un quart des tentatives de suicide mortelles se produisent dans les quatre semaines après la libération. Près d'un quart de tous les décès sous la surveillance du Service de probation sont catalogués comme des suicides, souvent avec des moyens violents.
Ceux les plus à risque sont dits
'revolvers' or 'churners' - souvent dans et hors de prison. Leurs vies tournent entre existences chaotiques dans la communauté et périodes de détention. En tant que tel, souvent, ils ne sont pas sous la supervision des services de probation, ni  n’ont de contact significatif avec les soins primaires ou des services spécialisés en santé mentale.
L'équipe de recherche a interrogé 35 délinquants à partir d'un support
Category B medium secure prison dans le Sud-Ouest de l'Angleterre. Les entrevues ont eu lieu une semaine avant et environ six semaines après la libération. Les personnes interrogées étaient âgées entre 18 et 52 ans.
Dix-huit des 35 personnes interrogées avaient tenté de se suicider à un moment donné. La plupart avaient des vies personnelles
troublées : 24 avaient connu un éclatement de la famille ou d'abandon d'enfant; 26 avaient des histoires de violence physique ou de négligence; et 15 ont connu la drogue excessive et la consommation d'alcool à leur domicile familiale. Tous ont indiqué des problèmes personnels récents.
L'équipe de recherche a constaté que ceux qui avaient tenté de se suicider se coupaient en deux groupes: ceux qui avaient essayé plusieurs tentatives;
et ceux qui en avait fait une seule
. 
Ceux qui ont fait de multiples tentatives ont tendance à se sentir moins en contrôle de leur situation et ont utilisé des méthodes moins violentes. Ceux qui en avaient fait une seule avaient souvent utilisé des méthodes violentes les plus susceptibles d'entraîner une fatalité, avec plus de préméditation que le groupe qui avait fait de multiples tentatives.
En comparant ceux qui avaient tenté de se suicider et ceux qui n'avaient pas, l'équipe de recherche a constaté qu'il y avait un manque apparent d'association entre les tentatives de suicide et l'expérience de vie antérieure. Beaucoup de ceux qui n’avaient jamais tenté de se suicider ont éprouvé des difficultés de traumatismes précoces et familiales semblables à ceux qui avaient tenté.
En se concentrant sur la demande de comprendre pourquoi certains mais pas d'autres tentent de se suicider, et pourquoi ceux qui font des tentatives uniques ou répétées, l'équipe de recherche a été en mesure d'identifier les composants potentiels qui pourraient rendre une structure de soutien efficace.En vertu des arrangements existants au ministère de la Justice, ceux qui ont des peines de moins d'un an reçoivent un minimum de planification pré-libération et ne sont pas pris en charge par les agents de probation dans la communauté.
Les résultats de cette étude suggèrent que, afin d'avoir toute possibilité de répondre aux besoins complexes des délinquants à risque et s'attaquer à la une détérioration de la santé mentale, le suicide et au retour à un comportement nuisible, une structure de soutien efficace aurait besoin d'intégrer non seulement la coordination dessoins primaires et secondaires de la santé mentale, mais aussi la participation des équipes de drogue et d'alcool, de l'aide à l'hébergement, de l'emploi et les problèmes relationnels.
La structure peut également avoir besoin d'inclure les méthodes de thérapie psychologique qui prennent en compte des questions telles que la toxicomanie.
L'étude suggère qu'une telle structure peut être mieux coordonnée par le secteur bénévole et géré par des praticiens qui sont prêts à faire preuve de patience et de respect - c'est un groupe dont le manque de confiance dans l'établissement les rend réticents à demander de l'aide. L'étude a été dirigée par le professeur Richard Byng de l'Université de Plymouth péninsule écoles de médecine et dentaire, et un GP avec un intérêt particulier dans les soins primaires de santé mentale. Il a dit: «Le suicide chez les délinquants libérés de prison est sous étudié. Notre étude révèle que ce ne sont pas seulement les personnes qui ont fait de multiples tentatives au risque plus évident qui nécessitent une attention, mais aussi ceux plus caché ceux qui en ont fait qu'une dont les démarches sont plus violentes et plus susceptibles d'entraîner des décès.
"Les Soins pour les personnes à risque de suicide, il faudra non seulement une évaluation complète des risques et de leurs besoins, mais aussi une compréhension aiguë de l'endroit où une personne est sur la voie du suicide. Notre étude suggère qu'il y a un groupe de personnes à risque élevé avec aucune tentative précédente de suicide pour lesquels l'identification et l'engagement sont essentiels "

Journal de référence:
 
Richard Byng, Amanda Howerton, Christabel V. Owens, John Campbell. Pathways to suicide attempts among male offenders: the role of agency. Sociology of Health & Illness, 2015; 37 (6): 936 DOI: 10.1111/1467-9566.12259


Original Article Pathways to suicide attempts among male offenders: the role of agency Richard Byng1,*,Amanda Howerton2, Christabel V. Owens3 and John Campbell3
1 Peninsula Schools of Medicine and Dentistry, Plymouth University, UK
2 Criminal Justice Department, Salem State University, Salem, USA
3 University of Exeter Medical School, Exeter, UK
*Address for correspondence: Richard Byng, University of Plymouth, Peninsula College of Medicine and Dentistry, N32, Tamar Science Park, Drake Circus, Plymouth, Plymouth, UK. E-mail: richard.byng@pms.ac.uk
Sociology of Health & Illness Volume 37, Issue 6, pages 936–951, July 2015
Abstract Suicide is common among offenders, who are at increased risk of homelessness, unemployment and mental illness and are prone to impulsivity. Release from prison is a particularly vulnerable time. This qualitative study investigated the views of 35 offenders in South-West England prior to and after release from prison, enquiring into their previous suicide attempts and how they saw their future. Semi-structured interviews were analysed thematically, comparing individuals who had made one, more than one, and no suicide attempts. Multiple attempters were often in despair and enmeshed in substance misuse, with little control over their lives. Most of those with one-off or no previous attempts portrayed themselves as having more mastery. One-off attempters described using particularly violent means. The role of different types of agency in pathways to and from suicide is discussed. Iterational agency, the selective reactivation of past patterns of behaviour, appeared to dominate in individuals who were choosing between further suicide attempts and substance use. Projective agency, having a more future orientation, appeared more prominent in some single attempters and in those individuals with plans to escape crime and social exclusion.
http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/1467-9566.12259/abstract;jsessionid=3394C5BA42CB0AB0DEB716ADEEAC9ABD.f04t01



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire