jeudi 30 avril 2015

RECHERCHE/ETUDE FRANCE USA : L'usage du tabac et tentative de suicide: analyse longitudinale

Source "Un lien établi entre tabac et tentative de suicide" Par Anne Prigent - le 28/04/2015 http://sante.lefigaro.fr/actualite/2015/04/28/23659-lien-etabli-entre-tabac-tentative-suicide
Le tabac, qui est souvent pris comme stimulant chez les personnes dépressives, a un effet contraire et aggrave leur état.
Le tabac, c'est connu, rime avec cancer du poumon et arrêt cardiaque, mais aussi avec… tentative de suicide! En effet, contrairement aux idées reçues, fumer n'a pas un effet antidépresseur, bien au contraire! L'étude, publiée en avril dans la revue Plos One, est sans appel: le tabagisme est un facteur de risque de tentative de suicide.
Pour démontrer cet effet, les chercheurs ont suivi durant près de quatre ans plus de trente mille personnes, qu'ils ont interrogées en deux vagues: au début et à la fin de l'expérimentation. Au total, plus de 1.600 personnes déclaraient avoir fait une tentative de suicide à la sortie de l'étude, elles étaient plus de 2.200 à l'entrée de l'étude. Mais les personnes qui fumaient au début de l'étude et à la sortie déclaraient plus de tentatives de suicide au cours de ces quatre ans que les non-fumeurs, et ce, indépendamment des caractéristiques socio-démographiques, de l'historique psychiatrique et d'éventuelles tentatives de suicide antérieures. Le risque ne dépendait pas non plus du nombre de cigarettes fumées. «Nous avons contrôlé tous les facteurs et il en ressort bien que la cigarette possède un effet pharmacologique qui induit des tentatives de suicide. L'hypoxie, c'est-à-dire le manque d'oxygène du cerveau est l'une des hypothèses qui pourraient expliquer cet effet», analyse le docteur Ivan Berlin, tabacologue à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière et auteur de l'étude.
Autre enseignement: les nouveaux fumeurs et ceux qui ont rechuté entre les deux vagues d'enquêtes voient leur risque de tentative de suicide multiplié par quatre par rapport aux non-fumeurs. «Chez les anciens fumeurs, ce sur-risque disparaît, mais au bout d'un certain temps, un peu comme le risque cardiovasculaire», souligne le docteur Ivan Berlin. Pour lui, il est donc important de surveiller attentivement le risque suicidaire, chez les fumeurs mais aussi chez les ex-fumeurs.
«Il n'est pas question de faire du tabac une molécule suicidogène. Mais le tabac, qui est souvent pris comme stimulant chez des personnes dépressives, va aggraver leur état», explique le professeur Michel Lejoyeux, psychiatre addictologue à l'hôpital Bichat à Paris. C'est pourquoi, inutile d'attendre d'être de bonne humeur pour arrêter de fumer. Bien au contraire: l'arrêt de tabac s'impose plus encore chez les déprimés. «Même s'il faut être plus vigilant chez les personnes aux tendances dépressives. Arrêter de fumer est toujours bénéfique. D'autant que réussir un sevrage tabagique, c'est euphorisant. Peu de comportements ont un impact aussi direct sur qualité de vie et la santé », affirme le professeur Lejoyeux.
Ce risque de tentative de suicide lié au tabac aidera peut-être les candidats à l'arrêt à trouver une motivation supplémentaire pour écraser leur paquet de cigarettes. En matière de lutte contre le tabac, il ne faut en effet pas hésiter à faire feu de tout bois, car les messages de prévention passent mal. Une étude réalisée par une équipe de Marseille vient de montrer que seulement la moitié des fumeurs estiment qu'ils risquent de développer un cancer du poumon.

Références étude citée

Tobacco Use and Suicide Attempt: Longitudinal Analysis with Retrospective Reports
About the Authors Ivan Berlin Département de Pharmacologie, Hôpital Pitié-Salpêtrière-Assistance publique-Hôpitaux de Paris-Faculté de médicine, Université P.& M. Curie—INSERM U1178, Paris, France Jahn K. Hakes Center for Administrative Records Research and Applications, U.S. Census Bureau, Suitland, MD, United States of America Mei-Chen Hu, Lirio S. Covey New York State Psychiatric Institute, Department of Psychiatry, Columbia University Medical Center, New York, NY, United States of America
Corresponding Author
Email: ivan.berlin@psl.aphp.fr
PLoS ONE 10(4): e0122607
en ligne : http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0122607#ack

Abstract

Background

Suicide has been associated with smoking/tobacco use but its association of and change in smoking/tobacco use status with suicide attempt (SA) is not well established.

Methods

We investigated whether persistent, former tobacco use, initiation, quitting tobacco use, relapse to tobacco use, and DSM-IV nicotine dependence predict independently SA using Wave 1 and 2 data of the National Epidemiologic Survey of Alcohol and Related Conditions. Data from 34,653 US adults interviewed at Wave 1 (2001-02) and Wave 2 (2004-05) were analyzed. The main outcome measure was SA between Wave 1 and Wave 2 as reported at Wave 2.

Results

Among the 1,673 respondents reporting lifetime SA at Wave 2, 328 individuals reported SA between Wave 1 and Wave 2. Current and former tobacco use at Wave 1 predicted Wave 2 SA independently of socio-demographic characteristics, psychiatric history, and prior SA (Adjusted Odds Ratio (AOR): 1.49; 95% CI: 1.13-1.95, AOR: 1.31; 95% CI:1.01-1.69, respectively versus never tobacco users). The strongest association with SA was observed among former tobacco users who relapsed after Wave 1 (AOR: 4.66; 95% CI: 3.49-6.24) and among tobacco use initiators after Wave 1 (AOR: 3.16; 95% CI: 2.23-4.49). Persistent tobacco use (current tobacco use at both Wave 1 and Wave 2) also had an increased risk of SA (AOR: 1.89; 95% CI: 1.47-2.42). However, former tobacco users in both Waves 1 and 2 did not show a significantly elevated risk for SA in Wave 2 (AOR:1.09, 95% CI: 0.78-1.52) suggesting that the risk resided mainly in Wave 1 former tobacco users who relapsed to tobacco use by Wave 2. DSM-IV nicotine dependence did not predict SA at Wave 2.

Conclusion

In a representative sample of US adults, relapse, tobacco use initiation, and persistent tobacco use, which are amenable to intervention, were associated with risk of SA.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire